À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • FULL METAL JACKET
    À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mercredi, décembre 10, 2008

    CRISE DE NERFS...

    Et pour de bon, en plus !
    Trois choses qui m'énervent très grandement en cette fin d'année (et encore, c'est peu dire, c'est juste un euphémisme pour dire "trois choses qui me mettent absolument hors de moi", surtout en cette période de Noël que j'aborrhe par dessus tout, DSL) !
    1) Je ne sais pas si vous avez déjà vu cette Pub à la TV (dommage, je ne vous l'ai pas encore trouvée sur Youtube), disant à peu de choses près : "Le classique, c'est une musique sans rythme, écrite par des morts pour des vieux... Ah, mais tiens, ça, j'aime bien !" (suivi d'un petit extrait de la Traviata, si mes souvenirs sont bons), juste histoire de se faire un bon petit paquet de fric en surfant sur la vague d'un effet de "mode", beurk, j'en ai déjà la nausée, là...
    Hallucinant, non, quelque part, de voir à quel point de décadence nous en sommes arrivés en moins de 300 ans, entre J.S.Bach aveugle dictant de mémoire à son gendre Altnikol les quatre voix monstrueusement complexes et sublimes de Die Kunst der Fuge (LE chef-d'oeuvre absolu de toute l'histoire de la musique, qui ne pourra certainement plus jamais être égalé dans les siècles des siècles, je vous raconterai - un autre jour - pourquoi), et d'autre part l'autre espèce de taré, matraqué sur toutes les chaînes publiques sous prétexte que, "Yo, man, ça, c'est du lourd, quoi"...
    Attention, pas de confusion : c'est juste lui qui est "lourd", pas moi sur la photo suivante, lol !

    Bon. En même temps, c'est de leur faute, aussi, à tous ces gros niais de musiciens classiques (mes collègues, pourtant), qui ne peuvent même pas s'imaginer une seule seconde dans leurs petits cerveaux que cet espèce de "rituel" du costume noir et du noeud papillon décourage d'emblée tout le monde, à commencer par les plus jeunes qui, si on les sondent un tout petit peu, ne détestent pas du tout a priori ce genre de musique, si seulement il n'y avait pas tout ce cérémonial à la con tout autour, quoi...
    Et quand moi, j'ose faire ça pour des concerts (cf. photo ci-dessus, chemise GUANTANAMO BAY avec de vraies Buffalos, les "pires" de toutes, en plus, les 1348-14 en version dorée !), je ne vous raconte même pas ce que je dois entendre et subir, non pas tant de la part du public (car eux, ils s'en foutent complètement, ça les ferait même plutôt marrer, en fait !), que de la part de mes confrères, totalement coincés à ce sujet...
    Bon. Loin de moi d'avoir la prétention de me comparer à Mozart (un natif du 27/01, alors que je ne suis que du 25/01), n'empêche que d'une façon ou d'une autre, nous autres verseaux avons ça dans le sang, quelque part : une haine viscérale de l'autorité, de l'ordre établi, des "convenances", et une passion absolue pour l'extravagance, la provocation, l'étrange, bref, tout ce qui sort de l'ordinaire, en résumé...
    Donc, surtout à mon âge, on ne me changera pas : ou bien on veut de moi pour un concert, et je me fringue comme je veux, ou bien ça sera sans moi, tant pis (ceci dit, comme à toute règle, il y a des exceptions : 3 ou 4 concerts en Islande ou au Groenland, tous frais payés, et suffisamment de jours de battement pour bien en profiter, bon, là, OK, je peux faire une petite entorse, lol) !

    2) Autre grand sujet d'énervement, tout le battage médiatique fait autour de la petite Hélène Grimaud au moment de Noël, une pianiste certes très jolie et qui, en plus, "danse avec les loups" (ça, c'est bien sûr du caviar pour les "soi-disants" journalistes du Monde de la Musique) :

    OK, c'est pas mal (encore que je déteste les pianistes qui "se la pètent" comme ça en jouant)... Mais bon, le niveau normal d'un premier prix du CNSMDP, sans plus, quoi... C'est du très bon piano comme nous savons tous le faire (en tout cas, ceux de la "maison", comme l'on dit), mais rien à voir avec le pur génie d'un Horowitz, d'un Rubinstein ou d'un Glen Gould, il ne faut tout de même pas exagérer, quoi...

