À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • vendredi, mars 30, 2007

    STOP, NOW !

    Après deux Posts (vaguement) consacrés à ce qu'il y a peut-être de plus bas et de plus laid dans le monde, la politique (déjà que je m'étais promis que je me limiterais à un seul Post, raté !), lavons-nous vite fait la cervelle et les yeux avec ce qu'il y a en revanche de plus beau sur cette terre : la nature et l'Art.
    Tout d'abord avec ces magnifiques photos que m'a envoyé aujourd'hui même Mister François, provisoirement exilé au Japon (enfin bon, depuis quatre ans, on appelle ça du "provisoire qui dure", normalement, XD !), avec ce spectacle attendu de tous chaque année, la floraison des cerisiers, les fameux "sakura" (桜) :

    Le problème des cerisiers, c'est qu'ils ne respectent aucun horaire (les cons !), au point qu'il existe au Japon une chaîne spécialement dédiée à ces prédictions florales, le Sakura-Channel :

    Tantôt c'est en mars, tantôt c'est en avril voire début mai, résultat, malgré mes cinq ou six voyages au Japon, j'ai toujours loupé ce moment unique et fort court, sniff !

    J'admire particulièrement cette dernière photo, qui en dit plus que n'importe quel discours sur le sens esthétique raffiné et délicat de ce pays :

    Et maintenant, parlons d'Art (et hélas, d'argent aussi)... Je ne sais pas si vous vous souvenez, il y a de cela quelque temps, de l'ouverture de la boutique de Sat, que j'avais longuement commentée sur ce Blog :

    Longuement commentée (et même chaudement recommandée), car on pouvait entre autre y trouver et y commander via PayPal ces quatres reproductions majeures (Le Tryptique de Janus, également disponible en panneaux indépendants, ainsi que le Tribute to Ramiro Rodriguez), non seulement dans des tirages d'imprimerie de qualité professionnelle, mais aussi agrémentées au dos d'un dessin personnalisé et signé.

    Sachant que chacune de ces oeuvres n'existe (et n'existera jamais) que dans ces tirages limités à dix exemplaires chacun, combien croyez-vous qu'il soit nécessaire de débourser pour avoir la chance d'acquérir de tels chefs-d'oeuvres ?

    Et bien, comme le disais Alphonse Allais, "je ne vous le donne pas en dix millions, je ne vous le donne pas en un million, je ne vous le donne pas en cent mille... (j'abrège pour ne pas davantage lasser la patience de mes lectrices), je vous le donne en mille" : soixante petits Euros, autrement dit le prix de trois ou quatre DVD tirés, eux, à des millions d'exemplaires, ou encore celui d'un repas à trois dans une mauvaise pizzeria, que tout le monde aura oublié dès le lendemain.

    Il me semble qu'avoir une oeuvre d'Art (quasi) unique dans son salon, pour la vie, c'est tout de même d'une toute autre portée, non ? Et bien, je ne comprends pas... Moi qui m'attendais à ce que ça parte comme des petits pains, et bien ce n'est apparemment pas tout à fait le cas, même si certaines promesses commencent à être tenues. Et pourtant, cette artiste devient peu à peu de plus en plus demandée, non seulement chez nous, mais aussi outre-Manche ou aux U.S.A :

    Croyez-moi sur parole (surtout vu son thème astral, très prometteur) : tous ceux qui auront loupé le coche MAINTENANT n'auront plus, dans dix ans (quand ces impressions vaudront dix fois, voire cent fois leur prix actuel), qu'à "se la prendre et se la mordre" (ou disons, plus poliment, "que leurs yeux pour pleurer"), comme tous les marchands d'Art du début du siècle qui ont laissé filer aux États-Unis plus de la moitié des tableaux impressionistes français, tout simplement parce qu'ils n'y croyaient pas (haha, on en rit encore) !!!

    Enfin, bon... Moi, je dis ça pour vous, hein ? Vous ne pourrez pas dire plus tard que je ne vous aurai pas prévenus. Inutile de rappeler tous les liens, ils sont tous dans mes bannières à droite (sauf Sat : l'ancien Blog, où figure encore une grande majorité de ses oeuvres, le nouveau Blog étant très récent, et donc encore assez peu alimenté).

