À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mercredi, mai 31, 2006

    PARENTHÈSE

    Juste pour le "fun"...
    Avec l'arrivée de l'hiver (LOOOOL !), il a bien fallu hélas se résigner à remiser les pantacourts au placard pour ressortir les bons vieux jeans bien chauds. Du coup, je me suis refait ce vieux délire, qui me prend de temps en temps lorsque plus personne ne s'étonne de mes Buffalos, et ça marche !

    Et quand je dis "ça marche !", je veux dire par là qu'il y a dans cette asymétrie quelque chose de vaguement "contre nature", qui fait presque automatiquement se détourner les regards (ou, au contraire, les attire, c'est selon)...

    Les Reeboks (mon modèle préféré avec les FREESTYLE HIGH, les célèbres CLASSIC DUBBLE) sont faciles à trouver ; pour le jean en revanche, il vous faudra le customiser vous-même comme un grand : l'une des pattes dans l'évier (largement) arrosée d'eau de javel pendant un quart d'heure, rien de bien sorcier, donc...

    Osons, osons (c'est ma devise) !!!

    Libellés : ,

    lundi, mai 29, 2006

    AU FOU !!!

    Chers élèves et parents d'élèves... J'espère pour vous que vous avez eu le temps et le loisir de télécharger les photos de vos enfants figurant autrefois sous le Post CONCERT, car je me suis vu récemment quelque peu contraint de les enlever, et savez-vous pourquoi ?
    Et bien, d'une part, parce que je risque d'être accusé, sinon de pédophilie, du moins de publication de photos d'enfants sur le Web (j'hallucine total, sur ce coup, là... vu qu'il me semble que les quelques rares "mineures" du groupe reconnaissables sur les photos, à savoir Bérengère, Raphaëlle, Constance & Ingrid, me paraissent être en tenue tout à fait décente, je ne vois pas en quoi cela pourrait intéresser le moindre pervers de ce genre)...
    D'autre part (RHAAH, les joies de la bureaucratie !), avant de publier des photos telles que celles-ci, j'ai récemment appris que j'étais normalement censé, plusieurs semaines à l'avance, demander un formulaire à la Ville de Paris, contresigné par ses représentants, et contresigné ensuite par chaque parent d'élève, genre : "Je soussigné XXXX, autorise Mr V.L à prendre des photos de mon enfant lors du concert du tant, et à les publier sur son site Web".
    Bon. Il faut qu'une chose soit bien claire : moi, je ne fais tout ça que par pur amour, amour de la musique, amour de la scène, et aussi amour des enfants, je crois que vous en êtes toutes et tous bien conscients, sinon, vous ne me feriez pas confiance depuis toutes ces années, n'est-ce pas ?
    Ceci dit, je peux encore après tout publier des photos du concert dans ce genre tout en restant dans un cadre légal (du moins je l'espère, tout en ayant un léger doute sur le "politically correct" des jambes nues à gauche ?) :


    C'est sûr que c'est très joli, vu comme ça, ça plairait d'ailleurs sûrement beaucoup plus aux parents, j'en suis sûr, surtout la dernière avec son petit côté SLEEPY HOLLOW bien sympathique... (On attend impatiemment la condamnation pénale des traditionnelles photos de classe groupées en fin d'année dans les maternelles, LOL) !