    Mais bon, c'est Noël, alors plus c'est "glamour" et "people", plus les gens vont se précipiter pour acheter le CD, même s'ils n'y connaissent absolument rien, de même que paraît-il la foule à l'exposition de Mantegna (ma soeur était hallucinée de voir certaines personnes rester au maximum 30 secondes devant chaque tableau... Mais bon, du moment que c'est recommandé par Télérama) !

    3) Et bien sûr, pour finir en beauté, Windows Vista, "le retour" (car comme les fidèles lecteurs de ce Blog le savent bien, mon Dell Inspiron était tombé en rade depuis plusieurs jours suite à une mise à jour dudit Vista, une fois de plus, bravo Microsoft) ! Du coup, à force de devenir chèvre en essayant sans succès toutes les solutions possibles, j'ai fini par opter pour "l'ultime", autrement dit, celle qui remet l'ordinateur dans son état de sortie d'usine, en écrasant au passage tous les programmes et tous les fichiers personnels (heureusement que je suis prévoyant et que j'ai toujours deux ou trois sauvegardes sous le coude), et là, miracle : tout remarche ! Alors bien sûr, j'ai tout d'abord rechargé le navigateur Orange (en repêchant Avast au passage) afin de voir ce qui allait se passer avec les mises à jour automatiques (44 !), mais là encore, tout s'est déroulé sans encombre (ouf, il était temps !) :

    Ne restait plus ensuite qu'à gaspiller cinq ou six précieuses heures à réinstaller tous les logiciels écrasés, puis, d'un ordinateur à l'autres, tous les dossiers documents, musique et images (à lui tout seul, ce fichier pèse déjà près de 10 Go), encore une fois, merci Bill Gates pour cette fabuleuse prise de tête !

    Heureusement qu'il y avait (en boucle) le DVD de la fabuleuse pianiste et chanteuse d'Azerbaïdjan, Aziza Mustafa Zadeh, pour me soutenir dans cette rude épreuve, sinon, je crois bien que j'aurais craqué avant la fin, lol !

    Elle, "c'est pas du lourd", quoi... Au contraire, c'est du léger, du fin, du subtil, et même - je pèse mes mots - du génial, tout simplement ! Cela doit être pour toutes ces raisons que l'on n'entend jamais parler de gens comme ça à la télévision...

    Pauvre France !

    Libellés : , , , ,

    30 Comments:

    Blogger Vinyamar said...

    t'as bien raison vincent, faut casser tout ce cérémonial à la con ! nan mais franchement, à chaque fois que j'écoute du classique, je vois toujours le mec costume noir, noeud pap, cul coincé qui joue sur son piano de grande marque (sérieusement). t'as bien raison de provoquer, faudrait ptèt faire évoluer les mentalités ! parce que le classique c'est pas un musique de "vieux", mais qu'est-ce que ça apparaît intouchable !

    lundi, 15 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Ah, bravo, Vinyamar, enfin quelqu'un qui va dans mon sens, ça fait plaisir ! Dommage que la plupart de mes collègues ne liront probablement jamais ce commentaire (souvent aussi en retard qu'ils sont niveau Internet que niveau coutumes vestimentaires, XD) !
    Petit P.S : Heu, par contre, le piano de grande marque, je ne crache jamais dessus, c'est tellement agréable... S'il y a des pianos à queue à 10 000 € et d'autres à 150 000 € (les Stenways, en l'occurence), il doit bien y avoir une raison (c'est comme conduire une 2CV ou une Rolls Royce, pour situer) !

    lundi, 15 décembre, 2008  
    Anonymous Anonyme said...