    Tant que j'y suis, un petit coup de Pub aussi pour une graphiste que j'aime beaucoup et qui malgré (ou grâce à) son jeune âge, va sûrement tenir ses promesses dans un proche avenir, une nouvelle parmi mes bannières (mais depuis longtemps présente par ses commentaires sur le Blog de Sat), Lunapei (mais on peut dire LuN @ p3i aussi, si on veut vraiment faire G33K) :

    Lunapei, outre un pseudo très "musical" évoquant à la fois la lune et l’orient (j'ai sûrement pensé ça à cause de Taipei, mais en fait, ce n’est autre que l’anagramme de son prénom, à vous de trouver), possède en outre un très joli coup de crayon, et une aisance naturelle dans le dessin des corps et des visages – là, j’avoue, je suis jaloux, c’est précisément tout ce que je ne sais pas faire…

    Pour tous ceux à qui le nom de Sat viendrait immédiatement à l’esprit, en raison parfois, d’une certaine communauté de thèmes, je me contenterai de citer les propres paroles de l’intéressée elle-même : "les coupes punks et les trucs asiatiques, je faisais déjà ça avant !".

    Qu'on se le dise ! Blog à suivre, en tout cas...

    Libellés : , ,

    jeudi, mars 29, 2007

    HYPOTHÈSE

    À qui profite le crime ?

    Tout le monde a bien sûr entendu parler des fameuses émeutes de racailles (à nettoyer au Karsher, comme chacun sait, XD !) qui ont récemment ébranlé la gare du Nord, à partir d'un incident à la base tout à fait bénin, comme il s'en produit sans doute plusieurs centaines de fois par jour (un voyageur sans ticket).
    Version lisse :

    Ou version "exotique" (日本語で), au choix :

    C'est curieux, vous ne trouvez pas, tout ce bordel à quelques semaines des élections, non ?
    Bon, supposons d'une part que je sois non pas le chef, mais l'éxécuteur des basses oeuvres (ils en ont tous) d'un grand parti de droite ou d'extrême droite, d'autre part que je sente depuis peu un revirement de l'opinion en faveur de l'intégration et de la régularisation des sans-papiers. Qu'est-ce qui m'empêcherait, avec la complicité tacite des forces de l'ordre, d'arroser une trentaine de djeuns à hauteur de mille Euros chacun, disons, juste histoire de provoquer un énorme souk susceptible de raviver au coeur de chaque Français la fibre sécuritaire et raciste ?
    Ne riez pas, ça ne serait pas la première fois, et ce ne sera sûrement pas la dernière (n'oublions pas que c'est par un tel procédé qu'a débuté la seconde guerre mondiale, tout de même).
    Comme je le disais déjà plus haut : à qui profite le crime ?
    Ou alors, je deviens parano, moi... Faut que j'arrête de regarder des films, là, XD !!!

    Libellés : , ,

    mardi, mars 27, 2007

    J MOINS 25 !

    Chères amies,
    Après mûre réflexion, j'ai décidé, à la suite d'un commun accord avec moi-même, de me présenter aux élections présidentielles d'avril 2007, sur la base d'un programme révolutionnaire, tenant en une seule et unique phrase : un maximum de blé pour tout le monde, avec le minimum de boulot (c'est clair, net, concis, et pas plus irréalisable que les promesses des autres candidats) !

    Pouf, pouf...
    Nan, je déconne, bien sûr. C'était juste qu'à force de voir mes collègues blogueuses y aller chacune de leur petite bafouille sur le sujet (sauf les graphistes, honneur à elles !), sans parler de mes réponses aux COMMENTS dans le Post précédent, qui ont fini à la longue par dépasser en volume le Post lui-même (XD !), je me suis dit qu'il allait bien falloir un jour ou l'autre que je m'y colle pour de bon, dont acte. Voici donc le seul et unique article de politique qui ne sera jamais publié sur ce Blog, en espérant bien qu'il choquera tout le monde, comme toutes les bonnes vérités qui, comme chacun sait, ne sont pas toujours bonnes à dire (car je ne suis pas verseau pour des prunes, ne l'oublions pas) !

    Deux choses :
    1) JE N'AI (PRESQUE) JAMAIS VOTÉ... Et non seulement, je n'en ai même pas honte, mais en plus, j'en suis fier et je revendique, pour la bonne raison que :
    2) JE SUIS CONTRE LE PRINCIPE DU SUFFRAGE UNIVERSEL... Attention, là, j'en voit déjà quelques-unes, au fond, en train de se précipiter sur la touche COMMENTS pour me pourrir le Blog, alors du calme, laissez moins au moins une chance d'argumenter, please !