    Alors bon. On essaye de faire des choses sympathiques, créatives, et surtout, dignes du XXIème siècle (publication immédiate sur le Web des photos et de certains morceaux du concert), et on se retrouve confronté à des carcans juridiques dignes de Napoléon...
    Bref, j'hallucine, là, sur ce coup...
    On se dirige là vers des dérives juridiques à l'américaine, et ça ne sent pas bon du tout, si vous voulez mon avis...
    Alors si ça doit continuer de cette façon, le résultat, c'est que l'année prochaine je vais recommencer à faire "pèpère" ma petite classe de F.M chanteurs, sans le moindre projet dans l'année, et tant pis (ou tant mieux ?) pour tout le monde...
    On a déjà environ 500 ans de retard sur l'Allemagne concernant la musique de chambre et le chant choral, et il est bien certain qu'avec de telles politiques, c'est très mal parti pour s'arranger...
    Alors bon, moi, au bout d'un moment, je vais finir par baisser les bras, à force de lutter contre des archaïsmes tellement ancrés qu'ils semblent naturels (autre exemple : les pseudos contrôles de fin d'année sans jurys externes, qui reviennent en gros à demander aux profs de telles ou telles élèves ce qu'ils pensent de telles ou telles autres ! Stérile de chez stérile, à mon sens, mais bon... Il reste encore des amateurs, allez savoir pourquoi ?).
    Dernière réflexion que m'inspire ce consternant état des lieux : à ma connaissance, on n'a jamais vu Madonna ou Britney Spears refuser de se laisser photographier avant, pendant ou après un concert (bien qu'on les ait vu faire des procès à des "paparazzi" pour intrusion dans leur sphère privée, ce qui est tout autre chose).

    Qu'un obscur comptable n'admette pas avoir sa photo dans le journal, c'est une chose (qui correspond à son choix de vie, va-t-on dire) ; mais quand on choisit un métier public, quand on aime avoir du public et qu'on recherche le contact avec le public, alors il faut en assumer les conséquences jusqu'au bout (photographies, vidéos, enregistrements, forums sur le Net, etc...). Je ne dis pas que cela soit forcément facile (d'ailleurs, je suis à peu près sûr que la vie des très grandes stars soit très loin d'être paradisiaque), mais cela fait partie du "deal", et il faut l'accepter comme tel, ou alors changer de métier. Et comme le disait à juste titre je ne sais plus quel personnage médiatique : "Peu importe que l'on parle de vous en bien ou en mal... L'essentiel, c'est qu'on en parle !" (voir à ce sujet le très récent procès du rappeur XXX - je ne fais pas de pub, désolé ! - mais qui de ce fait, tout comme Joe Starr il y a quelques années de cela, va certainement se retrouver projeté de ce simple fait au tout premier plan de la scène musicale française) !!!

    PLEASE, vous qui n'avez pas l'habitude de laisser des Comments sur ce Blog, réagissez pour une fois en direct, et dites VRAIMENT ce que vous en pensez... Si jamais une grosse tendance se dégageait (en faveur de la créativité plutôt qu'en faveur de la bureaucratie), ça serait déjà quelque chose à potentiellement opposer aux adeptes du CHÂTEAU de Kafka !!!
    Merci d'avance !

    Libellés : , ,

    jeudi, mai 25, 2006

    CHEF D'OEUVRE !!!

    On vient de m'offrir un DVD trop génial, malgré son titre innocent, CHARLIE ET LA CHOCOLATERIE, probablement l'un des plus grands Opus de Tim Burton, un régal absolu d'un bout à l'autre...
    Ayez pour moi une pensée émue (voire même de gratitude), car trop frustré d'avoir perdu mon logiciel WinDVD Creator en changeant de PC, j'ai tout de même dépensé la modique somme de 50€ pour me le réapproprier sur Télécharger.com, et je vais vous dire : je ne regrette rien, car c'est vraiment le plus puissant de tous les lecteurs existants, paramétrable dans tous les sens, et permettant en outre de faire des dizaines de captures d'écran "à la volée", ce que je n'ai jamais vu sur aucun des soi-disants "fabuleux" lecteurs multimédias disponibles gratuitement sur ce site (d'où mon investissement).
    Mais revenons à nos moutons : CHARLIE, c'est tout d'abord, au premier degré, l'histoire d'un pauvre petit gamin des faubourgs qui, contre toute attente, finit par concrétiser son rêve : faire partie des cinq heureux élus conviés à visiter la mystérieuse et très secrète chocolaterie de Willy Wonka (Johnny Depp), une usine tout à fait farfelue où, entre autres exemples, ce sont des centaines d'écureils dressés qui s'occupent du tri des noix :

