À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • lundi, mai 28, 2007

    LE LUXE !

    Et bien oui !
    En ce lundi de Pentecôte, j'ai finalement fait partie des 40% de Français à NE PAS se la couler douce, mais j'aurais eu pour une fois mauvais gré de m'en plaindre, puisqu'au sein de cette déjà très belle École Normale de Musique de Paris, on m'avait pour cause d'examen éjecté de ma (banale) salle habituelle pour me reloger dans la plus prestigieuse du bâtiment, la salle Münch, autrement dit la grande salle d'apparat :

    Même du temps des tous premiers propriétaires (la famille Rozard, pour laquelle l'hôtel fut bâti en 1881 par l'architecte Léon Cochet), ces grands salons semblent déjà avoir été placés sous le signe de la musique, si l'on en juge par les précédents panneaux (Terpsichore et Euterpe ? Mmmh, j'en connais une qui va me dire ça subito). Ambiance (ah, ah, j'adore me la péter comme ça, lol !) :

    Deux très belles fresques, assez dans le style baroque tardif de Tiepolo (l'un de mes peintres préférés), l'une circulaire dans le grand salon, peut-être une apologie de Vénus (à noter le "détail qui tue", tout comme dans la "vraie" fresque Tiepolo du musée Jacquemard André, les drapés de la robe qui débordent du cadre !) :

    La seconde, plus rectangulaire, et qui semble répondre aux battants de la porte principale (encore une fois, donc, une apologie d'Euterpe et de Terpsichore, si je ne me suis pas trop planté) :

    J'avais bien essayé, autrefois, de faire un peu la même chose dans ma propre salle de bains (le fou !), mais bon, ça n'a pas rendu tout à fait pareil, finalement...

    Bref. Le grand salon vu du petit salon :

    Et l'inverse :

    Avec au premier plan la "bête", le mythique Pleyel d'Alfred Cortot lui-même (1877-1962), fondateur de ladite école, et incidement l'un des plus grands pianistes français de la première moitié du vingtième siècle :

    Je dis "la bête", car c'est un piano très particulier, qui doit s'apprivoiser avant de livrer toutes ses splendeurs - et notamment, sans être lourd pour autant, son toucher demande un certain engagement physique pour réussir à bien "timbrer" le son. Mais par rapport aux pianos d'aujourd'hui, mon Dieu, quelle souplesse, quelle velouté, quelle ampleur monumentale dans les basses (il faut dire que là, les cordes mesurent près de trois mètres !) :

    Bref, on a passé une grande partie de la journée à se régaler, entre autres avec Satomi 1 et Satomi 2 (lol !) ;

    Les "ors" de la république (ou pas loin), mais sans les contraintes vestimentaires ni les courbettes : j'adoooooooore !

    Tiens, j'ai bien fait d'aller bosser, moi, aujourd'hui... XD !

    P.S (sans aucun rapport) : Je viens de me voir le sublime 21 Grammes du mexicain bien "barré" Gonzales Innàritu (Sean Penn, Benicio del Torro, Naomi Watts, Charlotte Gainsbourg)... Du cinéma très intimiste, certes, mais magistralement interprété et filmé, avec un montage bluffant et une BOF passionnante ; bref, du cinéma français sans les défauts endémiques du cinéma français, en résumé (XD !). À recommander vivement !

    Libellés : , ,

    dimanche, mai 27, 2007

    AND THE WINNER IS...

    ...Cristian Mungiu (Roumanie) !

    Le film (je parle de Cannes, bien sûr) s'intitule Quatre Mois, Trois Semaines et Deux Jours : "La Roumanie en 1987. La misère et un système au bout du rouleau. Deux étudiantes solidaires et amies qui partagent la même chambre dans le foyer. Un secret : Gabita est enceinte de plus de 4 mois. L'avortement est un crime ; et il n'y a pas d'autre choix que de le faire clandestinement. Ottila fera tout pour l'aider, sans se douter que cela risque de tout détruire".

    Tout ceci d'après cet excellent site, où vous trouverez en outre tout le palmarès (cette année, très majoritairement "cinéma indépendant"), ainsi que des fiches techniques assez détaillées sur les films lauréats (n'oubliez pas, à ce propos, ma récente chronique au sujet du très génial 11'09"01, ça vaut VRAIMENT le coup !).

