À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mercredi, janvier 31, 2007

    CADEAUX, CADEAUX !

    Rhooh, mais je le savais bien, ça, que je ne parviendrais jamais à pouvoir tenir plus de trois jours sans éditer mon Blog, bien que jusqu'au dernier moment, j'ai tout de même tenté (avec succès !) de laisser en tête mon fabuleux Post d'Anniversaire - le suivant, en fait, avec une bonne trentaine de photos de Me, I & Myself, de 5 jours jusqu'à 47 ans ! -, dans l'espoir fou qu'un de mes amis IRL se manifeste un jour ou l'autre dans la fameuse case COMMENTS (que n'importe quel môme de huit ans maîtrise à la perfection), mais bon... Là, je crois que c'est vraiment peine perdue. Donc, que les vieux restent à leur place, de toute façon, personne ne viendra les en déloger, en tout cas, moi, j'avance, pendant ce temps-là, excusez-moi d'ores et déjà de ne pas m'encroûter dans les limbes d'un immobilisme aussi stérile que fatal (j'ai toujours fait mienne cette devise du grand Clint : "Vous vous reposerez quand vous serez mort !").
    En attendant, donc, la MONSTRUEUSE fiesta de ce samedi (oui, je sais, vous n'êtes pas invité, dsl, mais vous aurez au moins la primeur des photos sur ce Blog, tout n'est pas perdu !), où il y aura non seulement à boire et à manger, mais aussi à écouter (chtit bout d'Arpeggione de chez Schubert, tout de même...) et peut-être même à voir et à s'offrir, de la grandissime Sat, mon idole absolue sur le Net, comme chacun sait, dont je viens d'ailleurs d'acquérir le sublime triptyque de Janus :

    ...à voir d'urgence sur sa boutique (où seulement DIX exemplaires numérotés et signés de chacun de ses chefs-d'oeuvre sont à vendre, autant dire qu'il ne va sûrement pas y en avoir pour tout le monde, acdonques, dépêchez-vous vite !), en attendant, donc, disais-je... cette fabuleuse FIESTA, je n'ai pour ma part pas attendu la date en question pour me faire quelques petits cadeaux (et du reste, c'est bien normal, vu que je suis du 24 janvier, il serait temps, là, tout de même...), à commencer par ces deux albums de TOOL, 10000 Days et Lateralus, que la gentille Fnac.com vient tout juste de me faire parvenir aujourd'hui :

    D'où je connais ce groupe, je ne saurais trop le dire (c'est vrai, ça, il y a tellement peu de Blogs qui parlent de Maynard, d'une façon générale, je ne me souviens plus du tout où j'ai bien pu entendre ce nom) ??? En tout cas, comme on dit chez les "djeuns", ça déchire bien de sa race, quoi, en résumé... Première fois de ma vie que j'achète deux disques officiellement répertoriés "Heavy Metal" - bien qu'en réalité, ce soit beaucoup plus fin que ça -, mais je ne le regrette pas du tout (alors que mes voisins, si, probablement, vu que ce n'est pas le genre de musique qu'on écoute à bas régime, XD), essayez, pour voir, avec l'ordi à donf (un clic pour activer, plus un second, très précis, sur le bouton START) !!!

    Alors voilà, ça, c'était pour mon premier cadeau d'anniversaire. Le second, par pure coïncidence, vient juste de m'être offert par GOOGLE ADSENSE, un "fabuleux" chèque de cents dollars (mais je ne le croirai que quand je le verrai !) en guise de remerciement pour avoir pourri la vie de mes visiteurs par les trois petites pubs en début de Blog depuis une dizaine de mois (ce qui est quand même beaucoup moins chiant que les "pop-up" de chez Lycos, ceci dit, hein, Same ?) :

    Mouaip... En gros, 10$ par mois pour une moyenne d'entre 100 et 200 visiteurs par jour, lol ! Pour en vivre vraiment bien, disons 2000 € par mois (sans rien foutre, c'est ça qui serait trop cool !), il me faudrait grosso modo 30 000 visiteurs par jour, ce qui n'est pas gagné d'avance (même si j'utilise la terminologie Skyblog : "Faites tourner ce Blog") !

