À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • lundi, mai 05, 2008

    LES VIEUX COPAINS...

    Dixit Léo Ferré :

    "Les vieux copains/Tout salis par le temps/Qui n'est plus à la pluie/Quand il pleut dans les yeux/J'suis un d'ceux-là, mon Dieu !/Donnez-moi des jardins/Pour cueillir la jeunesse/Pour couper les années/Pour en faire des tresses".
    (Au passage : son ultime album, 1990, titré comme cet article, et que je vous recommande très vivement, tellement c'est beau et poignant, quoi) !

    Car vu que je viens de passer une dizaine de jours de vacances quasiment idylliques à faire du ski, du VTT et de la randonnée en pleine montagne sous un temps sublime, au lieu d'accompagner des concertos de violon à la con qui ne méritent même pas le nom de musique, je ne trouverais pas ça très "fair-play" de ne pas conclure toute cette série de posts sympathiques (cinq ou six, à voir ci-après) sans rendre hommage à mes hébergeurs, des amis de 24 ans, ça se respecte, ça, tout de même, non ?
    Les "vrais" amis, ça ne se compte pas sur les dix doigts, ça ne se compte pas sur les neuf doigts, ça ne se compte pas sur les huit doigts, bref, comme le disait le très regretté Alphonse Allais (1854-1905), "j'abrège afin de ne point lasser la patience de mes chères lectrices" (mais oui, enfin, Alphonse Allais, l'homme qui a eu cette mémorable sentence toujours d'actualité : "Quand on ne travaillera plus les lendemains des jours de repos, la fatigue sera vaincue !")... En résumé, donc, les "vrais" amis, dans mon cas, ça ne se compte que sur les doigts d'une seule main, point final (du moins en ce qui concerne la gent masculine, Emmanuel, Frédéric, Gilles, Roger & Zoun, ce dernier que je ne connais encore que virtuellement, et dont je vous recommande au passage les fabuleux courts métrages, mais bon, c'est sûr que ça va le faire, un de ces jours, j'ai l'instinct, pour ça !)... Sinon, bien sûr, je vous adore toutes & toutes (DSL, mais j'ai toujours préféré la compagnie des femmes à celle des hommes, et à mon âge, je crois que ça ne changera plus, désormais, ça me plaît vraiment beaucoup plus, quoi - même hors de tout contexte sexuel ou érotique, cela va sans dire - je ne sais pas pourquoi, mais je me sens toujours beaucoup plus à l'aise, et beaucoup plus détendu) : Ccil, Christine, Charlotte, Lunapei, Marie-Laure, Nine, Sat, Satomi, et Vinyamar, cela va de soi !!!
    Le plus drôle dans tout cela, c'est qu'au départ (comme souvent, du reste), toute cette amitié de 24 ans est née d'un parfait malentendu... À l'époque (1984), encore jeune, tout fringant & tout frisé (sniff, comme c'est loin, tout ça !) :

    Ayant entrepris en solitaire le très fameux tour d'Oisans et ayant décidé d'un petit crochet - absolument pas obligatoire - par le refuge du Pavé, improbable cabane de chantier laissée là faute de mieux (le vrai refuge en "dur" conçu par l'architecte parisien - MDR ! - ayant été avant même son achèvement balayé par une avalanche plus que prévisible, lol !) :

    Je me suis acoquiné - comme souvent lorsque l'on randonne en solo - avec un couple plutôt sympa rencontré sur le chemin, sauf que... petit bémol, ils étaient accompagnés d'un bon gros berger allemand, ce qui est strictement interdit dans l'enceinte d'un parc national !
    Au final : j'arrive donc au refuge en compagnie des deux et du chien, et immédiatement assimilé au groupe, je me fais pourrir la tête par le gardien (Gilles, en l'occurrence, l'un de mes meilleurs amis depuis lors, mais dont, à l'époque, le propre berger allemand a plutôt assez mal apprécié la concurrence), je ne vous raconte même pas !