    Vi pis après qui c'est qui s'casse le cul pour ne serait-ce que faire envisager la possibilité d'un concert classique à sa fac de banlieue, hein, HEIN ?

    C'est T., voilà. Je veux le même T-shirt, By ze way (à défaut d'aquarelle bouuuuuhouhouhouhouhuuu)

    lundi, 15 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Ben justement, peut-être que dans une fac de banlieue, ils seraient un peu plus ouverts qu'à la Sorbonne, non, tu ne crois pas ?
    En tout cas, le T-Shirt, c'est ici, à customiser éventuellement ensuite avec de l'eau de javel (qui curieusement, mais heureusement, n'attaque pas le motif principal)... La qualité est excellente, et la livraison ultra-rapide !

    lundi, 15 décembre, 2008  
    Anonymous zoun said...

    Moi je vais plus loin que toi, rebelle que je suis, je met un costume noir et noeud pap en guise de pyjama! lol

    Pourquoi Die Kunst der Fuge est LE chef-d'oeuvre absolu de toute l'histoire de la musique, qui ne pourra certainement plus jamais être égalé dans les siècles des siècles?

    Hein? dis, pourquoi?

    mardi, 16 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Hola, mais comme tu y vas... Il faudrait, sinon un bouquin de 400 pages pour expliquer tout ça (au bas mot), du moins un très long article sur ce Blog !
    Disons qu'en très très bref, c'est une oeuvre écrite par un immense Monsieur au sommet de son Art, en une période magique - et probablement unique - de toute l'histoire de la musique, où l'équilibre entre le vertical (l'harmonie) et l'horizontal (le contrepoint) semble atteindre son point d'absolue perfection, sans même parler des implications mathématiques des 14 fugues et canons qui constituent l'ensemble (14 étant en outre la somme des 4 lettres BACH, lequel est d'ailleurs né le 21/3/85, soit, encore une fois, 2-1-3-8 = BACH, bref, je crois qu'il y a là-dedans des implications qui nous dépassent tous)...
    Une sorte de retour au Trivium et Quadrivium du moyen-âge, en quelque sorte, où la musique voisinait non pas avec les beaux-arts ou la poésie, mais avec l'astronomie et les mathématiques. En même temps, comme beaucoup de chefs-d'oeuvres ultimes (je pense notamment à l'Ulysse de Joyce), c'est très loin d'être une oeuvre séduisante du premier coup... Mais depuis plus de 25 ans que je la joue, j'y découvre toujours de nouvelles choses, bref, c'est absolument inépuisable !!!

    mardi, 16 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Entre musiciens, il se dit d'ailleurs souvent que c'est plus une oeuvre à lire et à entendre intérieurement, qu'à écouter "en réalité"... Die Kunst der Fuge est tellement une pure abstraction que Bach n'a même pas précisé si elle devait être joué au clavecin, en quatuor, ou pour une quelconque formation orchestrale. J'ai néanmoins trouvé une assez belle version de la première fugue (la plus "simple", façon de parler, lol !) ici, en outre sur de beaux instruments d'époque... Essaye de l'écouter plusieurs fois, tantôt en prêtant attention aux voix supérieures, tantôt à la basse, et (le plus dur) aux voix intermédiaires... Et peut-être que tu te rendras compte de cette pure jouissance, tout à la fois musicale et en même temps extrêmement intellectuelle, que peut représenter une oeuvre de cette envergure ?
    Petit proverbe allemand pour la route, intraduisible dans son jeu de mots phonétique : "Bach ist kein Bach, ist eine See" ! Bach signifiant "ruisseau", et See "océan", cela donne en français, certes de façon moins jolie : "Bach n'est pas un ruisseau, c'est un océan" !

    mardi, 16 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Bon, je m'arrête, là... Déjà que j'ai vaguement tendance à être insomniaque, c'est pas humain de me brancher à ces heures-ci sur des sujets pareils, lol !!!
    On en reparlera un de ces quatre, promis...