    Donc, en résumé : tant que je ne gagne pas au LOTO, je suis condamné à l'esclavage à vie comme tout un chacun, et en plus, je ne me plains même pas (vu que j'ai quand même - chose rare de nos jours - un métier que j'aime, même si parfois quelques élèves sous-doués peuvent me faire sortir les yeux de la tête, mais bon, je suppose que c'est un mal nécessaire)...

    J'en arrive donc à mon troisième (auto) cadeau, ces sublimes NIKE TN "Dollars" qui me faisaient saliver à l'avance, tellement je les trouvais marrantes et originales :

    Bien reçues, bien arrivées, sauf que... NIKE, ça taille super petit, en résumé ! Donc, j'étais tellement heureux en les recevant que ça va sûrement être une grosse déception, mais je vais probablement devoir les échanger contre une paire plus "masculine", étant donné que ce modèle ultra-rose de chez rose, bien "métrosexuel" comme on dit (probablement faux, du reste) n'existe au maximum qu'en taille 40, sniff ! Bah, je vais encore essayer de les porter une petite semaine, histoire de voir si ça ne s'agrandit pas peu à peu, mais j'ai tout de même assez peu d'espoir, sur ce coup, LOL !

    Bon. Malgré mon absolu et invétéré "narcissisme" de Blogueur, surtout en phase d'anniversaire comme je le suis, je ne pense malgré tout pas qu'à moi, la preuve, je vous relaie ce petit truc sympa chopé de chez Cha :

    Certaines personnes pensent que c'est un "fake", mais personnellement, je n'en crois rien...

    C'est tellement "hénaurme" (et tellement typique de la bureaucratie à la française, en même temps), que je crois que personne, même parmi les pires pirates du Net, n'aurait pu être suffisament tordu pour pondre un truc aussi criant de réalisme...

    Bon. Je m'égare, je m'égare, là... Comme dit dès le début, le Post VRAIMENT important est celui-ci, juste après... ben, celui-là !

    P.S : Histoire de finir en beauté, allez voir juste pour le "fun" le petit jeu à la con qui sévit actuellement sur le Net, What Tarot Card are You ?

    Vu comme ça, ça a l'air très con... N'empêche que j'ai rempli ce petit questionaire en toute sincérité (notamment la question N°4, où l'on est tout de même obligé de choisir entre n'importe quoi et "Uma Thurman", donc, devinez mon choix, là, XD !), et que je me suis retrouvé malgré tout d'emblée sur l'ARCANE 17 (l'étoile), la carte du tarot associée de tout temps au signe du verseau, à tel point qu'André Breton (verseau ascendant balance, tout comme moi) a consacré un livre entier à ce sujet, l'un de ses derniers, d'ailleurs, ARCANE 17 !

    Dernière chose sans aucun rapport : rendez vous sans tarder sur le site magnifique de l'excellente cuisinière SOOISHI, afin d'y découvrir un "velouté de patate douce au fenouil" qui m'a l'air non seulement tout à fait succulent, mais en plus très facile à réaliser !!!

    Libellés : , , ,

    mercredi, janvier 24, 2007

    PLUS PRÈS DE TOI, MON DIEU...

    Ding, dong !
    Voili, voili, voilà, 24 janvier 2007 à 23h23 (en tenant compte des corrections astrologiques, sinon, officiellement, c'est le 25 à 0h15), je me suis encore chopé un an de plus, et merde ! Enfin bon, je suis né sous une étoile qui ne me déplaît tout de même pas trop, on va dire, puisque je suis du coup triplement signe d'air : verseau (pas mal, pour la musique, de Mozart à Berg, on a suffisamment donné, je crois !), ascendant balance (bien pour les arts en général, et la diplomatie) et en quelque sorte gémeaux, puisque ma planète dominante est mercure (bon pour la communication et la littérature). Inutile de préciser (vu que c'est déjà dans l'intitulé du Blog) que j'adore en outre tout ce qui est aérien par nature : la montagne, l'avion, et bien sûr... les Buffalos, même si on ne se rehausse ainsi que de six misérables centimètres, XD !
    À ce propos d'ailleurs, conformément à l'axiome bien connu selon lequel tout le "taf" arrive toujours en même temps, il se trouve que parallèlement à ce Post déjà conséquent de 30 photos s'ajoute en ce moment même la célébration du 15000ème visiteur sur mon autre Blog SNEAKERS & BUFFALOS, avec un méga Post de 70 photos auquel plein d'internautes ont participé, cette année avec même des BDs, des peintures, des illustrations, bref, que du bonheur (et quelques nuits un peu courtes pour le Webmaster, lol) ! Du coup, j'ai un peu décompressé en me lâchant sur Ebay.fr à l'occasion de mon anniversaire, pour enfin m'offrir la toute première paire de NIKE de toute ma vie (certes, un tout petit peu plus chère que mon ratio habituel sur ce site), mais bon... On n'a pas tout les jours 48 ans, non plus, adoncques... Admettez tout de même qu'elles sont trop géniales de chez géniales, quoi, je les ADORE déjà, avant même de les avoir reçues, et surtout de les avoir portées :

