À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • FULL METAL JACKET
    À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • jeudi, avril 19, 2007

    HARD CANDY

    Un film qu'il est bien à le voir !
    (Petite update cinématographique du 21/04 : une pensée émue pour l'acteur Jean-Pierre Cassel - mais oui, le père de Vincent ! -, décédé ce jour-même à l'âge de 74 ans).
    Premier film du jeune David Slade, réalisé en seulement 18 jours tout comme SAW, et au moins aussi atypique et étonnant, comme le sont presque toujours les premiers films d’un auteur (souvenons-nous simplement de Eraserhead de David Lynch, ou du Cube de Vincenzo Natali), Hard Candy - que l’on pourrait assez justement traduire par "une pilule dure à avaler" - semble de prime abord nous raconter l’histoire d’une rencontre, une rencontre du XXIème siècle qui commence comme ça :

    Et qui finit bien sûr par déboucher sur une expérience IRL, avec cette jeune adolescente troublante et provocatrice (Ellen Page, exceptionnelle, tout comme Patrick Wilson, son aîné de dix-huit ans, pratiquement les deux seuls personnages de ce fabuleux huis clos) :

    L’un des aspects les plus passionnants de ce film, c’est la très grande attention apportée aux couleurs, aux cadrages, et à la photo d’une manière générale (comme le dit l'une de mes amies, c’est presque "de la photo en mouvement ") :

    De même que deux personnes qui ne se connaissent pas bien ne vont pas se sauter dessus tout de suite (enfin, normalement…), les cadres sont au début plutôt très larges, pour se resserrer progressivement, alors qu’en parallèle, les couleurs d’arrière-plan de la première partie sont connues pour être les plus érotiques possibles (le rouge et le rose) :

    Et là, d’un seul coup, après vingt minutes de marivaudage plutôt sympathiques, le film bascule subitement dans l’horreur, où nous retrouvons Patrick Wilson ligoté à une chaise après avoir été drogué :

    Du coup, la gamme chromatique change elle aussi complètement, pour devenir d’une froideur quasi chirurgicale (on ne croit pas si bien dire !) :

    Avec même un certain nombre de petits traficotages informatiques, suffisamment importants pour avoir justifié la mention, assez tôt dans le générique début, d’un poste qu’on ne voit d’habitude figurer que très loin dans les génériques finaux des films bardés d’effets spéciaux (ce qui n’est pas du tout le cas ici, je le précise) :

    Il y a sans doute un certain nombre d’autres films à utiliser la couleur à des fins structurelles, mais là, il n’y en a que deux qui me viennent à l’esprit : Cube de Vincenzo Natali, bien sûr, mais de façon plus étonnante, l’excellent Buffet Froid de Bertrand Blier (1979), presque entièrement construit sur des oppositions de rouge et bleu, jusqu’à ce qu’à la fin, tout ce beau monde (Blier, Carmet & Depardieu) se retrouve en forêt, et finisse par péter les plombs à cause de l’insupportable vert !
    Bref ! Difficile d’en dire trop sur Hard Candy, sans du même coup vous gâcher complètement le plaisir de la découverte, mais disons, pour faire court et sobre : la jeune fille reste persuadée que Patrick Wilson est un pédéraste et un meurtrier de la pire espèce, mais en réalité, nous n’allons pas arrêter d’être parcourus de nombreux doutes et d’hypothèses scabreuses au fur et à mesure des multiples coups de théâtre plutôt inattendus que réserve le film, à l’occasion desquels les close-up se resserreront de plus en plus jusqu’à la fin (car c’est aussi, finalement, un film assez moral sur le voyeurisme, quelque part) :

    Et voici ce qui arrive lorsqu’on se retrouve face à sa propre Némésis (l’un des très rares plans en extérieurs du film) :

    Comme le dit la jaquette du DVD, c’est un petit peu "le petit chaperon rouge qui se venge du grand méchant loup", comme le suggère l’ultime plan (très beau morceau de Blonde Redhead sur le générique de fin, Elephant Woman, j’adore !) :


