À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • samedi, décembre 30, 2006

    Y A DES JOURS, COMME ÇA...

    ...des jours où l'on ferait tout aussi bien de rester au pieu, et de ne surtout pas se lever, (comme je l'ai d'ailleurs fait toute la journée du vendredi, 27 heures de sommeil d'affilée, tout de même, suite à la fiesta ci-après).
    En tout cas, je suis sûr qu'en ce samedi 30 décembre, il y en a eu au moins quatre à partager cet avis :

    Et à se dire : "putain, on aurait mieux fait de faire la grasse, ce matin !" :

    Ah là là, ce monde est bien cruel, des fois, moi j'vous le dis...

    Passez tout de même de très bonnes fêtes !

    Libellés : ,

    vendredi, décembre 29, 2006

    MEETIC : PAS BON !

    Bon, je sais qu'il y a des gens qui sont très "clients" de ce genre de sites de rencontres via Internet. Après tout, pourquoi pas, question d'âge, sans doute, mais bon, pour ma part, j'adhère pas (du tout)...
    Non, moi, le truc qui m'éclate bien, par contre, c'est de traîner sur des Blogs que j'aime beaucoup, installer à petits coups de mails ou de MSN une vraie relation de confiance, et créer au final de vraies occasions de rencontre, entre gens passionnés par des choses similaires.
    Et donc, après mon "dépucelage" avec Sat (mais si, souvenez-vous, le fabuleux concert afghan), c'était donc ce soir ma seconde expérience dans le genre, avec Ccil d'une part (qui sur cette photo a un vague petit air de ressemblance avec la fille qui joue dans Ghost Dog) :

    (Putain, qu'est-ce que je fais vieux sur cette photo, je souffre rien qu'à me regarder, là...). Et donc UNTER d'autre part, grand amateur de cinéma devant l'éternel, de sorte qu'on a pu tchatcher quand même quelques bonnes heures sur le sujet :

    L'un des "clous" de la soirée : voir l'une de mes bloggueuses favorites porter mes baskets favorites, et bien évidemment, elle aurait tort de ne pas persévérer, vu que quand même, comme on dit, "ça le fait bien, quoi !" :

    Et pour conclure (brièvement, car j'ai au bas mot une douzaine de photos à publier à ce sujet, mais bon, trop fracassé, là, il vous faudra patienter au moins jusqu'à demain ou après-demain), une dernière prise par Ccil, pour la route :

    Le truc vraiment "cool" avec les moins de trente ans, c'est que non seulement ils laissent des COMMENTS sur presque tous les Posts, mais qu'en outre ils n'en ont rien à cirer du concept "dernier métro", donc tant qu'ils ne se font pas trop chier avec un vieillard dans mon genre, ben ils restent, quoi...

    Et moi, j'aime bien ça ! Je ne trouve rien de plus pénible que de voir une belle soirée bien commencée, et subitement foutue en l'air par tous les gens qui se disent : "Ho là là, vite, vite, sinon, on ne chopera jamais le dernier métro !". Donc là, sur ce coup, je m'estime assez verni, vu qu'UNTER est (courageusement) reparti sur sa bicyclette vers cinq heures du matin, et Ccil carrément à sept, vu la galère pour m'installer gentiment Photoshop, :( !!!

    En tout cas, c'était une super soirée (pour moi) : je me suis régalé dans tous les sens du terme, culinairement parlant (parce qu'honnêtement, je ne suis pas trop nul niveau cuisine, quand j'ai la pêche pour ça), et aussi humainement parlant, du simple fait de découvrir deux belles personnes, qui jusqu'alors n'étaient qu'un paquet de lettres sur un écran, et que je n'aurais très certainement jamais pu rencontrer autrement... Et donc, en résumé : j'adore trop Internet (va falloir que je parte en cure de désintox, un de ces jours) !

    Quand je pense que l'un de mes meilleurs amis avait très peur pour moi à cause de cette soirée (genre, un petit "remake" de L'Appât de Bertrand Tavernier), alors qu'il n'a toujours pas de connection Internet... On croit rêver, des fois, non ?

    P;S : N'oubliez pas d'aller jeter un oeil sur LE CINÉMA DE VINCENT, nouvelle critique (après un bon mois de silence) du superbe film de Clint Eastwood, La Sanction.

    Libellés : , , ,

    jeudi, décembre 28, 2006

    DÎNER DE CONS !

    Toute petite note, juste pour dire que je viens une fois de plus de me revoir ce film jubilatoire (l'un des rares films récents à comporter presque autant de répliques "cultes" que Les Tontons Flingueurs, de : "Mais elle m'a dit, c'est Marlène, Sasseur, avouez que c'est confusant !", jusqu'au fameux : "Ah bon, il s'appelle Juste Leblanc ? Il a pas de prénom, alors ???").

    Et surtout pour vous mettre en lien les paroles de Georges Brassens qui tiennent lieu de générique, car c'est TRÈS EXACTEMENT ce que je pense des gens, de la jeunesse et de la vieillesse, et donc... voilà, je n'ai pas pu résister, :/
    Mais que ceci ne vous gâche surtout pas le Nouvel An !