    Sans oublier (pour en revenir à notre sujet astrologique) que chaque signe ayant son revers, je peux aussi me révéler obstiné ou irréfléchi (verseau), extrêmement lent à prendre une décision (balance), et parfois un peu trop dispersé dans mes activités (gémeaux). Si vous voulez en savoir plus, je me suis fendu du très célèbre questionnaire de Proust (quelle galère !), et même du fameux questionnaire musical qui circule depuis environ six mois sur le Net, mais histoire de ne pas être trop lourd, je me suis contenté de vous mettre tout ça en lien, si ça vous intéresse (fort peu probable, mais on ne sait jamais)...

    Alors une fois n'est pas coutume, voici pour la première fois LE RESUMÉ EN IMAGES de la vie de Vincenttheone, et on commence avec ma petite frimousse à cinq jours (1959), et franchement, ça se voit nettement que je suis déjà en train de me dire : "Mais putain, qu'est-ce que je fous là, moi ???" :

    5 ans(1964) :

    6 ans (1965), à Noël, certainement :

    7 ans (1966). Vous avez déjà vu des gens triplement signes d'air qui aiment l'eau, vous ?

    Eh bien, ça n'a pas changé. Pour tout vous dire, j'aime tellement peu aller à la mer que la dernière fois que ça m'est arrivé par hasard (je n'avais pas fait un plongeon dans la grande bleue depuis au moins dix ans), je suis ressorti les yeux explosés en me disant : "Mais quel con !". J'avais oublié que l'eau de mer, c'était salé... (authentique !).

    Bref. Là, il y a un gros trou dans les photos, probablement un ou deux albums que je n'ai pas encore retrouvés, on saute donc directement à cette période bien particulière connue sous le nom d'adolescence (mais j'en ai plutôt de bons souvenirs, entre les premières copines, le premier champagne, les premiers... pécos, euh, on peut dire ça, sur un Blog ?), bref autour de 16 ans (1975) :

    Pour ceux qui me connaissent IRL aujourd'hui, deux choses à noter : 1) j'avais encore ma tignasse naturelle "alla Bruel" (si, si !) 2) j'avais arrêté un ou deux an le piano pour me mettre à cet instrument barbare très en vogue à l'époque (comme quoi on fait quand même des grosses conneries aussi, à cet âge-là, mais bon)... Et en prime, je me faisais éjecter du bahut l'année suivante (en seconde), pour cause d'indiscipline et d'ennui chronique, d'où notes en chute libre, etc., LOOOOL !!!

    20 ans (1979). Là, après trois ans d'études à l'École Normale de Musique, les choses s'améliorent nettement. J'ai enfin trouvé un truc qui me plaît vraiment, sans trop de contraintes, et ça marche très vite du feu de Dieu (ici, avec Dimitri Markevitch) :

    21 ans (1980), Triple Concerto de Beethoven :

    25 ans (1984). Année pourrie pour le bordeaux, mais sympa pour moi, puisque j'y fais la connaissance de l'un de mes meilleurs ami, à l'époque gardien du refuge du Pavé (2840m) dans l'Oisans (et toujours le look Bruel, XD !) :

    26 ans (1985), sur l'arête du col du Sélé, et rien qu'à voir ma tronche, ça avait dû être bien galère, cette montée (mais j'ai oublié, j'ai une mémoire très sélective concernant les mauvais souvenirs !) :

    27 ans (1986), très grande année, qui par une suite de hasards tout aussi invraisemblables les uns que les autres me fait rentrer par la grande porte dans le milieu plutôt fermé de la télévision, où je m'occupe tout d'abord en tant qu'arrangeur et programmateur de l'émission de Jacques Martin "Le Kiosque à Musique" :

