À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mercredi, janvier 17, 2007

    C'EST LA RENTRÉE !

    À la suite de l'effondrement sur lui-même de notre cher conservatoire du seizième arrondissement (les experts de la ville de Paris n'ayant apparemment pas souhaité renouveler l'expérience World Trade Center), la rentrée de janvier s'est trouvée quelque peu perturbée, et c'était donc aujourd'hui seulement mon premier jour de travail dans nos nouveaux locaux, répartis un peu partout dans ce même quartier.
    J'étais tout de même parti un peu en avance pour ne pas me laisser surprendre, mais il n'y avait vraiment pas de quoi s'inquiéter : le lycée s'appelle Claude Bernard, et guidé par ma fabuleuse intuition naturelle, je suis descendu au pif à l'arrêt de bus "Lycée Claude Bernard", pour tomber subitement nez à nez avec... le lycée Claude Bernard (je ne m'étais donc pas trompé !) :

    Le plus dur, ensuite, dans ce bâtiment "hénaurme" qui occupe tout de même un immense pâté de maison à lui tout seul, c'était de trouver l'unique porte d'entrée ! Heureusement, j'ai presque tout de suite croisé une maman d'élève sympa qui m'a indiqué le chemin, mais au pire, je n'avais qu'à suivre n'importe quel crétin portant un maillot du PSG, vu que ladite porte d'entrée se trouve être située juste en face de cette verrue plantaire dans le pied de Paris (l'image qui tue, là), le fameux Parc des Princes (princes de quoi, ce n'est pas précisé, par contre, *_*) :

    Peureux comme je le suis, je dois dire que c'est une perspective qui ne m'enchantait guère, surtout avec tout ce qui s'est passé récemment là-bas. Et puis, en sortant fumer une cigarette, je me suis aperçu qu'il y avait au moins trois ou quatre cars de police qui faisaient la navette en permanence, alors bon, je suis reparti malgré tout assez rassuré.

    De façon à peu près prévisible, je me suis d'ailleurs déplacé pour rien, puisque le mercredi, je suis censé répéter avec des élèves qui s'inscrivent au préalable sur une liste, liste qui peut tout aussi bien déborder (en période d'examen) que se révéler complètement vide, comme aujourd'hui. Du coup, je suis resté quelques heures dans le hall à discuter le bout de gras avec collègues, élèves, parents d'élèves, etc... et au bout d'un moment, j'ai pris conscience d'une chose : je crois bien que je n'ai jamais entendu autant de gens râler en même temps en l'espace d'une seule journée. Parce que c'est dur de se garer... Parce que c'est pas pratique... Parce qu'on ne peux plus accompagner ses enfants en cours, vu que les règlements des lycées ne sont pas forcément les mêmes que ceux des conservatoires (gros gag, ça... enfin façon de parler, parce que j'ai quand même vu quelques parents au bord de la crise de nerfs)... Parce les locaux ne sont pas adaptés... Parce que c'est trop loin de "notre" domicile... Bref, je sais que j'utilise trop ce mot, mais là, pour de vrai, j'ai carrément HALLUCINÉ (et avec moi une autre professeur de piano, qui était complètement sidérée de voir à quel point le moindre petit bouleversement dans la vie des gens peut les déstabiliser et les rendre agressifs) !!!

    Pourtant, c'est bien, en soi, le changement, non ? C'est même la grande leçon du Yi King (, 1000 avant J.C), finalement : "dans un monde en perpétuelle mutation, la seule chose qui ne change pas, c'est le changement" (oui, je sais, c'est facile à dire pour un verseau, signe dont la principale caractéristique réside dans le goût de la provocation et l'attrait pour tout ce qui est nouveau et inattendu). Certes, on ne nous a pas relogés dans de somptueux hôtels particuliers, du genre de cette autre école où je donne aussi des cours (difficile, là, de rivaliser avec l'E.N.M, quand même) :

    Mais bon. Ça n'est pas si mal non plus, surtout quand on pense aux galères que ça a dû représenter pour l'administration de reloger une cinquantaine de profs et un millier d'élèves dans huit lieux différents de Paris (avec déménagement des pianos, harpes, contrebasses, pupitres, sans même parler des milliers de courriers nécessaires en la circonstance, et j'en oublie certainement, etc.).

    Vous savez quoi ? L'esprit humain est mauvais, en fait. Alors qu'il y a du bon et du mauvais en toutes choses, la plupart des gens préfèrent râler en se focalisant sur le négatif, plutôt que de s'efforcer de faire contre mauvaise fortune bon coeur, et d'essayer de voir le bon côté des choses (comme je l'ai constaté amèrement à la suite de mon Post Aquarelles, où tous les comments - ou presque - se concentraient sur la seule "vilaine" photo de l'article) .