    Loin des sirènes de la Croisette (car la création est partout, même si souvent moins médiatisée), autre petite annonce pour mon collègue et néanmoins ami Olivier Pigott, qui nous propose ce dimanche prochain un concert gratuit plutôt alléchant, dans un lieu en outre fort sympathique :

    Viendez nombreux !

    Et pour finir, un petit cadeau spontané comme on les aime, de la part de Zoun :

    Le pauvre, il ne pouvait pas savoir que je déteste le foot (surtout les footeux, à vrai dire)... Mais bon, c'est pas grave, ça fait toujours plaisir quand même, surtout dès lors qu'il a déjà rectifié le tir, XD !

    A ce propos, Zoun organise en ce moment un petit concours, à voir sur son site, bien sûr, mais aussi sur son Blog (le Monde de Zoun), où vous pourrez découvrir en outre un nombre de photos hallucinant en rapport avec ledit concours, c'est superbe, très inventif, et réalisé sans la moindre bavure (merci Totoshop, ou quoi, là ?)...

    L'essentiel, c'est de participer, n'est-ce pas (remarquez, moi, je dis ça, mais j'ai encore rien foutu, sur ce coup, XD) ?

    P.S : À prévoir pour demain, si tout se passe comme prévu (et si vous êtes sages, XD !), de belles photos de la plus belle salle de l'École Normale de Musique de Paris où j'ai la chance d'enseigner (ENMDP, petit aperçu ici, en attendant), vu que l'on m'a pour une fois déplacé dans celle-ci (avec des excuses, en plus, comme si cela pouvait être une punition, LOL !!!), avec le propre "grand" piano PLEYEL - mythique, certes, mais un peu "caractériel" - du très fameux Alfred Cortot, le fondateur de ladite école (pour mémoire, et pour les néophytes, Alfred Cortot est à l'histoire du piano français l'équivalent d'Orson Welles pour le cinéma, ou de James Joyce pour la littérature, qu'on se le dise) !

    À demain, donc !

    Libellés : , , , ,

    vendredi, mai 25, 2007

    DE LA BEAUTÉ !

    Ça fait (trop) du bien, en résumé !
    Surtout après le Post précédent, au sujet du Liban et des attentats du 11 septembre, mais bon, ainsi va la vie, c'est comme ça : peut-être que la plus sublime beauté ne peut exister qu'en raison de la plus atroce laideur (c'est l'une de mes très grandes interrogations, en fait, et après pas très loin d'un demi-siècle de vie, je ne l'ai toujours pas élucidée) ?

    Quoiqu'il en soit, grâce au très fameux site NINE : Hands, site auquel j'attends toujours que mes collègues musiciens participent, mais en pure perte (ce n'est pas un poil, mais un baobab, qu'ils doivent avoir dans la main, lol !), je viens de découvrir le Blog d'une "sculptrice" - on dit comme ça, ou "sculpteuse" ? - absolument hallucinant de beauté, et je ne mâche pas mes mots.
    Jugez plutôt (Zewall) :

    Et le plus hallucinant dans tout cela, c'est que la plupart de ces sculptures sont presque toutes conçues à partir de matériaux bruts ramassés sur la plage (et oui, cette artiste a la chance d'habiter en Martinique !), ce qui fait d'une part bien sûr penser à Salvador Dali et sa fameuse méthode "paranoïa-critique" (se laisser guider par les hasards que peut suggérer une surface non uniforme), mais aussi et surtout à Michel-Ange, qui fut je crois le premier artiste à prétendre qu'il n'avait jamais fait grand chose (arf, arf, on en rit encore !), juste dégager du marbre de Carrare la sculpture qui avait toujours été là :

    Bref, c'est splendide, éclatant de beauté, de vitalité et de sensualité... Autant dire qu'on espère très vite une exposition en métropole (et dans la capitale, si possible) !!!

    Sur ce même site, également de très beaux masques en grande partie également dus au "hasard" (à moins que le mot "hasard" ne puisse aussi se traduire comme "la sublimité de Dieu lorsqu'il se manifeste à l'état de nature" ?) :

    Ainsi que de très belles photos de maisons créoles :

    Bon. Ceux qui me connaissent (ou connaissent ce Blog depuis longtemps) savent que je ne fais JAMAIS de "pub" pour des trucs que je n'aime pas (et en plus, vu que je n'y ai absolument aucun intérêt commercial, ça ne fonctionne vraiment et uniquement qu'au "coup de coeur" instinctif).

