À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mardi, octobre 27, 2009

    THE LIFE...

    La vie, bien sûr !
    Et oui, en ce moment, j'aime curieusement faire des articles très contrastés, dirait-on, tout comme la très récente alternance de La Jeunesse avec La Vieillesse, et de celui-ci avec The Death...
    Pour tout dire, suite à la mort récente d'une tante insupportable, je me suis tapé ce soir (deux fois de suite, lol !) le sublimissime Ghost Dog de Jim Jarmush, qui cite entre autres l'essentielle oeuvre japonaise du fameux Yukio Mishima (三島由紀夫, 1925-1970), Le Japon Moderne et l'Éthique Samouraï, en réalité le Hagakure (葉隠れ) du bien plus ancien Jôchô Yamamoto (山本常朝, 1659-1719), un livre majeur d'à peine une centaine de pages sur les principes fondamentaux de la vie, à lire absolument (meilleure preuve, c'est que Forest Whitaker l'offre dans le film à sa jeune fille voisine, juste avant de mourir !) :

    Alors certes, il faut aimer pour ceci le très particulier esprit samouraï... Mais bon, c'est mon propre cas, tout comme Tom Cruise dans le tout aussi génial film d'Edward Zwick (Le Dernier Samouraï, justement), et du reste également comme certains musiciens que je connais, car dans notre profession, ceci reste en quelque sorte plutôt indispensable !

    "Je découvris que la Voie du samouraï, c'est la mort (...). Si l'on veut devenir un parfait samouraï, il est nécessaire de se préparer à la mort matin et soir et jour après jour. Le samouraï qui est constamment préparé à la mort, celui-là a maîtrisé la Voie du samouraï et saura sans jamais faillir vouer sa vie au service de son seigneur" (葉隠れ, p.48). Mon propre seigneur étant bien sûr la musique, il s'agit pour moi d'un principe fort évident - et plus ça va, moins ceci me fait curieusement flipper, conformément à la célèbre loi japonaise (allez savoir, peut-être du fait que je fus tout de même marié dix ans avec une pianiste de ce pays) ? Même si bon, ceci ne sera pas franchement drôle pour tous les autres (thanks, Mantegna !) :

    Autre principe que j'adore, même s'il semble souvent bizarroïde à beaucoup de gens : "Ma conviction est que la forme ultime de l'amour, c'est l'amour secret. Partagé, l'amour diminue de stature. Se consumer d'amour tout au long de sa vie, mourir d'amour sans avoir prononcé le nom chéri, là est la vraie signification de l'amour" (葉隠れ, p.77). C'est particulièrement vrai dans mon cas, car étant donné les 25 ans de la jeune fille dont je suis plutôt très amoureux, va-t-on dire (mais ceci restera un secret), jamais je ne me permettrais de lui déclarer mes moindres sentiments (tout comme Bill Muray dans le très génial film de Sofia Coppola, Lost in Translation, qui se passe d'ailleurs au Japon, lol !). Disons qu'histoire de ne pas rester sans image, je vais mettre cette autre jeune fille que j'aime beaucoup, de loin (et que beaucoup de gens détestent, ça, c'est en général un très bon signe du génie), Uma Thurman :

    Autre phrase fondamentale, que je cite très souvent à mes élèves musiciennes, car c'est un essentiel principe du déchiffrage, en général : "Il existe un certain état d'esprit qu'on a pu appeler "état d'esprit du temps de pluie". Quand on se trouve pris sous une averse soudaine, on peut essayer de ne pas se faire mouiller en courant de toutes ses forces ou en cheminant sous l'avancée des toits ; mais quoi qu'on fasse, on sera trempé. Si l'on est mentalement préparé dès le départ à être mouillé, on ne sera pas le moins du monde dépité lorsque cela se produira. C'est là une attitude profitable en toutes circonstances" (葉隠れ, p.115). En gros, disons que c'est généralement ce que la plupart des mecs nomment "avoir des couilles" (lol !), alors bon, j'ai beau détester cette vulgaire expression, n'empêche que ça marche très bien la plupart du temps au piano... Et d'ailleurs, dans beaucoup d'autres endroits de la vie, comme par exemple son propre goût pour les fringues, que certaines personnes n'osent pas du tout assumer, et que d'autres investissent à 100%, voilà, comme si c'était de la pluie que l'on se décide une bonne fois pour toutes à ignorer, et donc à très bien supporter. Ce qui, comme chacun sait, est mon propre cas en matière de chaussures (et oui, le verseau est un signe relié aux pieds, de même que le bélier au crâne, le lion au cœur, le scorpion au sexe, etc... Chacun son truc, n'est-ce pas ?), non seulement concernant ma centaine de baskets que les gens trouvent souvent très "zarbis" (comme les fameuses Reebok publiées sur l'article précédent, "THE DEATH"), mais aussi les chaussures de femmes, qui me font très souvent fantasmer à 200% (à voir très précisément ici sur l'un de mes quatre Blogs, lol !) :

