À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • vendredi, mars 26, 2010

    GIRLS & BOYS...

    Les filles et les garçons, quoi...
    Tout ceci pour dire qu'en fin de compte, leurs cerveaux ne sont pas du tout les mêmes (sauf le mien, Verseau ascendant Balance, réputé androgyne, comme chacun le sait, lol !), notamment concernant la communication dans la vie réelle, mais en prime sur Internet, domaine où en général la plupart des mâles se révèlent de "gros nœuds" - meilleure preuve avec ce dernier article que je viens de publier au sujet d'un concert de trompettistes, et bien sûr, vu que 99% d'entre eux sont du sexe masculin, pas un seul ne s'est trouvé foutu de laisser le moindre "comment" (et ceci m'énerve énormément, va t-on dire, en résumé)...
    Certes, nous avons nous autres de "gros défauts" bien connus (attention, c'est à "hurler" de rire, cette vidéo) :


    N'empêche que je ne sais pas pourquoi, j'ai toujours préféré la compagnie des femmes, 100 fois plus communicatives que les hommes, et dont la présence se révèle toujours bien plus agréable, d'une façon générale...
    Enfin si... Au final, je crois que je sais pourquoi : à partir de 18 ans, quand je suis rentré étudier le piano à l'ENMP de Paris, 90% des élèves étaient féminines, et par la suite, dès que je fus nommé professeur dans cette même école autour de 1985, même chose vis-à-vis de mes étudiantes, lol !
    Bon, de même que la vidéo précédente, cette image est plutôt marrante, mais quelque part assez justifiée, je trouve (sauf le "centre du chocolat", pour ma part) :

    Quoi de plus vrai ? Le plupart de ces connards de mecs (DSL d'en faire partie, lol !) pensent effectivement à 100% au cul, à 100% à des sports totalement nuls (style : football, rugby, boxe, etc...), et effectivement, comme mentionné sur cette image, 0% à la "particule de l'écoute"...

    Rien que pour dire : quasiment 90% de mes liens sur ce Blog - y compris sur les trois autres - sont des liens féminins (exception faite des rarissimes Jérôme, Unter & Zoun, adoncques, bravo à eux trois, disons-le tout de suite)... Et tous les autres sont dus aux filles très bavardes et très communicatives (et en plus, sachant se servir du Net, ce qui n'est pas le cas d'énormément de garçons que je connais) !
    Petite anecdote au passage : rien que durant la dernière semaine, je me suis très bien entendu avec une fille d'Argentine (Elisa), plus une autre de Stockholm (Mandy), quasiment les plus rapides pour laisser des "comments" sur mon Blog de nouveau très vivant de PARIS ARCHIS (je ne me balade plus qu'à pied, désormais, vu que c'est quasiment l'été à Paris), et du coup, je me suis mis très vite à rajouter leurs liens !

    Sans compter qu'il y a eu aussi des "comments" de Céline, et bien sûr d'Anna, et même de Lunapei, relativement souvent...

    Bref, trop cool, tout ceci... Sauf pour les garçons qui ne sont pas nés sous les signes d'air, et tant pis pour eux !

    J'en ai marre de me plaindre (en gros)...

    Libellés : , , ,

    samedi, mars 20, 2010

    VIVE LA TROMPETTE !

    Mon prochain concert...
    Comme d'habitude - gratuit - au fameux Conservatoire Francis Poulenc, 11, rue Jean de La Fontaine, 75016 (hélas à 19h30 au lieu des 20h habituelles,
    petit rappel ici), où je vais accompagner en gros une dizaine d'élèves de Christian Herbert, ce qui devrait se révéler très "cool", en résumé (meilleure preuve avec ces photos tout juste prises - pas par moi, je le précise - en ce lundi 22) :

    Non seulement parce que c'est vraiment un excellent professeur, très sympathique & très persuasif, vu que même ses tout petits élèves, ne travaillant cet instrument que depuis un an ou deux, jouent déjà bien juste, avec de jolies nuances... Mais en plus, l'un de ses élèves très doué du troisième cycle, Sylvain Hollard, va vous offrir en prime deux morceaux que j'adore, le premier du malheureusement trop peu connu compositeur Guy Ropartz (1864-1955), élève du très mystique César Franck (1822-1890) :

    Le second étant cette "Légende" très difficile (tout à la fois pour la trompette et pour le piano) du compositeur Roumain Georges Enesco (1881-1955), une pièce extrêmement riche, et très émotionnelle, par endroits :

    Bon, OK, ces vidéos ne sont pas forcément géniales (surtout la première, parce que sinon, la pianiste du Enesco joue à peu près aussi bien que moi, XD !), mais c'est tout ce que j'ai pu trouver comme interprétations sur YouTube...
    Vu mon âge désormais vénérable de 51 ans (snif !), il faut dire que j'interprète ces deux morceaux nettement plus lentement (surtout le tout premier), non par paresse ou par manque de technique, mais au contraire par une concentration absolue sur la sonorité, et pour tout dire, basé sur une vision tout aussi mystique que celle de César Franck, même si je ne suis (pas encore) tout aussi "croyant" que lui, lol !

