À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • FULL METAL JACKET
    À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • lundi, septembre 10, 2007

    #12 : UEBER SPEISEN

    Autrement dit : miam, miam !
    Ce qui n'est, hélas, pas très souvent le cas en Autriche, car une fois que l'on a goûté à quelques-uns de leurs plats favoris (Rindsuppe, très mauvaise photo, je vous le concède, c'est bien pour ça que j'ai changé de numérique dernièrement) :

    Quelques spécialités de gibier (saucisson de chamois, jambon de cerf & Carpaccio de boeuf) :

    Ainsi qu'à quelques desserts assez convenus ("parfait" à la vanille) :

    On reste tout de même dans l'ensemble plutôt "sur sa faim", en résumé (ce n'est pas que ce soit vraiment mauvais en soi, c'est surtout que c'est ultra répétitif !). Le grand mystère de l'Autriche (et de l'Allemagne) réside tout de même dans ce paradoxe absolu : en parcourant les boutiques en ville, tout ressemble absolument à la France, c'est à dire qu'on y trouve de tout, des poivrons, des tomates, des courgettes, des aubergines, etc... Mais une fois dans les restaurants, par contre, c'est comme s'il n'existait plus que deux variétés de légumes : "Kartoffeln und Salat" (pommes de terre et salade, toujours dans des proportions indécentes, d'ailleurs, au moins de quoi remplir deux assiettes normales de chez nous, LOL) !

    Fort heureusement, il y a quelques exceptions... Comme dans cette petite auberge (Gasthof Mouassa, perdue au fin fond du Wienerwald), où l'on pouvait dès l'entrée du restaurant choisir sa truite dans le vivier, et très franchement, ça valait vraiment le coup (cuisine à l'indienne, au curry) :

    Sans compter que la carte des vins était elle aussi assez exceptionnelle, dont acte (car il y a en Autriche de très bons vins blancs, et même quelques rouges tout à fait honorables, Zweigelt et Blaufränkisch, notamment) :

    Néanmoins, il n'y a pas de miracle, c'est en se rapprochant le plus du sud que l'on déguste les meilleures choses, comme ici à Graz, au restaurant Eckstein, avec cette soupe de concombre au jambon fumé (inoubliable) :

    Suivie d'un bar rôti au romarin, blettes et raviolis "della casa", tout aussi mémorable :

    Sans pourtant atteindre ce qui fut le sommet culinaire de l'an dernier, un prodigieux risotto au basilic et au gambas :

    Il est vrai que c'était à Sterzing / Vipiteno, ville déjà située en Italie, dans le Alto Adige (comme l'indique la double dénomination). De toute façon, même au niveau des boissons, à partir du moment où l'on randonne sur l'arc alpin, on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre (voire même une troisième occurence, mais je la laisse à Unter, celle-ci, il va se faire un plaisir) : ou bien la bière est délicieuse et le café immonde, ou bien c'est l'inverse (sauf dans les rares refuges vraiment frontaliers, où les gardiens sont bien obligés de satisfaire les deux clientèles, et donc d'avoir à la fois le tonneau-pression et le percolateur !).

    Mais bon. Après tout, on n'est pas là pour ça non plus... Les cinq dernières photos, ce sont en fait les petits "extras" que je m'offre quand je suis dans les vallées, soit environ une fois par semaine. Pas de quoi en faire un plat, donc, si l'on peut dire ! (Incidemment, il faudra d'ailleurs que je pense, sur LE CINÉMA DE VINCENT, à vous faire la critique d'un film très étrange et très dérangeant, Vorace, de Antonia Bird, sur le thème plutôt rarement traité du cannibalisme)...

    Et maintenant, la question #12, histoire de rester un peu dans le sujet : l'Autriche est surtout réputée pour son cheptel :

    1) De moutons ?

    2) De vaches ?

    3) De porcs ?

    4) De girafes ?

    5) De poulets ?

    6) De vélociraptors ?

    (Haha, il y a un piège) !

    Libellés : , , ,

    7 Comments:

    Anonymous Anonyme said...

    je suis très mauvaise à ces jeux la moi msieur le professeur ! Mais qu'est ce qu'il est perfectionné ce blo ! Ca c'est pas du blog de biiiiiiiiiiiiiiiip!
    bisous bisous

    mardi, 11 septembre, 2007  
    Anonymous jerome said...

    mais c'est que tu me donnerais presque faim alors que je viens de sortir de table !!!

    personne t'a regardé bizarrement quand tu photographiais tes plats au resto ?

    mardi, 11 septembre, 2007  
    Anonymous Anonyme said...

    : ) ouai j'imagine la tête des gens ! Ils ont du se dire "aaaah ce français" hein m'sieur le professeur!?

    mardi, 11 septembre, 2007  
    Blogger Marie-Laure A said...

    mais quelle horreur!!! moi qui n'ai pas fait les courses et qui n'ai que 4 oeufs pour 5 au frigo pour ce soir!!!!!hiiiiiiii!
    bon, je colle tout le monde devant ton blog ce soir et je leur fait lécher l'écran!

    Ce soir, je vais être magistrale, meilleure que tes chefs autrichiens : faire manger 5 personnes avec rien! je vais y arriver....hahahhaa!

    mardi, 11 septembre, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Marie-Laure> Quatre oeufs pour cinq, haha, tu nous racontera sur ton Blog, là, quand même... Même pour cinq pygmées, ça fait court, là...
    Ou alors, c'est peut-être des oeufs d'autruche !!!
    Jérôme> J'ai pas fait gaffe, mais de toute façon, j'ai pas trop l'habitude de m'occuper de ce que pensent les autres, alors bon... Sinon, j'aurais pas un Blog comme celui-ci :

    http://buffaddict.blogspot.com/

    mardi, 11 septembre, 2007  
    Anonymous Unter said...

    Haan, tu me prends pour qui, je comprends pas tes allusions, je ne suis pas celle que vous croyez enfin !
    Bon, cette note fout la dalle, faut que j’aille me sustenter, du coup. Merci, bravo.

    vendredi, 14 septembre, 2007  
    Anonymous zoun said...

    vélociraptors il me semble

    vendredi, 28 septembre, 2007  

    Enregistrer un commentaire

    << Home