    Dieu sait que j'ai mes défauts, comme tout le monde : je peux être très chiant, asocial, lourd ou cassant (au choix), certaines de mes amies en ont même fait la cruelle expérience récemment, etc... Mais j'ai parfois, aussi, quelques rares qualités, et en tout cas, je ne suis jamais avare de paroles dès lors qu'il s'agit de faire la promotion de sites ou de Blogs que je trouve fascinants & passionnants, et bien sûr, celui-ci en fait déjà bien évidemment partie !

    http://www.zewall.canalblog.com/

    C'est sans doute la toute première fois que vous en entendez parler (du moins ici), mais en tout cas, ça m'étonnerait bien que ce soit la dernière, LOL ! Allez-y, courez (Run, Forrest, run) !!!

    P.S : Et n'oubliez pas non plus au passage, si vous le pouvez, d'enrichir NINE : Hands de vos propres contributions, un vrai site dans l'esprit du Web2, comme on dit... C'est très bien de faire des choses chacun de son côté, certes, mais si on peut faire vivre et animer une vraie communauté (peu importe qu'elle soit "réelle" ou "virtuelle", pour ma part, c'est une problématique dépassée depuis bien longtemps, et en plus sans objet, je trouve), et bien, c'est encore mieux, je crois !

    Adoncques : participez !!!

    Libellés : , ,

    lundi, mai 21, 2007

    ASSEZ RI !

    Et non pas Assyrie (lol) !
    Avant toute chose, allez déjà jeter un coup d'oeil à ma chronique au sujet du génial film 11'09"01 (de très loin le film le plus intelligent jamais tourné sur les attentats du 11 septembre 2001), à voir sur LE CINÉMA DE VINCENT, bien sûr (c'est toujours d'actualité) !
    Dieu sait que j'ai un peu publié quelques Posts plutôt rigolos, ces derniers temps... Mais en ce lundi, Beyrouth, la si belle Beyrouth, vient encore une fois de subir un attentat particulièrement dévastateur dans son quartier chrétien, pratiquement aussi monstrueux que celui du 14 février 2005 ayant visé le premier ministre Rafic Hariri, رفيق (بهاء الدين) الحريري, quelque mois avant que je ne découvre ce si beau pays :

    Suivi le lendemain même (ce mardi, donc) d'un attentat tout aussi meurtrier, dans le quartier "sunnite" de la ville, sans même parler du bordel ambiant au nord, à Tripoli (plus de 75 morts, et des centaines de blessés)... Comme quoi, si quelqu'un cherchait vraiment à relancer la stupide guerre civile de 1975_1990, il ne s'y prendrait pas autrement...

    Par le plus grand des hasards, il se trouve que j'apprends cette consternante nouvelle juste après un après-midi de répétitions avec une chanteuse libanaise, et en même temps juste après une soirée consacrée à regarder l'excellent film Münich de Steven Spielberg, c'est-à-dire, en gros, vu de nos yeux d'occidentaux, cette même éternelle histoire dans l'autre sens qui n'en finira jamais (et pourtant, on espère toujours !)...

    Si vous saviez... Le Liban est un si beau pays, avec des gens tellement adorables (en tout cas, tel que je l'ai connu en 2005), qu'ils soient chrétiens, maronites, chiites, sunnites, arméniens, orthodoxes, bref, ça donne les larmes aux yeux. De voir que, justement (enfin ça, c'est comme dans les banlieues), dix-sept religions différentes recensées ayant réussi à cohabiter et à avoir envie de vivre en paix à 95% - une sorte de prouesse au Moyen-Orient - se voient pourrir la vie par 5% d'exaltés... Alors que la vie est si belle, là-bas :

    Alors bon. Je n'avais pas prévu de faire de la publicité aussi tôt pour ce concert déjà négocié de longue date (et certes encore un peu lointain, le 23 juin à l'UNESCO, à voir sur le site LebEvents), mais là, je me sens quelque peu motivé, on va dire...

    Ce ne sera pas un concert gratuit (sauf pour nous autres musiciens), mais sachez bien que tout l'argent récolté grâce à VOS entrées - c'est une très grande salle, près de 1400 places ! - reviendra dans son intégralité à des associations caritatives libanaises et complètement APOLITIQUES, c'est très important de le mentionner !

    La seule chose qui me gave, dans cette histoire, c'est que là, pour un truc aussi officiel, je ne vais hélas pas pouvoir jouer en T-Shirt et en Buffalos (alors que c'est MON combat permanent, faire en sorte que la musique classique soit - au moins - aussi peu chiante vestimentairement que les autres musiques) !