    D'autant que cette soirée était très particulière, vu que sur le coup de 22 heures, un type s'est subitement pointé en s'étant pris une grosse pierre dans le crâne dans la voie centrale du Pavé, ce qui a bien sûr fait pas mal sensation (genre "gore") dans ce minuscule refuge de vingt places...
    Résultat des courses : je n'ai quasiment pas dormi de la nuit, de sorte que le lendemain, vu le peu d'affluence, le gardien (dont j'ignorais alors le prénom) m'a quasiment offert un lit douillet dans la partie "gardien" du refuge, et ça, c'était déjà super cool de sa part, mais encore mieux : comme il n'y avait quasiment personne, il m'a tout bonnement proposé de m'emmener faire le lendemain une voie d'escalade bien sympa (Pic Nord des Cavales, 3362m, un gentil 3+, pour les connaisseurs), et alors là, c'était quasiment grandiose - et tellement inespéré !

    Ce devait être début août, et je lui avais promis de revenir début septembre, à la fin de mon périple... Bien évidemment, il n'y a pas cru une seule seconde, et la surprise fut donc totale, lorsque je me mis à repointer le bout de mon nez pour de vrai, en ce début d'automne. Réciprocité oblige : je l'avais bien sûr immédiatement invité à me retrouver à Paris, le cas échéant, à la sortie de l'ENM... Et bien voilà : je n'y croyais pas trop moi non plus, mais finalement, ça s'est fait ! Et depuis... et bien ça fait 24 ans, quoi (je vous souhaite à tous et à toutes de connaître ce genre de relation) !
    Et en prime, après avoir usé sa jeunesse d'une façon assez tumultueuse qu'il n'aime pas trop qu'on lui rappelle, allez savoir pourquoi, il a fixé dès 1986 son dévolu sur une jeune fille absolument fabuleuse, à tous les points de vue (qu'il n'a pas quitté depuis, on se demande d'ailleurs bien pourquoi il le ferait !), Christine :

    En résumé, et pour tout dire, deux êtres extraordinaires et remarquables, comme on aimerait que le soient toujours tous les êtres humains, c'est à dire : foncièrement bons, sympathiques, compatissants, sachant écouter (bon, le Gilles, pas toujours, mais on lui pardonne bien volontiers, d'autant plus que je peux être très con moi aussi, quand je m'y mets, la plupart de mes copines blogueuses ne le savent que trop bien, hélas !), généreux, tolérants, non votants assumés (grande preuve d'intelligence à mes yeux, sorry Sarah !), et bref, j'en passe et des meilleures, là, les superlatifs me manquent (je ne crois pas même pas que je sois digne d'avoir des amis tels que ceux-ci, pour tout dire)...
    Grand souvenir à nous trois, l'ascension mémorable - longue, fatigante, mais tellement sublime - du refuge de l'Aigle, le plus haut de toute la région, 3450m (Gilles, Christine, plus le connard de droite qui ose encore se taper une clope à cette altitude, eh oui, c'est moi !) :

    Et bien sûr, après l'effort, le réconfort... Là, il faut bien admettre une chose : c'est que les gens qui n'ont aucune expérience de la montagne ne pourront jamais connaître le "vrai" goût d'une bière paisiblement bue (aussi mauvaise fût-elle), associé à la joie de s'être tapé un dénivelé de près de 3000m. Non, vraiment... Rien ne peut égaler ceci, DSL !

    Autre petit "détail" qui a son importance... Selon moi, je crois que l'on peut diviser l'humanité en trois catégories (enfin bon, c'est un critère parmi d'autres) :
    1) Les gens qui n'aiment pas les animaux (autant dire que ceux-ci, ils ne méritent pas la moindre confiance) !
    2) Les gens qui aiment les animaux, mais que les animaux n'aiment pas (bon, c'est triste, mais ça arrive)...
    3) Les gens qui aiment les animaux, et qui en sont payés en retour (on ne sait pas trop pourquoi, ça, c'est comme avec les enfants, question de "feeling", mais bon, c'est comme ça)...