    Pour ma part, je suis à J - 1 de faire mon premier repas (dans MA maison, chez moi, mais oui) entre blogueurs et blogueuses pour la première fois de ma vie (voir la très belle et très "japonaise" photo de Ccil ci-dessus), donc je serre un peu les fesses, malgré tout, vu que c'est très nouveau pour moi, mais en même temps, vous connaissez les verseaux : si on ne fait pas en permanence de nouvelles expériences, ben on s'emmerde, quoi, en résumé... R.V, donc, demain ou après-demain soir, pour un nouveau Post que j'espère (je pense, en fait) passionnant !

    Libellés : , ,

    lundi, décembre 25, 2006

    IN MEMORIAM

    Comme chaque année, il est bien rare que cette période de fêtes effrénées ne soit pas à un moment ou à un autre contrebalancée par une nouvelle tragique, et c'est encore une fois le cas aujourd'hui, 25 décembre 2006, où de pair avec la naissance du Christ disparaît, par une curieuse ironie du sort, ce géant du Rythm'n Blues et de la Soul qui avait fait ses classes à l'école du Godspell : l'immense et charismatique James Brown.
    Vu la façon dont le bonhomme a tiré sur la corde, après tout, 73 ou 78 ans (car on ignore avec précision la date de sa naissance), c'est plus qu'honorable, pour cet inépuisable créateur, dont la discographie dépasse la centaine d'opus, tout comme cet autre géant que fut Miles Davis !
    In Memoriam, donc, deux petits Podcasts pour retrouver une dernière fois le monstre sacré dans son plus fameux tube :

    Ainsi que, bien sûr, le célébrissime Sex Machine :

    Et histoire de garder la pêche, comme il le dit lui-même : "When we say "get up !", what do we mean ???"

    Bonne question. Et Joyeux Noël tout de même !

    P.S 1 : Si vous voulez un beau cadeau, rendez-vous tout de suite sur la planète Saturne, qui nous offre pour ces fêtes un magnifique fond d'écran à tomber par terre de beauté (ainsi qu'un étrange mais très beau "Poisson de Noël", histoire, sans doute, de patienter jusqu'au "Père d'Avril") !

    P.S 2 : Il y avait bien, bien, bien longtemps que je n'avais pas rédigé une petite critique "constructive" sur mon autre Blog, LE CINÉMA DE VINCENT (rien depuis le 27 novembre, en résumé), mais voilà, c'est désormais chose faite, j'ai rattrapé mon retard avec un film plus tout à fait tout jeune de Clint Eastwood, The Eiger Sanction (1975), mais que j'ai revu en compagnie de l'un de mes meilleurs amis avec tant de plaisir que je n'ai pas résisté, comme d'habitude, à prendre sur mon temps de sommeil - vaguement en cours d'effritage, tout de même, ces derniers temps - pour vous le faire découvrir.

    Rendez-vous là-bas, et surtout, n'hésitez pas à cliquer sur le tout premier article de ce Blog pour vous inscrire définitivement à ma Newsletter, grâce à laquelle vous pourrez être instantanément informés de toute nouvelle publication sur ce Blog très irrégulièrement entretenu, LE CINÉMA DE VINCENT, et ceci à l'aide d'une liste "en cache", donc totalement sécurisée (SSL 128 bits).

    I'm waiting for you !!!

    Libellés : , ,

    dimanche, décembre 24, 2006

    X-MAS !

    RHOOOOOOH, plus zen que moi, "tumeur", comme disait Desproges !
    Ayant complètement zappé le vrai repas de Noël du 24 (dont perso, je n'ai absolument rien à foutre, c'est comme ça), j'avais prévu, avec l'un de mes meilleurs amis et ma grande chérie Satomi, un repas grandissime en ce soir du 25 légérement "décalé", à base notamment de recettes de Guy Martin (le chef du "Grand Vefour") et d'agneau de pré salé avec ses poix gourmands, bref, on s'en léchait déjà les babines à l'avance, miam, miam...

    (Putain, vous avez vu la "classe" pour Noël, tout en rouge et les Buffalos dorées, des fois, je m'admire trop moi-même, c'est pas bon, ça...) :

    Bref ! Toujours est-il que le grand ami en question, ayant eu hélas la naïveté non seulement de croire au concept de "couple" en tant que tel, mais en outre au concept du genre : "je me la pête le 24 en bouffant des huîtres, du foie gras, de la dinde, dans l'espoir fou - seulement dans mes rêves - que je vais être frais et dispos dès le lendemain !", et bien sûr, comme prévu, c'était totalement râté sur ce coup.

    Du coup, je me retrouve moi tout seul avec la plus belle japonaise du monde - je ne vais pas me plaindre, non plus ! -, sinon qu'il a fallu que j'improvise de nouveau tout le repas, donc, ultime solution, je remets cette entrée sublime de Guy Martin en plat principal, dans l'espoir qu'en faisant quelques pas à l'extérieur, je vais pouvoir tomber sur quelque marchand d'huîtres, mais fort heureusement, tout se passe bien :

    C'est sûr, ça n'est pas mauvais (surtout avec un Chablis premier cru), non, ça le fait !

