À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mercredi, novembre 28, 2007

    AVANT, APRÈS…

    Autrement dit, de la course du temps…

    AVANT, c’était avant… D’une part, j’étais jeune (mais oui, hahaha, ça fait une paye, ça, lol !), d’autre part, il me semble me souvenir que j’eus, autrefois, une connexion Internet qui marchait, dans ma maison à moi (comme disent les vieux, "ah, là, là, c’était le bon temps, ma bonne dame !")…
    AVANT, c’était aussi AVANT mon chtit concours Internet super ultra populaire (voir article ci-après), puisqu’il n’a motivé qu’une seule participante, malgré ma petite centaine de visiteurs journaliers - et donc qu’une seule gagnante, tant mieux pour elle, puisqu’elle a pu du coup recevoir les deux aquarelles prévues pour les deux premiers prix, et tant pis pour les autres, c’était dur, mais bon, c’est la vie, c’est comme ça…
    Et puis AVANT, ma cuisine, c’était ça :

    Et maintenant, APRÈS (depuis hier), c’est ça :

    La classe, non ? Le cuivre émaillé, profond, luisant, sur fond de mosaïque vert clair, ça le fait, n’est-ce pas ?
    En réalité, ce sont des casseroles qui appartenaient à mon grand-père paternel (un auvergnat), et même chez lui, lors de ma toute petite enfance, je n’ai même pas souvenir de les avoir vues remplir un autre rôle que purement décoratif, pour dire à quel point ça date…
    Mais, mais, mais… J’espère bien que ça va changer, puisqu’apparemment même les très grands chefs privilégient ce type de casseroles en cuivre, et il se trouve que j’adore faire de la très grande cuisine (quand j’en ai le loisir et le temps, ce qui va sans doute très bientôt se produire lors de ces vacances, où en plus on va peut-être avec my sister se péter un Château Yquem de 1986 estimé à près de 500 Euros, comme chacun sait le plus grand vin blanc du monde, je vous tiendrai au courant, vu que c’est le genre d’émotion que normalement, on n’expérimente qu’une seule fois en toute une vie, sans rire) !
    A vue de nez, la majorité de cet ensemble date de la fin du XIXème siècle, avec un aspect totalement lissé et peaufiné :

    Néanmoins, je pense qu’il y a aussi une pièce bien antérieure, du temps où l’on "bosselait" vraiment tous les métaux à la main, et personnellement, je trouve cela très beau :

    J’adore ! D’une façon générale, tous les objets où l’on sent le travail de la main, la passion de l’artiste, le perfectionniste de l’artisan… rien ne peut remplacer cela (je crois) !
    Si j’étais un TERMINATOR, je remonterais volontiers dans le temps pour buter les deux mecs qui ont inventé le béton et le plastique, les deux vraies plaies de nos architectures modernes…
    La pierre de taille, le marbre, les boiseries, les parquets de chêne, etc… Il n’y a pas à dire, nos "ancêtres" savaient travailler. Tandis que l’Opéra Bastille et le CNSMDP, à peine âgés de quinze ans, sont obligés de se blinder de filets de protection pour préserver les populations de leurs chutes de pierre, Notre-Dame et la Sainte Chapelle tiennent toujours debout après plus de 800 ans, C.Q.F.D.
    Bref. Je hais ce monde, tel qu’il est en train de devenir, et pire, je commence à détester de plus en plus mon job (pas le piano, quand même, rassurez-vous), que je trouve de plus en plus gavant. Ou bien, c’est moi qui devient trop pointu, et qui ne supporte plus la médiocrité ambiante… Ou bien, autre hypothèse, le niveau a tellement baissé ces dix dernières années que ça ne devient même plus drôle d’enseigner…
    Je sais que c’est triste à dire, mais je pencherais plutôt pour la dernière hypothèse…
    But ultime, donc : réussir à gagner le minimum vital, soit environ 1500 Euros par mois, et si possible sans travailler, et sans aucune contrainte (hahaha, on est verseau ou on ne l’est pas, lol !)…
    Je rêve, là, non ?
    Ou alors, ou alors… Je fais comme le petit Nicolas : je m’auto-vote une augmentation de salaire de 120% (authentique, ça, passer de 9000 Euros à 19000 Euros par mois, voilà un vrai chtit truc qu’il est vraiment cool de chez cool !!!!)…
    Et pourquoi on n’appliquerait pas ça à toutes les catégories de salariés, hein ???
    Putain, 120% de salaire en plus, wouahh !!!! Vu les prix de l’immobilier en ce moment, on ne cracherait pas dessus, non ?
    Mais bon, rêvons, rêvons… Les augmentations de salaires, ça va sûrement tourner autour de 0,5%, comme d’habitude…
    Bon, allez... Histoire de ne pas rester sur une mauvaise impression, quelques petits snapshots que j'ai pris ce soir avec mon téléphone ultra "hype" en revenant du taf, premiers jours d'illuminations sur les Champs Élysées :

    Merry christmas à vous tous !!!