    Bon. Cet article ne fut pas très facile à écrire, enfin non, disons plutôt facile, mais tout de même assez long... Alors je vais me permettre de conclure avec cette très géniale sentence du Maître Japonais en question : "La vie humaine ne dure qu'un instant. Passons-le donc à faire ce qui nous plaît. En ce monde fugace comme un songe, c'est folie que de vivre misérablement, adonné aux seules choses qui nous rebutent. C'est là un secret de métier qui risque de s'avérer nuisible si on l'interprète mal et que j'ai donc décidé de ne pas transmettre aux jeunes gens. Face à la situation actuelle du monde, je pense que je vais rester chez moi et dormir" (葉隠れ, p.84).

    Adoncques, voilà, je pense que je vais faire tout de suite la même chose... Tout ce que j'espère avoir accompli (à part encourager votre volonté de vie), c'est de m'être montré suffisament convaincant pour vous donner envie :
    1) D'acheter (voire d'emprunter) le livre de Mishima / Yamamo
    to dans la traduction de chez Gallimard
    2) De voir ou de revoir le très génial film de Jim Jarmusch, Ghost Dog
    3) Et bien sûr, le tout aussi géant de Sofia Coppola, Lost in Translation (sans même parler de son sublime Marie Antoinette, que j'adore) !

    Vous verrez, vous ne regretterez sûrement rien, dans ce très joli tas...

    Libellés : , , ,

    14 Comments:

    Blogger Vinyamar said...

    "(et que beaucoup de gens détestent, ça, c'est en général un très bon signe du génie)" ou pas ça dépend des gens !

    Un secret n'est plus un secret quand il est en partie dévoilé :)

    "mais aussi les chaussures de femmes, qui me font très souvent fantasmer à 200%" tu risques pas de fantasmer sur les miennes x)

    vendredi, 30 octobre, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Ah, mais non, mon secret n'est pas dévoilé du tout... D'autant que vu le métier que je fais, j'en connais énormément, des jeunes filles de moins de 25 ans, donc il n'y a aucun indice, lol !
    Quant aux chaussures, je ne sais pas, mais en gros, je n'en aime que trois sortes : les baskets (de préférence les Reebok Freestyle), les Buffalos, et chez les femmes, les plutôt hauts talons, disons 10cm au minimum... Alors on ne sait jamais, peut-être que tu possèdes l'une des trois sortes, pourquoi pas ???

    vendredi, 30 octobre, 2009  
    Anonymous SurfAnna said...

    pfiouuuu, on en apprend des choses, ici !! faut que je trie tout ça dans mon cerveau... en tous cas oui, ça m'a donné envie de lire Mishima, d'autant que tu n'es pas le premier à en parler dans mon entourage (eh oui, j'ai des amis très cultivés en fait !)
    Pour le concours, j'ai commencé à rédiger les réponses mais c'est vraiment dur et looooong... :-)
    Bises
    Anna

    vendredi, 30 octobre, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Mais non, mais non, il y a toutes les chances pour que ce concours se passe très bien pour toi, même avec très peu de bonnes réponses (car il n'y a pour l'instant que deux participantes, lol) !
    Par contre, c'est vrai que le Mishima (le Yamamoto, en réalité, que Mishima s'est borné à faire découvrir aux Japonais, juste avant son propre terrifiant suicide par harakiri, arghhhh), cela peut se lire très bien et très facilement, car la plupart des citations ne font en général qu'une dizaine de lignes, tout comme les quatre que j'ai citées dans l'article. Adoncques, même avec seulement cinq minutes disponibles par jour, le bouquin sera très vite terminé - pas comme le fameux Ulysse de Joyce !

    vendredi, 30 octobre, 2009  
    Anonymous Zoun said...

    Je ne connaissais pas.