    D'autant que la fameuse terrine de Guy Martin (persillé de Beaufort aux artichauts), à force d'être râtée, corrigée et réinterpretée par mes soins (vu que ces grands enculés de soi-disants grands chefs - DSL, mais il n'y a pas d'autres mots - se débrouillent toujours pour NE PAS vous révéler LE truc important et facile pour réaliser la recette à 100%) réussit en fin de compte à tenir ses promesses, et c'est la classe, quoi :

    Bon. Ensuite, c'est la routine : fromages sublimissimes de chez Maître Dubois (le fournisseur officiel de l'Elysée) :

    Et qui c'est qui se faîche avec la vaisselle, je vous le demande ?

    Ma Naaaan, j'déconne, là.

    Super soirée, en résumé... Ceux qui auraient dû être là et n'ont pas été là vont (je pense) le regretter toute leur vie durant...

    Tant pis pour eux !

    Libellés : ,

    vendredi, décembre 22, 2006

    MA VIE À MOI...

    Bon. Je ne sais pas si vous êtes de mon avis, mais personnellement, les Blogs (95%, en fait, sinon plus) où les gens passent leur temps à raconter leur vie totalement chiante, banale et inintéressante, ça finit par gaver, quoi, pour être poli...
    Alors très exceptionnellement, je vais faire une toute petite exception aujourd'hui en racontant ma trépidante petite semaine assez inattendue, mais je la mets juste en lien ici (avec tout de même deux Podcasts de folie) afin de ne pas faire chier tout le monde, vu que quitte à réagir, j'aimerais autant que vous le fissiez sur le POST suivant (rhooh, que c'est joli, ça, vous avez vu, ce très bel imparfait du subjonctif que plus personne n'utilise, à part les Italiens ou les Espagnols, quel dommage !), où je suis relativement consterné de n'avoir pas plus de commentaires, notamment de la part des "djeuns" qui, j'en suis sûr, seront à 100% d'accord avec moi sur ce coup.
    Lisez, lisez, lisez le Post suivant (et commentez, please) !!!
    P.S : Petit rappel sans aucun rapport, si vous cherchez un petit boulot pas foulant et dans une probable (très) bonne ambiance sur Paris (entre 2 et 35 h par semaine, négociable), rendez-vous à la case JOB pour plus d'informations.
    Et si vous ne savez pas quoi offrir à vos amis pour Noël, et bien, la réponse se trouve de toute évidence ici (Rhooooh, comment que j'me la pète trop, là, sur ce coup !)...

    Libellés : ,

    jeudi, décembre 21, 2006

    SUPPORT ME !

    (C'est aujourd'hui l'hiver, alors je teste à la demande générale de deux ou trois blogueuses ma nouvelle couleur de fond "brouillard gris mâtiné de glace bien bleue", je compte sur vous - je sais, j'ai tort ! - pour me dire ce que vous en pensez , XD !).
    Bon, je ne sais pas si c’est l’âge, ou bien la lassitude, ou encore le dégoût de ce putain de milieu psychorigide de la musique classique… Toujours est-il que récemment, un chanteur de mes amis vient de me proposer un concert dans un grand hôtel parisien, répertoire super cool, et plutôt très bien payé, on va dire, mais là, je ne peux plus, quoi… Il y a un moment où il faut dire stop, et assumer une fois pour toutes ses vrais choix, quel qu’en soit le prix à payer. Alors pour moi, désormais, les concerts, ça sera ça ou rien, qu'on se le dise :

    Actuellement, et ceci quel que soit le milieu artistique - écrivains, peintres, jazzmen, rockers, et j’en oublie -, je ne crois pas beaucoup me tromper en affirmant qu’à ma connaissance, plus personne ne s’habille encore en costumes surannés dignes, au mieux, du dix-neuvième siècle, et au pire de n’importe quel garçon de café. Alors bon, je n’ai pas fait dix ans d’études supérieures (et encore, quand je dis ça, c’est une façon de parler, sinon, ça va plus vite de compter les années durant lesquelles je n’ai PAS SU jouer du piano, cinq, en l’occurrence) pour être obligé de me fringuer en pingouin dès qu’il s’agit de faire de la belle musique.
    Je n’aime ni les chemises, ni les vestes, encore moins les smokings, ça me gêne carrément pour jouer… Quant aux nœuds papillons ou aux cravates, je persiste à trouver ça d’un ridicule achevé (sans parler du fait que ça me gêne aussi, au niveau du cou). Jouer habillé d’une façon telle que l’on se sente bien, c’est à mon humble avis 200% au bénéfice de la musique ; et je ne comprends toujours pas comment une idée aussi simple n’a toujours pas réussi à s’imposer plus tôt à l’esprit des interprètes (à part Nigel Kennedy, et quelques autres très rares pionniers). M'enfin, on est quand mieux comme ça, non ?