    mardi, 16 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Ceci dit (juste histoire de conclure provisoirement), un petit truc très marrant et très instructif que je viens de trouver sur Youtube, une version en animation justement de cette fameuse première fugue (cette fois à l'orgue), où même quelqu'un n'ayant aucune notion de solfège peut arriver à suivre le développement du contrepoint grâce aux petits personnages se disputant les portées, de la plus haute à la plus basse (4 voix au total) : c'est ici !
    En résumé, à chaque fois que le petit personnage saute de joie avant d'aborder le petit escalier, c'est que le thème (le "sujet") de la fugue vient d'être réintroduit... La seule chose de dommage, c'est que l'escalier étant à la fin, l'on ne comprend qu'après coup le cheminement des voix, ce qui oblige à pas mal de retours en arrière pour bien suivre toute la fugue. Pédagogiquement parlant, c'eut été je pense plus judicieux de mettre le petit escalier au tout début de chaque nouvelle apparition du sujet...
    Mais bon, ne boudons point notre plaisir! Ce n'est déjà pas si mal, surtout si l'on prend la peine de le revoir 30 ou 40 fois (un gros minimum pour commencer à mesurer l'ampleur de cette fugue, la plus "abordable" des quatorze, on va dire) lol !!!

    mardi, 16 décembre, 2008  
    Anonymous Vinyamar said...

    mdr vincent on voit bien que tu l'aimes cette musique ^^ (bon perso les termes employés ne me parlent pas mais bon xD)
    et pour le piano de grande marque, c'était juste histoire de dire qu'ils se la pètent à donf xD Mais je suis bien d'accord qu'un piano de qualité est toujours plus agréable (pareil pour les flutes au collège, j'ai vu la différence entre 2 flutes de qualité différentes, et pourtant j'suis pas musicienne xD)

    mardi, 16 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Hélas oui, je sais que c'est très complexe (et pourtant, j'ai essayé de faire simple, c'est pour dire, lol) !
    Même le petit dessin animé, ça ne te parle pas un peu ?
    C'est là tout le problème de Die Kunst der Fuge : je crois que c'est en fait LE chef-d'oeuvre absolu de toute l'histoire de la musique, mais uniquement pour les musiciens, en fait, capables de décrypter et d'analyser l'envergure de la bête (ou plutôt, capables de mesurer le nombre d'années qu'il leur faudra pour s'y retrouver dans ce "monstre", à supposer qu'ils ne soient pas morts avant)...
    Ceci dit, il y a (heureusement) bien d'autres choses géniales dans le monde de la musique, ne serait-ce que la chanteuse d'Azerbaïdjan dont je n'arrête pas de vous parler en ce moment, ou encore Björk... et Dieu merci, l'esprit humain est ainsi fait que cela ne s'arrêtera jamais, et c'est très bien ainsi !

    mardi, 16 décembre, 2008  
    Anonymous zoun said...

    J'aime beaucoup ton
    "Disons qu'en très très bref"!

    Moi je trouve ça jolie le
    "Bach n'est pas un ruisseau, c'est un océan" !

    En tout cas merci pour l'explication je me sens plus culturaillé!
    :)

    mardi, 16 décembre, 2008  
    Blogger Ahmed said...

    Concernant la pianiste, Hélène Grimaud, qui se la pète, "elle se la pète vraiment"!! C'est vrai ça fait partie de la présence sur scène, de l'interprétation (peut être), mais pas à ce point. Je trouve aussi qu'elle en rajoute sur la dose... j'aime de loin Aziza Mustapha Zadeh, qui elle ne se la pète pas mais... je vous laisse juger.
    à la procahaine

    mardi, 16 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Non, non, ça ne fait absolument pas partie de la présence sur scène, ni de l'interprétation (sauf pour les gens abonnés à Télérama ou au Monde de la Musique) ! Surtout pour jouer ça, quoi... Encore, il s'agirait du Deuxième de Rachmaninoff, ça pourrait à la limite passer, mais là, bon, ça frise carrément le ridicule achevé !
    Moi aussi, je préfère et j'admire de très loin l'absolue et très impressionnante concentration de Aziza Mustafa Zadeh, tellement investie dans ce qu'elle a à dire qu'elle n'a pas la moindre portion de son cerveau à consacrer à ce genre de singeries...
    Car c'en sont (des singeries) !

    mardi, 16 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Allez, petit bonus dans la foulée, un nouveau Post "caché" dans ce Blog (toujours au sujet de l'Art de la Fugue), que seuls les gens qui lisent les commentaires pourront voir, et tant pis pour les autres, lol !

