À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mercredi, juillet 12, 2006

    DEUX CONCEPTIONS DU TEMPS...

    Pour faire bref (j'ai du mal, mais je vais me forcer) :
    1) J'ai reçu, aujourd'hui même, une jolie carte de la République Dominicaine portant le tampon officiel : 3 juillet 2006. Vu que j'avais une bonne copine à moi qui était dans ces parages enchanteurs vers le mois d'avril, je me suis bêtement dit : "Bon, ça a vraiment dû lui plaire, pour qu'elle y retourne deux fois de suite" !
    Et bien non, que nenni, que nenni ! C'était bel et bien la carte qu'elle m'avait envoyée en ce mois d'avril, qui a donc dû tranquillement roupiller au fond d'un placard pendant près de trois mois, jusqu'à ce qu'un employé des postes particulièrement zélé se dise : "Tiens, au fait, ça ferait quoi si on mettait un tampon sur tous ces trucs, pour changer ?... Oui, merci, encore un petit rhum... et bien dosé, cette fois !".

    Et là, suprême ironie tout de même (si vous regardez attentivement le timbre) : "Expresso Correos", "Mail Prioritaire", "Par Avion" !!! Le courrier normal, c'est quoi, là-bas : un an... ou deux ?

    Moi, je vous le dis : que peut-on attendre de ces gens qui ne savent même pas mettre les accents au bon endroit, hein ?
    2) Seconde anecdote (pour la route) : me trouvant l'autre jour chez mes cavistes et amis de chez NICOLAS - la maison qu'on ne présente plus -, je vois entrer un petit vieux un peu voûté (mais sans plus), habillé de façon assez étonnante pour la saison en costume vaguement Sherlock Holmes, genre tissu écossais et chapeau.
    - Pouvez m'mettre un p'tit Sauvignon ?
    - Mais bien sûr, Monsieur.
    - C'est combien ?
    - Quatre quatre-vingt dix, Monsieur.
    Et l'homme, dans un geste de confiance aveugle, de tendre son porte-monnaie afin qu'Hélène, la caviste, donc, y sélectionne son exact pécule.
    Sortie du Sieur en question (je le précise, sans canne, sans lunettes ni sonotone) sous mes yeux assez médusés, à la fois par le personnage et le costume, et là, je dis à Hélène :
    - C'est dingue ! J'ai l'impression de me retrouver dans un film d'Hitchcock des années cinquante...
    - Attends, Vincent (tout le monde sait que je m'appelle Vincent, maintenant, donc inutile de le cacher davantage), tu sais quel âge il a ?
    - (blanc)...
    - Cent un ans !!!
    - (reblanc)...
    Là, je suis quand même sorti du magasin complètement halluciné. Je crois même que c'était la première fois que je croisais quelqu'un qui avait dépassé le siècle (né en 1905, donc, qui a connu la première guerre, vu la naissance du cinéma, de l'aéronautique, de la télévision, bref, j'en passe !), et ma foi, il se tenait plutôt très bien, je lui aurais donné 70 ans à tout casser !
    En tout cas, j'ai une élève (ma doyenne) de 86 ans qui marche moins vite que lui...
    Moralité N°1 (qui, grosso modo, est celle des premiers mots du générique fin de Barry Lindon de Kubrick) : on croit que toutes ces choses sont importantes (recevoir une carte postale très rapidement, arriver à l'heure à un rendez-vous, répondre aux messages Internet le plus rapidement possible), mais en résumé, une fois mort, tout le monde s'en contrefoutra aussi bien que si elles n'avaient jamais existé.
    Avec cette différence que les Dominicains l'ont déjà intégré dans leur mode de vie, tandis que nous autres pauvres abrutis d'occidentaux allons continuer jusqu'à la fin de notre existence à penser que tous ces détails étaient vraiment fondamentaux...
    Moralité N°2, peut-être plus prosaïque : pour vivre vieux, buvez du Sauvignon (personnellement, je ne raffole pas, mais ça a l'air de marcher, looool) !!!
    Voili, voili, voilà... Normalement, ce Post hautement philosophique devrait être ma dernière connerie sur Internet, avant que je ne me consacre à des activités autrement plus édifiantes, comme : visiter VRAIMENT Innsbruck (ce que je n'ai jamais vraiment pris le temps de faire), marcher, marcher et encore marcher, et bien sûr déguster la fameuse Heffeweizen, la meilleure bière du monde, comme chacun sait !