    Mais non, c'est vrai ! Moi, en tout cas, je me suis régalé pendant mes heures de désoeuvrement : il y avait dans l'entrée en rotonde une superbe fresque de Maurice Denis (1870-1943) avec une allégorie des neufs Muses, un peu dans ce style (j'essaierai de vous la photographier la semaine prochaine) :

    Pourquoi les gens n'ont-ils pas des yeux pour voir (et un cerveau pour penser, et un coeur pour aimer au lieu de haïr), mystère... (Comme le disait Woody Allen, "à la façon dont la plupart des gens installent leurs enceintes stéréo, on dirait qu'ils ont un nez à la place des oreilles", XD) !!!

    P.S : Je viens d'apprendre via S.V.M que les gens qui passaient plus de trente heures par semaine sur leur ordinateur pouvaient déjà commencer, médicalement parlant, à se considérer comme "addictifs"... Heuh, à votre avis, pourquoi je déprime, là, d'un coup ???

    Libellés : , ,

    10 Comments:

    Blogger Touille said...

    Tu aurais dû aller discuter le bout de gras avec Béatrice Noël, qui elle avait l'air lutôt contente des conditions de travail comparées à ce que c'est, paraît-il, à René Cassin ("un vrai hall de gare", je cite) ; la preuve, c'est qu'elle a supporté très patiemment mes doubles cordes, et ça fallait le faire...

    mercredi, 17 janvier, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    C'est vrai que supporter des doubles-cordes de Vlc, c'est limite "humain", quoi (je pense notamment à l'une de ces 5 pièces de Schumann, Volkstücke, ou qqc comme ça, où il y un truc super mal pavé niveau double-cordes, en sixtes, même les plus grands, y rament, là-dedans).
    Et ceci dit, j'ai discuté le bout de gras avec Béatrice (juste histoire de souhaiter le nouvel an), mais elle ne m'a pas parlé de Cassin. T'inquiètes, je vais découvrir ça samedi... et pour le coup, j'oublierai pas mon appareil photo, vu que pour le coup, j'suis quasiment obligé de me rajouter une chtite demi-heure de marche à pied entre 16ème et 17ème, donc avec pas mal de très belles choses architecturales à photographier...

    jeudi, 18 janvier, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Toutes vérifications faites (il a déjà fallu que je retrouve la partition), c'est la troisième des "Cinq Pièces dans le Style Populaire" Op.102 de Schumann... Redoutable de chez redoutable, ce truc !
    Il a dû écrire ça un jour de rage, pour un violoncelliste qu'avait dragué Clara, ou quelque chose comme ça, *_* !!!

    jeudi, 18 janvier, 2007  
    Anonymous Super-Valena said...

    Les Stück im Volkston bien sur! Elles sont trop cool ces sixtes! Elles sont magiques, meme qd tu les joue justes, elles sont fausses!
    ... En tous cas ca me fait ca a moi....
    Je n ai pas eu encore l occasion d entrer reellement dans Rene Cassin (un petit incident a annule mon cours), mais j ai qd meme mis un pied dans le hall d entree. C est pas joli, tres bruyant, pleins de lyceens, et meme carrement glauque, mais je suis tout de meme bien contente qu on ai des locaux POUR AVOIR COURS.
    Pasque, reflechissont bien, on restaure le conservatoire qui, je ne sais vraiment pas COMMENT, a ete construit sans vraies fondations, et en plus de ca, on s est decarcasse pour nous offrir la joie (!) de CONTINUER l annee scolaire, chose qui n a vraiment pas due etre facile j imagine. Pas forcement evidente non plus. Et en plus, on aura des salles pour bosser!!!!
    Alors certes, c est depaysant, un peu destabilisant aussi, mais je dis bravo et merci.
    Et je me dis que c est surement du au quartier, mais pour le coup, les gens sont bien ingrats, et ont peut etre le palet un peu trop fin...
    (surtout que j ai entendu dire que plusieurs personnes, et meme des eleves volontaires des lycees, s occupent de nous apporter jusqu a nos salles de cours, histoire de pas se perdre. Je trouve ca drolement sympa et tres bien fichu)
    Voila!
    Encore une chose, les doubles cordes au cello, faut pas deconner, c est loin d etre inaudible hein, quand on pense a celles d autres instruments comme... l Alto? Et pensez a celles du violon hein.
    Merde.
    Si on en fait, c est pas pour faire moche.
    :D

    jeudi, 18 janvier, 2007  
    Blogger Touille said...