    DIE KUNST DER FUGE

    Sans rire, je commence à en avoir (vraiment) marre des "veaux" sur Internet, à qui on mâche tout le travail, et qui ne sont même pas foutus de laisser un commentaire, ou encore ne serait-ce qu'une petit "Merci !" en retour...
    Bien entendu, je ne parle pas de vous, chers amis qui avez tous pris une ou deux minutes de votre vie pour laisser votre bafouille ici... C'est évident, non ?

    mardi, 16 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    En tout cas, je constate une chose (plutôt positive), c'est que DIE KUNST DER FUGE a l'air de ne laisser personne indifférent...
    Et rien que pour cela, je suis déjà très content !

    mardi, 16 décembre, 2008  
    Anonymous Anonyme said...

    J'ai bien aimé le petit dessin animé… j'ai une version de l'Art de la fugue dirigée par Jean-Claude Magloire, avec la Grande écurie et la chambre du Roy, je ne sais pas si c'est cette version qui est sur You tube, c'est compressé, donc le son semble tellement différent que sur un CD DDD. J'essayais à l'instant de le réécouter, mais avec Rémy qui joue "Beat it" à fond à la batterie au-dessus de ma tête, ça ne se mélange pas très bien, allez savoir pourquoi !!!
    Je trouve que ce disque est agréable à écouter même si on ne connaît pas la façon dont s'est construit.

    Your sister

    mercredi, 17 décembre, 2008  
    Anonymous Anonyme said...

    Au fait, la prochaine fois, achète un Mac, tu seras BEAUCOUP MOINS EMBÊTÉ. Mac = zéro souci………

    Your sister again

    mercredi, 17 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Non, Malgloire, c'est une référence, tout de même, normalement, il sonne bien, son orchestre d'instruments baroques !
    Et avec une oeuvre aussi austère, ce n'est pas forcément du luxe que de l'écouter dans une version un peu plus "séduisante", ne serait-ce qu'au niveau de l'instrumentation (plutôt que les versions "puristes" au piano ou au clavecin)...
    Quant aux MACS, je ne suis toujours pas vraiment convaincu (la preuve, mon autre ordi sous XP n'a quasiment jamais planté). Après tout, ce n'est jamais que des puces & des cartes (son, graphique, etc.), il n'y a donc aucune raison pour que ce soit a priori plus instable d'un côté que de l'autre. Sauf que Bill Gates est toujours trop pressé de sortir ses nouveaux systèmes d'exploitation en court-circuitant toutes les phases élémentaires de tests (dont, du coup, les utilisateurs font les frais !), alors que Steve Jobs met un point d'honneur à ne lancer sur le marché que des produits testés et retestés, c'est bien là toute la différence !

    mercredi, 17 décembre, 2008  
    Anonymous Anonyme said...

    Pas plus tard que tout à l'heure, on parlait entre autres de cette question des costumes de pingouin à propos de notre projet de concert classique, et je disais que je voulais surtout éviter que les artistes classiques se déguisent (en pingouins donc) surtout qu'on est supposés donner une image un peu moderne, enfin normale, quoi, de la musique classique (car un violoncelle fonctionne même sans mettre de perruque au violoncelliste)

    Eh ben j'étais très étonnée que mes "collègues" me disent qu'au contraire elles imaginaient trop le pingouin et son grand piano...

    Bref. Ca m'a déprimée un bon coup... Ya encore du chemin.

    mercredi, 17 décembre, 2008  
    Anonymous SurfAnna said...