    En tout cas, si vous êtes libres, n'hésitez pas à venir à ce concert, je pense qu'il va se révéler vraiment très sympathique !

    Mercredi soir à minuit : Et bien voilà, comme prévu, ce concert s'est d'un bout à l'autre très bien passé... Avec ces deux très jeunes fort doués :

    Plus un très bon Quintette :

    Photographié depuis le piano ("mon" piano) :

    Et oui... Parce que finalement, j'étais bien là, habillé très "jazz", pour le coup, avec les très fameuses Reebok Freestyle de New York, lol ! (merci à Jean pour la photo) :

    P.S : Pour les très grands amateurs de marche (like me !), trois nouveaux articles que je viens de publier sur PARIS ARCHIS, vu que depuis le printemps, je me rends désormais presque toujours à pied de chez moi (XVIIème Nord) jusqu'au Conservatoire (XVIème Sud), soit une bonne petite heure, en résumé, pour les 5-6 kilomètres :

    1) Avenue de New-York
    2) Vive le printemps !
    3) Magasins...

    Merci d'avance pour des "comments" de votre part, même si je sais déjà que ce ne sera pratiquement jamais le cas de personne, surtout de la part des garçons (comparés aux très douées jeunes filles), vu que ceci exige en gros entre trente secondes et une minute de connexion, bref, l'enfer, quoi, en résumé, lol !

    Libellés : , ,

    dimanche, mars 14, 2010

    NEW CONCERT DE RÉMY !

    Mon neveu "batteur", comme chacun sait...
    Il avait déjà fait un très bon concert à Paris le 18 décembre 2009, à "La Boule Noire", juste à côté de "La Cigale" (souvenez-vous !), mais voilà, ça y est, il recommence avec son fameux groupe WATERGUN! le jour même du Printemps, cette fois-ci très près du fameux CNSMDP - ce qui serait plutôt bon signe, va-t'on dire, vu que les "ondes de la musique" flottent pas mal, dans la région :

    Avec Mattéo à la guitare et au chant, plus Jérémy à la basse, cela donne au final un bon groupe de Rock'n Roll bien "allumé", et très franchement, je m'étais bien éclaté lors de leur précédent concert (notamment avec le morceau Grator, que vous pouvez d'ores et déjà découvrir sur leur Site Myspace, ainsi que trois ou quatre autres) :

    Peut-être que le nom de la salle ne vous dit rien, comme ça, mais si vous être déjà passé vers la Grande Halle, ou même le Parc de La Villette, ce bâtiment vous sera forcément resté en mémoire (et donc, très facile à trouver en sortant du métro) :

    Comme vous le voyez : mon neveu vous assure déjà d'avance que cela va être "le pied absolu", lol !
    Alors, n'hésitez pas : viendez, viendez nombreux (plein de photos à voir ici, en attendant) !!!

    P.S : Et de préférence, n'oubliez pas de porter de très belles baskets comme les miennes, cela sera beaucoup mieux approprié à ce lieu !

    Libellés : , , , ,

    lundi, mars 08, 2010

    NOUVEL AN (CHINOIS)

    Certes, un tout petit peu en retard, là...
    Sinon que : le nouvel an Chinois (Tigre du Métal) datant du 14 février, et que beaucoup de mes élèves de Taïwan à l'
    ENMP ayant du coup (vaguement) séché mon dernier cours du lundi juste avant les vacances, c'était précisément l'occasion aujourd'hui de se rattraper, lol !
    Déjà, pour commencer, le flûtiste Hung-Chieh, travaillant de temps en temps dans l'un de ces plutôt rares Bar à Thé "Zenzoo" près des Halles, en a profité pour m'amener cette forme très particulière de thé de Taïwan, à base de billes de tapioca (dont la fameuse Sooishi de mes liens de droite avait parlé très récemment, au sujet du tout nouveau Kony Bubble Tea de Lausanne, que ma copine "C" habitant dans le coin a très franchement adoré) :

    Au début, ceci paraît un tout petit peu étrange, notamment à cause de la largeur de la paille, exprès pour absorber les billes, justement... Mais non, en fait, c'est délicieux !