    Ceci dit, je n'oblige personne (les gens qui préfèrent le classicisme - pour ma part, j'utilise plutôt le terme de "ringardise" - de l'habillement à la qualité du jeu n'auront de toute façon que l'embarras du choix) ! Quoi qu'il en soit, je peux vous assurer avoir plusieurs fois vécu l'expérience suivante : des jeunes qui se sont retrouvés à la maison lors de mon anniversaire (parce que je fais toujours un mini-concert avec des potes, ce jour-là), à qui jamais de la vie ne serait venue l'idée de mettre les pieds dans un concert de pingouins, et qui sont repartis de la maison enchantés, avec une idée de la musique classique bien différente de celle qu'ils en avaient en arrivant.

    Bref. Ceux qui connaissent ce Blog depuis longtemps savent que ceci n’est qu’une des nombreuses versions de mon petit coup de gueule habituel contre ce milieu de frigides et de coincés. Sauf que là, je franchis carrément une étape de plus, vu que je me pénalise moi-même financièrement - encore que… vu qu’il aurait fallu que j’investisse au moins 300 € dans un smoking, soit quasiment le prix de deux paires de Buffalos sur le Site offfciel (j’y connais rien, mais j’ai demandé à un spécialiste), je ne suis pas sûr d’y perdre tant que ça, finalement.

    Je devrais faire comme la Ccil avec sa désormais défunte FFAP (Fédération Française Anti Pouffes, sniff !) : fonder de mon côté un petit truc du genre la FFAHP (Fédération Française Anti Habits de Pingouin), voire la FFAHPALC, ça sonnerait même quasiment mieux (Fédération Française Anti Habits de Pingouin À La Con), ou alors, pas mal non plus, la FFA CHIER (Fédération Française Anti Costumes & Habits Idiots ET Ridicules). Mais bon, c’est trop tard, là… Déjà, je me ferais allumer comme pas permis par la demoiselle en question, et ça n’est SURTOUT pas le moment (rendez-vous le 29 décembre pour savoir pourquoi), mais en plus, je pense que j’aurais encore moins d’adhérents qu’elle, sur ce coup, donc…

    À part ça (rien à voir, mais je passe tout de même l'info), si vous habitez Paris et cherchez un petit boulot pas fatiguant, négociable au niveau du temps de travail (minimum deux heures par semaine), et plutôt sympa au niveau environnement (profs et élèves musiciens), alors cliquez ici !

    Libellés : , , ,

    dimanche, décembre 17, 2006

    ABOUT BEAUTY...

    Mes ami(e)s... La vie n'est pas toujours si facile (globalement), alors la seule chose qui peut nous sortir de là et nous aider à nous évader un peu hors de ce monde trop réel, c'est la beauté, la "vraie" beauté au sens le plus noble du terme, que cette beauté soit musicale, littéraire, cinématographique ou picturale, comme c'est une fois de plus le cas avec ce nouveau site que je viens de découvrir grâce à ma chère Sat, celui de NINE, à l'adresse suivante :
    J'adore trop, en résumé. Un sens de l'humour et du second degré que je trouve absolument génial :

    Et bien sûr (sinon, je n'en parlerais même pas ici), un réel don pour le dessin et l'illustration, avec un style vraiment personnel, ce qui est le plus rare, en fait... Parce que récemment, à force de naviguer entre les Blogs de trois ou quatre graphistes PLUS les liens (soit une petite cinquantaine, au total), c'est finalement, moi néophyte, ce qui me frappe le plus : certes, tout bien considéré, tout le monde dessine bien, il n'y a aucun doute sur la question. Mais de là à avoir un "vrai" style reconnaissable entre tous, il y a une énorme marge (quoique... si je fais la comparaison avec mon propre "job" de pianiste, ça ne m'étonne pas non plus outre mesure), et tout autant que Sat, NINE fait indubitablement partie des Blogs qui me "bluffent", et sur lesquels je peux naviguer des heures sans jamais m'ennuyer, tellement c'est beau :

    Certes, j'avais le choix entre un maximum d'illustrations toutes plus belles que les autres, alors pourquoi ai-je choisi ces deux-ci en particulier (réponse absolument évidente pour les fidèles lecteurs de mon autre Blog SNEAKERS & BUFFALOS, cela va sans dire) ? Héhé : la première fille porte les mythiques bottes 24400T de chez BUFFALO (ou en tout cas, si ce n'est pas celles-ci, ça y ressemble furieusement), tandis que la seconde arbore les très fameuses et très célèbres compensées que j'adore, dont je possède une vingtaine de paires, et comme je dois être l'un des derniers sur cette planète à vouer un véritable culte à cette marque inimitable, je ne dirai qu'une chose : merci à toi, NINE, d'apporter ta petite contribution à ce combat perdu d'avance, même si c'était involontaire ou par hasard (quoique perso, je ne crois pas au hasard, dans l'Art avec un grand "A").

    Alors là, normalement, c'est le moment où vous croyez (naïvement) que vous êtes arrivés au bout de ce méga Post, tel que j'en ponds régulièrement deux ou trois fois par mois - souvenez-vous de l'article fleuve sur le Concert Afghan, sans même parler des renvois aux liens dans tous les sens !