    Bonnes vacances à toutes et à tous !

    Libellés : ,

    mardi, juillet 11, 2006

    REEBOK VS BUFFALO !

    Le problème, lorsqu'on doit partir en montagne pendant deux mois, et que l'on possède suffisament de paires de baskets pour pouvoir en changer tous les jours pendant presque un trimestre (sans jamais retomber sur la même), c'est le choix, bien sûr !
    L'année dernière, j'avais opté pour les fameuses Buffalos "flammes" (2410-57), mais today, à la veille du départ, je me suis souvenu du confort et de la légéreté des fameuses Freestyles de Reebok. Et comme en montagne, le principal critère, c'est le poids, j'ai testé pour vous :

    Buffalo : 850 grammes.

    Reebok : 650 grammes (j'ai pu retirer les deux petits poids de 100 grammes que vous pouvez voir devant le plateau de droite). Donc, comme on dit, "il n'y a pas photo" (même s'il y a, en l'occurence), car mine de rien, c'est avec de petits détails comme celui-ci qu'on arrive à "construire" un agréable sac à dos (10 kilos)...

    Inutile de préciser que les fameux modèles Classics de chez Buffalo (les compensées de 6,5 cm, 1348-14 et 2003-14) sont définitivement hors concours, avec leur poids de 1,6 kilo !!!

    Libellés :

    lundi, juillet 10, 2006

    BUFFALOS D'ÉTÉ

    Et voilà ! Juste avant de partir en vacances en Autriche, une dernière bonne petite "pêche" sur eBay.de (Allemagne) que je viens de recevoir aujourd'hui même, ces superbes "Clogs" (comme on dit par là-bas) quasi-neuves pour seulement 10€, là, je ne suis pas mécontent de moi, sur ce coup, lol !


    Une chose intéressante à mentionner si vous consultez ce site (où les offres Buffalo sont environ dix fois supérieures à eBay.fr), c'est qu'à l'exception d'un vendeur PayPal (le rêve... Si vous n'êtes pas inscrit(e)s, faites-le tout de suite, ça ne coûte absolument rien, c'est sécurisé à 200%, et ça facilite bien des échanges), vous allez devoir composer avec des frais de virement avoisinant la dizaine d'Euros - merci l'Europe ! - de sorte qu'un simple achat comme celui-ci peut vite vous revenir à trente Euros, puisque bien sûr il faut rajouter les frais de port, non négligeables avec ces chaussures relativement lourdes !

    Je vous donne donc ma tactique pour ce qu'elle vaut (jusqu'ici, ça a toujours marché) : faire un gentil mail au vendeur, en lui proposant de lui envoyer directement un billet de 10, 20 ou 50€ selon l'achat (quitte à arrondir), et surtout en précisant que ce n'est pas la première fois que vous le faites, et que jusqu'alors, il n'y a jamais eu le moindre problème. Les allemands étant des gens plutôt honnêtes et sérieux, ils acceptent la plupart du temps (j'ai dû essuyer un seul refus, je crois), et surtout ne tentent jamais de vous faire croire qu'ils n'ont jamais reçu la précieuse enveloppe avec le précieux billet. En outre, au cas où vous auriez peur de la barrière linguistique, il faut savoir qu'ils parlent quasiment tous un excellent anglais de communication, donc : n'hésitez pas !

    Mine de rien, ça vaut le coup :

    Sans compter que celles-ci, je vais pouvoir vous les ressortir au moment du père Noël, lol !

    Libellés :

    samedi, juillet 08, 2006

    "J" MOINS 4 !!!