    Et comme la TV, ça paye plutôt très bien pour très peu d'efforts, ceci me permet la même année de quitter le nid parental (ben oui, j'étais déjà une sorte de "Tanguy" avant la lettre !) pour acheter - à crédit, quand même, faut pas pousser, non plus - mon premier deux pièces de 44m2 à Levallois, pour environ 360 000 Frs de l'époque, soit moins de 55 000€ (somme avec laquelle on ne doit même plus pouvoir s'offrir une cave dans la banlieue de Limoges) !

    29 ans (1988), tout arrive : deux grosses années de galère, puisque l'émission s'arrête, alors que le crédit, lui, continue (bâtards de banquiers !). J'ai encore mes petites bouclettes, mais plus pour très longtemps, maintenant :

    Du coup, j'accepte un peu tout et n'importe quoi comme petits boulots, et notamment des jobs (harassants) dans le milieu du cinéma publicitaire japonais, où je fais néanmoins quelques rencontres inattendues, comme le golfeur Severiano Ballesteros :

    Ceci dit, cela ne m'empêche pas de fêter mon anniversaire, avec un autre de mes très bons amis (à g.) et ma future femme (devinez où ?) :

    Ni de partir à la montagne (arghhh, le grand couloir des Cerces, 3097m, qui a depuis quelques années hélas fondu comme neige au soleil, c'est le cas de le dire) :

    31 ans (1990), no comment :

    La même année, fort heureusement, je vais enfin réintégrer l'équipe de Jacques Martin pour une bonne dizaine d'années (jusqu'à la fin du "Monde est à Vous", pour ceux qui se souviennent), ce qui va de nouveau remettre du beurre dans les épinards, comme on dit...

    32 ans (1991). Et voilà, les bouclettes disparaissent, les premières rides apparaissent (j'avais jamais fait la relation, mais si le mariage y était pour quelque chose, en fin de compte ???) :

    33 ans (1992), au sommet du Breithorn, en Suisse (4164m). Je ne suis jamais aussi heureux que lorsque je me retrouve dans ces zones magiques loin de la terre, et déjà si proches du ciel :

    Suit un gros trou, là, parce qu'il me reste encore au moins quinze albums de chacun 300 photos à scanner, entre les années 1993 et 2000, et comme chacun sait, c'est un travail de titan (pas tellement le scan en lui-même, d'ailleurs, que les nécessaires retouches en amont, obligatoires pour des négatifs).

    41 ans (2000). No comment, également :

    42 ans (2001, a "space" Odyssey). Après des années de randonnées en couple, c'est effectivement un peu "space" de se taper la première grande traversée à nouveau tout seul, mais ça le fait , aussi (ce n'est pas du tout la même jouissance de la montagne, en fait) :

    C'est aussi l'année "mythique", si l'on peut dire, où je suis non pas tombé amoureux des Buffalos (vu que j'en suis tombé raide dingue dès que j'en ai aperçu pour la première fois, probablement autour de 1990), mais où je me suis décidé, après avoir vu plusieurs mecs en faire de même, à franchir le pas, et à "oser" acheter et porter ma première paire (sur une trentaine, maintenant, XD) !

    43 ans (2002), l'un des meilleurs souvenirs de ma vie : un mois tous frais payés à naviguer en mer du nord (Norvège, Féroé, Islande, Groenland, Spitzberg, comme sur cette photo), en échange d'un tout chtit concert, genre vingt minutes, tous les deux ou trois jours, j'en ris encore (dommage que ce ne soit pas comme ça tous les étés) :

    Et aussi, hélas, l'un des pires souvenirs de ma vie, puisque mes deux parents décideront de se faire la malle dès l'année suivante, l'un en janvier, l'autre en mai (et comme j'avais été très peu confronté à la mort jusqu'alors, ou alors de façon très abstraite, il a bien fallu gérer)...