    Mais bon... Je vais faire un effort, pour une fois...

    Faites-le aussi, et viendez nombreux et nombreuses !

    Libellés : , ,

    vendredi, mai 18, 2007

    QUESTION...

    Et même bonne question...
    Où pourrait-on bien voir d'aussi belles choses, ou sinon, de si inattendues ???

    Réponse toute simple et très facile : sur mon très fameux Blog SNEAKERS & BUFFALOS, qui fête aujourd'hui même son vingt-millième visiteur (mais oui) !!!

    Et c'est à voir ici, bien évidemment :

    http://buffaddict.blogspot.com/

    Enjoy !!!

    Libellés : , , ,

    mercredi, mai 16, 2007

    MORT DE RIRE !

    Vous n'allez pas le croire, ça...
    Parmi les deux personnes dont on parle un peu beaucoup en ce moment, je voudrais pour une fois m'intéresser surtout à celle de droite, Cécilia :

    Et bien, figurez-vous que je l'ai très bien connue, dans le passé (septembre 1986, pour être précis) !

    Vous ne me croyez pas ?

    Vous avez bien raison : quand je dis "très bien connue", ça peut juste se résumer à "connue", en fait (et encore)... Souvenez-vous (pour les vieux) : en septembre 1986, Jacques Martin remettait le couvert, pour la seconde et dernière année consécutive, avec l'émission de musique classique qui lui tenait à coeur par dessus tout, KIOSQUE À MUSIQUE, émission dont j'avais quasiment l'entière charge à l'époque (et qui, incidemment, a en grande partie payé mon appartement, d'ailleurs) :

    Alors, voici l'histoire (ça me fait trop rire, rétrospectivement) : en cette rentrée 1986, je débarque direct de mon refuge de haute montagne sur le plateau du Théâtre de l'Empire, et là, qui vois-je ? Une superbe brune aux yeux bleus, avec une sorte de magnétisme extraordinaire... Et vu que j'étais (tout de même) un peu "en chasse" à l'époque, je m'approche d'Hélène P***, la principale assistante de Martin, pour lui demander : "Mais c'est qui, cette fille, là ? Allez, présente-moi !"

    La réponse (cassante) n'a pas tardé : "Laisse tomber, petit bras ! Chasse gardée du patron, là..." ! (Naaaan, je ne déconne pas, regardez un tout petit peu mieux la photo, là, it's Me, I and Myself, complètement à droite, déjà fan des Freestyle de chez REEBOK) :

    Bref, en résumé : c'était donc (finalement) la future ex-femme de Jacques Martin... Mais sans rire, à trente ans, c'était vraiment une nana hyper "canon", à tomber par terre, quoi... et je pèse mes mots, comme dirait Unter (elle est d'ailleurs toujours pas mal du tout sur ces deux photos, où elle doit bien avoir, au bas mot, entre dix et quinze ans de plus, déjà) :

    Toujours est-il qu'entre elle et Danielle Mitterand, je n'hésiterais pas une seule seconde, tout de même, c'est clair, LOL !

    Explications : Cécilia était en fait la troisième (et avant-dernière) femme de Jacques Martin, qui est quelqu'un qui aime "épouser" (c'est son truc, ça : une femme, deux enfants, et après on passe à autre chose, XD !). Et je me souviens qu'à l'époque, ça chiait bien plus souvent qu'à son tour sur le plateau (devant tout le monde !) entre ces deux personnalités bien affirmées, et notamment du fait que Martin trouvait que sa petite femme chérie commençait déjà à se rapprocher un peu trop, à son avis, du maire de Neuilly dans ces années-là (devinez qui, je vous le donne en mille ?)...

    Malheureusement, Tempus Edax Rerum, le temps est (trop) cruel, hélas... Et ça, qu'on soit femme de président ou femme de balayeur, c'est à peu près pareil (c'est ce que je me dis tous les jours devant ma glace, tant que j'en ai encore une - ce qui me fait d'ailleurs toujours penser à cette phrase terrible de Borges dans Fictions, où il dit en substance : "La procréation et les miroirs sont abominables, car ils multiplient le nombre des hommes") :

    Pour la petite histoire, Cécilia (la sainte patronne des musiciens) se trouve également être l'arrière-petite-fille du grand compositeur espagnol Isaac Albeniz (1860-1909), qui a longtemps habité rue des Bougainvilliers, à deux pas du conservatoire où j'enseigne... comme quoi, le monde est parfois tout petit, finalement !

