À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mardi, juillet 28, 2009

    MY GOD...

    Dieu existe-t-il ? En vrai ?? Pour de bon ???
    Hum, je n'en sais toujours rien, en fait... Et pourtant, je devrais, à la longue : pas tellement à force de jouer en permanence quelques oeuvres mythiques (Die Kunst der Fuge de Bach, les trois ultimes Sonates de Beethoven et de Schubert, les Opus 117, 118 & 119 de Brahms, etc.), mais surtout, au bout du compte, grâce à l'inestimable bol de toujours passer sans même savoir pourquoi au travers des pires événements possibles, alors que je suis quasiment certain qu'il doivent ravager la vie de plein d'autres gens...
    Même en omettant de parler de mes deux morts frôlées très récemment, soit l'an dernier sous une avalanche de "ouf", soit ce mois-ci grâce à une belle connerie d'hosto durant tout de même trois semaines, il vient de m'arriver deux trucs complètement débiles à deux ou trois jours près juste avant de partir en vacances : primo, une belle fuite de flotte, et secundo (plus grave), une belle fuite de dents... Alors bon, le "Très Grand Monsieur" cité ci-dessus en titre existe t-il pour de vrai ou pas ? Je n'en sais toujours rien, à vrai dire, mais ces deux gros problèmes se sont trouvés résolus avec une facilité déconcertante dès le lendemain :

    Sympa, non ? Du coup, la plupart des gens me donnent une quarantaine d'années, soit un gros poil moins que mon âge réel (secret, bien sûr) !

    Bon. Certes, j'ai aussi subi ces derniers temps de grosses souffrances, consistant par exemple à louper sur Ebay l'offre aussi tentante (1€ au départ !) de ces sublimissimes Reebok Freestyle, l'une des rares qui me manquaient :

    Mais au moins, ce genre de "souffrances" n'attaque ni le cerveau, ni la bouche, ni l'appartement, ce qui n'est déjà pas mal, en soi (même si je suis tout de même suffisamment obsédé et taré pour graver ainsi mon fond d'écran, lol !) :

    Rien de bien grave, en tous cas je l'espère, surtout que vu d'ici quelques jours, je risque de me retrouver forcément ici, chez l'un de mes meilleurs amis depuis 24 ans (la sublime Barre des Écrins, 4102 mètres, que j'ai au moins grimpée une fois dans ma vie, mais oui, heureusement pas par cette face sud, la pire de toutes, lol !) :

    Et si en plus toutes les choses me vont bien (pourquoi pas, vu que le personnage de mon titre à la con a l'air d'exister pour de bon, non ?), je n'aurai bien sûr qu'une seule envie en prime, celle de fréquenter à nouveau l'une des plus belles vallée d'Italie, celle des très fameuses Dolomites où je me suis éclaté l'an dernier, à deux doigts de la non moins célèbre plus belle Cathédrale du monde, que tout le monde connaît :

    Bon, que dire de plus... Ah si, comment occupe-je mon temps juste avant de foutre mon cul sur un TGV en direction de Briançon ?

    Tout simple. J'essaye de m'acheter (et donc de me voir) certaines des choses que pas mal de gens que je connais m'ont présenté comme des chefs d'oeuvre, ce qui certes est vrai dans ce cas :

    Mais beaucoup moins dans celui-ci, je trouve (alors que plus jeune, Cronenberg a tout de même réalisé des films totalement "barges" mais géniaux, que je préfère à 400%, la preuve en ce fameux index) :

    Autre façon très bête d'occuper mon temps : visiter des musées du coin que je n'avais pas revus depuis plus d'une dizaine d'années (genre Nissim de Camondo, par exemple), et très franchement, ce n'est pas mal du tout :

    Bonnes vacances à vous toutes et vous tous !!!

    Libellés : , , , , ,

    vendredi, juillet 24, 2009

    MYSTERY...

    Help me, please... Or not ???
    Suite à près d'un mois plutôt inattendu dans un grave hôpital (même si celui-ci s'avérait en fait magnifique), que faire pour revivre ?
    Bien évidemment, c'est la première question que je me suis posée... En tentant de répondre plusieurs fois à la mythique interrogation : "comment survivre" ?
    Avoir les plus belles mains, les plus belles jambes, et les plus belles baskets Buffalo du monde ?

    Bon. Oui, OK, mais tout de même un peu trop facile, non ?
    Du coup, je me suis concentré sur quelques actes légérement plus durs, mais très indispensables depuis un sacré bon bout de temps, comme la totale réfection de mes casseroles en cuivre (thanks, Dominique !) :

    Celle de ma salle de bain, qui en vertu de son très vieil évier commençait à menacer salement de fuites dans tous les sens :

    Plus quelques vagues courses à droite à gauche en pleine période de soldes estivales, qui m'ont permis de changer dans la foulée mes trois vieux coussins pourris depuis une bonne quinzaine d'années par trois remplaçants tout neufs, pour l'indéfinissable somme de 7 € (alors qu'habituellement, ceci tourne plutôt autour de 30 ou de 40 €, lol !) :

    C'est joli, non ? En tout cas, perso, j'aime bien - et c'est le principal :

    Le problème, c'est que pour moi, ceci ne répond absolument pas aux problèmes suivants : 1) Pourquoi se retrouve-t'on à l'hosto ? 2) Jusqu'à quel âge va-t-on vivre ? 3) Quel est le propre et réel SENS de la vie (à supposer que celle-ci en ait un) ?