    Eh bé, t'es en forme dis-donc !! 0_O

    jeudi, 18 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    @Surfanna : Mais oui, il y a de bonnes énergies à choper dans la colère, des fois... Suffit juste de chercher, lol !
    @Anonyme (mais je vois très bien qui c'est, XD !) : C'est triste à dire, n'est-ce pas ? Il y a encore beaucoup de chemin à faire...
    C'est comme ça. Un jour, un type a entrepris de prouver que la terre était ronde, c'est tout juste s'il n'a pas fini en barbecue. Un jour, un autre a voulu montrer que l'on pouvait composer sans être attaché à un Prince. Alors peut-être qu'un jour, on trouvera enfin normal que les musiciens classiques puissent s'habiller comme ils le souhaitent, juste histoire d'être aussi à l'aise que leurs collègues jazzmen... Ce serait la moindre des choses, au XXIème siècle !

    vendredi, 19 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Envoie donc tes collègues faire un tour sur mon Blog, avec le TAG "Concerts"... On ne sait jamais, non ?

    vendredi, 19 décembre, 2008  
    Anonymous Fabienne said...

    Bon je ne peux pas m'empecher de commenter le 1 et le 2 des choses qui t'énerve.
    Sur la musique classique, sur ce qui se dit, c'est juste de l'insupportable, ça m'enerve trop je suis bien d'accord avec toi!!!!!! De toute façon je ne regarde plus la télé (presque plus) et je vois que je ne perds pas grand chose, c'est grave d'en arriver là, mais j'ai un peu l'impression qu'on ne pourrait pas entendre ça en Allemagne, en Italie et même aux States. On va dire que c'est juste de l'ignorance...
    Pour le 2, je viens de regarder la vidéo de Grimaud, (j'en ai vu plusieurs et je n'ai jamais écouté jusqu'à la fin, tellement elle saoule), je crois que le mot petite est bien approprié, pourtant moi j'adore faire des compliments et pas trop le contraire mais elle je crois qu'elle ne mérite aucun compliment, elle a un gros problème à mon avis, elle se cherche ou quoi? J'ai le sentiment qu'elle ne comprend pas ce qu'elle joue, si bien qu'elle doit faire son cinoche, ben elle devrait se reconvertir. En tout cas rien voir avec les grands comme tu dis, Horowitz, Rubinstein ou Glen Gould, ou même avec les vivants comme Pollini ou Argerich et tant d'autres, et même dans ceux de sa génération elle est très loin derrière. Cette nana, dire que ses concerts sont toujours plein à craquer, mais c'est juste parce qu'elle est jolie? Franchement je ne comprends pas. Je déteste aussi les pianistes qui se la pètent en jouant, genre c'est moi Grimaud, moi je crois que ça cache un problème, ils ne sont pas si à l'aise que ça. En tout cas, quand j'entend une nana comme ça, j'apprends rien!
    à +++++++
    fab

    lundi, 22 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Bon, et bien, que dire de plus ?
    Je crois que tu as tout (très bien) résumé, là...
    Mais sinon, si vraiment on a envie d'insister, je peux moi aussi me faire le plan "je suis un pianiste super inspiré et super génial, la preuve, regardez mon visage lorsque je joue, et à quel point je souffre, merde, ça se voit, tout de même (je suis toujours à l'antenne, là ?)...
    Quelle bande de gros cons, en résumé !
    Mais au moins, ça va faire bander (ou mouiller) les lecteurs/lectrices de Télérama ou du Monde de la Musique, c'est déjà ça, lol !!!
    Et après ça, on va me demander pourquoi j'aime autant DIE KUNST DER FUGE...
    C'est évident, non ???

    Bref (comme d'habitude), la musique en France : RIP !

    mardi, 23 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    En guise d'antidote (salutaire) à toute cette vague de connerie ambiante, une seule solution (comme déjà dit) :

    DIE KUNST DER FUGE, bien évidemment...

    mardi, 23 décembre, 2008  
    Anonymous Fabiene said...