    Bon. À partir de maintenant, ayez toujours présent à l'esprit que vous êtes sur le Blog de quelqu'un qui a tout de même côtoyé la "première dame" de l'état durant presqu'une année...

    Alors, s'il vous plaît (comme disait Desproges), bon, je vous en prie !

    (Non, je déconne... Je n'en n'ai rien à foutre, en fait, mais ça me fait juste marrer, comme hasard, quoi)...

    P.S 1 : À part ça, super concert en perpective le 23 juin (au bénéfice du Liban), devant 1400 personnes à l'UNESCO, à voir sur le site LebEvents... J'espère que vous viendrez nombreux (mais on aura tout le temps d'en reparler d'ici là, lol) !!!

    P.S 2 : (Juste au passage)... Je viens de perdre deux bonnes heures à regarder le World Trade Center d'Oliver Stone, qui est tout de même une bonne grosse "daube" hollywoodienne, quoi, il faut bien appeler les choses par leur nom, des fois... Du coup, ce n'est même pas le fait de voir un navet pareil qui m'a le plus énervé, que de savoir que ce navet était malgré tout l'oeuvre (entre guillemets) de l'auteur des magistraux Platoon, JFK et surtout Tueurs-Nés. Enfin bon... Je suppose que tout le monde a droit à l'erreur, au moins une fois dans sa vie, non ?

    Du coup, un voisin m'a prêté Lord of War (avec le même Nicolas Cage), alors vu l'heure, je n'en suis encore qu'à la moitié, mais je peux d'ores et déjà vous dire que c'est une moitié qui vaut très largement la totalité du film précédemment cité. Adoncques : j'y retourne de ce pas, XD !!!

    P.S 3 : En résumé, et tout compte fait, Lord of War, un film qu'il est bien à le voir, quoi !!!

    Libellés : , , ,

    lundi, mai 14, 2007

    VOLTA

    Vous avez dit "piratage" ?
    Ah ben oui, j'avais bien entendu, finalement... C'est tout de même hallucinant, quelque part : le jour même de sa sortie nationale (lundi 7 mai 2007), le nouvel album de Björk se retrouve déjà, par je ne sais quel miracle, déjà disponible dans son intégralité à la fois sur Emule et sur RadioBlog !
    Bon. Vu le vide juridique sur le sujet, que dire ? D'un côté, en tant qu'artiste, je suis contre, bien évidemment (et d'ailleurs, voir le Post ci-après, je ne me sens absolument pas coupable, puisque je l'ai bel et bien acheté pour de bon, 17€ tout de même !!!). De l'autre : pourquoi pas ? Puisque que finalement, tous ces Divx ou mp3 que l'on télécharge gratuitement ne sont jamais à la hauteur - compression oblige - des originaux, c'est tout compte fait une sorte de grande vitrine pour les gros labels, qui mine de rien ont finalement (enfin, je crois) tout intérêt à laisser proliférer ce genre de sites, y compris des Blogs comme LE CINÉMA DE VINCENT, où je balance sans arrêt des tonnes d'images totalement illégales, mais uniquement sur les films que j'adore, donc tout à leur avantage, me semble-t-il...

    Bref ! Quoi qu'il en soit (grâce à RadioBlog, du reste), je vais pouvoir vous faire découvrir ce nouvel album, VOLTA, ce qui pour une fois sera enfin fidèle au titre de ce Blog, "Movies, Montagnes, MUSIQUES", que je respecte de moins en moins, ces derniers temps, XD !
    1) On attaque avec Earth Intruders, peut-être le seul et unique morceau de l'album que l'on aura une chance d'entendre à la radio, et encore, pas sûr (attention, il faut normalement cliquer DEUX fois sur la flèche de Start pour entendre le morceau, sinon trois, RadioBlog s'avérant parfois assez capricieux, surtout aux heures de pointe) :
    Contrairement à son (sublimissime) dernier album, Medula, celui-ci apparaît bien davantage axé sur les percussions africaines ou les cuivres que sur les voix inouïtes, mais toujours avec la magie absolue de sa voix, sur des paroles bien senties ("We are the earth intruders", et en plus, c'est vrai de chez vrai : nous sommes vraiment les envahisseurs ("Intruders"), et les pourrisseurs de cette terre, c'est clair) !

