À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mercredi, janvier 14, 2009

    PATER NOSTER...

    Qui es in caelis...
    Aujourd'hui, lors d'une petite promenade sans réel but dans la fameuse et très commerçante rue de Lévis, je suis enfin tombé sur le seul et unique film du Maître qui manquait à ma collection, et non des moindres, n'est-ce pas ?

    La fabuleuse et tragique odyssée de l'un des plus grands jazzmen du monde, Charlie Parker, que Feu mon père René adorait sans limite, ayant lui-même assisté à la plupart de ses concerts parisiens...

    Mon père qui s'est éteint il y a maintenant cinq ans de ceci, en ce même 14 janvier, à deux ans près au même âge que Clint aujourd'hui (et voici enfin le rapport avec l'étrange titre de cet article) !

    Que dire d'autre, à propos du deuil des parents, que ce que le plus grand dramaturge de tous les temps a pu en résumer en cette sublime tirade (en V.O ici) : "C'est chose touchante et honorable pour votre caractère, Hamlet, de rendre à votre père ces funèbres devoirs. Mais, rappelez-vous-le, votre père avait perdu son père, celui-ci avait perdu le sien. C'est pour le survivant une obligation filiale de garder pendant quelque temps la tristesse du deuil ; mais persévérer dans une affliction obstinée, c'est le fait d'un entêtement impie. C'est une douleur indigne d'un homme ; c'est la preuve d'une volonté en révolte contre le ciel, d'un coeur sans humilité, d'une âme sans résignation, d'une intelligence simple et illettrée. Car, pour un fait qui, nous le savons, doit nécessairement arriver, et est aussi commun que la chose la plus vulgaire, à quoi bon, dans une opposition maussade, nous émouvoir à ce point ? Fi ! c'est une offense au ciel, une offense aux morts, une offense à la nature, une offense absurde à la raison, pour qui la mort des pères est un lieu commun et qui n'a cessé de crier, depuis le premier cadavre jusqu'à l'homme qui meurt aujourd'hui : cela doit être ainsi !". Ceci pourrait certes sembler cruel, voire même cynique, mais il se trouve qu'effectivement, "cela doit être ainsi !". Soit propension naturelle de l'esprit humain à l'oubli salvateur, soit prédominance instinctive de la pulsion de vie sur celle de mort, comme le disait Freud, il se trouve que de fait, à la longue, la mémoire des êtres les plus chers et les plus aimants que nous ayons pu connaître finisse par s'estomper... jusqu'à ce qu'un beau soir, un film chargé de souvenirs fasse subitement tout remonter à la surface (avec force Kleenex à la clef, du coup !) :

    Sans mon père, il est fort probable que je n'aurais jamais eu accès à la musique, du moins pas d'une façon aussi précoce. Car si l'un de mes plus lointains souvenirs d'enfance remonte à l'âge de cinq ans, où je me rappelle avec une acuité inouïe que j'écoutais en boucle les Toccatas & Fugues pour orgue de J.S.Bach, il est bien évident que même avant cela, il y a toujours eu grâce à lui en permanence de la musique dans toute la maison (99% de Jazz, tout de même !), ce dont je lui sais très gré en ce jour anniversaire :

    Voilà. C'était un petit - non, en fait, un grand - hommage, comme ça en passant, histoire d'arrêter de vous gaver avec mes improbables histoires de boîte mail (qui, soit dit entre guillemets, remarche enfin depuis le samedi 31 janvier, soit après 25 jours d'interruption) !

    Désolé pour la tristesse du propos, mais ce sont hélas d'une part des drames que tout le monde doit bien se préparer à affronter un jour ou l'autre, et d'autre part, après ce film sublime, c'était vraiment LA moindre des choses que je puisse faire... (avec aussi cette chanson de l'un de mes auteurs préférés, spéciale Kassdédi to Vinya, bien sûr !) :


    Promis, j'essaierai d'être plus gai dans les prochains articles !
    In memoriam caro patri meo, René Marie Marcel, 1928-2004, R.I.P.

    Libellés : , ,

    14 Comments:

    Blogger Vincenttheone said...