    Et bien évidemment, Gilles, Christine et, soit dit sans modestie aucune, Me, I & Myself appartenons tous à cette dernière catégorie, sauf qu'hélas, pour ma part, en tant que parisien se barrant régulièrement deux mois l'été, je ne peux pas m'offrir le luxe d'avoir un chat ou un chien, malgré l'énorme envie que j'en aurais (et de toute façon, ce ne seraient pas des animaux heureux dans une ville pareille, ça, j'en suis convaincu d'avance) !
    Juste pour vous situer le degré d'engagement du Gilles en question, il faut savoir qu'étant très grand fumeur (pire que moi, pour les gens qui me connaissent, soit entre deux et trois paquets de Gitanes par jour, rien que ça, lol !), et ayant très récemment troqué son job plutôt lucratif de gardien du trop fréquenté refuge des Drayères (depuis 1985) contre un autre plus tranquille, mais bien sûr bien moins rémunéré, il a tout de même tenu la gageure de s'arrêter de fumer - vu que c'était ça, ou renoncer à pouvoir entretenir ses trois chevaux (Margo, Jazzy, et Naoko) :

    Alors là, je dis : maximal respect !!!
    En même temps, c'est plutôt rassurant, je trouve... Si un tel fumeur arrive à s'arrêter (apparemment sans trop de problème, et qui plus est avec un but clairement déterminé), cela veut dire qu'après tout, peut-être que j'y arriverai un jour moi aussi, qui sait ?
    Avec comme premier (grand) avantage, de pouvoir à nouveau prendre des longs courriers, histoire de faire de la montagne ailleurs qu'en Europe, où je commence (à mon âge vénérable) à vraiment très bien connaître l'arc alpin, finalement...

    Bon. Aucun rapport avec la choucroute, comme on dit, mais vu qu'il arrive, une fois tous les 712 ans, que des gens laissent des commentaires sur ce Blog, et en plus des commentaires intéressants, je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager celui de mon ami François qui, apparemment lassé et dégôuté de mes précédentes extases montagnardes (ah ben oui, on est prof, quasi au SMIG, mais au moins, on a les vacances des mômes, et ça, c'est quand même super cool, quoi... J'échange pas !), m'a filé ce petit lien très instructif sur la triste vie des "salarymans" japonais. N'hésitez pas, ça ne dure que trente secondes. Enjoy !


    A bientôt... Et cette fois, ce sera pour parler de musique (pas seulement classique, d'ailleurs), promis, juré, craché !

    Qu'on se le dise !

    Petit P.S pour la route : pour laisser un commentaire, c'est beaucoup plus simple que cela n'en a l'air... Il suffit de cliquer sur la case COMMENTS en fin de Blog, et si vous n'avez pas de compte GOOGLE (ce qui est très vraisemblable, si vous n'avez pas vous même de Blog), choisissez tout simplement l'option "anonyme", quitte à signer ensuite dans le corps du texte si vous en avez envie... Voilà. C'est très con, mais c'est aussi simple que cela !

    Libellés : ,

    13 Comments:

    Anonymous Anonyme said...

    fais gaffe a pas devenir trop nostalgique m'sieur le professeur !

    mardi, 06 mai, 2008  
    Anonymous ccil said...

    catégorie 3, au rapport chef

    mardi, 06 mai, 2008  
    Anonymous Anonyme said...

    Hey ! Désolé pour la réponse tardive x)
    Le problème d'over-blog, c'est qu'il préviens même pas quand un (gentil) tonton bloggeur me mets un coms, c'te con de serveur quoi xD
    Donc voila je viens commenter :D Meerci pour toute ses réactions sur la vidéo =) Avec une musique dingue comme celle là, on pouvait pas se permettre de faire une vidéo pourrie xD " The Raconteurs " c'est vraiment des bons, c'est un "supergroupe" comme ils disent, c'est plusieurs génies qui se regroupent, comme " Jack White " le chanteur des White Stripes.

    mardi, 06 mai, 2008  
    Anonymous Anonyme said...