    2) Wanderlust, mon credo absolu de randonneur indécrotable, comme vous le savez peut-être déjà (sinon, reportez-vous avec délectation aux archives de septembre 2006) ! "I am leaving this harbour : giving urban a farewell" ("Je suis en train de quitter ce port, donnant un dernier adieu aux citadins"). Ceci débute par de curieuses résonances de trompes (d'éléphant ?), pour retrouver par la suite les accents d'une Björk plus classique :
    3) The dull Flame of Desire, qui commence un peu comme une réminescence du générique de Dancer in the Dark, mais selon moi (encore une fois, tout cela est très subjectif) le pire morceau du disque, et je sais en plus très bien pourquoi : je ne supporte pas la voix d'Antony, qui chante en duo avec elle (et du reste, son nom de famille n'est même pas mentionné sur l'album, c'est tout dire, finalement, XD) :

    4) Innocence : malgré son titre, un morceau bien "hystéro" comme on les aime, dans la digne lignée du Where is the Line de son précédent album :
    5) I see who you are (if only) ! (Là, c'est moi qui rajoute : si seulement, on pouvait voir les gens tels qu'ils sont vraiment) : à mon humble avis, le plus beau morceau de l'album, je crois... La Björk rêveuse et poétique telle qu'on l'adore, sur un fond sonore improbable de balafon et, beaucoup plus étonnant, de pipà (琵琶) très virtuose, cette ancêtre chinoise de la biwa japonaise, mais ça marche !

    6) Vertebrae by Vertebrae : Bah, je ne sais pas trop quoi en penser, de celui-ci... Ça commence par des batteries de cuivres plutôt soft, presque façon Bernard Hermann (N.B : le compositeur attitré d'Alfred Hitchcock), mais dans la suite des événements, je ne trouve pas ça super convaincant :

    7) Pneumonia, une gageure : la moitié du morceau bâtie sur les seules notes Do, Ré, Mi, et non seulement, on ne s'ennuie pas, mais on plane, quoi...

    8) Hope. De nouveau, un morceau d'inspiration très africaine, avec un joueur de Kora (sorte de harpe du Sénégal, bâtie à partir d'une calebasse et comprenant de 21 à 28 cordes) très virtuose :

    9) Declare Independance : du pur Björk "électronique", avec des basses et des samples hyper vrillants de guitares bien saturées, comme à l'époque déjà lointaine de Homogenics (mais on aime bien, aussi) :
    Et les paroles, au delà de la déclaration d'indépendance, c'est bien sûr à retenir (et à faire siennes !) : "Don't let them do that to you / Make your own flag" !
    10) "Last, but not the least", My Juvenile, qui remet à l'honneur, comme sur le "live" de Debut, un instrument hélas un peu ignoré depuis le XIXème siècle : le clavecin !
    Le début du morceau est magnifique... Malheureusement, de même que sur la piste N°3, le fameux Antony a cru bon de surajouter sa voix à celle de Björk, et bon, quoi, merde (attendez, je vomis, là)...

    Pour la petite histoire, cet album très cosmopolite dans ses influences a été enregistré (et/ou mixé) à : New York, Portland, Bruxelles, Bamako, San Francisco, tout plein d'endroits que je ne connais ni d'Ève ni d'Adam, mais aussi dans deux coins magnifiques où j'ai eu récemment l'immense chance d'aller, Reikjavik :

    Ainsi que Thingvellir, le lieu quasi-mythique du premier parlement d'Islande :

    P.S 1 : Nouveau lien, celui d'OEIL MALADE (avec la bannière, enfin quoi, s'il vous plait, je vous en prie)... Un graphiste sorti des Beaux-Arts, qui ne fait rien qu'à faire des alphabets super zarbis (mais hyper classe, en même temps) ! Et je vous signale au passage qu'il cherche éventuellement du taf, soit en tant que graphiste, soit en tant que photographe, n'hésitez donc pas à lui écrire à l'adresse suivante, si son travail vous intéresse : jul@oeilmalade.com.

    Merci pour lui !

    P.S 2 : Deux autres choses que j'adore, en ce moment, et que j'écoute en boucle, à commencer par cet (improbable) groupe danois intitulé Under Byen (merci Unter) :

    Suivi de peu par Blonde Redhead, album intitulé Misery is a Butterfly, une heure à tout casser sous Emule (Archives), souvenez-vous, le très beau générique fin du fameux Hard Candy, merci Ccil (j'adoooooooore !) :

    Libellés :