    Libellés : ,

    jeudi, novembre 22, 2007

    SOLUTIONS !!!

    Et oui, enfin, enfin, enfin !
    Toujours pas d'Internet à la maison, mais bon... (Ceci dit, je ne me décourage pas pour autant, puisque je viens encore d'actualiser mon site d'architecture). L'article qui va suivre ayant été rédigé et stocké de longue date, je me décide donc enfin à le livrer à la voracité des internautes avides. Voici donc les vingt solutions aux vingt questions de mon petit jeu-concours du mois de septembre, lequel n'a eu qu'une seule et unique gagnante (de haut rang, en plus, avec près de 75% des réponses, bravo, bravo, bravissimo !!!)), Marie-Laure, dont vous pourrez retrouver le très sympa Blog à cette adresse :

    http://marielauremira.blogspot.com/

    Et c'est parti :
    Question #1 : Quelle peut donc bien être cette montagne (l'une des plus hautes, sinon la plus haute des U.S.A) ?

    Le Mont Mac Kinley en Alaska (plus de 6500 m) !

    Question #2 : Pour quelle raison Beethoven aurait-il particulirement apprécié cette station de métro ?

    Ah, et bien c'est là où il a écrit le fameux "Testament d'Heiligenstadt", où il avoue sa surdité, etc, etc... Mais bon, maintenant, on a la chanson de Michel Sardou. C'est bien mieux !

    Question #3 : Quel est le point commun entre les trois principaux maîtres d'oeuvre de Versailles (l'architecte, le premier peintre, et le concepteur des jardins) ?

    Le Vau, Le Brun, Le Nôtre : tout simple, les trois noms commencent par un "Le" !

    Question #4 : Parmi tous ces musiciens (Mozart, Beethoven, Bruckner, Mahler), j'ai tout de même omis de signaler un viennois très connu, et qui en plus passe régulièrement à la TV tous les premiers janvier (non, ce n'est ni André Rieu, ni Richard Kleidermann, DSL) ! Qui ça, qui ça ???

    Mais oui, bien sûr, c'est l'inépuisable compositeur de valses Johann Strauss (1825-1899), dont l'on entend régulièrement les oeuvres lors du célèbrissime Neujahrkonzert, rediffusé sur toutes les télévisions du monde chaque premier janvier que Dieu fait !

    Question #5 (hyper-dure) : vu que c'était la toute première fois de ma vie que j'ai réussi à comprendre toute une phrase entière en dialecte autrichien : "I ha's fü di k'makt" !

    Adoncques : qu'est-ce que ceci peut-il bien vouloir dire ???

    Alors, en Hochdeutsch : "Ich habe das für dich gemacht !", autrement dit : "Mais je l'ai fait exprès pour toi !"... Et juste pour info, c'étaient les propres mots d'un gardien de refuge super sympa, qui avait allumé le gros poêle de la maison en me voyant arriver totalement réfrigéré ... d'où ces paroles !

    Question #6 : quel est le chef d'orchestre (et compositeur) représenté sur ce tableau ?

    Pour que l'on ne m'accuse pas de favoriser les musiciens avec mes questions, j'accepterai également le nom du peintre à la place en guise de réponse (étant donné qu'il n'est pas très connu, et que c'est presque plus difficile à trouver).

    Et bien c'était un tableau de Max Oppenheimer (1885-1954), très proche du mouvement expressionniste viennois (Klimt, Schiele, Kokoschka), représentant bien sûr Gustav Mahler en pleine action !

    Question #7 : Sur cette photo prise à Turnau, sachant 1) qu'il y faisait un soleil de plomb 2) qu'il n'y avait pas un chat sur cette route 3) et que j'ai donc dû attendre au moins deux bonnes heures avant de me faire prendre en stop (pas par un avion, je le précise) :

    À quel film d'Alfred Hitchcock cela pourrait-il faire penser (facile, non) ?