    Bon. Je suis contre le suffrage universel, non seulement parce que cela revient à demander leur avis sur la question la plus importante qui soit à 99% de gens qui n'y connaissent strictement rien, d'une part ; et d'autre part, parce qu'à force de médiatisation, les campagnes politiques ne sont plus depuis belle lurette (depuis l'alliance Mitterand-Ségala en 1981, en fait) que de vastes campagnes de pub visant à ratisser le plus large possible, avec bien évidemment toutes les putasseries que cela suppose, puisqu'il faut avoir le mot juste pour s'attirer l'électorat gay sans pour autant froisser la France puritaine et catholique, fédérer le vote juif sans avoir l'air méprisant à l'égard des arabes, etc...
    Au risque de brouiller complètement les repères des électeurs, entre l'une qui demande à chaque français d'avoir le drapeau national chez soi pour l'afficher le jour des fêtes officielles (LOOOOL !), et l'autre qui se balade gentiment aux bras d'une magrébine (ben ouais, quand même, le black, il a pas osé, là, ça se serait vu !) :

    Sans même parler de l'énormissime "gaffe" de la belle (sachant que près de 70% des profs votent PS, ça en dit long sur la taille de son cerveau, tout de même) :

    Ceci va sûrement vous sembler sans le moindre rapport... mais la première fois que j'ai installé sur mon ordinateur un anti-virus digne de ce nom, efficace à 200%, et en plus totalement gratuit (Avast), devinez qui m'a donné l'info ? Un informaticien professionnel.
    Voilà, c'est aussi simple que cela, c'est le mot qui convient : "professionnel". Il suffit d'imaginer la charge monstrueuse et écrasante que doit représenter la gestion d'un pays aussi complexe et bureaucratique que la France, avec en prime deux données économiques incontournables qui rendent presque caduques d'avance toutes les belles promesses de tous les candidats (primo, une marge de manoeuvre extrêmement limitée compte tenu de la mondialisation des marchés, ça, Mitterrand a été le premier a l'apprendre à ses dépends, secundo, un endettement record de 2600 milliards - je dis bien milliards - d'Euros, soit plus de 100% du budget annuel de l'état, même au dixième de ça, votre banque vous aurait déjà viré depuis longtemps !), il suffit, disais-je donc, d'imaginer l'immense complexité de cette tâche pour qu'on ne laisse pas le soin à des "amateurs" (encore une fois, c'est le mot) d'en décider.

    En France, on n'aime toujours pas beaucoup les Allemands (c'est bizarre, non, allez savoir pourquoi ?)... N'empêche que ce peuple très logique et très pragmatique, dont on envie depuis au moins vingt ans le système d'éducation exceptionnel sans avoir jamais réussi à l'importer (fin des cours à 13 h, APM aménagées pour les activités sportives ou artistiques), a tout de même un système de gouvernement que je trouve personnellement bien plus sain - outre le fait qu'il soit fédéral -, comme cela l'était du reste chez nous du temps de la troisième République : les citoyens votent pour le maire, les maires votent pour le député, les députés votent pour le président (autrement dit, en terme de "professionnalisme" croissant, et non pas décroissant comme c'est le cas chez nous).

    Et voici pourquoi, dans le premier point, je disais : "je n'ai (presque) jamais voté". Car j'eus voté, jadis, pour le maire de ma petite commune de 60 000 habitants (je n'étais pas encore parisien). Un maire, c'est concret, c'est réel, on peut le croiser, le rencontrer, prendre RV avec lui, et s'il ne construit pas les piscines, les stades ou les conservatoires qu'il a promis, on l'éjecte aussi sec ! Un député, c'est déjà plus difficile à fréquenter... alors un président (à part le camenbert éponyme) ?
    Bref... Tout ça pour dire que tant que serai en vie, je me refuserai toujours à participer à cette grosse mascarade, à ce simulacre de démocratie, à ce nivellement de la politique par le bas. Et merde, relisons Platon (et surtout Socrate), Montaigne, Rousseau, Proudhon et Fourier, un certain nombre de gens qui avaient oublié d'être cons, tout de même...
    Bon. Histoire de ne pas vous laisser sur une note aigrie ou désabusée, je vous laisse quand même ce petit Podcast à pisser de rire (Florence Foresti, elle est douée, elle, putain...) :