    En résumé, un excellent film, superbement réalisé, et surtout brillamment scénarisé (parce que pour tenir une heure quarante avec deux acteurs sans jamais lasser ni ennuyer, alors là, je dis bravo !).
    Pour la petite histoire, je vais quand même vous raconter comment j’ai connu ce film (qui vient tout juste de sortir en DVD), parce que c’est assez rigolo, quelque part ! Il se trouve que, contrairement à ce vous croyez peut-être, je n’utilise pas du tout les sites de rencontre genre Meetic ou autres (je préfère être seul que mal accompagné) ; en revanche, vu mon activité Internet de G33K absolu, dès que j’accroche bien avec d’autres blogueurs ou blogueuses comme moi, souvent des graphistes, d’ailleurs, j’aime bien (après quelques échanges MSN, normalement) que ça débouche sur une vraie rencontre IRL, dès que c’est possible (pour l’instant, ça ne m’est arrivé qu’avec trois personnes, mais c’était toujours très bien dans les trois cas, sans grande surprise, du reste).
    Alors voilà : il y a quelque temps de cela, l’une de mes jeunes amies Internet (qui n’a pas dix ans de moins que moi, ni vingt ans de moins, mais très exactement vingt-sept ans de moins, XD !), et qui, pour cause d’éloignement, ne vient sur la capitale qu’à l’occasion des vacances, s’est laissé tenter par ma proposition de soirée cinéma, vu que, comme vous le savez peut-être, je me suis récemment offert une méga TV plasma de 140 cm de diagonale.
    Et elle me dit : "Tiens, je t’amène Calvaire, un film français assez bizarre (de fait : c’est strange, mais pas mal du tout, assez proche du célébrissime Délivrance de John Boorman), et aussi Hard Candy !". Et finalement… bah, elle n’avait pas réussi à le retrouver au moment de quitter sa lointaine ville de l’Est, ce qui n’était peut-être pas plus mal, au bout du compte. Vu que c’est quand même (un peu) l’histoire de notre rencontre - sauf que je ne suis pas un pédéraste meurtrier, je le précise tout de même, lol ! -, je crois que ça m’aurait (peut-être) mis un tout petit peu mal à l’aise de le voir en sa compagnie.
    Surtout qu’elle a quand même vaguement tendance à s’habiller comme Ellen Page, l’héroïne du film, avec le sweat à capuchon, et qu’il y a même une certaine ressemblance entre les deux, en plus (je trouve)…

    Moralité : toujours se méfier des jeunes filles en Converse, comme je n’arrête pas de le dire sur mon Blog SNEAKERS & BUFFALOS !!!
    Mais non, mais non, je déconne (si tu me lis, my young Padawan, et bien sûr que tu me lis, je le sais !)… Au contraire : je suis toujours client des personnes qui me font découvrir de nouvelles choses, comme Sat avec TOOL !


    P.S 1 : La VF Emule n’est pas mal du tout, mais je suppose quand même que ce doit être dix fois mieux en VOST (sauf que le DVD vient à peine de sortir, et qu'il est hélas encore autour de 20€) !

    P.S 2 (sans aucun rapport) : je vous signale au passage, histoire que vous le notiez déjà dans vos tablettes, que la grandissime Sat va bientôt faire sa première expo le deux mai, et qu'en résumé, ça serait bien que vous y viendez, quoi :

    Comme indiqué sur le Flyer, ça sera le 02/05/2007 au Bistrot des Artistes à partir de 19 heures, 6, rue des Anglais, 75005, au métro Maubert Mutualité (un quartier plutôt sympa, donc, on va dire), et vous pourrez en autre y acquérir ce superbe tableau (pièce unique), ainsi que la désormais célèbre Naissance de Janus :

    Plus d'infos ici, bien sûr : JUNGLECOOKIE !

    Et en prime (mais c'est dingue, ça ne s'arrête jamais, sur ce Blog, je n'y crois même pas moi-même, quoi), un tout nouveau lien que j'aurais déjà dû mettre depuis longtemps, tellement c'est beau, celui de Mr Anders Lazaret (d'ores & déjà en bannière, mais également ici, si vous voulez) !

    Enjoy !!!