    44 ans (2003). Commencent alors vraiment à apparaître, là, comme le disait Corneille, "des ans l'irréparable outrage":

    46 ans (2004) :

    Autre grand souvenir de cette année-ci : à peine libéré de Guantanamo (cf. ci-dessus, XD !), et tout juste après avoir créé mes deux premiers Blogs, celui-ci et SNEAKERS & BUFFALOS, je m'envole pour dix jours inoubliables au Liban, un pays accueillant et magnifique, bien qu'un chouïa trop chaud pour moi (j'ai eu un bol inouï, n'empêche, une année plus tard et j'étais bloqué là-bas, obligé de revenir en bateau, et tout, et tout, etc.) !

    47 ans (2006). Voilà, c'est l'âge où l'on n'ose plus publier de photos. Et d'ailleurs, pourquoi m'obligerais-je à ce pénible exercice d'auto-flagellation, puisqu'après deux ans de blogage intensif à tout va, je me suis fait suffisamment d'ami(e)s dans ce petit monde pour qu'on me dessine sous des traits bien plus flatteurs (Sat, en l'occurence, mais je suis sûr que vous avez déjà tous reconnu son inimitable "patte"), en compagnie d'un autre de mes très bons amis :

    Et merde, quand est-ce que ça s'arrête, cette "progression" à la con, là ?

    Bon. En même temps, je ne devrais pas dire ça. On le sait trop bien, quand est-ce que ça s'arrête (et on n'est vraiment pas pressé)...

    VIVE LA VIE !

    (UPDATE du 27 Janvier (jour de la naissance de Mozart) : je vous signale tout de même au passage un SCOOP qui a son importance, l'ouverture encore toute fraîche - quelques heures à peine - de la boutique en ligne de la Sat en question, à l'adresse JUNGLECOOKIE : LA BOUTIQUE. Vous pourrez y acquérir deux de ses oeuvres les plus fabuleuses, Tribute to Ramiro Rodriguez et le fameux Tryptique de Janus (décliné en quatre versions), en tirages extrêmement limités - de 5 à 10, pour tout dire - sur papier d'imprimerie professionnel, signés, numérotés et accompagnés d'un dessin personnalisé au dos, pour des sommes absolument ridicules, allant de (j'hallucine, là)... 60 à 120 € au grand maximum (pour le tryptique complet, sur un format d'un mètre, pratiquement) !!! D'ores et déjà, je puis donc déjà vous affirmer avec fierté que je suis SON TOUT PREMIER CLIENT pour l'intégralité du tryptique (Rhooh, trop fier, c'est doublement mon anniversaire, du coup, là, vous vous souvenez ?). Mais à mon humble avis, il serait assez suicidaire d'hésiter, si jamais vous êtes tentés. Car inutile de dire qu'à ces prix-là, il n'y en aura pas pour tout le monde ! Je vous aurai prévenu).

    Libellés : , ,

    lundi, janvier 22, 2007

    LUCKY ME !

    Héhé, c'est ma fête, aujourd'hui !

    D'après le site sur lequel je viens de glaner toutes ces précieuses informations, 86% des "Vincent" sont satisfaits de leur prénom (et je n'échappe pas à la règle). Je dois donc rendre grâce à feu mes parents, qui étaient tout de même assez "pionniers" à l'époque, puisque seulement 1416 chiards nommés "Vincent" sont nés en 19** (j'ai ma pudeur, tout de même, patientez au moins jusqu'à mon anniversaire, dans deux jours), contre 7118 en 1981 :

    Etymologie :
    Du latin vincere, "vaincre à la guerre".
    Histoire :
    Deux Saints : un diacre espagnol de Saragosse, torturé lors des persécutions de Dioclétien au début du IVe siècle et fêté le 22 janvier :

    Et Saint Vincent de Paul, qui, au XVIIe siècle, se consacra aux pauvres (fêté le 27 septembre) :

    Pour être tout à fait honnête, c'est en réalité à mon grand-père paternel, Adrien, que je dois ce prénom, qui dans son esprit était censé honorer le second de ces deux Saints... Mais bon, depuis toujours, on a pris l'habitude de souhaiter ma fête le 22 janvier, alors je continue...
    Psychologie :
    Tendre, calme, intuitif, cultivé, il sait être à l'écoute des autres (ben voilà, c'est tout moi, ça... Inutile que j'en rajoute, XD !).
    Prénoms similaires :
    Vincenzo, Vincente, Vicente, Vince.
    Chiffre de chance : 6 (non, raté, c'est le 8), couleur : le rouge (plutôt le bleu, mais bon), pierre : le rubis (???), métal : l'or (ça, par contre, j'achète, surtout en quantité massive, et de préférence sans avoir à travailler pour le gagner !).