    FATAL ERROR : c'était oublier que quand on aime, on ne compte pas, c'est aussi simple que cela. Parce que Sat, c'est très bien, NINE aussi, mais alors Sat +NINE, c'est carrément la "cerise sur le gâteau", les deux se connaissent et collaborent (l'une au dessin, l'autre à la couleur, ou l'inverse), et là, je ne vous raconte même pas, quoi :

    Fait chier... Comme dit dans je ne sais plus quel film, où un mec emmène sa copine à la montagne : "Putain, mais j'en ai marre de tes trucs insupportablement beaux !".

    Trop de beauté, ça tue, quelque part... ou alors, ça rend addictif. Déjà que je suis assez connu en tant que buffaddict@aol.com, c'était vraiment pas la peine d'en rajouter. Moi qui déteste les photos verticales, regardez à quoi ressemble mon fond d'écran de ces derniers jours, non mais, je rêve, là, quoi, c'est lamentable...

    Putain, de toute ma vie, j'ai rarement vu un aussi beau portrait, avec une telle profondeur et une telle intensité (j'en profite pour le dire ici, car j'suis quasiment interdit de COMMENTS sur le site de Sat, PTDR !).

    Bon. C'est pas tout, ça, revenons à nos moutons. J'étais donc en train de parler du Blog de NINE (car ne croyez pas en avoir fait le tour aussi vite, même moi, qui suis quand même plutôt un "Kador" sur le Net, ça m'a bien pris du temps, en résumé, tellement c'est vaste), et sur ce très beau Blog, il n'y a pas que de belles illustrations comme citées plus haut, mais aussi, de temps en temps, de petits instantanés de six cases souvent légers et savoureux, notamment le plus récent, que perso je trouve génial (et Sat aussi, pour les mêmes raisons, à savoir : une situation qu'on a tous vécue, et parfaitement résumée en quelques traits) :

    Haha ! Vous croyez que c'est fini, là ? "Petits bras" que vous êtes...

    Tout faux, là... Car en plus du Blog de NINE, tout comme chez Sat, il y a aussi en prime NINE : Le Site, et même mieux, en super prime, NINE : La Boutique, où vous pourrez trouvez (pour l'instant, car c'est en construction) de très jolis badges "faits main". Curieusement, niveau graphisme, c'est assez différent de ce qu'elle fait par ailleurs, mais c'est aussi très léger et très très sympa :

    Le truc le plus hallucinant dans l'histoire, c'est que ces badges, entièrement réalisés à la main, et donc, quasiment pièces uniques, ne sont vendus que deux Euros, je n'imagine même pas comment elle arrive financièrement à tirer son épingle du jeu...

    En tout cas, moi, j'ai passé l'info à une petite "princesse" syrienne de mes amies qu'est toujours bardée de badges de toute sorte (Chahrazade, WOUAHH, j'adore trop ce prénom), et à mon avis, il ne va pas se passer très longtemps d'ici à ce qu'elle débarque chez toi, :] !

    Bon. Vu l'heure (réelle, pas celle affichée sur le Post, soit plus ou moins quatre du mat', là, quand même), je crois que j'ai bien fait ta pub, et comme le disait Piéplu avec son inimitable voix du temps des Shaddocks : "C'est tout pour aujourd'hui" !!!

    P.S : Bien que la plupart des lecteurs ou lectrices de ce Blog soient de véritables "veaux" sur Internet (et encore, là, je suis gentil, pour dire...), je ne saurais trop vous encourager à lire le Post suivant et à participer au concours d'UNTER. Non seulement, il ne doit pas crouler sous les propositions, mais en outre... et bien, je vous conseille vraiment cet exercice original et salutaire. Vous verrez, on apprend plein de choses comme ça, et mine de rien... cela vous servira certainement un jour ou l'autre.

    TRUST ME !

    Libellés : , , ,

    samedi, décembre 16, 2006

    GAMBLING !

    RHOOH, là, Noël approche, et je sens qu'à l'instar de Touille, l'une des grandes gagnantes de mon fameux SUPER QUIZZ, vous allez commencer à être d'humeur joueuse, déjà lassés d'avance par cette période improbable, où non seulement (si c'est comme moi) vous êtes chaque jour assaillis de spams de plus en plus insistants et fréquents en provenance de la FNAC ou autres sites de CD et de DVD, mais où en outre pullulent à la télévision des pubs de parfums à n'en plus finir, à se demander si les gens n'ont pas décidé de puer durant onze mois de l'année, uniquement pour se rattraper sur ce seul mois de décembre (en tout cas, c'est l'impression que ça donne, LOL !).
    Alors bon. Pour les gens vraiment sérieux (c'est à dire "sans enfant", RHOOH, j'provoque, là, j'adore trop...) et en même temps très joueurs, encore capables de concentrer 100% de leur temps à des conneries, rendez-vous vous sur le site (en construction, hélas !) de UNTER, téléchargez le petit dessin suivant , et ensuite, libre à vous de remplir toutes les cases (il y a une B.D à gagner) :