    Je sais que tu es un fou amoureux de Bach et je pense qu'il n'y a même pas à se poser la question, mais bien que je l'adore, je connais peu de choses (en même temps c'est une montagne à lui seul), je me rappelle que tu m'avais prêté la partion de la Messe pour orgue, et j'ai appris beaucoup, donc je vais aussi me plonger dans DIE KUNST DER FUGE, je crois que c'est obligé, non? On peut pas passer à côté.
    Je crois qu'effectivement que le Monde de la musique fait un bloquage sur la petite Hélène, ils sont toujours en train d'en parler (et surtout de la photographier comme une star, et elle est bien contente de ça, car elle pourrait refuser, pour son image, ça serait mieux) comme si c'était une déesse, comme si elle avait apporté quelque chose au piano.
    Sinon pour parler des pianistes qui bougent (c'est vrai que les grands ils bougent pas ou très peu), Lang Lang, il bouge beaucoup mais il a des choses à dire musicalement, enfin ça n'a rien à voir...
    Et pour reparler de l'image de la musique classique, quand on voit les génies que l'histoire de la musique a produits, je crois que les gens qui pensent ça, on leur a pas bien expliqué, en fait c'est peut-être pour ça que'il n'y a que 4% de la population qui s'intéresse à ce monde-là, et on en est bien content, parce que sinon je crois qu'on serait obligé de jeter beaucoup de choses...
    En tout cas, je dirais, si vous n'aimez pas ou ne connaisssez, et bien ne cassez pas l'image, car ça apporte beaucoup d'en écouter ou d'en faire.
    C'est peut-être les classiques aussi qui aiment bien s'isoler et laisser planer la fausse idée que cette musique est inabordable aux non initiés; histoire de se sentir supérieurs.
    De toute façon, faut bien retenir que quand les musiciens jouent la musique de génies, ce n'est pas eux qui sont au cœur de la question, mais le compositeur, bref faut servir la musique.
    Je crois que ta conclusion est bonne, en France on n'est pas très bon pour ça, mais ça veut dire quoi RIP? ripou?

    mardi, 23 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    RIP ? Mais c'est ce qu'on met - ou du moins, qu'on mettait - sur les tombes : Requiescat in Pace, qu'il repose en paix !
    En tout cas, ce n'est pas faux, tout ce que tu dis, et notamment sur le fait que ce sont peut-être aussi les musiciens eux-mêmes qui entretiennent ce côté distant et supérieur...
    Quand tu penses qu'on ramassait Mozart dans le caniveau plus souvent qu'à son tour, que Liszt se battait en duel avec des hongrois qui prétendaient avoir bu plus que lui, et que Rachmaninoff abusait tellement de la vodka qu'il a fallu qu'il se fasse soigner sous hypnose, il y a de quoi bien rigoler, en résumé !
    Mais de ça, bien sûr, 90% des 4% que tu cites ne veulent même pas en entendre parler...
    "Comment cela, très chère, Mozart, vous êtes sûre ? Vous ne voulez pas plutôt parler de Serge Gainsbourg" ???
    LOOOOL !!!

    mardi, 23 décembre, 2008  
    Anonymous Anonyme said...

    pourquoi en vouloir autant a cette pauvre héléne grimaud qui n'a probablement rien demandé et sans étre un génie musical ne joue pas si mal de son instrument.quand au deguisement des musiciens,tu sait que je suis parfaitement d'accord avec toi,ce noir est assez sinistre pour approcher tes idoles bach ou mozart ou n'inporte quel autre.on dit merçi pour un tel comment

    samedi, 10 janvier, 2009  
    Anonymous Anonyme said...

    coucou et merci, j'ai bien reçu mon petit dvd cadeau de Aziza. Dès que j'ai fini mes partiels je me regarde ça tranquillement!!!!

    Sabine
    http://justarrived.canalblog.com/

    mercredi, 14 janvier, 2009  

    Enregistrer un commentaire

    << Home