    En tout cas, en lisant tout ça j'en arrive à une conclusion sur la vie:
    je suis content d'être scorpion!!! (^_^)

    C'est vrai qu'il est bien Lost in translation.

    ps: moi je sais pour ton secret :)

    samedi, 31 octobre, 2009  
    Anonymous yvelinoise said...

    "le verseau est un signe relié aux pieds" Non, pas vraiment. Désolée de contredire un peu cette affirmation !

    Le Verseau correspond aux jambes, entre les genoux (Capricorne) et les chevilles. Les cuisses étant régies par le Sagittaire.

    Ce sont les Poissons qui sont en relation avec les pieds.
    Sans doute as-tu une ou deux planètes en Poissons pour expliquer ta passion des chaussures délirantes ;-)

    Maryvelines

    samedi, 31 octobre, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Oui, oui, je le savais, j'ai juste un petit peu modifié l'interprétation... Et puis bon, après tout, quitte à aller entre les genoux et les chevilles, l'on n'est pas bien loin des pieds, n'est-ce pas ?
    Mais sinon, non, je n'ai aucune planète en Poissons, le soleil et vénus se trouvant en Verseau (à 4° et 20°, respectivement)...

    samedi, 31 octobre, 2009  
    Anonymous yvelinoise said...

    Et où se trouve Neptune dans ton thème ? Il ne serait pas près de l'Ascendant ou du Milieu du Ciel par hasard...

    dimanche, 01 novembre, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Et non... Neptune est effectivement en Maison I, mais tout à la fin et pas spécialement fort (tant mieux, du reste). La seule planète importante de cette façon, c'est en réalité Mercure au Fond du Ciel - c'est pour ça que je dois être très rapide sur l'ordinateur (et sur le piano, lol) !

    dimanche, 01 novembre, 2009  
    Blogger startine said...

    Arrête un peu l'astrologie et reviens dans la vraie vie !!!!!!!!!!!!

    Y'a rien d'écrit dans les planètes, elle n'en ont rien à foutre de nous, pauvres petites fourmis vivant maximum une seconde à l'aune de la durée de vie immense d'une planète.

    Il n'y a rien, il n'y a pas d'explication, pas de dessein, pas de destin, ta vie est juste ce que tu décides d'en faire. Point barre.

    Oui je suis nihiliste, cela me permet de m'intéresser à autre chose qu'aux planètes ;-)

    lundi, 02 novembre, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Alors certes, je suis bien d'accord avec le fait que les planètes n'en aient rien à foutre de nous... mais pas avec l'inverse (d'ailleurs, même les scientifiques admettent déjà la puissance de la pleine lune, et je suis persuadé qu'il en va de même avec les autres planètes). Désolé, donc, mais j'y crois à 200%, je n'y peux rien... Mais je connais mon thème par coeur, je n'y passe donc aucun temps, et je suis toujours dans la "vraie vie" (si du moins le piano en fait partie, lol) !

    vendredi, 06 novembre, 2009  
    Anonymous Chah said...

    J'ai aussi beaucoup entendu parler de Mishima. Lost in translation: pas mal, en tout cas, ça montre encore une fois que l'amour n'a pas d'âge.
    Pour ce qui est de se préparer à la mort, tu aurais pu citer le très émouvant "Chant de la terre" de Mahler, sur lequel tu nous avais concocté de si beaux cours. Depuis j'ai très souvent en tête la musique et des bribes du texte: "wohin ich geh'", "warum es müsste sein", etc.
    Moi aussi j'ai toujours entendu que les Poissons étaient reliés aux pieds. J'ai beaucoup aimé les talons de "10 cm minimum": les femmes ont une vie faite de servitudes en ce qui concerne leur apparence.

    mardi, 17 novembre, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    C'est vrai que ce fameux Lied von der Erde de Mahler, j'adore toujours autant cette oeuvre géniale, particulièrement la dernière mélodie d'une vingtaine de minutes (presque sa dernière création, du reste)...
    Par contre, il me semble t'avoir très rarement vue en talons de 10 cm, justement, mais peut-être me trompé-je ? En tout cas, je pense que toutes ces femmes (surtout Allemandes) "fans" de Buffalos 24400-T n'en souffraient pas du tout, et portaient d'abord ceci par pure passion, plutôt que par "pure servitude"...

    mercredi, 18 novembre, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Juste un "comment" en prime pour éviter le chiffre 13, vu que je suis un petit poil un peu superstitieux, lol !

    mercredi, 25 novembre, 2009  

    Enregistrer un commentaire

    << Home