    À lui seul, cet aspect des choses suffirait déjà à rendre le film intéressant et suffisament attractif pour nos chères têtes blondes toujours avides de friandises. Seulement voilà, ce n'est pas du Walt Disney, c'est du Tim Burton (BETTLEJUICE, MARS ATTACK, SLEEPY HOLLOW); et comme l'on pouvait s'y attendre, le film regorge de bonus cachés pour les adultes qui vont lire entre les lignes, à commencer par les quatres gamins qui vont accompagner Charlie dans son périple, stigmatisant à eux seuls les pires tares de l'Amérique (l'obésité, les concours de lolitas, les enfants gâtés, et les fondus de TV et de jeux vidéos) :




    Sans être à proprement parler une comédie musicale, ce film brille également par de savoureux intermèdes chantés et dansés (Danny Elfmann), revisitant de façon totalement déjantée un certain nombre de styles musicaux pour, à chaque fois, épingler et commenter l'une des quatre tares en question :


    Quant aux citations, elles sont nombreuses et réjouissantes. La plus savoureuse, celle de 2001 (je ne vous en dis pas plus, car elle vaut son pesant d'or) :

    En résumé : avec ou sans enfants, un film à voir absolument !

    Dans le Post suivant, et dans un genre radicalement différent, je vous parlerai d'un autre DVD totalement génial (comme le sont souvent les premiers films d'un auteur), SAW de James Wan.

    Là, par contre, il sera très fortement recommandé d'écarter résolument les enfants (voire même certains adultes un peu émotifs)...

    Libellés :

    mercredi, mai 24, 2006

    TRAUMATISANT

    Après Tim Burton, et (comme annoncé) dans un tout autre genre, l’arrivée d’un nouveau petit génie du cinéma indépendant, James Wan (né en 1977), qui avec son premier film SAW fait la preuve d’une maîtrise et d’une inventivité époustouflantes, puisque ce huis clos oppressant a été tourné en seulement dix-huit jours (j’hallucine, là !).
    Dans la digne lignée de premiers films célèbres tels que ERASER HEAD (David Lynch), PI (Daren Aranofsky) ou CUBE (Vincenzo Natali), le huis clos semble d’ailleurs être l’une des formes de prédilection des réalisateurs faisant leurs premiers pas dans le long métrage, bien sûr pour des raisons budgétaires évidentes, mais aussi probablement parce que cette forme resserrée et épurée permet de travailler le style en profondeur et sans effets inutiles (un peu comme le quatuor à cordes en musique, finalement).

    Postulat initial proche de celui de CUBE (les deux films d’ailleurs primés au festival de Gérardmer, et connaissant un succès populaire totalement inespéré au départ par les distributeurs) : deux hommes se réveillent dans une salle de bain, enchaînés chacun par le pied aux deux murs opposés de la pièce.
    Lemme (j’adore ce mot, d’une part parce que je crois ne l’avoir jamais lu ailleurs que chez Spinoza, d’autre part car il va obliger des tas de paresseux à sortir leurs dictionnaires, et ça, ça me plaît, lol !) : l’un des deux dispose de six heures pour tuer l’autre, Adam (N.B : Leigh Whannell, le co-scénariste du film), faute de quoi sa femme et sa fille seront exécutées.

    Sympa, non ? Car le "tueur", surnommé le "tueur au puzzle", n’en est techniquement pas un, selon les mots mêmes de l’un des personnages, puisqu’il ne se borne finalement qu’à placer des personnes soigneusement choisies dans des situations intenables, dont on peut se faire une petite idée avec les deux extraits suivants :


    Quelques "come-back" inattendus : celui de l’excellent Danny Glover, qui je crois n’avait plus tourné depuis sa dernière ARME FATALE, et encore plus surprenant, celui du masque du tueur, emprunté à un film déjà ancien de l’un des rois du "gothique" italien, j’ai nommé Dario Argento (LES FRISSONS DE L’ANGOISSE, 1975).


