À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • lundi, septembre 18, 2006

    #11 NOS AMIES LES BÊTES

    Pas si "bêtes" que ça, d'ailleurs (ça ne leur viendrait pas à l'idée, par exemple, de détruire tout un pays parce que deux de leurs congénères ont disparu)... Bref. Contrairement à ce que pensent certains touristes, on n'est pas "chez soi" en montagne, et avant toute chose, il faut d'abord penser à respecter ceux qui y habitent à plein temps, autrement dit les "bêtes pas si bêtes".
    On croise en montagne trois sortes d'animaux : les animaux domestiques pas sympas, les animaux domestiques sympas, et les animaux sauvages (la quatrième catégorie, celle des animaux sauvages potentiellement pas sympas - lions, pumas, serpents, vélociraptors, etc. - n'est pratiquement pas représentée dans les Alpes, à part quelques vipères et ours slovènes qu'on ne voit jamais).
    Le plus représentatif des animaux domestiques pas sympas, c'est bien sûr la vache :

    Il faut avouer que personnellement, j'ai un peu la phobie de ces gros bestiaux, même si j'ai beau savoir qu'ils ne sont pas dangereux. C'est plus fort que moi, ça m'impressionne, et en général, si je peux me débrouiller pour les contourner, je le fais (car je ne sais pas si vous avez remarqué, mais malgré toute la place disponible en montagne, les vaches se mettent SYSTÉMATIQUEMENT sur les chemins de randonnée, LOL !).

    De temps en temps, on peut aussi croiser quelques cochons, mais c'est plutôt rare, dans l'ensemble :

    En tout cas, ça amuse bien les enfants, c'est déjà ça de gagné !

    Passons maintenant aux animaux domestiques sympas :

    (Race "Haflinger")

    (Race "comtoise")

    (Prénom (cool) : "Jazzy")

    C'est vraiment plus psychologique qu'autre chose, car il est en réalité (paraît-il) beaucoup plus dangereux d'aller chercher des noises à un cheval qu'à une vache. Mais bon, c'est comme ça : l'histoire de l'homme a durant si longtemps été liée à celle du cheval (et l'est encore dans de nombreux pays, à ce sujet, ne loupez pas Urga, film mongol diffusé jeudi 28 sur ARTE) que la bêbête bénéficie toujours d'un énorme capital de sympathie.

    Et bien sûr, les inévitables troupeaux de moutons, qu'il faut bien faire attention de ne pas faire paniquer :

    Rigolote, cette photo. C'est comme les troupeaux d'êtres humains, ça : faut toujours qu'il y en ait un qui écrase les autres pour aller voir si la vue n'est pas plus belle plus haut !

    Dernière espèce, très répandue dans l'Alto-Adige : le musicien tyrolien. Cet animal en cours de domestication se distingue par sa robe chamarée, et son aptitude à faire du bruit en tapant sur à peu près n'importe quoi. Il est donc assez facile à repérer, et à fuir, éventuellement :

    Beaucoup plus fascinant, les animaux sauvages, qui eux habitent là à l'année. Alors pour vous, je ne sais pas, mais pour moi, c'est un "scoop" : la première fois de ma vie, cet été, que j'arrive à prendre d'assez près une photo de chamois (car d'habitude, ils déguerpissent à une telle vitesse que l'on n'a même pas le temps de sortir l'appareil photo), et en plus à très basse altitude, 1800 mètres :

    Il faut d'ailleurs à ce sujet remarquer une chose, c'est que presque plus personne ne se balade de nos jours avec un piolet (je dois être l'un des derniers), mais qu'en revanche presque tous les touristes randonnent désormais en s'aidant de deux bâtons de ski.

    Je suis absolument "contre" pour trois raisons : la première, c'est que cette pratique n'encourage guère à développer son propre sens de l'équilibre, puisqu'on est constamment aidé de béquilles. La seconde, c'est qu'en terrain plat, ça fatigue plus les bras qu'autre chose. Et la troisième, c'est qu'en raison du "tic tic" incessant, les chances de croiser un animal sauvage se trouvent à peu près réduites à 0%, pour être large !

    Autre "scoop" (car ces animaux sont plutôt rares dans les Hautes-Alpes, contrairement aux meutes que l'on croise en Savoie ou dans le Val d'Aoste), ma rencontre magique avec ce "papy" de quinze ans d'âge, dans le cirque du Lac Rouge dont il était déjà question dans le Post #16 :

    Comment font toutes ces bestioles pour se reproduire, en l'absence de toutes nos technologies, contrôle des naissances, insémination artificielle, etc.? Et bien c'est simple, elles s'inspirent des acteurs de porno, autrement dit, attendent d'avoir suffisament de public pour passer sauvagement à l'action :

    Pouf, pouf...

    Il s'agit bien sûr d'espèces pas forcément en voie de disparition, mais en tout cas extrêmement protégées. Comme me le disait une fois un chauffeur de taxi dans le Val d'Aoste : "Mamma mia ! Touer oune bouquetin, tou es fou, toi... C'est mieux de descendre ton voisin, tou fera moins d'années de prison, ça, c'est sour !". Donc, la prochaine fois que vous irez en montagne, pensez-y : les animaux y étaient bien avant nous, et ils y seront encore bien après nous, probablement, alors RESPECT (Yo, mon frère !). Si vous aimez les animaux, vous pouvez d'ailleurs faire un tour sur le Journal de Cassandre, c'est la fille d'une amie qui a créé ce Blog au mois de juillet, c'est très frais, très mignon, et surtout très loin d'être dépourvu de jugeotte.

    Changeons de registre avec la dixième question du SUPER QUIZZ (quoique... ces teutons peuvent se montrer aussi assez "bestiaux", quand ils s'y mettent) :

    Ces sympathiques joyeux lurons en sont déjà à leur troisième "Weizen Bier" (50cl à chaque fois, tout de même), et il est :

    1) 9 h du matin ?

    2) 11 h du matin ?

    3) 15 h du matin (autrement dit, 3 h de l'après-midi ?)

    4) L'heure d'aller se coucher ?

    Libellés :