    Voili, voili, voilà... Après une bonne petite soirée sympa entre deux de mes grandes élèves bien-aimées, F*** et S*** (parce qu'il ne faut pas croire, malgré mon niveau, j'ai aussi des élèves "mal-aimées", et c'est beaucoup moins drôle, lol !), je me prépare à mon orgie annuelle de randonnée, indispensable à ma santé physique & mentale, vu que je ne fais pas le moindre sport dans l'année...
    D'habitude, je suis plutôt très lent à démarrer, autrement dit, j'attends de me faire "ièch" à mort parce que tous les potes sont déjà barrés, et que la chaleur devient vraiment insurmontable, alors là, oui, je me décide enfin à aller à la gare prendre un billet de train... Mais cette année, grâce à Internet, c'est un peu différent : un soir d'ivresse un peu poussée, j'ai "booké" mon vol sur Innsbruck pour le 14 juillet, et vu le tarif des annulations, je suis obligé de partir, c'est ce qu'il me fallait, en fait (un bon gros coup de pied au cul, en résumé) !
    Souvenirs, souvenirs : au moins cinq ou six ans que je n'ai pas fait de montagne en Autriche (Oesterreich), malgré des conditions d'hébergement idéales : refuges ressemblant plus à des hôtels qu'autre chose, peuple très accueillant et sympathique (mais j'ai ouï dire qu'à Vienne (Wien), c'était assez différent, et plutôt "froid", dans l'ensemble), et surtout, surtout, la meilleure bière du monde, là, même les belges et les japonais peuvent aller se rhabiller (et Dieu sait que je n'aime pas la bière, normalement !) devant la suprématie ABSOLUE de la divine - et je pèse mes mots (hein, S*****, je "pèse" mes mots) - la divine HEFFEWEIZEN (que l'on peut parfois trouver, sous la marque FRANCISKANER, dans les hypermarchés genre Leclerc, ou Auchan) :

    Le truc cool, par rapport à ce que j'avais annoncé dans le Post suivant, c'est que pour 220€, on gagne en réalité une étoile de plus, autrement dit : Vol + Transfert + trois nuits dans un ****, et non un *** comme je l'avais cru tout d'abord... Et vu la qualité de l'hôtellerie en Autriche (où la propreté est au niveau de la Suisse et la taille des chambres au niveau de l'Allemagne), là, je m'attends carrément à une quasi suite de presque 100m2, avec piscine, sauna, etc...
    Le truc moins cool, par contre (toujours sur Promovacances), c'est qu'en sus des 220€ annoncés, il y a des frais de dossier et une (monstrueuse) taxe d'aéroport d'environ 100€, sans parler du supplément chambre inviduelle d'environ 40€, ce qui double (presque) assez vite la facture...
    Mais bon, je ne râle pas... Surtout comparé au passé, où le vol seul Paris Innsbruck valait dans les 600€, donc... je me dis, en gros : trois nuits d'hôtel GRATOS en quatre étoiles, c'est plutôt cool, quoi !
    Alors bon, voici le plan (au propre comme au figuré) : vu qu'à mon âge vénérable, j'ai déjà arpenté une très grande partie de l'arc alpin, plutôt que de revenir sur mes pas, je me suis dit qu'essayer de nouvelles choses ne serait pas mal non plus.

    Donc, donc, donc... (héhé, Satomi-chan !)... Si tout se passe bien, voici la route prévue (les cinq cercles, du Nord au Sud, représentent successivement Innsbruck, Cortinna d'Ampezzo - la ville la plus chère d'Italie, pire que Zermatt ou Chamonix, autant dire que je vais essayer de la zapper -, le lac de Côme, autrement dit le "paradis" sur cette terre, peut-être le plus bel endroit de tout ce que j'ai pu voir dans ce monde (et j'en ai vu pas mal, croyez-moi !), ensuite Milano, sans doute pas la plus belle ville d'Italie, mais je suis un "fan" inconditionnel de la cathédrale, qui reste pour moi LA cathédrale absolue, sublime, bref, à mes yeux, la plus belle de toute l'Europe (bien qu'en fait, elle soit assez bâtarde, ayant été construite sur plus de huit siècles, et péniblement achevée autour du XIXème, mais je l'adore, je la trouve absolument sublime !) :

    Et pour finir Torino, d'où je vais prendre le train pour rejoindre mon grand ami G*****, gardien frontalier du refuge des D*******, dont bien évidemment je vais éviter de faire la pub, vu que ce refuge se trouve presque tout l'été en état de saturation chronique (et ça fait "ièch" de la mort, quoi !)

    Lors donc... Durant toutes mes pérégrinations (RHOOH, j'adore trop employer des mots rares que plus personne ne comprend, because SMS !), je m'attends donc à découvrir :

    1) Les Karwendel Gebirge :


    2) Les TuxerAlpen :


    3) Mon rêve inachevé depuis que j'ai découvert le côté absolument "sublime" des Dolomites du Nord, explorer un tout petit peu celles du Sud, et notamment le Pelmo, montagne mythique absolument magnifique :


    4) Et bien sûr, dans le même ordre d'idée, la fameuse "Civetta", que je ne connais pas encore :


    Et après, je me rebarre chez mon pote qui est le gardien du plus beau refuge du monde, mais vu la saturation, ne comptez-pas sur moi pour vous en donner l'adresse...

