À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • samedi, juin 06, 2009

    DES AMIES...

    Passées et présentes...

    Il se tient en ce moment au conservatoire du XVIème, 11, rue Jean de la Fontaine, une exposition de photographies plutôt sympa, concentrée sur les élèves et les professeurs (100% gratuite), réalisée il y a déjà trois ans, juste avant notre déménagement provisoire pour cause d'instabilité du bâtiment, et que je vous engage vivement à aller découvrir !
    "Charité bien ordonnée commençant bien sûr par soi-même", je n'hésite donc pas à me citer en premier, chaussé de mes très fameuses Buffalos 2003-14, même si je n'ai aucune idée de la façon dont on peut bien jouer de cet instrument barbare (désolé pour les reflets du flash, mais finalement, je ne trouve pas ça si laid, et d'autre part, c'était ça ou être complètement flou, croyez-moi, j'ai essayé les deux !) :

    Beaucoup de mes élèves étant majeures, elles finissent bien sûr souvent par devenir des amies assez proches, même si hélas on perd parfois le lien d'une façon totalement inexplicable, comme par exemple avec la très belle et très douée violoncelliste Valéna D***** (que j'ai bien dû accompagner entre ses 10 & ses 20 ans, si ce n'est plus) :

    Heureusement, d'autres sont plus constantes et plus fidèles, comme Sarah K***, immortalisée par le photographe (je rajouterai le nom mercredi soir, là, j'ai un trou) dans ce qui restera sans doute l'une des plus belles images de l'exposition :

    Pourquoi parlé-je de tout ceci, moi ? Ah oui, ça y est, ça me revient : c'est parce que Sarah (beaucoup) et myself (très vaguement), on a un tout petit peu contribué à "coacher" Sat (encore une autre amie), qui non contente d'être une peintre de génie, s'est très récemment mis en tête de chanter, ce qui a déjà très bien marché lors de mon anniversaire, de l'avis général, mais commence maintenant à produire de superbes résultats (ne cliquez pas sur la photo, cela n'aura aucun effet, mais plutôt directement ici) :

    La pièce s'intitule "I Didn't Cry" du groupe THE WAY I AM, et franchement, c'est superbe : le morceau est inventif, original, le "mix" superbe, quant à Sat, elle se défonce avec un enthousiasme et une énergie dignes de Terminator 5, bref, "ça le fait", quoi, comme on dit !
    Encore une fois, n'hésitez pas une seule seconde à aller découvrir tout cela ici, vous ne le regretterez pas !
    Maintenant, tout ce que l'on attend, c'est le concert "live", bien sûr !
    Et on va tous venir, en plus !!!

    Libellés : , ,

    jeudi, juin 04, 2009

    IN MEMORIAM...

    Il y a des jours, comme ça...
    Où l'on ferait tout aussi bien de ne pas se lever, en résumé...
    Comme en ce jeudi 4 juin 209, marqué entre autres par la mort de l'acteur David Carradine à l'âge de 72 ans, célèbre paraît-il grâce à la série "Kung Fu" (1972-1975), que pour ma part je n'ai jamais vue :

    Mais désormais connu de tous, et même des moins de 20 ans, en raison du succès planétaire de la saga Kill Bill de Quentin Tarantino (où il incarne justement le fameux Bill en question) :

    La plupart du temps, à 72 ans, on meurt le plus souvent soit de mort naturelle, soit du fameux "coup du coeur explosé à cinq pointes", l'un des très grands moments de Kill Bill II :

    Mais très rarement retrouvé pendu dans une chambre d'hôtel de Bangkok, il faut bien l'admettre...

    La vie peut être tellement belle et magique, si l'on sait bien la regarder, que le choix de cette solution ultime m'apparaît toujours comme un grand mystère, du moins pour le moment... Par la suite, comme chacun le sait, "il ne faut jamais jurer de rien", alors s'il s'agit de choisir entre cela ou une option du genre "finir sa vie comme un légume durant des années dans un mouroir", j'avoue qu'il y a de quoi hésiter, vous ne trouvez pas ?

    Bref ! Seconde raison de ne pas se lever aujourd'hui : la commémoration, elle aussi planétaire, de la vingtième année des fameux événements de la place Tian'Anmen (04/06/1989), avec cette image demeurée fameuse :

    J'ai dit "planétaire", là ? Excusez-moi, je devais avoir la tête ailleurs... Non, bien sûr, je me suis trompé. Il y a au moins un pays où l'on ne célèbre pas cet événement, grand comme 14 fois la France, et c'est la Chine (Lol ? XD ? Mdr ? Bien sûr que non) !