    Bien sûr, c'est le célèbre La Mort aux Trousses, et plus précisément la scène où Cary Grant attend désespérement au milieu de nulle part, avant de se faire mitrailler par un avion d'épandage (scène reprise et parodiée dans l'excellent Arizona Dream de Kusturica).

    Question #8 : À Vienne, au début du XXème siècle, Sigmund Freud a accordé une brève entrevue à l'un de ses compatriotes musiciens. Il s'agit de (je suis assez sympa, sur ce coup) :

    1) Gustav Mahler ?

    2) Anton Bruckner ?

    3) Wolfgang Amadeus Mozart ?

    4) Britney Spears ?

    Bon, Mozart et Bruckner, non, pour de simples raisons chronologiques. L'autre fofolle... heu, no comment. C'était donc bien sûr le (très torturé) Gustav Mahler.

    Question #9 ("spéciale randonnée" pour la route) : en montagne, quelle serait l'option la plus rapide ?
    1) 300m de dénivellé sur 6 kms ?
    2) 300m de dénivellé sur 4 kms ?
    3) 300m de dénivellé sur 2 kms ?
    Attention, il y a un piège (mais les vrais marcheurs le déjoueront bien vite) !

    Et bien c'est vrai qu'en montagne, c'est surtout le concept "dénivellé" qui compte, et qui permet de calculer le temps, plus ou moins... Donc, qu'il s'agisse de 2, de 4 ou de 6 kms, peu importe, de toute façon, s'il y a trois cent mètres à monter, cela prendra toujours à peu près le même temps (soit une heure, environ)... Il n'y avait donc pas de "vraie" bonne réponse ici, sauf à dire que toutes les options étaient équivalentes !

    Question #10 : À quoi peut bien servir la petite loggia à droite de l'autel (Mariatrost) ?

    Et bien, comme très souvent, c'est là que prenaient place les familles nobles afin de ne pas se mélanger au reste de l'assistance, parfois avec un accès direct à leur propre château attenant (version fort personnelle de la notion chrétienne de partage, n'est-ce pas ?)...

    Question #11 : en quoi cette rue de Vienne est-elle mythique ?

    Je sais, c'est très (trop) facile pour les musiciens... Alors pour eux seuls, un petit challenge (hors du cadre du concours) : il y a en réalité DEUX réponses possibles à cette question.

    La première, c'est bien sûr Bösendorfer, la fameuse marque de pianos, selon certains (dont moi, en tout cas) encore supérieurs à Steinways. La seconde, plus difficile : c'est le nom de la rue qui conduit directement au mythique Musikverein de Vienne, l'une des salles de concert les plus réputées du monde.

    Question #12 : l'Autriche est surtout réputée pour son cheptel :

    1) De moutons ?

    2) De vaches ?

    3) De porcs ?

    4) De girafes ?

    5) De poulets ?

    6) De vélociraptors ?

    (Haha, il y a un piège) !

    Mais oui, le piège, c'est que le vélociraptor étant un reptile, on ne peut pas utiliser le terme de "cheptel" à son sujet. Heureusement, personne n'est tombé dans le panneau ! Non, c'était les porcs, bien sûr, et les vaches... En montagne, c'est tout juste si on peut faire dix mètres sans se retrouver nez à nez avec l'un de ces gros trucs !

    Question #13 : Allez, pour une fois, un QCM :

    Cette cigarette géante se trouve :

    1) Dans un jardin public ?

    2) Dans un jardin d'enfants ?

    3) Dans un hôpital ?

    4) Dans un musée du tabac ?

    Et bien contrairement à une idée bien répandue en France, les Autrichiens sont bien moins "fascistes" que nous à ce sujet, et ne considèrent pas que sous prétexte de se trouver dans un endroit a priori réputé comme "sain", il faille pour autant priver les adultes (qui n'ont pas demander à s'y trouver !) de leurs libertés les plus élémentaires, même si celles-ci sont nocives pour la santé... Et donc, la bonne réponse était curieusement la N°3 (mais il y a aussi des zones fumeurs dans les aéroports, des salles fumeurs séparées dans la plupart des restaurants, etc...).

    Question #14 : Vu que je n'arrête pas de commencer chaque Post par le mot UEBER ("au sujet de", "à propos de", etc.), admettons ces six orthographes possibles : UEBER, ÜBER, ueber, über, üeber, uber... Trois seulement sont correctes (plus une tolérée). Question : quelles sont les deux "corrompues" ?