    Pour la petite histoire : comme souvent quand je blogue (dans une pièce), la première fois que j'ai entendu cette imitatrice très douée, j'avais laissé tourner la TV dans l'autre pièce (juste pour faire un bruit de fond, vous savez ce que c'est, les vieux célibataires, XD !), et je croyais vraiment DUR COMME FER, au début, que c'était la VRAIE Ségolène, lol !... Et puis à un moment, je me suis dit, "NAAAAN, mais c'est pas vrai, ça, elle peut pas être aussi con (quoique) !"... et là, je me suis déplacé pour vérifier de visu, et j'ai découvert cette imitatrice géniale, voilà..
    Donc, c'est bon : le Post est fini, vous avez désormais le droit, en toute connaissance de cause, de m'insulter et de me pourrir dans les commentaires, merci d'avance !
    P.S : Trois petits liens juste pour le "fun" : Marie-Ségolène Royal (très critique), Petites phrases (citations réelles des pires bourdes des candidats), et surtout l'incontournable et géantissime Discosarko (bon, faut un peu fouiller l'interface, pas trop évidente au début. Mais au final, voir le nain de jardin se payer le "Moonwalker", ça mérite, tout de même, XD...) !!!

    Libellés : ,

    samedi, mars 24, 2007

    VAVAVOUM !

    O Tempora, O Mores !
    C’est ce que je me suis dit hier soir, quand un voisin qui tapait l’incruste à la maison m’a fait découvrir un petit film apparemment assez "culte" de Claude Lelouch, "C'était un Rendez-Vous", ou encore la Traversée de Paris (huit minutes 37 secondes montre en main, pour aller de la Porte Dauphine à Montmartre, tourné en 1976). Admirez, c’est tout de même de la folie furieuse, quelque part (entre 150 et 200 km/h, en grillant tous les feux rouges, heureusement en plein mois d’Août à cinq heures du matin) :

    Pour la petite histoire, le parcours adopté n’est d’ailleurs pas des plus directs (à noter pourtant qu' il s'agit, de très loin, du meilleur film de Claude Lelouch, XD !) :

    Curieusement, alors que la bête choisie pour cet exploit était une Mercedes SE 6,9L (déjà un monstre, à l'époque), le réalisateur a préféré doubler le son par celui d’une Ferrari 275 GTB, ce qui rend la performance encore plus impressionnante :

    Aussitôt convoqué à la préfecture, Claude Lelouch, sans surprise, se fait confisquer son permis par le préfet, qui le lui rend presque aussitôt en lui signifiant : "Je m'étais promis de vous retirer votre permis, mais je n'avais pas précisé pour combien de temps !". Pour finalement ajouter : "Mes enfants adorent votre petit film !

    Non, mais vous imaginez un seul instant la même chose aujourd’hui, avec tous les radars et le durcissement de toutes les lois, qui ont de plus une fâcheuse tendance à se multiplier tous azimuts, ces derniers temps ? Tous les points supprimés d’un coup, une giga amende, et peut-être même un peu de taule au passage, minimum !
    Le progrès, ce n’est pas toujours forcément une bonne chose, notamment dans le domaine de l’hygiénisme. Je ne prétends pas, par exemple, que le tabac soit bénéfique pour la santé, mais de là à le diaboliser à ce point-là, il y a une marge. Je me rappelle des années 80, où l’on pouvait fumer à peu près partout, dans les avions, dans les lieux publics, et même dans les lycées (sans avoir à payer une amende de 68 Euros, à une époque où le paquet de Gauloises ne valait encore qu’un franc soixante-dix), et je n'ai pas franchement le souvenir que ça gênait grand monde !

    Et ce n’est qu’un début : d’ici quelques années, sur certains produits riches en graisses ou en sucre, devrait désormais figurer un avertissement, du style de ceux qu’il y a sur les paquets de cigarettes (on hallucine, quand même, non ?) : "consommer de la viande peut provoquer l’infarctus du myocarde", "attention, les œufs peuvent aggraver votre taux de cholestérol", "manger des gâteaux tue !", etc. Alors c’est sûr, c’est peut-être de la prévention ; mais en même temps, on culpabilise tellement les gens qu’à la place d’une génération de cancéreux ou de cirrhotiques, c’est une génération de gens complexées et paranoïaques qu’on va tout doucement mettre en place. Même en montagne, désormais, la DASS a tellement foutu son grain de sel que non seulement on ne peut plus dormir à 100 dans un refuge de 60 places (comme c'était courant autrefois, et qui est le sens même du mot "refuge"), mais qu'en prime, presque toutes les sources d'eau douce se voient désormais étiquettées "non potables", tout ça parce qu'il manque 0,1 mg de potassium, ou quelque connerie du même genre (des sources bues et connues depuis des dizaines de générations) !
    Est-ce que c’est mieux ? Est-ce que c’est moins bien ? Ce n’était pas vraiment mon propos, en fait, déjà que je ne supporte pas les vieux qui commencent toutes leurs phrases par "de mon temps"… Mais plutôt juste histoire de constater à quel point le monde s’est transformé, en l’espace d'une vingtaine d'années, jusqu’à devenir presque l’inverse de ce qu’il était. Et encore, vingt ans, c’est peu ! Si l’on revient encore un peu plus en arrière, dans les années quarante, là, vous n’allez même pas le croire :