    Pour l'anecdote, c'est Michel Gondry qui à réalisé la plupart des clips des White Stripes, qui sont géniaux, donc ce Jack White est avant tout un musicien génial et un fondu de bon cinéma, avec des goûts étranges mais géniaux ! ) D'ailleurs, je vais quand même leur montrer mon clip, je vais leur balancer sur leur myspace, mais je crois pas qu'ils soit très accessibles quoi...Enfin bon si on essaye pas on à rien...Qui sait, ils aimeront peut-être, c'est tout à fait leur style de clip aux Raconteurs...Voila, et encore merci pour le piano :)
    Rémy

    mardi, 06 mai, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Ouh là, ça en fait, des choses à dire, tout ça...
    >Anonyme 1 : Mais non, ça n'a rien à voir ! La nostalgie, c'est quand on regrette tristement les bonnes choses passées. Là, c'est tout le contraire, je dirais : c'est justement comment les choses passées peuvent durer, évoluer & se transformer en devenant toujours plus fortes & meilleures...
    >Ccil : J'ai pas tout compris, mais c'est pas grave (à moins que ce ne soit rapport aux animaux ?)... En ce cas, bienvenue au club !
    >Anonyme 2 (mon neveu, en l'occurrence) : Haha, MDR, dans ma confiance absolue envers la jeunesse (et aussi ma grande naïveté), je pensais que vous aviez TOUT fait, même la musique... C'est pour ça que j'étais tellement scotché par la qualité du mix, et tout et tout !
    Mais bon, ça n'enlève rien à la qualité de la réalisation vidéo. D'ailleurs, je vais sûrement le balancer dans mon prochain article, car il faut aussi que j'annonce un concert de Satomi dans l'île Saint-Louis. Comme ça, ça me donnera l'occasion de faire un tir groupé "musiques"...

    mardi, 06 mai, 2008  
    Anonymous ccil said...

    rapport aux animaux que j'adore et qui m'aiment, plutôt que de chercher un mec j'vais me chercher un chien je crois

    mercredi, 07 mai, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Ah, ben ça, ça me fait penser à ce que disait le compositeur Erik Satie (1866-1925) : "Plus je connais les gens, et plus j'aime les chiens" !
    C'est sûr que par moments, c'est très défendable, comme thèse, lol...

    mercredi, 07 mai, 2008  
    Anonymous Anonyme said...

    on ne merite quand méme pas tout ça . mais on t'aime ,a bientot

    vendredi, 09 mai, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Bien sûr que si, vous méritez tout ça (et même davantage, probablement)... Allez, allez, l'heure n'est plus à la modestie !

    vendredi, 09 mai, 2008  
    Blogger Marie-Laure A said...

    c'est une belle note pour les amis ça! et la vidéo est loin de ne concerner que les japonais!

    samedi, 10 mai, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Ben, à vrai dire, c'est surtout la moindre des choses pour de "beaux" amis, quoi... Et puis bon, 23 ans, ça se respecte, tout de même, non ?
    Quant à la vidéo... Héhé, chacun fait les choix qu'il veut dans sa vie, non ? Après, c'est juste une question de gestion, n'est-ce pas ?

    samedi, 10 mai, 2008  
    Anonymous Anonyme said...

    Mon AMI ce n'est en aucun cas de la modestie ni fausse ni vraie. on t'aime. quand aux animaux je les crois tout simplement vrais comme aucun humain ne peux plus l'ètre on t'embrasse.

    dimanche, 11 mai, 2008  
    Anonymous Tirza said...

    Good words.

    mardi, 11 novembre, 2008  

    Enregistrer un commentaire

    << Home