À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • FULL METAL JACKET
    À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • vendredi, septembre 18, 2009

    #5 : LAUZE & DORMILLOUSE

    Des cols (non, pas des écoles, lol) !
    Quoique... Situés respectivement à 2529 m et 2445 m, ils représentent tous les deux des dénivelés de plus de mille mètres et des AR de 18 km, alors pourquoi ne pas les qualifier quelque part d'écoles de marche, finalement ? En tout cas, le premier fut nettement plus cool pour moi que le second, entrepris dès le quatrième jour de vacances en partant de Val-des-Prés, sur un chemin hélas par endroits pas mal ravagé par une énorme avalanche de mélèzes, ce qui ne le rendait pas toujours facile :

    Heureusement, l'on n'est pas dans le Piémont Italien (mot qui doit vaguement signifier quelque chose comme "On est des gros glands, mais on s'en tape, allez vous faire foutre !"), il y a donc de très fortes chances que le chemin soit redevenu parfait dès l'année prochaine - l'année où, inspiré par mon Blog, vous déciderez peut-être à votre tour de faire les mêmes balades, lol !

    Ceci dit, même de nouveau impeccable, le zigzag d'environ 500 m représentant le démarrage - bien visible en cliquant sur la photo - nécessitera toujours une bonne dépense d'énergie, heureusement compensée par une vue devenant du coup rapidement de plus en plus large :

    Permettant même de l'autre côté l'accès au très célèbre Mont Thabor (3178 m) et à l'étonnant Col des Thures de couleur orange, dont il sera d'ailleurs question dès le prochain article :

    En revanche, il faut arriver pratiquement au niveau de la bergerie, autour de 2300 m, pour apercevoir d'un seul coup les deux cols, tout d'abord celui de la Lauze (que je me suis tapé face Est une semaine plus tard que l'autre, et donc en bien meilleure forme) :

    Puis celui de Dormillouse, quasiment situé sur la Lune :

    Très étonnant, ce paysage, n'est-ce pas ? Mais j'adore foutre les pieds dans ces endroits magiques, même s'ils se révèlent parfois un peu longs à atteindre... De toute façon, il y a un toujours un moment où la baume au coeur se remet, via la descente sur les Chalets des Acles, puis sur Plampinet, surtout lorsque l'heure se prête à la plus belle lumière du jour :

    Bon. J'étais déjà content de moi à la fin de cette promenade, surtout compte tenu du discours que certains bâtards m'avaient tenu à la suite de ma sortie de l'hôpital en juillet, du style : "Sois prudent, hein, Vincent ? Et ne fais pas de grosses randonnées comme d'habitude... Ou alors, pas tout seul" ! Certes, ceci doit vouloir dire qu'il reste encore certaines personnes qui m'aiment bien (même si arghhhhh, il n'y a jamais le moindre commentaires sur ce Blog, de quoi hurler, par moment...), mais cela représente aussi pour moi l'acte bien connu de "baisser les bras", et très franchement, je n'aime pas ça... Quitte à crever, ce qui va de toute façon m'arriver comme à tout le monde, l'un de ces quatre, ça ne me gêne guère que ce soit légèrement plus tôt que prévu, du moment que la vie m'a permis de faire en permanence tout ce que j'aimais, et c'est là l'essentiel !

    Et du reste, j'avais raison (hahaha, lol) ! Puisqu'une semaine plus tard, je me suis attaqué sans problème la grosse randonnée d'environ 10 h, partant de La Vachette pour atteindre Val-des-Prés en traversant le Col de la Lauze à 2529 m, tout ceci sous l'oeil du très impressionnant Mont Chaberton (3131 m), longtemps tenu par les militaires pour la garde de la frontière :

    Celui-ci, je ne me le suis jamais tenté, d'ailleurs, malgré plus de 20 ans de présence dans la région... Mais il faut dire que son dénivelé de près de 1400 m n'encourage pas vraiment, surtout vu la présence de tous les (anciens) canons de guerre au sommet. Du coup, partant à pied de La Vachette via Montgenèvre, je me suis rapidement tourné vers l'Ouest pour attaquer la face Est du Col de la Lauze (oui, c'est logique !), le tout premier à gauche de cette photographie :

    De nouveau sur la Lune, n'est-ce pas ?

    Ah non, finalement... Vu que je ne suis pas tout seul :

    Ceci dit, malgré la présence de ces moutons, je n'ai pratiquement jamais rencontré personne lors de ces deux balades (ce qui est plutôt bon signe, comparé à l'Oisans ou au Queyras, si vous vous avérez tentés l'an prochain)...

    Mais j'y suis tout de même finalement parvenu, la preuve (une fois de plus, le Mont Chaberton, à droite) :

    Avec le plaisir immense de la vue sublime sur le massif des Écrins (rien de plus génial dans le monde, non ? Sinon la Sixième Symphonie de Bruckner que j'écoute en ce moment, mais c'est la même chose, exactement... En tout cas, dans mon cerveau, ou ce qui ressemble vaguement à un cerveau, lol !) :

    Bon. Au lieu de coller tout le monde, il vaut mieux que je dise "au revoir" du col, tant qu'à faire (je le jure sur le crâne, ce ne sont pas des Buffalos que je porte, mais les très fameuses Meindl, vraiment idéales pour la montagne !) :

    Ha, au fait, j'oublie une chose... La cinquième question du concours, mais oui ! Du coup, je vais passser mon temps à rester sur Val-des-Près, et vous demander quel animal secret se cache dans l'église (non, non, ce n'est pas un mouton, et ça porte un "H" en teuton)...

    Merci d'avance : jamais de réponse aux questions dans les commentaires...

    Toutes les infos du concours sont à lire ici !

    Libellés : , , , ,

    2 Comments:

    Blogger Vinyamar said...

    c'est désertique ça porte bien son nom XD

    mercredi, 16 septembre, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Wouahhhh, un commentaire, c'est dingue (vu qu'il y en a trois ou quatre fois moins que l'année dernière, et je n'arrive pas à comprendre d'où vient la flemme des gens en 2009)... Du coup, merci beaucoup, Manon !!!

    mercredi, 16 septembre, 2009  

    Enregistrer un commentaire

    << Home