    Et le plus beau, pour la route :

    Comme le disait Coluche : "M’enfin ! Mais ils le savent, tout de même, qu’on roule bourrés !".
    En résumé, donc : surtout, ne prenez jamais la route sans un bon verre de Cointreau ou de Ricard, surtout si vous souhaitez vivre plus vieux que 59ans, XD !

    VAVAVOUM !!!

    Libellés : , , ,

    jeudi, mars 22, 2007

    LIRE...

    Je ne sais pas si, par hasard, les plus âgées d'entre vous s'en souviennent encore (comme dit précédemment, j'arrête d'utiliser le masculin sur ce Blog, vu sa fréquentation à 95% féminine, kikoo lol !), mais il fut un temps lointain où, pour s'informer de quelque chose, il fallait se rendre dans de vastes endroits nommés "librairies" ou "bibliothèques", souvent situés loin de chez soi, pour en ressortir avec un ou plusieurs objets encombrants nommés "livres", constitués de déchets d'arbres agglomérés légèrement maculés d'encre de seiche (et en plus, il fallait parfois même payer pour ce privilège !).
    Et bien, tous renseignements pris, cette coutume existe apparemment toujours, puisque je viens juste de finir de dévorer ce très étonnant roman, qu'une bonne amie à moi m'a offert pour mon anniversaire de vieux :

    Il faut dire que cette bonne amie réside provisoirement dans un non moins étonnant pays, l'Albanie (que comme moi, je suppose, vous allez être bien incapable de situer sur une carte d'Europe du premier coup, lol !), par ailleurs très beau, comme vous pourrez vous en rendre compte en contemplant les très belles et très nombreuses photos de son site :

    Oui, je sais, y a un chtit air de ressemblance avec mes Blogs, c'est normal : I am the Webmaster !

    Non, sans rire... J'ai énormément lu autrefois (entre 6 et 36 ans, on va dire), et pendant que mes petits camarades se faisaient des matchs de foot à la con dans la cour de récré (mais oui, je persiste, XD !), je m'exposais déjà sans le savoir aux moqueries de ces mêmes crétins, pour qui le terme de "rat de bibliothèque" doit sans doute être la pire insulte possible (encore faut-il savoir lire, préciserais-je).

    J'ai énormément lu, donc, hélas beaucoup moins maintenant, mais c'est comme ça, c'est comme la peinture, ça me prend par périodes, je n'essaye même plus de comprendre... Bref, tout ça pour dire que la lecture, quand on est par la force des choses un peu obligé de s'y remettre (ben oui... on me fait un cadeau, je le lis, quoi, c'est un minimum), et bien c'est très agréable, finalement ! Même si c'est un roman très noir, qui dépeint les pires tréfonds de ce dont l'âme humaine est capable, en plus dans le cadre ultra serré d'un minuscule village perdu dans les profondeurs de l'Yonne. Ça, j'ai au moins une "ex" qui va adorer, si jamais elle tombe dessus (vu que l'une de ses principales activités dans la vie consiste essentiellement à lire et relire sans relâche tout ce qui peut la conforter dans l'idée que l'être humain est abominable, bon, des fois, elle a pas complètement tort, mais sur le long terme, c'est épuisant, pour ne pas dire plus !).

    Bon, en même temps, Sylvie Germain n'est pas non plus Marguerite Duras (que j'adore !). C'est très bien écrit, certes, ça se lit d'une traite sans laisser le temps de souffler, mais d'un autre côté, ce n'est ni très novateur, ni très original. Mais après tout, quelle importance ? Deux de mes Dieux en musique - Bach & Brahms, comme chacun sait - étaient tout SAUF des novateurs, adoncques...

    Tiens, d'ailleurs, ça me fait la petite transition idéale (vu que je parle assez rarement de littérature sur ce Blog) pour vous présenter mes trois écrivains fétiches :

    1) José Luis BORGES (1899-1986, Argentine) : peut-être le plus grand "nouvelliste" du monde.