    Ils ont beau être érudits, ils ont quand même oublié une chose, sur ce site : c'est que Saint Vincent, c'est avant tout le patron des vignerons (d'abord par pure ressemblance phonétique, ensuite parce que c'est la seule période de l'année où il n'y a absolument RIEN à faire dans une vigne, d'où l'abondance des bouteilles qui portent le nom de "Cuvée Saint Vincent") !!!

    Ouais, bon, d'accord... Tout le monde le savait déjà, dsl...

    P.S : En fait, c'est pas du tout "ma fête", là, c'est même plutôt l'horreur, quelque part (et pourtant, je suis quelqu'un de très organisé, normalement, je m'étonne moi-même de "péter les plombs" à ce point-là)... Si j'essaye un tant soit peu de résumer la situation, ça donne ceci : 1) Par le plus grand des hasards, les deux plus "hénaurmes" Posts de toute ma vie de Blogueur (Posts que je peaufine, bien sûr, depuis un bon bout de temps), à savoir celui de mon anniversaire, plus celui de la 15000ème sur SNEAKERS & BUFFALOS, vont quasiment tomber au même moment, ce qui du coup me prend un temps fou, vu que tout le monde s'ingénie à rajouter des photos à la dernière minute 2) Il faut que j'organise toute la logistique de ma fête d'anniversaire, ce qui n'est pas une mince affaire à plus de trente personnes, surtout quand on a à coeur de faire les choses "plus que bien" 3) Moi qui ait une vie (d'habitude) plutôt routinière, je dois prévoir au jour le jour, pour les deux semaines à venir, un bordel infernal dont vous n'avez même pas idée 4) Sans compter que par là-dessus se surajoutent deux concerts, quelques répétitions, une classe de chant ingérable et qu'il va pourtant bien falloir gérer, bref, le cauchemar, en résumé !

    Panique à bord, là... Priez pour Saint Vincent, si vous avez une ou deux minutes. Mercy pour moy (j'adore cette vieille orthographe) !!!

    Libellés : , , ,

    jeudi, janvier 18, 2007

    LA TUERIE DE SA RACE...

    Dieu sait que je n'aime pas, à mon âge qu'on peut déjà dire légèrement "avancé", utiliser du vocabulaire de "djeuns", d'une part parce que je trouve que le français est une trop belle langue pour mériter d'être massacrée à ce point-là, et d'autre part, parce que je pense qu'il n'y a rien de plus pathétique que les vieux (genre moi) qui essayent de paraître jeunes en calquant leurs tics de langages sur leurs cadets. Mais alors là, pour une fois, je vais quand même faire une exception (comme dans cette fameuse langue française, justement, qui en est truffée), vu que je viens d'avoir l'IMMENSE honneur de recevoir de Sat la préversion de l'affiche de notre prochain concert (Emmanuel & moi), et sans déconner, pour moi, c'est "de la tuerie de sa race de sa mère qui déchire trop de la mort de ouf !", quoi (non, vous n'êtes pas sur Skyblog, rassurez-vous) :

    Au début, comme un gros lourd que je suis, j'avais même osé (vous vous rendez compte ?) suggérer à Sat de rajouter entre nous un de ces trucs organiques bizarroïdes dont elle a le secret (de pair avec Giger), lorsque j'ai pris conscience que pour un concert intitulé VISAGES DE L'ALTO (N.B : le 9 février à 20h45, notez-le déjà sur vos tablettes), sa prise de position façon "bustes à l'antique" était absolument parfaite, et qu'il n'y avait absolument rien à ajouter ou à critiquer (en plus, j'ai l'air d'avoir dix ans de moins, là, donc autant fermer ma grande gueule une bonne fois pour toutes) !
    Petit détail qui a son importance : ces deux portraits ultra ressemblants ont été faits uniquement à partir d'une très brève rencontre IRL, "In Real Life" (en ce qui me concerne), et de quelques photos envoyées par Internet (moi qui suis nul pour dessiner les gens, ça me "troue complètement le cul", comme le disait le grand Serge).
    Pour mémoire, si vous ne connaissez pas encore la fameuse Sat (qui pour nous autres blogueurs et blogueuses invétérés est quasiment une sorte de déesse du graphisme sur Internet), je vous suggère d'aller faire un tour sur ses deux sites, ça m'étonnerait beaucoup que vous le regrettiez :
    Depuis le temps que je les fréquente (six mois, on va dire, mais c'est beaucoup, en "blog-time", vu que la durée de vie d'entre eux excède rarement deux ans, du coup, je suis bientôt dans le livre des records, là), je les ai toujours trouvés particulièrement sublimes, jugez plutôt :