    De même qu'en français, on ne met NORMALEMENT pas les accents sur les majuscules... Logiquement, la lettre "ü" est donc toujours remplacée par son équivalent "UE" (ce qui explique incidemment, si vous aimez la musique classique, les doubles orthographes HAENDEL / Händel, ou encore SCHOENBERG / Schönberg). "UEBER", "ÜBER" ou "über" sont donc tout à fait corrects (et "ueber" toléré, par exemple si l'on n'arrive pas facilement à trouver la lettre "ü" sur un clavier), mais "üeber" (imprononçable) ou "uber" sont bien sûr les deux grosses fautes en question, celles qu'il fallait éviter.

    Question #15 : Qu'est-ce qui a bien pu me passer par la tête pour que je déplace trois bouteilles du mini-bar à l'entrée de la salle de bains ?

    Et bien c'était tout simplement à cause de la marche ("Vorsicht Stufe !"), il suffisait de bien regarder. Après m'être cassé la gueule deux ou trois fois, j'ai décidé d'utiliser ces bouteilles comme moyen mnémotechnique, et ça a marché (il faut dire que si j'ai une mémoire d'éléphant pour tout ce qui est culturel - musique, livres, films, etc. -, j'ai une mémoire de quiche pour les choses de la vie quotidienne, LOL) !
    QUESTION #16 : que peut bien vouloir dire tout ce fatras ?

    OK, ce n'est pas (vraiment) du "hochdeutsch"... Mais qui a dit que ce serait facile, hein ???

    Ceci dit, je vous mets quand même la transcription, au cas où l'image ne s'afficherait pas bien : Ich bin jung gewest / Und alt worden / Und das Alter hat mich / Widerumb neugeborn / Es geschieht alles / Nach Gottes Willen.

    Et bien sûr, je ne vous mets pas le nom de l'auteur, vu que désormais, on trouve n'importe quoi sur Google... raison pour laquelle il est aussi difficile de faire un "vrai" Quizz tel que celui-ci, en ne sélectionnant que des questions aux réponses introuvables, lol !

    Version "Hochdeutsch" (pas garantie à 100%) : "Ich bin jung gewesen / und alt geworden / Und das Alter hat mich / Wieder umgeboren / Es geschieht Alles / Nach Gottes Willen"... Autrement dit : "J'ai autrefois été jeune, et je suis vieux désormais. Mais c'est comme si l'âge m'avait fait renaître à nouveau... et toutes les choses qui arrivent, ne le sont que par la Volonté de Dieu".

    QUESTION #17 : Cette photographie prise dans le Wienerwald fait irrésistiblement penser à un tableau fameux d'un peintre viennois (sinon qu'il manque un peu de petites fleurs rouges au tout premier plan) :

    Mais bon, rassurez-vous... Je ne serai pas assez sadique pour vous demander le titre du tableau, mais seulement le nom du peintre, ça ne devrait pas être trop difficile, non ?

    Bon. C'était bien sûr le fameux "Buchenwald" (aucun rapport avec le "camp" du même nom, du moins, je l'espère) de Gustav Klimt (1862-1918, soit le quasi-exact contemporain de Gustav Mahler).

    QUESTION #18 : Trois "hénaurmes" fautes de goût se cachent dans cette photographie :

    Saurez-vous deviner lesquelles ?

    Bon. Sur ce coup, je vais être sympa (pour une fois) : je me contenterai d'une seule, et le point sera marqué. Qu'on se le dise !

    Et pourtant, et pourtant... de gauche à doite, il y avait dans cette chambre d'hôtel trois "fautes de goût" absolues (de gauche à droite) : 1) Seuls les Autrichiens sont capables d'offrir dans leurs mini-bars des bouteilles de vin verouillées avec de vulgaires capsules de bière 2) Même en Autriche (et peut-être même, surtout en Autriche !), ça ne se fait pas de regarder un concert d'André Rieu à la télévision 3) On ne boit JAMAIS un vin aussi sublime que le BAROLO dans un verre qui ne ressemble à rien, ni à une flûte, ni à un verre à vin, lol ! Et 4) Option à laquelle je n'avais pas pensé, mais que Jérôme avait déjà suggéré dans ses Commentaires : bien sûr que l'on ne saurait regarder la moindre émission sur une télévision aussi minuscule et aussi bombée, lol !!!

