À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • lundi, septembre 14, 2009

    #9 : ROCHEMOLLES & LES FOURNEAUX

    Étrange titre, n'est-ce pas ?
    Et pourtant, le village de Rochemolles (1619m) et le Passo dei Fourneaux (3094m) ont représenté mes vrais premiers pas en Italie, à peine à quelques kilomètres de Bardonecchia...

    Ce qui m'est apparu d'emblée comme d'une incontournable évidence à l'intérieur de l'église (sauf que moi, je ne tire d'habitude sur personne, comme c'est le cas sur cette fresque, lol !) :

    Même si quelques kilomètres plus haut, le sympathique Lago di Rochemolles (1978m), très joli, m'a très fortement rappelé celui de Wallenstadt situé en Suisse, qui a pour sa part grandement inspiré Franz Liszt (comme quoi, l'on reste "en famille", mine de rien) :

    Résultat très simple : le 19 août, j'ai donc fini par dormir dans le premier refuge vraiment italien nommé Scarfiotti (2151m), au pied du superbe Rognosa d'Etache (3374m) :

    Accompagné par le très étrange Bric del Mezzodi (2904m), un type de montagne souvent nommé en français "Pain de Sucre" ou "Dent de Lion" :

    Visible bien sûr très tôt en ce matin du 20 août, et même longtemps incontournable (tant mieux) lors de cette montée à vrai dire bien plus tranquille que celle du Mont Thabor :

    Entre autres du fait qu'il s'agit bien moins à proprement parler d'un chemin de randonnée que d'une route pour les 4X4, du reste pas mal fréquentée par les grands "fans" de VTT (envers lesquels je n'ai rien contre, sauf que s'ils savaient s'habiller un jour d'une façon un peu moins ridicule et crétine, je n'aurais peut-être même plus besoin de faire en permanence de la pub pour les Reeboks & les Buffalos, en comparaison la simple preuve du grand goût et de la super-classe, lol !) :

    Alors bon... Il n'y a certes pas loin de 1000 mètres à se farcir aussi, mais d'une façon bien plus tranquille :

    Jusqu'à ce que l'on quitte enfin la route des 4X4 pour retomber dans "nos" domaines favoris et privilégiés :

    D'où la vue commence enfin à s'ouvrir de façon grandiose :

    Donnant même (encore, et pourtant déjà de l'autre côté de la frontière !) sur le Mont Pelvoux et la Barre des Écrins, surtout une fois parvenu au prévu Passo dei Fourneaux (3094m) :

    Étrange nom italien (disons... piémontais), n'est-ce pas ?

    Dû apparemment à la présence de l'armée durant les guerres précédentes, dont subsistent encore d'énormes ruines, assez tragiques à voir, en fin de compte :

    Ceci dit, il faut bien admettre que chez les Italiens, ce que l'on appelle "l'engagement montagnard" s'avère toujours aussi particulier - vu que sans accès possible en bagnole (cf.#4), ce n'est en général même pas la peine de leur proposer quoi que ce soit, arf, arf, ptdr !!! Du coup, le seul rencontré durant les 1300m assez "hards" de la descente fut celui-ci, et je ne crois pas qu'il s'agisse de Berlusconi, toute analyse bien faite :

    Quant au Rifugio Levi-Molinari (1849m), il dut se trouver hanté par 5 ou 6 personnes au grand maximum, et ce fut du coup très cool - je le conseille à tout le monde, surtout vu la très bonne humeur de la gardienne et du gardien :

    Même pour les gens qui n'aimeraient pas l'Italie (il y en a, apparemment), s'il n'y avait qu'une unique raison de randonner dans ce pays, ce serait celle-ci, très contraire à notre pays : le fait grandissime qu'environ 99% des refuges ne soient jamais pleins le soir, voire même parfois vides, tout comme en Autriche... et franchement, c'est vraiment génial !!!

    Bon, allez... Question #9 : Puisque l'on débarque en Italie, et que l'article #8 se consacrait pour une fois davantage à la musique, quelle serait la bizarrerie de cette église ?

    Merci d'avance : jamais de réponse aux questions dans les commentaires...

    Toutes les infos du concours sont à lire ici !

    Libellés : , , , , ,

    4 Comments:

    Blogger Diego GL said...