    Mine de rien, ça a l'air "juste" d'un jeu... et en fait, et bien, ce n'est pas du tout facile, quoi... En tout cas, moi, ça m'a bien éclaté. Certes, ça m'a pris des heures, mais du coup, j'ai appris plein de trucs, notamment à quel point il faut respecter les créateurs de BD, ne serait-ce que pour caser un texte "correct" dans une case donnée... Rien que ça, c'est déjà pas gagné, alors il faut imaginer, quoi, le mec qui se tape toute la BD de A à Z, du scénario jusqu'au dessin final. Total Respect !
    En même temps, vous avez de la marge, vu que la consigne d'UNTER est la suivante :
    En attendant, je vous propose un petit jeu-tiseur avec une de nos pages : les bulles, le titre & les récitatifs sont restés blancs, dites donc, empressez-vous de les remplir selon votre humeur & renvoyez-moi ça à l’adresse figurant plus bas. Il n’y a pas de règles. Le gagnant repartira avec un volume d’Onap #06 tout frais. Je précise juste au passage que je favoriserai les participants qui auront le plus possible contourné les règles. Je vous laisse réfléchir là-dessus…

    Bon. FATAL ERROR, fallait surtout pas dire à un verseau de trangresser toutes les règles... Du coup, j'ai presque passé une nuit blanche à finir cette connerie (à mon âge, non mais, merde, quoi ?), mais en tout cas, je me suis bien éclaté, et je ne regrette rien, mais alors rien du tout !

    J'sais pas si UNTER va aimer et la publier (m'en fous), mais du coup, je la balance sur mon site à moi perso, vu que j'en suis assez content (putain, quel Ego !) :

    Si vous êtes VRAIMENT joueurs (et pas dessinateurs pour un sou), une seule autre solution : le DVD de PatrIIIIIIIIICK !!!!

    Mais si vous êtes de vrais artistes, et bien, je n'aurais qu'un mot à dire : participez !!! Vous verrez, vous apprendrez des trucs, moi, j'vous le dis...

    Libellés : , ,

    mercredi, décembre 13, 2006

    NOUVEAU RECORD !

    Une précieuse info due au magazine SVM : la plus grande photographie numérique du monde (8,6 gigapixels) vient en effet d'être réalisée par la société italienne HAL9000, qui a choisi d'illustrer cette prouesse en prenant pour sujet la splendide et imposante fresque de Gaudenzio Ferrari (1471-1541) en l'église de Santa Maria delle Grazie, Bellinzona (Suisse).

    Il a tout d'abord fallu prendre 1145 photos de 12,2 mégapixels chacune, puis faire ensuite bosser pendant treize jours quatres processeurs Opteron à double coeur pour les assembler correctement, pour obtenir enfin cette fresque numérique qui occuperait, une fois imprimée, environ 107 m2, soit un carré de dix mètres de côté.
    Rendez-vous sur le site Halta Resoluzione pour admirer ce prodigieux résultat, celui d'un zoom 180 fois (!!!), que vous pourrez appliquer à n'importe quelle partie de la fresque :

    Le résultat s'avère particulièrement intéressant concernant une fresque de cette époque (autrement dit, vraiment "alla fresca"), car en zoomant sur ces détails normalement inaccessibles, on prend conscience des véritables ruses de trompe l'oeil de ces artistes du haut moyen âge, qui utilisent là des raccourcis basés sur l'illusion, qui n'auraient pas pu être appliqués à des tableaux destinés à être contemplés de plus près.

    Je pense que mes nouvelles amies graphistes apprécieront :

    Pour mémoire, le précédent record était détenu par l'institut danois TNO (2,5 gigapixels), à voir sur le site Delft, sur un sujet hélas de bien moindre intérêt, une vue aérienne de la fameuse ville hollandaise (on eût préféré le tableau de Vermeer).

    Une question : la société italienne HAL9000 s'est elle inspirée du 2001 de Stanley Kubrick ? Il y a des chances (on sait que Kübrick a choisi lui-même le nom de HAL pour l'ordinateur du vaisseau spatial, lettres qui, décalées d'un cran dans l'ordre de l'alphabet, donnent le nom d'un fameux géant de l'informatique).

    Amusez-vous bien ! C'est plein de surprises, et en plus, c'est un peu comme jouer à Google Earth avec un tableau... Fascinant !

    Libellés : , ,

    mardi, décembre 12, 2006

    EN VRAC...

    Bon. Que l'un de mes Blogs préférés (CRÈVE POUFFIASSE !) se mette en rideau, option Minimal Art, du genre : "j'publie qu'une photo par jour, et si ça vous plaît pas, allez vous faire (les habitués sauront remplacer les trois petits points suivants par le mot adéquat)... ", à la limite, passe encore...