    Libellés : ,

    17 Comments:

    Anonymous Jul said...

    Je confirme, la VO est largement meilleure. Surtout si la VF que tu as est la version Québécoise comme ça arrive si souvent.

    jeudi, 19 avril, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Huhu... Jul lit mon Blog (je savais pas) ! C'est Hard Candy qui t'a donné l'adresse (arf, arf) ???
    Ben sinon, moi, j'ai chopée la version avec les deux petits bâtons verts, et ça va, c'est du bon français (mais quand même, la fille est bien mieux doublée que le mec) !

    jeudi, 19 avril, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Bah... Puis la prochaine fois, essayez de venir tous les deux à Paris, quoi... Tant qu'à faire !

    jeudi, 19 avril, 2007  
    Blogger Julia said...

    Héhé, encore une fois: l'envie est présente!

    Bon, même si à la base, les portraits qu'on m'a dépeints de ce film m'ont tous donnés envie, je crois que l'ordi de mon paternel va finir par exploser par force de mule trop chargée! haha

    jeudi, 19 avril, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Jamais "trop charger la mule", comme on dit !
    Quatre ou cinq films en même temps, c'est le bon "ratio", je dirais...

    Surtout pas plus !

    jeudi, 19 avril, 2007  
    Anonymous Jul said...

    Non non, je passe régulièrement par ici, j'aime bien le vert...
    Et sinon pour jouer à celui qui a la plus grosse, moi Hrd Candy j'l'ai en VOST nananère-euh.

    vendredi, 20 avril, 2007  
    Anonymous ccil said...

    je ressemble à une gamine de 14 ans, formidable

    vendredi, 20 avril, 2007  
    Anonymous ccil said...

    n'empèche que j'aurais bien aimé le voir sur "grand" écran

    vendredi, 20 avril, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Bien, bien, bien, bravo Ccil, très très fort, sur ce coup... Hum, je fais tout mon possible pour rester discret, ne mentionner personne, ne pas faire la moindre allusion, et paf, deux commentaires pour le prix d'un, wouarf, wouarf...
    Donc, voilà... C'était Ccil, en résumé, LOL !!!
    Ceci dit, je l'ai gravé, donc... pas de problème. Et d'ici à ce que tu reviennes, qui sait, j'aurais peut-être même trouvé la VOST (je crois que ça serait vraiment mieux) ?

    vendredi, 20 avril, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Et à part ça, Ellen Page n'a pas 14 ans, mais 20 ans (19 ans à l'époque du film), héhé...
    En plus, c'est une verseau, la classe, LOL !!!

    vendredi, 20 avril, 2007  
    Anonymous ccil said...

    -_- hum tu t'en sors bien, pour cette fois

    vendredi, 20 avril, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    -_- T'inquiètes,la prochaine fois, je fouille ton sac à dos avant de te laisser rentrer dans la maison (histoire de voir si t'as pas un gros bouquin de médecine, arf) !!!

    vendredi, 20 avril, 2007  
    Anonymous Unter said...

    Côté ambiances colorées utiles, y a Traffic, de Soderberg (j’oublie un H, nan ?). Un peu trop évident à mon goût mais bon.
    Va mater les bandes annonces de Hard Candy en Français & en original, rien à voir, les voix françaises sont pendables à souhait.

    vendredi, 20 avril, 2007  
    Anonymous vinya said...

    purée il a l'air bien ce film O_O

    vendredi, 20 avril, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Il EST bien !!!
    => Unter : autant j'adore Traffic (et en général Soderbergh) pour de toutes autres raisons, autant ce n'est pas -comme tu dis - ce qui me scotche le plus dans ce film. C'est vrai que ça vire assez vite manichéen, l'opposition jaune-mexique/bleu-USA (même si c'est plutôt beau, quand même)...

    vendredi, 20 avril, 2007  
    Blogger Julia said...

    Et à la minute 20, tout a basculé

    samedi, 21 avril, 2007  
    Anonymous Anonyme said...

    hi, new to the site, thanks.

    lundi, 21 février, 2011  

    Enregistrer un commentaire

    << Home