    Et d'après le JT (avec toutes les réserves que ceci implique), il paraît que la plupart des adolescents chinois ne savent même pas à quoi peut bien correspondre cette date, pour situer le niveau de la censure...

    Comme le dit ce savoureux dialogue, tout au début du Monocle Rit Jaune (Georges Lautner, 1964), entre Henri Nassiet et Paul Meurisse :

    - Alors, Dromar, qu'en pensez-vous ?

    - Hmm... "Mauvaise Série"...

    Bon. Ça ira mieux demain, c'est tout ce que l'on espère... En attendant, soyez gentils d'avoir une petite pensée pour mon amie Ccil (Moncil), qui passe un examen plutôt très important ce vendredi 05/06/2009. Je suis sûr que ça l'aidera !

    P.S : Et aussi (juste pour moi et ma soeur, vu que j'ai intitulé cet article "IN MEMORIAM"), une pensée émue pour nos parents, tous les deux décédés la même année 2004, il y a cinq ans... C'est clair : j'ai connu des moments plus sympas, dans ma vie !

    Libellés : , ,

    mardi, juin 02, 2009

    L’ÉCHANGE

    Juste comme ça, en passant...
    Pour une fois que je fais de "vraies" courses dans de "vrais" magasins situés dans le "vrai" monde réel (Célio et la FNAC, pour être tout à fait exact), je viens de me passer une très bonne soirée - et en même temps de me prendre, comme d'habitude, une énorme baffe - en regardant l'avant-dernier Clint Eastwood, L'Échange, que j'ai bien sûr acheté les yeux fermés en me disant que ça ne pouvait être que la très grande classe :

    Et bien sûr, ça n'a pas loupé : c'était (vraiment) la très grande classe ! Pas tout à fait aussi traumatisant que Million Dollars Baby, heureusement, mais tout de même, de temps à autre, du style à exiger d'avoir le coeur bien accroché...

    Le "pitch" (histoire vraie, en plus) : le combat d'une femme seule (Angélina Jolie, remarquable d'émotion et de sobriété !) dont on a enlevé le fils, à laquelle la police rend un autre enfant, supercherie qui ne la convainc pas une seule seconde, et qui, de simples révoltes en internements psychiatriques arbitraires, va finalement se retrouver à faire tomber toute la police de Los Angeles dans les années 1930 :

    Vu que j'ai TOUS les films du grand Clint, et qu'en plus, il n'y en a aucun que je ne trouve mauvais, voire même tout simplement "moyen", je vous recommande très vivement ce chef-d'oeuvre absolu, en attendant la toute prochaine sortie DVD de Gran Torino, prévue pour le premier juillet !

    Niveau filiation(s), il y a bien sûr une parenté évidente avec Mystic River, mais aussi avec cet OVNI relativement méconnu, et extrêmement perturbant, "Emprise", l'un des seuls films (sinon le seul) de l'acteur Bill Paxton, également à conseiller...

    Bon. Je dois vous laisser, là, car la vraie place de cet article - bien plus développé - serait en théorie sur Le Cinéma de Vincent. Mais vu le temps que me prennent les Posts sur ce site, je ne peux absolument rien vous promettre, et pourtant, je n'ai pas résisté à l'envie communicative de vous faire part de mon enthousiasme absolu pour ce film fascinant !

    Si je devais faire la comparaison avec le monde de la musique, il est clair que Clint Eastwood n'aurait absolument rien à voir avec Mozart, ni même avec Bach (tout le monde sachant très bien que le J.S.Bach du cinéma n'est autre que Stanley Kubrick, n'est-ce pas ?)... En revanche, je vois vraiment en lui une parenté avec le grand Ludwig Van, l'homme de toutes les luttes, l'humaniste par excellence, le symbole même de la Révolution, qui en outre n'a jamais baissé les bras devant aucun combat, la classe absolue, quoi...

    Comme le dit à juste titre plusieurs fois dans ce film Angélina Jolie (position que je défends à 200%) : "Ne déclenche jamais une bagarre de ta propre initiative, mais par contre, une fois qu'elle est engagée, finis-la" !

    Principe global qui s'applique à quasiment tout, en résumé : si tu commences à jouer une Sonate de Beethoven, truque comme tu veux et comme tu le sens, mais en tous cas, ne t'arrête pas et va jusqu'au bout !

    Et sinon, petite info : vous pouvez comme d'habitude laisser des commentaires sur ce Post (quoique j'ai hésité à les bloquer, pour tout vous dire), mais je ne vous garantis pas qu'il va rester ici très longtemps... Dès que je m'en sentirai le courage, en fait, je ferai un "vrai" article sur Le Cinéma de Vincent, quitte à supprimer celui-ci...

    Libellés :