À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • FULL METAL JACKET
    À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • jeudi, avril 26, 2007

    ELEPHANT

    Un film géantissime !!!
    Oui, je sais, j'avais promis de me calmer, mais vu qu'hier mercredi, absolument AUCUNE élève ne s'était inscrite pour répéter avec moi (sans surprise, du reste, au retour des vacances), et bien voilà, j'ai eu un tout petit peu de temps pour (re)charger la Mule et vous faire ce petit Post, XD !
    Inclassable toutes catégories, mais tout de même pas si mal, puisque la plupart des Jurys de Cannes 2003 ont jugé bon de lui attribuer la fameuse et mythique Palme d'Or (et Dieu sait que même si je pense pis que pendre de ce genre de concours, néanmoins, en y regardant bien, il y a tout de même assez peu de Palmes d'Or injustifiées, soyons honnêtes !).
    Ce film retrace l'histoire de la tuerie de Colombine (qui vient d'ailleurs de se reproduire il y a quelques jours à peine, c'est leur truc, ça, aux States, ils aiment bien ça, les "cartons" dans les lycées, XD !), durant laquelle deux adolescents (même pas catalogués parmi les plus caractériels du bahut, en plus !) avaient fait un véritable massacre en tirant à vue sur tout ce qui bouge...
    Bon, ça, c'est la donnée brute, les choses telles qu'elles sont (ou telles qu'elles ont étés). Mais comment filmer tout ça, en espérant donner au spectateur quelques "clefs" pour comprendre un événement aussi abominable ?
    En ceci, j'admire beaucoup le postulat de base de Gus Van Sant, auteur de nombreux films atypiques, notamment My Own Private Idaho, ou le désopilant Even Cow Girls get the Blues, l'un des tous premiers films de ma grande chérie Uma Thurman !) : ne rien expliquer, ne rien démontrer, juste filmer au début le quotidien d'un lycée ordinaire, avec son lot (trop) évident d'archétypes, le môme fatigué par les dérives de son père alcoolique :

    Le petit gentil timide (l'un des tueurs, en fait) qui passe son temps à se faire agresser par tout le monde :

    L'inévitable complexée de service (la "povera", elle ressemble quasiment à Coluche !), que tout le monde prend un malin plaisir à faire souffrir :

    Sans oublier le fameux gang des "canons", toujours si "smart" et si sûres d'elles :

    Sinon qu'elles passent leur temps à se faire vomir dans les toilettes du lycée (heureusement, c'est filmé plutôt sobre, là, excepté la bande son) :

    Bon. Le décor est posé, là... et du reste, sans grande originalité, normal : c'est le décor exact de n'importe quelle lycée à n'importe quelle époque dans n'importe quel pays du monde (ça a beau remonter à presque plus de vingt ans chez moi, je ne vois pas la moindre différence... C'était EXACTEMENT comme ça !).

    Au niveau purement cinématographique, il faut tout de même noter le nombre absolument hallucinant de plans-séquences dans ce film, et notamment "de dos", comme si le réalisateur essayait en permanence de nous mettre dans la peau des deux futurs tueurs (le premier plan de ce genre sur le porteur du T-shirt "Lifeguard" n'est d'ailleurs pas du tout innocent, au sens où malgré cet intitulé "conscient" de "sauveteur", le message inconscient véhiculé par la couleur rouge et la croix en forme de cible n'est autre, finalement, que : "Tuez-moi !") :

    Même quand l'un de ces futurs tueurs se livre à l'un de ses passe-temps favoris, la musique (Beethoven !), d'ailleurs sans la moindre expressivité, comme le remarquait Fab dans un commentaire récent :

    Au bout d'un moment cependant, tout devient d'un seul coup bien plus évident :

    Avec quelques flashbacks sur certains des jeux vidéos préférés du duo (encore que, personnellement, je ne souscrive pas du tout à cette théorie selon laquelle les seuls jeux vidéos seraient responsables de la violence, bien au contraire, je serais même plutôt persuadé du contraire, enfin bon, vaste débat en perspective !) :

    Aini que quelques petits surfs bien sympathiques :

    On aimerait bien croire que ça n'existe pas "pour de vrai", mais détrompez-vous ! Le site lui-même existe bel et bien, et peut-être même qu'en France, vous pourriez peut-être bien vous faire livrer à domicile un Uzi, ou un fusil d'assaut sur ce site, GUNS-USA, qui sait ???