    Après tout, le Webmaster, c'est le Webmaster, quoi, merde... On peut quand même faire ce qu'on veut chez soi, non ?
    Mais quand il s'agit d'un site entre guillemets "collectif", là, je suis déjà un peu plus "vener", comme on dit :

    Et merde, faîche... Après tout, on a tous contribué à ce "truc machin bidule" qui était quand même une sorte d'OVNI sur le Web, alors oui, certes, c'était très con & très futile quelque part, mais c'était aussi très rigolo, du fait que chacun y allait de sa petite participation, et que c'était finalement assez créatif, malgré (ou grâce à) la minceur du thème imposé (la FFAP) :

    Bon. Vu que la Webmaster est une scorpionne, ça ne sert à rien de la supplier (sinon pour la braquer encore un peu plus), par contre, vous pouvez toujours essayer de la traiter de tous les noms d'oiseaux possibles, ça, ça peut marcher, on ne sait jamais...

    En attendant, j'amorce ma nouvelle collaboration avec une autre Webmaster peut-être plus constante et plus sérieuse (Sat) pour l'affiche de mon prochain concert :

    Voilà. C'est juste un projet, pour l'instant, mais à la place de cette photo (due aux hasards du numérique, mais dont je suis déjà assez content), il devrait y avoir, avec un peu de chance, un sublime dessin de Sat, dont je vous encourage par ailleurs à visiter les deux très beaux sites, JUNGLECOOKIE (Blog) & JUNGLECOOKIE : LE SITE.

    De son point vue, la police utilisée (inspirée de X-FILES) n'est pas assez sobre. Moi, j'aime beaucoup, je la trouve originale tout en restant lisible, ce qui n'est pas toujours évident. Je compte sur vous pour donner votre opinion (bouton COMMENTS ci-dessous, mais bon, j'ai tellement l'impression de parler dans le vide, des fois)...

    Libellés : ,

    jeudi, décembre 07, 2006

    MAGNIFIQUE !

    Il y a des jours où la routine – l’odieuse routine, comme la stigmatisait sans cesse Alphonse Allais – semble tout noyer dans une grisaille pas forcément ennuyeuse, mais disons sans surprise ; et il y a des jours, plus rares (mais c’est bien sûr ce qui fait aussi leur prix), où plus rien ne se passe comme prévu, et avec un peu de chance, ces jours-ci sont des instants de pure magie qui illuminent non seulement la vie quotidienne, mais même la vie tout court, tout simplement.
    Je vous raconte :
    1) Tout d’abord, bien sûr, ce fameux concert des musiques traditionnelles d’Afghanistan, avec lequel j’avais déjà fait saliver pas mal dans gens dans mon article d'annonce, mais qui s’est révélé extraordinaire au-delà de toute mesure, avec trois musiciens d’une virtuosité, d’une musicalité et d’une humanité exceptionnelles. Tout ceux qui étaient présents ce soir ont eu la sensation d’assister à un extraordinaire voyage dans l'espace et dans le temps, transportés sur les hauteurs de Kaboul le temps d’une bonne heure et demie, et l’enthousiasme du public (parfois assez froid dans ce seizième arrondissement) était absolument à la hauteur !
    Mais faisons tout d’abord les présentations : à gauche de la scène, Maître Hemayoun Zafar au rebab (d’habitude, je n’aime pas trop utiliser ce mot un peu pompeux, mais la maîtrise absolue de ces trois musiciens le justifie à 300%) :

    Au centre, Maître Anwar Mohammad à l’harmouna (sorte de guide-chant proche de l’accordéon, le seul instrument non traditionnel du trio, introduit en Afghanistan il y a très longtemps par les missionnaires portugais), qui a en outre assuré avec brio presque toutes les parties vocales :

    Enfin, à droite, Maître Feraïdoun Miyahi aux tablas, absolument impressionnant de technique, de vélocité et d’inventivité dans son jeu (on ne saurait imaginer la centaine de sons différents capables d’être produits par ces deux seuls tambours) :

    Tout cela avec un mélange que j’adore (car cela peut aussi se produire – heureusement – dans notre tradition occidentale dite "savante"), 100% de concentration à son plus haut niveau, sans exclure une bonne dose de décontraction, de générosité, et même d’humour.
    Bref, un extraordinaire concert auquel je ne saurais trop vous recommander d’assister encore une fois, puisqu’il sera doublé le 12 & le 13 septembre à 21 heures au SATELLIT Café, 44, Rue de la Folie Méricourt, 75011, PARIS (sauf que là, il vous faudra débourser entre 8 & 10 €, en plus sans avoir de buffet, moralité : toujours écouter les conseils de Vincenttheone, LOL !). Car pendant ce temps-là, coincé dans l’un des exigus studios de répétition de notre cher petit conservatoire, le chef afghan passait son temps à nous mitonner avec les moyens du bord de fort bons petits plats à base de Keftas, d’aubergines & de riz basmati, qui ont vraiment été appréciés à leur juste valeur à la sortie du concert :

    Et toujours cette façon traditionnelle de remercier en mettant la main sur le cœur, je n’y peux rien, ça m’émeut à chaque fois (car il est rarissime que ça n’ait pas l’air sincère) :

    Un dernier petit mot pour souligner l’extraordinaire travail de lutherie avec ce détail du rebab (enfin non, j’ai aussi quelques petites notes purement musicales à rajouter, mais comme elles ne vont pas forcément intéresser les non-musiciens, je me contente de les mettre en lien ici) :