    Le Webern de l'écriture, capable de résumer en cinq pages ce qui en aurait demandé plus de 400 à n'importe quel philosophe (hormis Wittgenstein, mon propre Dieu dans ce domaine), avec une efficacité absolument redoutable. Au cas où vous ne connaîtriez pas encore et ne deviez en choisir qu'un seul, ce serait absolument Fictions, LE chef-d'oeuvre du genre "nouvelle" hors compétition (et en plus, ça ne doit guère coûter plus de trois ou quatre Euros en Folio Gallimard) !

    2) James JOYCE (1882-1941, Irlande) : L'auteur de l'Ulysse, bien sûr (malgré Homère !), probablement le plus grand roman jamais conçu et entrepris par l'imagination d'un unique être humain - héhé, encore un verseau de plus parmi nous !!!

    Impossible à résumer et encore moins à décrire, c'est quasiment l'équivalent de l'Art de la Fugue et des Variations Goldberg dans le domaine de l'écriture. Comme le disait le précédent suscité (Borges) : "il est presque infini !". En gros, TOUT y est : toutes les formes d'écriture possibles, tous les styles inimaginables, tous les niveaux de langues... Bref, chaque fois que je le relis, environ tous les cinq ans, ça m'hallucine toujours autant. Juste deux exemples, pour la route : le chapitre quatorze (qui correspond aux "Boeufs d'Hélios" dans l'original), qui non seulement décrit un accouchement (banal, bon), mais relate au travers de cet accouchement la naissance de toute la nation d'Irlande (plus fort, là, déjà), et enfin le fait vivre dans la langue même, puisque ce chapitre commencé en bas anglais de l'an 1000 se finit en argot contemporain sans même qu'on puisse sentir la plus petite transition (et voilà, toujours pareil, c'est l'éternelle différence entre le génie et le talent, quoi) !

    Et bien sûr, l'ultime chapitre, écrit sans la moindre ponctuation - une première ! - et qui conclut sur la plus belle demande en mariage sans doute jamais formulée en ce monde, c'est bien simple, ça me tire les larmes à chaque fois, et Dieu sait qu'avec un bouquin, ça n'est tout de même pas fréquent (mais bon, c'est de la musique, en même temps, il faut le lire à haute voix... je crois d'ailleurs que ça s'est déjà fait au théâtre) : "... et les maisons roses et bleues et jaunes et les roseraies et les jasmins et les géraniums et les cactus de Gibraltar quand j'étais jeune fille et une Fleur de la montagne oui quand j'ai mis la rose dans mes cheveux comme les filles Andalouses ou en mettrai-je une rouge oui et comme il m'a embrassée sous le mur mauresque je me suis dit après tout aussi bien lui qu'un autre et alors je lui ai demandé avec les yeux de demander encore oui et alors il m'a demandé si je voulais oui dire oui ma fleur de la montagne et d'abord je lui ai mis mes bras autour de lui oui et je l'ai attiré sur moi pour qu'il sente mes seins tout parfumés oui et son cœur battait comme fou et oui j'ai dit oui je veux bien Oui."

    3) Et bon, sans surprise (encore un verseau !), mon troisième écrivain préféré, XD !

    Ouais, je sais, c'est la honte, après les deux monstres précédents... Mais bon. Il fallait bien un peu "mouiller la chemise" un jour ou l'autre, comme on dit... Et puis au moins, je supporte de me relire, c'est déjà ça (ce qui n'a pas toujours été le cas, loin de là) ! Et tant qu'à faire, soyons relous jusqu'au bout : mais oui, c'est édité chez un "vrai" éditeur (plus d'infos sur le contenu ici), et ça peut même se trouver sur un "vrai" site, comme Fnac.com, au hasard...

    En guise de conclusion : comme un jour ou l'autre, quelqu'une va forcément me demander la traduction du joli petit 俳句 (Haiku) de MASAOKA Shiki (正岡子規) qui me sert pour l'instant de portrait, je préfère prendre les devants dès maintenant.下町は (Shitamachi wa), 雨になりけり (Ame ni narikeri), 春の雪 (Haru no Yuki) : "dans la ville d'en bas / menace la pluie / neige de printemps".

    Je sais, ça perd 80% de son sel à la traduction. Faites donc comme moi : gâchez les plus belles soirées de votre adolescence durant quatre ou cinq ans, et ensuite, ça sera du 100% limpide, XD !!!