    Bref ! Petite vidéo de routine, pour passer le temps :

    Et voici le joli joujou qui arrive via UPS (on rêve, là, quand même, non ?) :

    Et contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'est absolument pas quelque chose d'improvisé, mais au contraire quelque chose de très froidement (et très professionnellement) planifié, quelque part :

    Juste un jeu de gosses à la con qui a très mal tourné, quoi... Am, Stram, Gram, etc... :

    Bon. Très étrange film, en résumé, qui pose toutes les bonnes questions mais n'apporte jamais aucune réponse (est-ce qu'il y en a seulement une ?). Dieu sait qu'à l'âge de l'adolescence, on peut faire un paquet de conneries, je n'en ai d'ailleurs pas plus été à l'abri qu'un autre, disons juste que j'ai eu du bol - ou de l'instinct - de passer au travers de certains trucs, le suicide, les drogues dures, etc... surtout à une époque où c'était bien plus "glams" qu'aujourdh'ui, LOL !

    Ce qui me scotche, quand même, dans cette histoire : c'est qu'à l'époque de MON adolescence (disons dans les années 90), j'aurais peut-être pu, à la rigueur, admettre l'idée de flinguer certains des profs les plus cons du lycée, et en particulier le proviseur... Mais jamais, au grand jamais, mes camarades de classe, même ceux que je n'aimais pas particulièrement. Là, il y a tout de même un "cran" qui est franchi, je trouve (et dont fort heureusement, nous sommes encore préservés en Europe, pour combien de temps ?)...

    En résumé : un film qu'il est bien à le voir, mais pas pour tous les jours, quoi (surtout si vous vous sentez un peu déprimées, à éviter, LOL) !

    P.S : C'est curieux, ça, ça fait déjà deux ou trois ans que je poste sous Blogger (en flippant à chaque fois que ma capacité d'upload d'images soit "out"), et voici qu'ils me balancent ce "gentil" petit message :

    Moi, d'après mes propres calculs, tous Blogs confondus, j'en suis (au bas mot) à 350 Mo... Mais bon. S'ils ont décidé d'être gentils, j'ai rien contre, après tout...

    Sinon, je prends mon Fama et mon Uzi, et je vais flinguer tout le campus de Google, arfffff !!!

    Elephant Powaa, XD !!!

    Libellés :

    7 Comments:

    Anonymous Lunapei said...

    Alors ce film là je l'ai vu donc pour commenter c'est plus facile \o/

    Je l'ai trouver génial sur le coup .
    C'est un des premiers films d'auteur que je suis allée voir (je sais pas si on dit d'auteur en dehors du cinema français o_ô bref je me fais comprendre ?) et au debut la lenteur et le calme des actions m'ont un peu étonnée , mais au final c'est aussi ce qui fait la beauté du film .

    En revanche, j'ai vu "bowling for columbine" après, et cela parle du meme évènement de deux manières totalement différentes . Au final je trouve que dans le film de Michael Moore, on cerne mieux l'évènement, et surtout (et malgré le fait que Gus Van Sant ai dit ne pas vouloir juger) je trouve qu'on y juge moins, on cherche des réponses au-delà de la télé ect ...


    Voila \o/

    jeudi, 26 avril, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Oui, oui, bien sûr, on dit "d'auteur" en dehors du cinéma français, bien au contraire (y a des "auteurs" dans le cinéma français, première nouvelle... ça se saurait, non ???)...
    Je l'ai pas vu, celui de Michael Moore, donc je ne peux pas comparer... Mais si tu me dis que c'est bien, j'ai confiance, hahaha ! Je vais charger la Mule de ce pas, lol !

    jeudi, 26 avril, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Et voilà ! La Mule est chargée (la pauvrette, qu'est-ce qu'elle peut ramer, quand même...) !!!

    jeudi, 26 avril, 2007  
    Anonymous zoun said...

    Je pense que si je regarde ça, je vais déprimer, alors je vais attendre encore un peu (vu que je déprime déjà à cause de Sarko et Sego ^^)

    Bon, j'aimerai qu'on m'explique une fois pour toute..

    c'est quoi un film d'auteur?

    vendredi, 27 avril, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Un film d'auteur, c'est comme tes films, haha !!!

    vendredi, 27 avril, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Nan, sans rire... Je crois que par là, on entend les films où l'on sent que le réalisateur a eu le contrôle total sur tout (scénario, musique, montage, "final cut", etc.), sans avoir eu à subir aucune pression des studios ou de la production. C'est pour ça que les premiers films d'un auteur (au hasard : Eraserhead, Cube, Saw, Final Cut, Sola, etc.) sont souvent très convaincants (héhé) !

    vendredi, 27 avril, 2007  
    Anonymous Anonyme said...

    bon alors c'est vraiment comme mes films alors!
    ^^

    ps:pour le lien sur le president mais l'autre Vincent Ze-One, c mieux que Suspens suspens


    zoun

    vendredi, 27 avril, 2007  

    Enregistrer un commentaire

    << Home