    Un film puissant sur la manipulation, le voyeurisme et la perversité de l’être humain… Certes, film d’horreur à n’en point douter, mais dans lequel le "thrill" (provoquer des frissons), contrairement à tant d’autres récents (THE RING, THE GRUDGE) s’avère moins une fin en soi que la conséquence de la démonstration presque philosophique d’une réalité humaine intangible, dans la digne lignée de films cultissimes comme LA MOUCHE ou ALIEN (celui de Ridley Scott, bien entendu). La fin du film, parfaitement imprévisible, mais d’une logique imparable, vous laissera totalement sans voix, ça, je peux vous le garantir… (mais ne vous précipitez pas sur les suites, car j’ai ouï dire que les "sequels" SAW2 & SAW3, d’un autre réalisateur, étaient en l’occurrence de la pure daube, tout comme le CUBE2, d’ailleurs) !


    Attention, Warning, Achtung, Kiotsukete : à moins de vouloir en faire des névrosés à vie, ne laissez jamais traîner ce DVD dans la maison à portée de vos enfants ! Le film était d’ailleurs interdit – à juste titre - aux moins de seize ans (ce qui est devenu très rare). Pour situer, disons qu’il faut au moins être capable d’encaisser de l’horreur visuelle à hauteur de SEVEN, et de l’horreur psychologique (pire !) au niveau de DOGVILLE – ce qui place tout de même la barre assez haut, mdr !
    Vous pourrez d’ailleurs vous en faire une petite idée en regardant la bande annonce sur Allociné (
    SAW) ou tout autre site similaire, presque plus terrifiante que le film lui-même, par la place que le peu de "donné à voir" laisse à votre imagination.

    Dernière petite digression, autour du titre, triplement significatif : SAW, le passé du verbe "voir" (allusion au voyeurisme du principal protagoniste du film), (JIG)SAW, le "puzzle", surnom du tueur, mais aussi parfaite métaphore du puzzle scénaristique auxquels les spectateurs sont confrontés, et pour finir, SAW, la "scie", instrument providentiel et indispensable, sinon que, comme se le demande l’un des deux enchaînés : "Est-ce qu’il veut que l’on scie nos chaînes… ou veut-il que l’on scie nos pieds ?"...

    Incidemment, c’est du reste l’occasion de remarquer ce qui distingue les vrais "génies" créatifs des simples tâcherons, tout comme en musique : l’économie de moyen d’une part, l’ultra pouvoir signifiant de chaque cellule, le sens de la variation (les trois phénomènes étant presque, comme la Sainte Trinité, "un et indivisibles"). Pour preuve la petite variation sémantique suscitée sur SAW, mais aussi sa déclinaison visuelle :

    Ce dernier plan (l’un des tout premiers du film, en fait, lorsque Adam, s’éveillant de sa torpeur, demande à l’autre d’allumer la lumière) ne PEUT tout simplement pas avoir été tourné par hasard, tellement c’est brillant : le premier néon, abîmé, sur lequel Adam lève les yeux, se trouve justement affecter la forme d’une scie !

    Bref ! À la suite de Daren Aranofsky et Vincenzo Natali (dont les seconds films REQUIEM FOR A DREAM et CYPHER n’ont absolument pas déçu), un nouveau petit génie à suivre de très près : Monsieur James Wan, de Malaisie (SAW en DVD : moins de 10 Euros sur
    Cinéstore) !