    Dommage que vous ne saurez jamais où il se trouve, hé hé !

    Libellés :

    vendredi, juillet 07, 2006

    COUPÉ DU MONDE

    E VIVA ITALIA !!!
    VOLA LA SQUADRA AZZURRA !!!

    (Update du 9 juillet, car malgré sa date factice, ce Post est là depuis le premier juillet, au bas mot). Et voilà, je l'avais bien prédit, non pas que ça me remplisse de joie, mais il faut savoir être "sportif", justement, et au moins, je vais donc pouvoir tranquillement passer une bonne partie de mes vacances en Italie, sans passer mon temps à me faire insulter à chaque fois que j'aurai à montrer ma carte du Club Alpin français.

    Par contre, ce qui était absolument impossible à prévoir, c'était le vilain coup de colère de Zizou (la vidéo à voir chez Walden, au lien J'M'EN FOOT!) :

    Pour ceux que ça intéresse, mes commentaires (et leurs liens profonds avec la musique, si, si, je les conseille même tout particulièrement à mes élèves) sont à lire ici.

    Libellés : ,

    DE OUF !

    (Thanks, Val, for the tittle, lol !)..
    Bon. Je ne me souviens plus comment j'ai découvert ce site, mais en concurrence assez serrée avec Bonjour America ! et Zazon qui se tirent la bourre actuellement (sans parler du cultissime Angry Alien Productions, (comme vous le savez déjà, les plus grands films du monde résumés en trente secondes par des lapins de bande dessinée), c'est de très loin le vlog (N.B : Blog-Vidéo, pour les non-g33ks, relol !) le plus allumé du moment : Le Monde de Walden, à l'adresse :
    (Ça me semble d'ailleurs super bien, cet éditeur (over-blog), vu que ça a l'air assez facile de poster de la musique ou des vidéos, ce qui reste malgré tout assez compliqué sous Blogger, le mien)...
    Bref ! Le Monde de Walden, c'est assez géant, quelque part, vu que d'une façon générale, on y trouve toutes sortes de vidéos complètement allumées, du genre Gérard Magix, un nouveau magicien français! :

    Et même encore mieux (à mon avis), Mieux que David Copperfield ! :

    Quelques belles petites chansons également, comme cette reprise du tube de l'abbé Pierre par le petit Nicolas, ça vaut le détour, Deux grands de la chanson française ! :

    Mais, mais, mais (comme sur mon Blog, dois-je le dire sans la moindre modestie) : il n'y a pas que de la déconne, il y a aussi des infos et des vidéos VACHEMENT sérieuses (voire flippantes), telles que celle-ci, par exemple, Relativisons nos problèmes ! (全部は日本語で、本当に!RHOOH, tu vois bien que c'était pas du russe, sur ce coup, Mr Walden !) :

    Ce qui est particulièrement génial dans cette vidéo (et malheureusement, je pense que seuls les "japonisants" apprécieront l'ironie de la chose), c'est que la voix de la fille pour relater cette "TOTAL KATASTROF" est exactement la même que s'il s'agissait d'une "pub" pour un nouveau rouge à lèvres, ou une nouvelle marque de maquillage, LOOOOL !

    Bref, allez-y faire un tour, ça sera de toute façon bon pour votre santé mentale, puisque que d'après les toubibs (en lesquels je n'ai par ailleurs nulle confiance), rire plus de huit minutes par jour augmente de façon considérable la longévité, lol ! Là, je crois que je suis blindé, sur ce coup, et malgré la clope et l'alcool, je vais donc encore vous surprendre en "bloguant" passé les cent ans... hé hé !

    Prochain Post à venir avant la clôture des vacances : un Post où je vous donnerai mes meilleures adresses de Blogs et de Sites, afin que vous ne tiriez pas une balle dans la tête du simple fait d'être coincé à Paris (alors que la nature est si belle, merde, quoi, alors...) !

    Libellés :

    FAICHE, FAICHE...

