À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • FULL METAL JACKET
    À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mercredi, septembre 27, 2006

    #4 CORTINA D'AMPEZZO

    Autrement dit, selon l'étymologie officielle, "la petite cour d'Ampezzo", ville située plusieurs kilomètres à l'est.
    D'après mon expérience personnelle, je dirais cependant plutôt que le terme signifie "je me coltine le pèse", car cette station de ski ultra-chic apparaît probablement comme la ville la plus chère d'Italie :

    Quatre-vingts Euros pour une chambre pas terrible, presque cinq Euros pour un double-café en terrasse, et ainsi de suite... Malheureusement, Cortina est située en plein coeur des Dolomites, encadrée par cinq ou six massifs tous plus beaux les uns que les autres (ça, il faut bien l'admettre !), et comme il s'agit d'une sorte de carrefour stratégique, il est extrêmement difficile de traverser toute cette chaîne de montagne sans passer au moins UNE nuit à Cortina, hélas, mille fois hélas !

    Surtout qu'en soi, de même que Madonna di Campiglio (autre station huppée située dans le massif de Brenta), la ville n'a pas pas grand chose d'intéressant ou d'authentique à offrir. Une belle église, ça c'est certain :

    ...avec même un petit orgue tout mignon, qui donne vraiment envie de s'assoir à la tribune :

    Et bien sûr, comme dans toutes les stations de ski d'Europe, l'hôtel Post, le premier construit afin de répondre au développement du tourisme alpin au dix-neuvième siècle (ainsi que la très belle pharmacie déjà illustrée dans ces pages) :

    Sinon, il s'agit vraiment d'un village tout à fait quelconque, sans le moindre intérêt architectural (je me demandais du reste pourquoi j'avais pris cette photo à la con, mais voilà, maintenant, j'ai la réponse, LOL !) :

    Par contre, il y a des oeuvres d'art partout, que ce soit dans des boutiques d'antiquaires de très haut vol, ou tout simplement dans la rue :

    Une chose tout à fait étonnante : si vous cherchez dans ce paradis de la montagne un piolet en composite (comme c'était mon cas, vu qu'ils font maintenant des piolets tout aussi résistants, sinon plus, qui pèsent 300 grammes au lieu d'un kilo), vous ne le trouverez pas. Par contre, si vous voulez acheter un Van Gogh, un Dali, quelques petits vases de Sèvres ou un tableau flamand, toutes choses très utiles pour la randonnée, on en conviendra aisément, alors là, vous n'aurez que l'embarras du choix :

    D'ailleurs, je ne randonne jamais sans mes précieux petits vases de Sèvres, cela va de soi !

    Bon. Trève de rigolade avec la question N°18 : de quoi s'agit-il ?

    Là, comme c'est VRAIMENT dur, je vous donne deux indices : bien que cette scène se situe dans le musée d'art moderne de Roveretto (ville où Mozart a donné son premier concert hors d'Autriche, autant dire qu'ils n'en sont pas peu fiers, là-bas !), il ne s'agit pas d'oeuvres d'art.

    Voilà.

    Pour les retardataires, je rappelle que mon autre Blog SNEAKERS & BUFFALOS vient de publier l'album du dix-millième visiteur, c'est au lien 10000ème, avec une quarantaine de photos dues à mes amis blogueurs, et c'est très sympa (il faut d'ailleurs que je commence à organiser une 10000ème sur ce Blog-ci, car ça se rapproche, mine de rien, et les réactions sont toujours beaucoup plus lentes ici que sur l'autre, je ne sais pas pourquoi, mais c'est un fait, souvenez-vous de l'article 5000ème : LA TE-HON !!!!).

    Libellés : , , ,