    Que dire d'autre ? Ah oui, pour toutes celles qui auraient loupé (faut dire, je publie tellement vite en ce moment, que mon score de g33k doit bien être explosé, là, XD !), quelques Post intéressants à voir ici, pour les amoureuses d'architecture et de Paris : Tourisme #1, Tourisme #2 & Tourisme #3, ou encore sur LE CINÉMA DE VINCENT, pour les vraies cinéphiles : Printemps..., Une Histoire Vraie, et bien sûr l'ultra génial et indémodable Alien.

    Et en prime, pour faire court (wouarf, comme si je savais faire ça, ptdr !), deux nouveaux liens très sympas déja rajoutés en bannières, Lunapei si vous voulez voir du beau dessin, et Les Pierres Noires si vous aimez le violon irlandais !

    Bon surf !

    Libellés : ,

    mercredi, mars 21, 2007

    C'EST LE PRINTEMPS (BIS) !

    Mon Dieu ! Mais qu'est-ce que j'ai pu me les geler, aujourd'hui (et celles ou ceux qui me connaissent savent que pour que MOI j'ai froid, il faut vraiment se lever de bonne heure, XD) !
    Bon. À la demande générale (rhooooh, les hargneuses, là...), je repeins donc mon Blog avec une couleur plus supportable, non pas le gris clair habituel, mais une autre bien profonde et bien vibrante que j'ai découvert par hasard, et que je trouve très belle (mais donnez-moi votre avis, s'il vous plaît, même s'il est positif, pour une fois !). Car pour mémoire, toutes celles (j'arrête d'employer le masculin, là, il y a tellement peu de mecs sur la blogosphère, c'est même pas la peine, XD !) qui sont passées ici le 21 mars ont eut droit à ceci, le fameux petit "vert printemps" habituel :

    Et je ne vous raconte même pas les commentaires, lol ! C'est fou, quand j'y pense... Je dois changer le fond de ce Blog au pire quelques jours par an, en plus de façon très conventionnelle (Noël=rouge, Saint Valentin=rose, printemps=vert, etc.), et bien à chaque fois, je me fais descendre au lance-flammes bien comme il faut, ça marche à tous les coups !
    M'enfin bon. On ne va pas se laisser démonter pour autant, non mais...
    En attendant (ça faisait longtemps, tiens !), re-petit coup de Mozart comme vous ne l'avez jamais ni vu ni entendu, histoire de saluer dignement l'arrivée du printemps :

    Mais oui, je sais...

    Celui-ci, on a beau le connaître par coeur, on ne s'en lasse jamais !!!
    Trève de plaisanterie ! Soyez persévérant et descendez deux articles plus bas. Là, au moins, vous aurez du sérieux à vous mettre sous la dent : trois Posts parlant d'architecture, de belles demeures et (entre autres) du lycée Claude Bernard, avec une quarantaine de photos, toutes prises pour vous par Me, I & Myself !

    Libellés :

    C'EST LE PRINTEMPS !

    Et voilà, tout arrive : après un hiver à près de 14° de moyenne, voici le printemps qui attaque avec 6° ! C'est vraiment du n'importe quoi absolu...
    Enfin, ça tombe bien : je viens justement, sur mon site LE CINÉMA DE VINCENT, de poster un article sur le superbe film Printemps... du Coréen KIM Ki-Duk.
    Deux seules choses à porter en cette saison (comme toujours, plus d'infos sur SNEAKERS & BUFFALOS) :

    Bonne fête à toutes les Clémence (et aussi, mais plus rare, à tous les Endée d'Arranmore, les Nicolas de Flue, et les Sérapions, XD) !!!

    Libellés :

    vendredi, mars 16, 2007

    TOURISME #1

    Et pof !!!
    Trois nouveaux articles pour le prix d'un (plus un autre sur LE CINÉMA DE VINCENT, au sujet de ce génial film de David Lynch, Une Histoire Vraie), j'espère que vous apprécierez l'ensemble, et que vous laisserez pour une fois des COMMENTS, XD !!!
    Pour celles ou ceux qui n'auraient pas tout suivi dès le début (oui, je sais, je publie trop et trop vite, dsl !), ce Post ainsi que les deux suivants sont consacrés à ma version "touristique" des avantages de notre récent déménagement professionnel. Pendant que 60% des profs et des parents d'élèves passent leur temps à râler et à ruminer, moi, je m'éclate (comme le disait Eastwood dans Le Maître de Guerre : "On s'adapte, on improvise, on maîtrise !"), je m'efforce de suivre ce génial précepte à 200%, et je me ballade avec mon petit numérique juste histoire de donner quelque chose à manger à mon Blog, et donc à vous, fidèles lectrices (les mecs ne savent pas bloguer, à part moi, dont acte, lol !).
    Première arrivée au lieu "alternatif" du conservatoire "hors les murs", le lycée Claude Bernard :

    À l'intention des amateurs de Jurassik Park, je précise tout de même qu'il ne s'agit nullement d'un stégosaure géant (brrr... j'ai eu peur, la première fois), mais d'une chose peut-être encore plus dangereuse, étant donné la masse de stupidité, d'alcool et de violence que cet endroit peut cumuler certains soirs : le parc des princes (sans majuscule, car ça se mérite, ça aussi !).