    Bon, bon, bon... Comme tous les ans à la même époque, la chaleur devient harassante, presque tous les amis sont partis, et pour tout dire, je commence un peu à me faire ièch, en résumé... de sorte que je ne vais pas tarder à me barrer en Europe centrale (Oesterreich), comme dit dans le Post précédent.
    En attendant, histoire de "meubler" pour les pauvres parisiens coincés ici, je vais vous faire visiter ma maison, je sais, ça n'est pas très passionnant, mais ça vous donnera au moins une petite idée de mon style (car j'ai TOUT fait Me, I & Myself, des faux marbres jusqu'aux mosaïques) et de ce que j'aime (en résumé : Versailles, Versailles, et encore Versailles).
    Tout d'abord, mon grand salon principal (où je passe souvent la moitié de la journée sur cette grosse bêbête noire) :

    Ensuite, ma salle de bains chérie (où je ne fais pourtant que des passages éphémères, lol !) :



    Avec cette fresque à la con imitée de Tiepolo, qui a bien dû m'handicaper le bras droit durant deux semaines, après coup :

    Passons ensuite à la seconde pièce, celle - stratégique - d'où je conçois ce Blog, environné d'instruments du monde entier et de tableaux peints par Feu ma mère :



    Je glisse sur ma chambre à coucher, imprésentable...
    Par contre, un petit mot sur les toilettes, basées sur une copie de la fameuse "mosaïque des poissons" de Pompéï, jamais je ne me serais lancé là-dedans si j'avais su que ça demanderait autant de temps (après coup, je pense même que ça aurait été plus rapide de le faire en "vraies" mosaïques, plutôt qu'en "trompe-l'oeil" comme je l'ai fait, pour tout dire...)


    Et pour finir, la pire pièce de la maison, la cuisine de 4m2 à tout casser, dans laquelle j'essaye malgré tout de réaliser - pas toujours avec succès, hélas ! - des plats de "grands chefs", ce qui reste souvent acrobatique dans un aussi petit espace, lol ! :


    Bon, OK, j'avoue : c'est pas très captivant, mais c'est comme ça...

    Ambiance : genre, le mec, il va bientôt se tirer en vacances, et il ne sait vraiment plus quoi raconter comme conneries, en résumé...

    Sinon, juste comme ça, pour rire : c'est à peine l'envol des vlogs (N.B : vidéo-blogs) qu'ils en sont déjà à se faire des "cross-overs" entre les deux plus allumés du moment, Bonjour America ! et Zazon (enfin, pas tout à fait, parce que pour que ce soit un vrai "cross-over", il faudrait aussi que Vinvin apparaisse chez Zazon, mais ça va sans doute venir, lol) ! Plus un troisième que je viens de découvrir, Le Monde de Walden, ne loupez pas la vidéo intitulée : "Mieux que David Copperfield !".

    Bonnes vacances à toutes (et à tous) !

    Libellés :

    jeudi, juillet 06, 2006

    100% CINÉMA

    Bon, je viens de passer près de 6 heures d'affilée (six !) à m'exploser les yeux afin de créer ce nouveau site, LE CINÉMA DE VINCENT, à l'adresse :
    sur lequel je vais désormais archiver tous les Posts en provenance de MOVIES, MONTAGNES, MUSIQUES (& BUFFALOS !) dédiés EXCLUSIVEMENT au CINÉMA, légèrement réécrits pour la circonstance, afin d'en éliminer tout aspect factuel ou trop lié à l'actualité...
    J'espère que les cinéphiles seront ravis, et qu'ils n'hésiteront pas cette fois-ci à conseiller ("faire tourner", comme on dit maintenant) ce nouveau Blog auprès de leurs ami(e)s également cinéphiles...

    Libellés : ,

    mercredi, juillet 05, 2006

    DOLLS !