    QUESTION #19 : Bon. Je sais, c'est très dur : mais à quel Lied de Franz Schubert cette photo fait-elle irrésistiblement penser ?

    Non, j'abuse, là... alors je vous aide : disons que ça se trouve quelque part dans le cycle du Winterreise, voilà...

    Bon. Bien sûr, il s'agissait du Lied Der Wegweiser (l'indicateur), dont tant qu'à faire je vous donne la version intégrale (pour les amateurs) : Was vermeid' ich denn die Wege, Wo die ander'n Wand'rer geh'n, Suche mir versteckte Stege, Durch verschneite Felsenhöh'n? Habe ja doch nichts begangen, Daß ich Menschen sollte scheu'n, – Welch ein törichtes Verlangen Treibt mich in die Wüstenei'n? Weiser stehen auf den Straßen, Weisen auf die Städte zu. Und ich wandre sonder Maßen Ohne Ruh' und suche Ruh'. Einen Weiser seh' ich stehen Unverrückt vor meinem Blick; Eine Straße muß ich gehen, Die noch keiner ging zurück.

    Résumé des courses (et notamment des derniers vers) : "C'est alors que je vis, immobile, un panneau indicateur devant mes yeux... La route où je DOIS aller. Et dont personne n'est encore revenu...".

    QUESTION #20 : Qui peut bien avoir été le créateur de ce tableau ???

    Et bien, on peut dire que c'est MOI, tout simplement, par le recadrage, l'inversion, les retouches numériques, etc... ou encore plus humblement la nature elle-même (mais oui, ce n'était que le banal store au-dessous de ma chambre d'hôtel à Eisenerz, un jour de pluie, regardez bien !) :

    Libellés : ,

    samedi, novembre 17, 2007

    UN PEU DE POÉSIE...

    Fin d’automne évanescente…
    Nonobstant Phoebus dardant ses derniers rayons vespéraux, les murs fatigués de notre sénescent conservatoire semblent résonner comme d’un lointain écho à Chronos et à son insatiable voracité…

    Mais qu’est-ce que je déconne, là, moi, ça va pas la tête ?
    Sorry, je me suis un tout petit peu égaré, là… Non, en réalité, c’était tout simplement la fin de la semaine de travail, et putain, c’était sacrément bon de chez bon, après toutes ces grèves à la con !!!
    Du coup, avec l’un de mes meilleurs amis, on a carrément décidé de fêter ça en se vautrant dans la goinfrerie la plus crapuleuse possible - celle, bien connue, du Beaujolais nouveau -, que l’on aurait certes dû honorer le jour même comme tout le monde, mais que l’on a bien été obligés de différer, histoire d’être en forme pour les kilomètres de marche à prévoir pour les jours à venir (déjà une quarantaine, pour ma part) :

    Alors bon. OK, le Beaujolpif, ça fait "peuple", c’est sûr, la plupart du temps, ça se termine souvent dans les toilettes (et pas toujours par le bout escompté !), on pourrait même se croire en pleine A.G de la SNCF ou de la RATP (pour dire) !
    Mais, mais, mais… Comme cela n’arrive qu’une seule et unique fois par an, je vais vous donner ma recette personnelle pour bien réussir ce coup :

    1) Taper toujours dans le haut de gamme, soit chez Dubœuf, soit chez NICOLAS (excellente cuvée cette année, pour moins de 6 Euros) :

    2) Se rendre chez le meilleur boulanger de sa ville pour y acheter quelques baguettes à l’ancienne, ou encore un très bon pain de campagne
    3) Zapper l’option lyonnaise pour panacher chez un traiteur italien quelques-unes de leurs plus sublimes charcuteries (San-Danielo, coppa, mortadella, bresaola, etc…) :

    4) Sans oublier, bien sûr, le sublimissime beurre normand de chez Maître Dubois (j’ai du bol, ce fameux fromager fournisseur officiel de l’Élysée tient boutique à 50 mètres de chez moi, lol) !
    Et alors là… Ce que j’ai précédemment qualifié de "goinfrerie crapuleuse" peut subitement se transformer en festin de Roy, en régal pour le palais, en extase culinaire !
    Choisir les bons produits à la base, c’est déjà une règle en soi concernant la cuisine en général ; mais quand il n’y a même pas de "cuisine" à proprement parler, c’est encore plus important (comme, par exemple, l’équation huîtres + toasts + Meursault, ou encore - pour les plus fortunés - la fameuse alliance caviar + blinis + vodka). Tiens, d’ailleurs, à propos de fortune : cette année, la mythique truffe blanche italienne (Tartuffo Bianco) cartonne tout de même à 6000 Euros le kg (oui, vous avez bien lu !), contre "seulement" 700 Euros pour notre bonne vieille truffe noire du Périgord !