    Et merde (Vinya, DSL !), mon second "Deezer" Claude Nougaro se coupe avant même qu'il n'ait commencé à chanter, trop dommage, tout de même (alors que sur le site en question, elle fonctionne jusqu'au bout, la preuve)...
    Sinon, cette superbe et très émouvante chanson se trouve sur l'album "Pacifique", dans lequel il y a plein d'autres très belles choses à découvrir. Je vous le recommande vivement !!!

    lundi, 19 janvier, 2009  
    Blogger Vinyamar said...

    lol t'inquiètes pas, j'suis pas fan de nougaro xD et je suis pas d'origine toulousaine xD je t'en veux pas !

    lundi, 19 janvier, 2009  
    Anonymous Fabienne said...

    Hello Vincent,
    donc j'ai vu que ta boîte ne marchait pas, c'est inutile que je t'envoie des mails, je voulais savoir si pour ton anni on pouvait jouer, dis-moi.
    J'aime beaucoup la photo de tes parents, il était beau ton père, et ta mère aussi... Est-ce qu'avec le temps tout s'en va? comme disait Léo Ferré, j'espère pas...
    bizzz
    Fabienne

    lundi, 19 janvier, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    N'est-ce pas ? Moi aussi, je les aime beaucoup sur ces deux photos... Plein de souvenirs heureux qui reviennent en mémoire, mais comme tu dis, avec le temps, tout s'en va, il ne faut pas se leurrer, on va bien sûr tous finir dans la même boîte, hélas (ou heureusement, comme le disait Mozart) !

    lundi, 19 janvier, 2009  
    Anonymous fabienne said...

    En effet, tes parents sont très beaux sur ces deux photos, notamment quand ils dansent, c'est plein de vie.
    Tout s'en va, oui mais pour le moment j'ai bien envie de rester là...ici-bas.
    Sinon, tu ne m'as pas dit, on pourrait jouer à ta fête (piano-violon) ou pas? Il y aura de la musique?
    à plus
    Fabienne

    mardi, 20 janvier, 2009  
    Anonymous Zoun said...

    Très touchant cet article,
    bel hommage.

    mercredi, 21 janvier, 2009  
    Anonymous Valérie said...

    Bonne fête Vincent
    Valérie

    jeudi, 22 janvier, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci, merci...
    Bad News, pourtant : la seule Wi-Fi d'un voisin grâce à qui je pouvais encore éditer mes Blogs a disparu !
    Donc, pour l'heure, c'est le Black Out total, quoi (sauf depuis les @cafés, comme maintenant, mais bon, c'est pas le pied) !!!

    jeudi, 22 janvier, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Et sinon, Fabienne, oui, bien sûr, tu pourras jouer...
    Appelle-moi quand même, juste histoire d'avoir une petite idée de ce que ça va être, merci d'avance !

    mercredi, 28 janvier, 2009  
    Anonymous SurfAnna said...

    salut Vincent, je vois que ça va pas mieux chez toi... :(
    Merci pour cet article, si personnel. C'est touchant, comme l'on dit les autres avant moi.

    Je sais pas si tu as reçu mon mail à propos de l'anniv ? en fait je ne pourrai pas venir... vu que tout bêtement c'est à la saint valentin !! lol ben oui, j'ai envie de tenir compagnie à mon chéri ce jour-là. Et même si c'est ultra kitsch eh ben j'assume. :)

    A très bienôt j'espère
    et bon couraaaage !

    samedi, 31 janvier, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Update du premier février : enfin, enfin, tout remarche (ça en a pris, du temps, tout de même) !
    J'ai beau avoir un @café à cinquante mètres de la maison, ça ne remplace pas le confort de surfer de chez soi à n'importe quelle heure... Enfin bon, espérons que ça ne se reproduira plus !!!

    dimanche, 01 février, 2009  
    Anonymous Anonyme said...

    la tirade ressemble à du Sophocle

    (Touille, o.c.)

    mercredi, 11 février, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Du Sophocle ? Avec le prénom Hamlet ? T'es bien sûre de ton coup, là ?

    mercredi, 11 février, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    J'ai quand même de sérieux doutes, mine de rien...

    mercredi, 11 février, 2009  

    Enregistrer un commentaire

    << Home