    2) Attention, ce n’est pas fini ! Car comme si cela ne suffisait pas comme émotions pour une seule soirée, voici que de façon tout à fait inattendue et un petit peu improvisée au dernier moment, j’ai également fait ce soir la connaissance POUR LA TOUTE PREMIÈRE FOIS DE TOUTE MA VIE (mais bon, y pas d’âge, hein ?) d’une personne préalablement connue sur Internet – et je nous vous parle pas là de sites de rencontres comme Meetic ou autres, mais tout simplement d’une collègue bloggeuse dont je vous avais fait l’éloge il y a très peu de temps, la fameuse Sat ! (Ccil, désolé, ce sont les hasards de la vie & de la géographie, c’est comme ça… ce qui ne veut pas dire que cela ne me ferait pas plaisir aussi, de te rencontrer un jour !).
    Alors, comment résumer l’expérience ? Et bien, c’est assez simple, en fait… Bien que nous connaissions plus au moins nos visages via nos sites (vu que ni elle ni moi ne cachons vraiment notre identité), nous avions deux petits "verrous" de sécurité : j’avais de mon côté annoncé que je serai en Buffalos – en hiver, pas vraiment un "scoop", même si c’est actuellement plutôt le printemps -, et face à ses craintes (injustifiées) face au public du seizième, je lui avait absolument déconseillé de changer quoi que ce soit à son look vestimentaire, et d’arriver vraiment "nature", comme elle aime à s’habiller d’habitude (et j’adore, d’ailleurs, soit dit juste comme ça en passant, et les Afghans – LOL ? – ont bien kiffé ses bottines militaires !).

    Donc, petit tableau : à 19h25, le vioque quelque peu décrépi en Buffalos (that’s me) fume sa dernière clope devant le conservatoire, lorsque débarque, l’air visiblement pressée, une jolie "punkette" de la moitié de mon âge, et curieusement, on s’est instantanément reconnus (je ne sais plus qui en premier, je dirais plutôt elle, mais je n’en suis même plus sûr, maintenant)…

    D’habitude, je suis quelqu’un qui ne m’angoisse pas pour grand-chose, mais là, j’avoue, j’étais – disons à 30% – un tout petit peu anxieux (normal, lorsqu’on expérimente quelque chose pour la première fois de sa vie, non ?). Et bien on s’est vus, on s’est reconnus, on s’est fait la bise, et alors là, curieusement, toute l’appréhension a disparu en un éclair, j’avais l’impression qu’on était de vieux potes (enfin bon, j'exagère, c’est surtout moi qui suis vieux, dans l’histoire, pas elle !), bref, c’était simple, cool, facile, sans histoire, agréable, détendu, etc…

    Pour les gens qui croient dur comme fer à l’astrologie (la réelle, pas celle des journaux), c’est vrai qu’on n’a pas non plus pris des risques énormes : une bélier ascendant lion avec un verseau ascendant balance, ceux qui connaissent me comprendront !
    Ce qui était super cool, c’est qu’elle a vraiment eu l’air de prendre son pied à ce concert (il faut dire qu’honnêtement, il faudrait être de marbre pour ne pas craquer devant ces musiciens de génie), donc du coup, je n’ai même pas eu à me culpabiliser en me disant : "merde, si ça se trouve, je l’ai invitée à un truc qui va l'emmerder, trop con !"… Et en prime, elle a aussi sympathisé avec ma grande amie Charlotte, qui doit figurer quatre ou cinq Posts plus loin sur ce BLOG, souvenez-vous…
    Bref ! Des journées et des soirées comme ça, on en redemande, en résumé… Un grand merci à Jocelyne Dubois, Mathilde Creixams et Laure Warnery pour nous avoir offert ce pur moment de bonheur absolu, et bien sûr un immense merci au trio Mohammad Zafar, trois "vrais" êtres humains doublés d’absolus professionnels, la très grande classe, en résumé !
    Allez, un dernier pour la route (genre Privat Joke, ne cherchez pas à comprendre, seuls les internautes drogués comme moi y parviendront peut-être) : Ccil, regarde bien, Sat et moi, on a quand même eu une pensée émue pour toi, ma belle :

    Héhé… Chacun son tour !

    Si vous avez raté cet évènement exceptionnel (le concert, veux-je dire), tout n'est pas perdu. Vous pouvez encore saisir votre chance les 12 & 13 décembre au Satellit Café, 44, rue de la Folie Méricourt, 75011, à 21h (01-47-00-48-87, entrée : 8/10 €), ainsi que le 15 décembre au Djam Café, 3, rue Beaurepaire, 75010 à 20h30 (01-42-45-11-70, participation libre, et vente toute la journée d'artisanat afghan). Il y a également quelques concerts prévus à Rouen et à Tours, toutes les infos sur le site de l'association Darah-Afghanistan.

    By the Way : le nouveau Programme TV pour les prochains quinze jours est d'ores et déjà disponible !

    Libellés : , , ,