    Enjoy !

    Libellés : , ,

    samedi, novembre 10, 2007

    NEWS EN VRAC...

    Bon, ça ne s'arrange pas, chez AOL...
    Six semaines sans Internet, ça commence à gaver, tout de même ! Ils feraient d'ailleurs mieux de s'appeler MOL ("Maroc On Line"), parce que le SAV, ça donne à peu près ça : "Vi ites sûr que li modem i l'y bien connicti corrictiment, missié, s'ilviplit ?"... Déjà six fois que je les appelle (à chaque fois 20 minutes à raison de 0,34€ la minute), sans compter les heures passées dans ma nouvelle maison, haha (rire jaune et larmes amères) :

    Ou alors, on squatte les amis :

    Ce qui n'est (bien sûr) pas désagréable, surtout quand ils sont d'aussi bonne compagnie, et qu'il y a d'aussi bonnes choses à manger et à boire (clin d'oeil spécial pour les musiciens) :

    En attendant, je m'habitue à mon nouveau (et coûteux) jouet :

    Et je tue les longues soirées d'hiver en retouchant des photos qui me font me ressouvenir que oui, on peut être heureux en ce bas monde (pas trop dur, a priori, en compagnie d'animaux au-dessus du lac de Côme, lol !) :

    Résumé des courses :
    1) Jusqu’à nouvel ordre, je laisserai donc cet article en tête de Blog (même si je ferai tout mon possible pour en publier de nouveaux à partir de cybercafés, mais toujours APRÈS celui-ci).
    2) J’essaierai à tout prix de rester présent & actif sur mes quatre sites principaux, comme vous pourrez d’ailleurs le constater en lisant ces deux articles très récents, l’un sur LE CINÉMA DE VINCENT (à propos du mythique DIRTY HARRY) :
    http://vincentthe1.blogspot.com/2007/08/dirty-harry.html

    L’autre sur PARIS-ARCHIS, consacré à la prestigieuse (mais sinistre) avenue d’Iéna :
    http://vincentthe2.blogspot.com/2007/10/avenue-diena.html

    Et même un nouveau sur SNEAKERS & BUFFALOS, à propos duquel je n’ai pas encore trouvé la moindre minute pour pondre un texte décent (mais bon… les photos sont déjà très sympas, pour ceux qui aiment !) :

    http://buffaddict.blogspot.com/2007/10/vive-ebay.html
    3) Vu que je "cybercafe" à peu près tous les jours (bonjour la facture à la fin du mois, sans compter l’abonnement AOL qui court toujours, plus les heures de portable passées à joindre le SAV !), ceux d’entre vous qui me connaissent peuvent toujours communiquer avec moi par mails, je les lirai et j’y répondrai - comme vous le savez bien - dans un délai maximal de 48 heures.
    4) Et pour finir, oui, je sais, je me répète… mais soyez sympas : n’oubliez pas mon petit concours (clôture le 20/11/2007), où les quatre gagnant(e)s recevront un super DVD incluant plus de 300 photos HD de montagnes, 200 de Vienne & de Graz, un millier de photos du Japon, quatre CD de mes propres concerts (Brahms, Liszt, Mozart, etc.), et en prime, une aquarelle signée et dédicacée pour les deux plus hauts scores, à choisir parmi celles-ci :

    Les vingt questions (pas super faciles, j’admets) sont à voir ici :
    http://vincenttheone.blogspot.com/2006/01/super-quiizz.html

    Et l’ensemble de la saga, pour ceux que ça intéresse, à cette adresse :
    http://vincenttheone.blogspot.com/2007_09_01_archive.html

    Dites-vous bien, en tout cas, qu’il y a déjà un premier prix potentiel, quasiment gagné d’avance avec près de 75% de bonnes réponses… Je vous souhaite donc d’être le (ou la) second(e) !
    PLEASE : "L’essentiel, c’est de participer", n’est-ce pas, non ?
    Comme chacun sait…
    Adoncques : je compte sur vous, mes ami(e)s !
    P.S : Et si vous croyez en un Dieu, quel qu’il soit, priez pour moi afin qu’il me redonne ma connexion Internet… Ayiez mercy !

    Libellés : , ,