    Second cadeau qui m'a énormément plu, le livre que mon élève YANG Ya-Chin (杨雅晴, excellente pianiste & déchiffreuse de 28 ans !) vient tout juste d'éditer, avec son ami Français étudiant en photographie :

    Avec cette très sympathique dédicace :

    Très jolie signature, et calligraphie, au passage... Et si vous ne devinez pas qui est le petit chien, c'est juste son animal chéri d'environ 20cm, Nini, qui assiste toujours à tous nos cours (sans aboyer, je le précise), lol !

    En regardant plus longuement le livre ce soir, il m'a beaucoup fait penser au fameux film collectif Paris, JE T'AIME, qui conformément aux caractères de son affiche et de son DVD, parle bien sûr davantage de l'AMOUR que de Paris - de même que peut-être ici, Mlle Ya-Chin offrant un baiser à beaucoup de passants au cours de 54 articles, il s'agit peut-être davantage de KISS que de Paris ???
    Un petit extrait pour vous laisser juges :

    Et pour finir, l'une des dernières photos que je préfère :

    Pour l'instant, à voir sur le Blog du livre (avec énormément de photos, certes, mais vous avez intérêt à bien lire le Taïwanais, ce qui n'est hélas pas mon cas) !

    Today, with Xiti, I saw more than 200 visitors from Taïwan on my Blog (incredible !)... If you want, you can leave a "comment" in English, it would be really nice (not only for me, but also for Ya-Chin), thank you in advance, I answer always !

    Il y a des jours, comme ça, où tout va bien...

    Déjà, c'était l'anniversaire (hahaha, enfin la très célèbre "majorité" de 18 ans !) de mon neveu Rémy, le fameux batteur de WATERGUN!, auquel une nouvelle batterie vient d'ailleurs tout juste d'être offerte par my sister & my brother in law !

    Neveu qui va du reste vous gratifier, très prochainement, d'un nouveau concert à Paris (arf, ça me semble bien marcher pour lui, finalement... Il y a tout de même de bon "musicos", dans la famille, en fin de compte, donc rien que ça, c'est déjà bien cool, lol !) :

    Et en prime, j'ai appris ce soir (vu que je n'allume jamais la TV avant 20h) que c'était comme tous les ans la plutôt très flippante "journée de la femme", dont je parle automatiquement chaque année, notamment avec ce gros article (plutôt marrant) de 2007...
    Attention, hein ? Quand je dis "flippante", c'est que je ne comprends toujours pas pourquoi 50% de la population a tout juste le droit - comme une sorte de faveur, en plus - à UNE SEULE journée sur 365 pour avoir la possibilité de s'exprimer, laissant du coup aux "mâles" les 364 restantes... Un concept totalement incompatible avec la logique des Verseaux, comme chacun le sait, lol !

    Voire même des Poissons (comme mon neveu Rémy, en l'occurence)... Vu que je connais une certaine graphiste de ce même signe qui vient tout juste de montrer un pied "intelligent" comme le mien (à savoir : l'index plus grand que le gros orteil, un bon signe très bien connu, thanks Lunapei) :

    D'ailleurs, juste à titre de comparaison, il y a un seul jour de l'année (à part ceux passés en montagne) où je ne fous & ne foutrai jamais le moindre doigt sur un piano à queue, même le meilleur et le plus cher du monde (Bösendorfer) : celui de cette putain de "Fête de la Musique" à la con, l'unique 21 juin de chaque année...
    Une seule journée réservée pour nous (ou le 8 mars, pour les femmes), et hormis ceci, 364 jours restants pour devoir supporter que les pianos ne soient jamais quasiment "accordés" - voire même changés - dans les "pauvres" Conservatoires de la "pauvre" ville de Paris, avec en revanche 364 jours réservés en tout droit aux abrutis du Football, du Loto, de la bagnole ou de TF1 (où là, curieusement, l'état a subitement toujours un magistral paquet de pognon disponible, strange, non) ???
    Bref, voilà, c'est comme ça, ceci me gave à 712%, et je suis à peu près sûr et certain que chez moi, cela - par principe - ne changera sûrement jamais !!!

    Libellés : , , , , , , ,

    jeudi, mars 04, 2010

    LUGUBRE GONDOLE...

    Pas la mienne, je précise !
    En tout cas, pas pour l'instant (je l'espère, du moins)... Mais en revanche, celle que le très grand compositeur Franz Liszt (1811-1886) a imaginée en 1882, en songeant à la future mort de son ami Richard Wagner à Venise (1813-1883), qui s'est effectivement produite en cet endroit un an plus tard, comme s'il s'agissait d'une réelle prémonition...
    Et rien que pour ceci (proche, en ce cas de prémonition, des sublimes - mais très sinistres - Kindertotenlieder de Gustav Mahler), toujours est-il que j'adore ce géant morceau d'une dizaine de minutes, disons au bas mot depuis une bonne trentaine d'années :


    Je le joue encore plus lentement que ce (sûrement) très jeune Christian Gallot, mais en gros, je m'en souviens toujours très bien "par cœur", tellement ceci s'avère plutôt facile - au moins de cet unique côté, lol !