    Mais alors là, en plus, depuis quelque temps, c'est carrément de l'ordre de l'escalade dans le génie (mais non, je ne mâche pas mes mots, et j'ai raison, en plus, n'essayez même pas de contredire un verseau), on se trouve presque, comme je l'ai dit récemment sur son Blog (car je laisse toujours des "Comments", MOI), à un croisement purement magique entre les styles de Tiepolo, Dali, et El Greco (entre autres), avec en même temps une patte tellement personnelle qu'elle se reconnaît au premier coup d'oeil :

    Mais quelle beauté, mon Dieu, quelle beauté, j'en avait presque les larmes aux yeux quand j'ai découvert cette version du mythe de Janus (et du reste, ça raccorde assez bien avec le Post d'après, un peu sur le même thème, finalement : tout le monde a le choix, en ce bas monde, entre privilégier les "belles" choses - rares, c'est vrai, mais il faut savoir les voir, aussi -, ou préférer ruminer sur sa laideur, c'est en option).

    Il m'arrive (rarement, en fait) de me tromper sur les gens... Mais là, je ne crois pas prendre beaucoup de risques en prédisant à Sat un immense (et très sûrement richissime) avenir !

    Viendez chez elle !!! Faites-moi confiance (je suis verseau, vous savez, quoi, Pergolèse, Mozart, Schubert, Mendelssohn, Chopin, Bizet, Berg, etc., on n'a pas trop mauvais goût, normalement, *_*) !!!

    Et n'hésitez surtout pas à faire démarrer le Podcast en haut de page (le groupe préféré de Sat !), car ça aussi, c'est de la "tuerie de sa race", dans le genre, quoi... Donc, pour les mous de la souris, je vous le remets encore une fois ici (cliquez une fois pour activer le contrôle, puis encore une autre fois très précisément sur le bouton "Start" pour lancer le morceau, et surtout, n'oubliez pas de mettre le volume "à donf", putain, faut tout expliquer, là, alors que des mômes de huit ans savent déjà faire tout ça par coeur, je rêve, là !!!)

    Bonne came, quoi, en résumé... En tout cas, moi, j'aime bien, et j'imagine à quel point ça peut déchirer en vrai concert "live" !!!

    Résumé de l'histoire : viendez chez Sat (au moins une fois, pour voir) !!!

    Libellés : ,

    mercredi, janvier 17, 2007

    C'EST LA RENTRÉE !

    À la suite de l'effondrement sur lui-même de notre cher conservatoire du seizième arrondissement (les experts de la ville de Paris n'ayant apparemment pas souhaité renouveler l'expérience World Trade Center), la rentrée de janvier s'est trouvée quelque peu perturbée, et c'était donc aujourd'hui seulement mon premier jour de travail dans nos nouveaux locaux, répartis un peu partout dans ce même quartier.
    J'étais tout de même parti un peu en avance pour ne pas me laisser surprendre, mais il n'y avait vraiment pas de quoi s'inquiéter : le lycée s'appelle Claude Bernard, et guidé par ma fabuleuse intuition naturelle, je suis descendu au pif à l'arrêt de bus "Lycée Claude Bernard", pour tomber subitement nez à nez avec... le lycée Claude Bernard (je ne m'étais donc pas trompé !) :

    Le plus dur, ensuite, dans ce bâtiment "hénaurme" qui occupe tout de même un immense pâté de maison à lui tout seul, c'était de trouver l'unique porte d'entrée ! Heureusement, j'ai presque tout de suite croisé une maman d'élève sympa qui m'a indiqué le chemin, mais au pire, je n'avais qu'à suivre n'importe quel crétin portant un maillot du PSG, vu que ladite porte d'entrée se trouve être située juste en face de cette verrue plantaire dans le pied de Paris (l'image qui tue, là), le fameux Parc des Princes (princes de quoi, ce n'est pas précisé, par contre, *_*) :

    Peureux comme je le suis, je dois dire que c'est une perspective qui ne m'enchantait guère, surtout avec tout ce qui s'est passé récemment là-bas. Et puis, en sortant fumer une cigarette, je me suis aperçu qu'il y avait au moins trois ou quatre cars de police qui faisaient la navette en permanence, alors bon, je suis reparti malgré tout assez rassuré.