    Petite photo dont je suis assez (très, en réalité) content :

    Dernier petit coup d'oeil à la facade, avec sans doute la devise la plus mensongère jamais conçue par un régime gouvernemental (au moins, les latins disaient Dura Lex, sed Lex, bon, c'était pas super cool, mais ça avait au moins le mérite d'être réaliste, XD !) :

    Et puis il faut bien se décider (enfin !) à prendre possession des lieux, et par la grande porte, s'il vous plaît (avec cette belle devise, la seule chose qui mérite vraiment d'être défendue en ce bas monde, et qu'hélas de plus en plus de gens ignorent) :

    Petite vue sur la gigantissime cour (le bâtiment couvre à lui tout seul un énorme pâté de maisons), où il est désormais interdit de fumer sous peine d'une amende de 68€ (quelle bande de tarés, tout de même, en plein air, on croit rêver, là... Le fascisme est malheureusement toujours plus près qu'on ne le croit !) :

    Et maintenant, le "Blog dans le Blog" : l'intégrale des fresques de Maurice Denis (1870-1943) qui ornent le hall d'entrée, avec quatre petits encarts consacrés aux neuf muses de la mythologie grecque :

    Ainsi que trois plus larges panneaux successivement intitulés "la culture française classique", "la philosophie", "chimie, physique, biologie" :

    Bon, d'accord, c'est pas du Vermeer ou du Velasquez, mais enfin c'est tout de même beaucoup mieux que ce qu'on avait dans notre habituel conservatoire, non ? Comme le disait déjà Himmler en visitant Auschwitz sous la pluie : "Ne boudons pas notre plaisir !" (je précise que je cite directement de Mr Desproges, histoire de ne pas être accusé d'avoir un Blog antisémite). Bon, c'est sûr, ça a un petit côté désuet, comme la plupart des symbolistes, Puvis de Chavannes (fresques au Panthéon), etc... mais en même temps une sorte de charme suranné qui n'est pas désagréable non plus.

    Moins agréable : les coursives à n'en plus finir de ce bâtiment qui doit faire plusieurs dizaine de milliers de mètres carrés, d'autant plus flippantes qu'elles sont presque toujours désertes le mercredi. Là, il ne manque plus que les matons, le clan des Jamaïquains et les toxicos, et on a la totale, XD :

    Parfois, on a donc bien besoin de décompresser avec une chtite clope au soleil (de "ouf", en ce moment à Paris, plus de 18° !!!) :

    Voire même de se défouler avec la thérapie du "cri primal", absolument indispensable après plusieurs heures de "concertos techniques" pour violon. Pour mémoire, ces oeuvres - personnellement, je préfère le terme de "sous-merdes", mais bon, ça se discute - consistent en des espèces de "pensums" absolument fastidieux et dépourvus d'art sous quelque forme que ce soit, dus à des compositeurs que plus personne ne connaît heureusement aujourd'hui (Rhode, Rieding, etc...), plus personne SAUF les professeurs de violon, hélas, qui ont environ cinquante ans de retard sur ceux de violoncelle (encore un chouilla de Romberg, mais si peu...) et 300 ans de retard sur ceux de piano, qui attaquent dès la seconde année avec des compositeurs dignes de ce nom, même s'il y a parfois encore un peu de Kühn ou de Czerny qui traîne (mais bon, marginalement, on va dire) !

    RHOOOOH, ça fait du bien !!!

    Et pour finir : spéciale kacedédi à ma pouffe préférée (Ccil) :

    Les initiés comprendront...

    Post suivant (dans l'ordre déroulant) : mais comment donc ai-je bien pu arriver jusqu'à ce lycée si distant de chez moi ???

    P.S : Oui, je sais, je suis bien conscient que cet article n'aura pas forcément une portée universelle et planétaire, mais tant pis, c'est comme ça... Moi, ça me défoule, et c'est déjà ça de gagné. DSL !

    Libellés : , , ,