    Non je crois qu'elles sont vraiment magiques ^^ ; Effectivement, il faudrait faire une enquête (je n'ai pas perdu de vue mon projet de téléfilm niaiseux pour France 2, as you see)

    Sinon, ouais, on va pas le répéter cent mille ans, hein, vive le violoncelle ! (d'ailleurs il sufit d'avoir une housse de vlc sur le dos pour être ami ami avec la terre entière "ooooh, jadôôôre le violoncelle ! quel bel instrmeeeeeent ! -ouais, ben héhé c'est pas moi qui vais vous dire le contraire, m'dame, bon, salut, hein")

    Et sinon, je confirme qu'on a le grand honneur d'être accompagnés, c'est très chic, jusqu'à nos salles, sauf que moi le mec s'est trompé d'étage (heureusement que j'avais lu le numéro) donc finalement je lui ai gentiment dit que j'allais me débrouiller (chuis une grande fille, faut dire :p)

    jeudi, 18 janvier, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Encore une fois, ça confirme ce que disais récemment... Parce que j'ai bien envoyé un mail à au moins une vingtaine de personnes (en majorité des profs) pour leur dire, "tiens, lisez ça, et n'hésitez pas à cliquer sur la touche COMMENTS", pour une fois, vu que ça vous concerne", mais non, pensez vous, c'est au-dessus de leurs forces (ou de leurs cerveaux ?), un tel effort...
    Je rêve, là. Heureusement qu'on peut compter sur les élèves, c'est déjà ça !

    Je HAIS les vieux !!!

    Thanks to you, Touille & Val... J'crois que ça va me faire encore plus aimer le Vlc !

    jeudi, 18 janvier, 2007  
    Anonymous Fabienne said...

    Je ne comprends pas, j'ai eu du mal a enregistrer mon commentaire. Il est pas passé. Bon je recommence.
    Y'a pas photo entre l'ENM et le lycée Claude-Bernard, ça c'est sûr.
    Sinon c'est vrai que les gens râlent (ou on râle) toujours pour un oui pour un non, ah! le monde est ce qu'il est. Vraiment vaut mieux être au bord du périf que de se prendre un plafond sur la tête!!!
    Sinon, j'aime bien ce tableau...

    jeudi, 18 janvier, 2007  
    Anonymous Tania said...

    Coucou Vincent!
    J'ai vraiment aimé ton article... C'est bien dit! C'est triste de voir desgens qui ralent sans cesse alors qu'effectivement on arrive a continuer nos cours dans des conditions pas si mal...
    J'ai été à CASSIN aujourd'hui pour la première fois pour mon cours de chant vec Pierre... Au beau miliue du cours, il y a une prof qui est venue réclamé la salle parcequ'elle y donnait des cours de francais... On a appeller l'organisateur qui s'est plier en 4 pour nous debrouiller rapidement une autre salle et etait pret a deplacer le piano comme on le voulait pour qu'on se sente à l'aise dans cette nouvelle salle!
    De plus, j'ai été agréablement surprise de l'acceuil et c'est bien sympa qu'on se fasse accompagné et les personnes sont tres sympas...
    Il faut savoir apprecier se que l'on a et arreter de raler pour un rien!

    vendredi, 19 janvier, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Voilà, c'est ça que j'aime bien, chez les gens, le "THINK POSITIVE" !
    Mais apparemment, c'est (très) rare. Comme me le disait récemment Mathilde (Rhoh, j'pensais pas qu'elle aurait adoré mon article à ce point-là !) : "Vincent, j'ai lu une étude sociologique récente qui disait en substance que les plaintes occupaient dans la vie des citoyens un volume 17 fois supérieur aux compliments".
    Pas très étonnant, finalement...
    Mais je ne comprends pas, mais vraiment pas (sans rire), cet état d'esprit (?)...
    Je ne sais pas, moi... Chaque jour que Dieu fait, quoi, on devrait lui rendre grâce d'être toujours vivant, valide & en bonne santé (Cf. Bach dans le Orgelbüchlein : "Helft mir Gottes Güte preisen", "Aidez-moi à apprécier les bontés de Dieu"). Mais non. Il y a des gens qui se plaignent juste parce qu'on bouleverse un tout chtit peu leur vie (qui doit être super chiante, quand même, je ne voudrais pas dire), bref, je trouve ça incroyable, en résumé...

    vendredi, 19 janvier, 2007  
    Anonymous Anonyme said...

    Absolument d'accord avec Tania et Valéna, les gens à René cassin sont adorables et se mettent en 4 pour répartir les 3 lecteurs disponibles et les salles avec piano tout en les espaçant d'une salle vide pour l'acoustique, prouesse logistique qui relègue César, Napoléon et Eisenhower au rang de pâles amateurs.
    Quant au lieu c'est assez dépaysant, un élève me disait l'autre jour : "c'est pas possible ici c'est la Roumanie" C'est très exagéré, nous sommes plutô en France en 1950 mais entourés de dizaines de PC d'époque allant de la fin du mitterandisme à l'extrème fin du chiraquisme agonisant. En attendant mieux?

    vendredi, 02 février, 2007  

    Enregistrer un commentaire

    << Home