    De façon à peu près prévisible, je me suis d'ailleurs déplacé pour rien, puisque le mercredi, je suis censé répéter avec des élèves qui s'inscrivent au préalable sur une liste, liste qui peut tout aussi bien déborder (en période d'examen) que se révéler complètement vide, comme aujourd'hui. Du coup, je suis resté quelques heures dans le hall à discuter le bout de gras avec collègues, élèves, parents d'élèves, etc... et au bout d'un moment, j'ai pris conscience d'une chose : je crois bien que je n'ai jamais entendu autant de gens râler en même temps en l'espace d'une seule journée. Parce que c'est dur de se garer... Parce que c'est pas pratique... Parce qu'on ne peux plus accompagner ses enfants en cours, vu que les règlements des lycées ne sont pas forcément les mêmes que ceux des conservatoires (gros gag, ça... enfin façon de parler, parce que j'ai quand même vu quelques parents au bord de la crise de nerfs)... Parce les locaux ne sont pas adaptés... Parce que c'est trop loin de "notre" domicile... Bref, je sais que j'utilise trop ce mot, mais là, pour de vrai, j'ai carrément HALLUCINÉ (et avec moi une autre professeur de piano, qui était complètement sidérée de voir à quel point le moindre petit bouleversement dans la vie des gens peut les déstabiliser et les rendre agressifs) !!!

    Pourtant, c'est bien, en soi, le changement, non ? C'est même la grande leçon du Yi King (, 1000 avant J.C), finalement : "dans un monde en perpétuelle mutation, la seule chose qui ne change pas, c'est le changement" (oui, je sais, c'est facile à dire pour un verseau, signe dont la principale caractéristique réside dans le goût de la provocation et l'attrait pour tout ce qui est nouveau et inattendu). Certes, on ne nous a pas relogés dans de somptueux hôtels particuliers, du genre de cette autre école où je donne aussi des cours (difficile, là, de rivaliser avec l'E.N.M, quand même) :

    Mais bon. Ça n'est pas si mal non plus, surtout quand on pense aux galères que ça a dû représenter pour l'administration de reloger une cinquantaine de profs et un millier d'élèves dans huit lieux différents de Paris (avec déménagement des pianos, harpes, contrebasses, pupitres, sans même parler des milliers de courriers nécessaires en la circonstance, et j'en oublie certainement, etc.).

    Vous savez quoi ? L'esprit humain est mauvais, en fait. Alors qu'il y a du bon et du mauvais en toutes choses, la plupart des gens préfèrent râler en se focalisant sur le négatif, plutôt que de s'efforcer de faire contre mauvaise fortune bon coeur, et d'essayer de voir le bon côté des choses (comme je l'ai constaté amèrement à la suite de mon Post Aquarelles, où tous les comments - ou presque - se concentraient sur la seule "vilaine" photo de l'article) .

    Mais non, c'est vrai ! Moi, en tout cas, je me suis régalé pendant mes heures de désoeuvrement : il y avait dans l'entrée en rotonde une superbe fresque de Maurice Denis (1870-1943) avec une allégorie des neufs Muses, un peu dans ce style (j'essaierai de vous la photographier la semaine prochaine) :

    Pourquoi les gens n'ont-ils pas des yeux pour voir (et un cerveau pour penser, et un coeur pour aimer au lieu de haïr), mystère... (Comme le disait Woody Allen, "à la façon dont la plupart des gens installent leurs enceintes stéréo, on dirait qu'ils ont un nez à la place des oreilles", XD) !!!

    P.S : Je viens d'apprendre via S.V.M que les gens qui passaient plus de trente heures par semaine sur leur ordinateur pouvaient déjà commencer, médicalement parlant, à se considérer comme "addictifs"... Heuh, à votre avis, pourquoi je déprime, là, d'un coup ???

    Libellés : , ,