    Ma petite japonaise chérie vient à peine de repartir de la maison (enfin, quand je dis "petite", ce n'est pas tout à fait exact, elle est même plutôt grande, en fait, et avec des hauts talons comme décrits récemment sur SNEAKERS & BUFFALOS, quasiment aussi grande que moi, 1m72, lol !), après que nous ayons vu ensemble un splendide film prêté par l'une de ses amies : DOLLS (2003), de Takeshi Kitano (ou "Beat" Takeshi, ou encore Kitano Takeshi, si vous êtes Japonais(e)).
    Un film magique, au même titre que HANABI ou ZATOICHI (voir, à ce sujet, l'article BEAT), mais articulé cette fois autour d'un principe cher à Robert Altman - notamment dans les très brillants THE PLAYER et SHORT CUTS -, la coexistence fluide et aérienne de trois histoires d'amour simultanées, qui bien sûr, on connaît le bonhomme, à force, vont toutes finir de façon tragique.
    Et pourtant, la plupart de ses films ne sont pas dépourvus d'optimisme, bien au contraire ; mais leurs fins désespérées laissent à penser que l'auteur, tout comme Shakespeare ("It's a tale told by an idiot, and signifing nothing...", MACBETH, si je me souviens bien), semble considérer l'être humain dans son ensemble comme une sorte de marionnette balayée au gré du destin, telles ces poupées du Bunraku qui ouvrent magistralement le film (N.B : le Bunraku est une forme de théâtre très prisée à Osaka, proche du Kabuki, sinon que les acteurs en sont des marionnettes - avec les manipulateurs non cachés, mais ceci s'oublie très vite ! - et qu'un unique chanteur récitant interprète à lui seul tous les rôles, à ne pas manquer dès que la troupe repasse par Paris, retenez donc bien ce mot, Bunraku) :

    Les amants réunis par la "corde rouge des clochards" (kojiki no nawa, 乞食の縄, désolé, j'ai investi 99$ dans mon traitement de texte japonais, il faut bien que je le rentabilise, maintenant, lol !) sont en route vers leur destin :

    Comme toujours chez Kitano (qui à ses heures, outre acteur, présentateur, réalisateur, manie également très bien le pinceau, souvenons-nous des tableaux de HANABI), le film n'est pas avare de séquences sompteuses, magistralement cadrées, et souvent aux limites de l'onirisme :



    Il est vrai que ce n'est pas tous les jours que l'on peut voir un poisson s'habiller en kimono, lol !


    Et pour conclure, les fameux érables de Takao à l'automne, recensés parmi les "merveilles" du Japon au même titre que la floraison des cerisiers (Sakura, 桜) au printemps, et ceci dès la littérature médiévale (par ex : 清少納言,枕の草子 : Sei Shônagon, NOTES DE CHEVET (1183), éditions Gallimard / Unesco).

    L'une des choses qui m'a frappé dans ce film (à nouveau, devrais-je dire, car la même idée m'était déjà venue à l'esprit dans certains plans de HANABI et de ZATOICHI), c'est la filiation avec la grande tradition chinoise, puis japonaise, de la peinture "sansuiga" (山水画, littéralement : peinture d'eau et de montagnes), dans laquelle l'homme, bien que souvent présent, occupe toujours une place microscopique au sein de la nature (le moine minuscule, dans la maison en bas à gauche) :


    Il est clair que là, c'est la nature elle-même qui est le principal acteur du film. En même temps, la filiation peut être double, puisque ce genre de plans existait déjà chez un pionner du cinéma, Sergueï Einsenstein (notamment dans IVAN LE TERRIBLE, 1944).

    Bref, du cinéma brillant, inventif, audacieux, sublime visuellement, remarquablement interprété... du cinéma sans grands moyens ni gros budgets, en résumé : du cinéma comme on aimerait en voir plus souvent dans un petit pays comme le nôtre, qui après en avoir inventé le concept (cocorico !) semble depuis longtemps en avoir oublié l'esprit.

    BUY THIS DVD !!!

    この DVD 買いてくださいよ !!!

    Libellés : ,

    mardi, juillet 04, 2006

    VRAIMENT DUR !

    Ben oui, le coréen, c'est vraiment dur, voire très dur (je m'y attendais un peu, en fait...).
    La bonne nouvelle, comparé au Japonais, c'est que l'écriture est très facile, pour tout dire, j'ai eu besoin de deux trois journées pour la maîtriser, guère plus :

    Bon. Après, il va me falloir un ou deux mois pour tout bien mémoriser, mais finalement, c'est vraiment facile (le plus étonnant étant que cet alphabet, contrairement aux nôtres, ne sort pas de la "nuit" des temps, mais a bel et bien été créé et inventé de toutes pièces par le Roy Sédjong (1419-1450), c'est assez incroyable, quelque part...).

    Bon. Par contre, la grammaire est très difficile, comme en Japonais (suffixes de sujets, spécificatifs numéraux, inversion verbale systématique, etc.) mais très proche, quelque part... donc, on va essayer de s'habituer, car en même temps, les structures sont très similaires. Ainsi que les (très) beaux paysages, ce qui est plutôt rassurrant :

    Pann-gap-sseum-ni-da !!! ("Enchanté", ou encore : "Soyez le bienvenu !").

    Libellés :