    Alors bon... Certes, il y a des gens très menacés qui y ont plutôt très bien répondu, pour ne pas dire mieux, notamment le très grandiose Beethoven, avec sa très fameuse et magnifique Sonate N°31, sublimement interprétée par le très fameux Glenn Gould (et que je joue - soyons franc ! - depuis au moins 30 et quelques années, sans jamais m'en lasser, bien au contraire, lol !)

    N'empêche que c'est très vague, et qu'hélas ni Bach, ni Mozart, ni Beethoven, ni Schubert, ni Brahms (bref, les plus géniaux, il faut bien l'admettre, tout de même !) ne m'aident guère à refoutre ma tête dans le bon sens...

    Résultat : il y a de grosses chances que je risque une fois de plus de me rebarrer très bientôt ici (ce que tous les fans de Briançon reconnaîtrons tout de suite) :

    Voire ici, si je peux, l'un des plus beaux endroits de l'Italie, comme l'ont décidé tout à la fois les deux "très pauvres" Georges (Lucas & Clooney), dont les petits hôtels sur le lac ne doivent pas être très loin de celui-ci, que j'ai visité avant-hier :

    Adoncques, pour résumer bêtement : si vers le 10 septembre, quelques nouveaux articles continuent toujours à se réafficher comme d'habitude, cela voudra sûrement revendiquer ma vie, non ?

    J'espère que vous êtes "pour", en tous cas...

    De mon côté (soyons honnête), je n'ai rien contre, lol !!!

    Libellés : , , , , , , ,

    jeudi, juillet 09, 2009

    PAUVRE OUAM...

    Ou non ?
    Bien sûr que non ! Et pourtant... J'ai frôlé depuis le 14 juin un état d'une telle gravité que ce Blog, ainsi que ses trois autres cousins, a bien failli finir sa vie en entraînant la mienne, autrement dit plusieurs mètres sous terre !
    Soyons honnête : alors qu'il m'est arrivé quelques fois depuis 2001 des expériences plutôt raisonnables de la crise d'épilepsie (très souvent en début d'été, lors du changement de climat, de pays et de la mise au sport), je me suis trouvé cette fois-ci bombardé par une version tellement violente avant la fin de l'année scolaire que le choix s'est d'un seul coup trouvé limité à l'option mort subite, ou à la rigueur, internement plutôt assez long dans un hôpital fameux, Lariboisière (75010) :

    Curieusement, "Dieu" semble pourtant s'être cette fois-ci montré plutôt gentil (déjà en n'ôtant pas le moindre pourcentage de mon essentiel instinct musical), sans oublier néanmoins de ne pas mal entamer mon autre mémoire sous la forme d'une importante parabole, parabole qui va peut-être m'offrir en cadeau encore quelques belles années, pour autant que je dise une fois pour toutes adieu à ma consommation d'alcool, que je freine autant que possible celle du tabac, et que dans la foulée, j'arrête enfin de considérer à mon âge, comme un vrai débile que je suis, les nuits très avancées et les grasses matinées en tant que logique de base...

    Comme chacun le sait peut-être, il me reste très peu de famille, et mon choix d'ami(e)s s'est toujours révélé extrêmement restreint. De la sorte, la moindre des choses doit au moins s'engager de ma part dans un énorme remerciement concernant tous ces proches : Valérie, Dominique, Rémy, Emmanuel, Frédérique et Marco, pour de pures visites, ainsi que Gilles, Charlotte, Cécile, Zoun... Que leurs coeurs soient sacrés (comme celui que l'on voyait très bien du second étage de Lariboisière) :

    En tous cas, trois semaines plus tard, j'ai tout de même fini par sortir de l'enfer le vendredi 26 juin - avec une certaine insistance de ma part, certes, mais c'est au moins toujours ça de gagné... N'empêche que la forme, la mémoire et la santé ne sont pas encore revenues à 100%, même si j'ai bon espoir à ce sujet. Je ne bois plus, je fume deux fois moins, mon rythme de vie est redevenu "normal", mais vraisemblablement, la marche, le piano, et même l'Internet (oui, je sais, vous n'allez pas me croire, lol !) vont encore rester quelque temps un peu au ralenti, c'est ainsi...

    La seule chose que je peux vous promettre, ayant fait près d'une centaine de photos Nikon dans le superbe hôpital Lariboisière (ainsi qu'une brève dizaine dans le très laid Fernand Widal, juste à côté), c'est de publier un très bel article d'architecture à ce sujet sur mon Blog Paris Archis...

    Mais encore un peu de patience, s'il vous plait... Merci d'avance !

    P.S (du 28/07) : Voilà, c'est fait, comme promis !

    Libellés : , , , ,