    Très étonnant, du reste, de la part de notre fameux Franz Liszt, qui durant sa jeunesse s'est toujours révélé un personnage très séduisant, extrêmement virtuose au piano, ainsi que vis-à-vis des femmes (on lui en connaît environ 80, mais ça, de mon humble avis, et de celui de pas mal d'historiens, ce sont juste celles qui ont duré suffisament longtemps pour que des témoins les enregistrent, lol) !

    Bon, OK, plus tard, en se tapant les 75 ans à l'époque de l'invention de la photographie, ceci ne donne pas le même effet, certes... Mais ceci dit, déjà arriver tranquille à 75 ans, en se la jouant toujours aussi bien (sinon encore mieux) et en se gardant tous ses cheveux, même si blancs, là, maximum respect !

    Surtout que ce Monsieur a quasiment presque tout inventé concernant la musique "moderne" (entre autre avec cette fameuse Lugubre Gondole, qui frise franchement l'atonalité, de temps en temps), sans parler du fait que Wagner lui a pratiquement tout "volé", en prime sans même que Liszt ne lui en veuille jamais, incroyable, n'est-ce pas ?

    Mais bon, pour les gens "civilisés" qui aiment bien, très jolie combinaison, il faut bien l'avouer (la sensualité des trois planètes en Balance, associées à l'immense puissance de l'ascendant Lion, très efficace, dans le genre) :

    Là, je vais tout de même en dire un peu plus au sujet de cette fameuse Lugubre Gondole (un peu "hard", là, vu qu'aucun extrait de partition n'a eu l'air de se trouver sur le Net, il a donc bien fallu que je scanne tout de ma propre personne, lol) !

    Alors bon, peut-être que ceci ne branchera que les "vrais" musiciens, mais ce morceau reste tout de même assez géant, ne serait-ce qu'avec son introduction... Où les accords très lents de septième diminuée (descendant à chaque fois d'un demi-ton) semblent illuminer le très vague et très lent mouvement de la Mer de Venise, tandis que chaque phrase de la main droite (remontant d'une seconde majeure à chaque fois, basée elle aussi sur le même accord, suivant ce que l'on nomme, depuis Olivier Messiaen, les "modes à transposition limitée") paraît décrire la tristesse de l'homme qui regarde son ami défunt :

    Jusqu'à ce que l'on finisse par avoir, en fin de compte, la véritable "sensation" que le corps parte définitivement sur la gondole, avec cette sublime "pseudo-modulation" en Fa mineur (traitée de façon encore bien plus "barge" et plus "atonale" dans la Première Lugubre Gondole) :

    Et peut-être, grâce à ce passage assez magique du milieu (en Fa# Majeur, troisième ligne, malgré la "fausse" orthographe de Ré Majeur), que le corps finira au bout du compte à s'approcher du Paradis :

    N'empêche que la fin de ce morceau m'a toujours semblé très sombre, à juste titre, du reste... Après avoir imaginé le passage au Paradis du défunt, Liszt persiste néanmoins à regretter sa mort et à le pleurer sans cesse :

    Deux choses très hallucinantes dans cette ultime page : 1) Le fait que Liszt déplace ses accords de sixte mineure parallèlement de demi-tons par demi-tons, avec une grosse mélodie "dissonante", comme pour un dernier "pleur", très frappant, je trouve... 2) Le fait que toute la fin de son morceau se base sur une unique voix axée sur la gamme par tons (avec néanmons le sol bécarre presque perceptible comme la "note sensible" de l'ultime sol dièse) !

    Bref, en résumé, ce morceau reste absolument incroyable, quoi...

    Aber Achtung pour les pianistes like me : sûr, on peut l'apprendre par cœur en moins d'une heure ou deux, et il n'y a visiblement aucune difficulté technique...
    Par contre (problème édifiant, lol !), c'est qu'il faut en permanence faire attention au phrasé, à l'expression, et (encore plus que d'habitude) à l'usage extrêmement délicat de la pédale droite...

    Adoncques, ça a l'air "fastoche".. Mais bon, en résumé, ceci ne l'est pas tant que ça, au bout du compte, lol !

    N'empêche : c'est trop géant, ce morceau !!!

    Je l'adore, depuis au moins une trentaine d'années...

    Libellés : , , , ,