    De beaux paysages capté dans de belles photographies.

    dimanche, 20 septembre, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Et bien honnêtement, merci beaucoup, très énormément, et même majustueusement...
    Je dis juste ceci parce que non seulement je connais beaucoup de gens personnellement, mais qu'en plus, pas mal de personnes sont aussi censées me connaître, en théorie des ami(e)s, des élèves, des chanteuses, etc... Et que du coup, depuis la quinzaine de jours où j'ai commencé ces 20 Posts plutôt assez "exigeants" niveau travail, mine de rien, je commence très franchement à halluciner de l'absence totalement incroyable de commentaires, en commençant à me dire : "Merde, je croyais qu'on vivait au XXIème siècle... Mais vu la "politesse" des gens sur le Net, j'ai sûrement dû me tromper"...
    Ou alors, ils ont juste un Q.I inférieur à 100, quoi...

    Du coup, vraiment merci pour ce message (et merci aussi du compliment pour les photographies) !

    dimanche, 20 septembre, 2009  
    Anonymous Maryvelines said...

    Bon, je me décide à commenter puisque ceusses qui seraient censés le faire en priorité s'en abstiennent.
    Pas tout à fait une inconnue (j'ai commenté le billet du 1er juin à propos des mascarons sur Paris Archis).
    Je suis ces deux blogs + ou - régulièrement sans commenter, depuis début juin donc, date à laquelle j'ai découvert Vincent The One.
    Je sais, ce n'est pas bien de lire sans commenter. Mais en même temps, quand je commente j'ai du mal à faire court !
    Alors si je ne dis rien ce n'est pas de l'indifférence mais plutôt un manque de temps, le mal du siècle déjà au siècle dernier, mais encore plus depuis 2000, avec l'explosion du web et la prolifération des blogs.
    Pour quelqu'un dans mon genre, qui s'intéresse à beaucoup de choses (dont l'architecture, les arts en général et plus particulièrement la peinture mais aussi la musique, le cinéma, la littérature, la nature etc), il arrive un moment où on n'étale plus !
    Donc j'essaie de réparer un peu aujourd'hui mon silence des mois précédents.
    J'aime beaucoup ce reportage alpin. J'ai eu l'occasion de séjourner dans le Briançonnais, Névache et la vallée de la Clarée (si chère à Emilie Carle) en août 1982 et je suis heureuse de retrouver des vues qui ravivent mes souvenirs un peu ternis par le temps.
    Je vous trouve bien courageux d'avoir entrepris une telle randonnée après ce que vous avez subi en juin.
    Alors un grand merci pour toutes ces merveilleuses photographies et merci aussi pour le concours, c'est un plaisir supplémentaire de se creuser la cervelle, alléchée que je suis par la promesse d'une récompense ;-))

    Marie des Yvelines

    dimanche, 20 septembre, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Arf, arf... Un grand merci pour ce commentaire éloquent, qui du coup m'inspire plein de choses, auxquelles il va falloir que j'essaye de répondre de façon raisonnable, lol !
    1) Comme mentionné ("L'architecture, les arts en général et plus particulièrement la peinture, mais aussi la musique, le cinéma, la littérature, la nature, etc.)", c'est EXACTEMENT la même chose chez moi, ce qui non seulement ne me donne aucun mal, mais en prime tout le temps du bien, quoi (même si c'est parfois dur)...
    2) En ce qui concerne les commentaires, je n'y comprends plus rien, en résumé... J'avais l'impression de vivre au XXIème siècle, mais d'après les réactions - enfin non, les non-réactions, disons-le, de certaines personnes que je connais, même très jeunes -, peut-être que je me trompe, finalement ?
    3) Non, non, non, ce n'est pas bien courageux, les randonnées que je me suis tapées au mois d'août, après m'être farci cet hosto à la fin du mois de juin... Au contraire, c'est cela qui tient la vie en permanence, tout comme la vision de Dieu incontournable (même s'il n'existe pas, qui sait ?), très justement chez tous ceux que j'ai pris plaisir à mentionner, Beethoven, Bruckner, Brahms & Franz Liszt !
    4) Et tant qu'à crever, vu que de toute façon il faut le faire, autant que ceci se fasse rapidos et d'un seul coup (comme mon père, ou comme cela a bien failli m'arriver l'an dernier sous une avalanche en Autriche, à voir ici), plutôt que de rester durant des mois comme une tâche dans un hosto à la con, quoi...

    dimanche, 20 septembre, 2009  

    Enregistrer un commentaire

    << Home