    N.B : Pour une fois, je suis bien content de moi, sur ce Post. C’est l’avantage des fêtes religieuses : on peut se lever à pas d’heure, commencer au petit déjeuner à extraire les photos du DVD, faire un peu de piano, rédiger le texte sous Word, donner un cours à une élève en détresse, relire le texte et le rendre plus fluide, refaire une petite heure de piano, dîner (sushis), regarder NCIS tout en mangeant (incontournable), peaufiner une dernière fois le texte sous Word puis le poster sous Blogger, et enfin, last but not the least : dormir ! Voici pourquoi, dans mes phases rarissimes de dépression, je m’énerve de temps en temps envers les visiteurs de ce site, qui ne prennent même pas une minute pour commenter un Post qu’ils ont vraiment pris plaisir à lire, vu la disproportion qu’il y a entre cette petite minute et le temps nécessaire à l’écriture d’un Post, qui peut parfois demander plusieurs heures (comme celui-ci, entre autres) avant de voir le jour.
    En même temps, inutile de s’inquiéter, je ne focalise pas non plus là-dessus : si je fais ça, c’est parce que j’aime ça, donc si vous n’avez pas envie de laisser de COMMENTS, n’en laissez pas, voilà tout ! Pour mémoire, il s’agit là de l’un des plus grand défauts (ou qualités, c’est selon) de mon signe, le verseau : pour un truc qui m’emmerde, je suis capable d’être de mauvaise foi et de traîner la patte à un point inimaginable (sauf qu’avec l’âge, j’ai pris sur moi de dire NON d’emblée dès le départ, plutôt que de laisser pourrir les situations). Mais pour un truc que j’aime – dernier exemple en date : le fameux concert SEVEN B – alors là, je fais des heures supplémentaires gratuites sans problème : rédaction du programme, arrangements, répétitions, etc… que du bonheur !
    C’est gérable… Faut juste le savoir, ptdr xxl (je viens de l’apprendre, cette abréviation, du coup, ça m’amuse bien, lol) !

    Libellés :

    samedi, mai 20, 2006

    ALLO, OLGA ?

    (Pour ceux qui se souviennent encore de cette chanson de Pierre Perret, des années 80, je dirais, au pif, là, comme ça)... Ma collègue Olga Roudakova du conservatoire du XVIème organise prochainement une série de concerts qui s'annonce particulièrement alléchante, comme le décrit fort bien l'affiche suivante (quoique personnellement, je n'aurais pas choisi ce jaune, mais bon... à l'avenir, pensez à faire des affiches qui ne jurent pas avec les coloris de mon Blog) :

    Si vous aimez les choeurs des voix bulgares, les films de Kusturica, ou même tout simplement vous déchirer à la vodka Smirnoff, et bien ce concert est fait pour vous !
    Alors bon. Là, je ne vais pas être très gentil, je crois, mais il y a quand même une chose qui mérite d'être signalée lors de ces fameux concerts à la Sainte Chapelle : c'est que même si le concert est raté (mais ce ne sera pas le cas, je vous rassure !), vous avez toujours de quoi vous "rincer l'oeil" - comme on dit vulgairement - durant largement plus d'une heure, étant donné la beauté exceptionnelle de cet endroit, une prouesse architecturale datant de notre bon Saint Louis (1248), à l'origine conçue comme une sorte d'immense reliquaire censé accueillir des reliques sacrées de la croix et de la couronne d'épines du Christ en provenance de Venise (probablement fausses, du reste, mais pour lesquelles notre bon Roy en question a quand même dépensé l'équivalent d'une province entière telle que la Bretagne, par exemple !!!) :
    Prouesse architecturale, car la surface du verre y est supérieure à celle de la pierre, alors qu'il n'y a quasiment pas d'arcs-boutants, comme dans la plupart des cathédrales, ce qui même aujourd'hui représenterait toujours un tour de force. Si l'on songe que l'auteur (un pur génie, bien évidemment) n'a même pas eu l'orgueil de signer son joyau sur quelque pierre que ce soit, cela laisse à méditer sur notre époque d'hyper médiatisation à tout crin (le fameux "quart d'heure de célébrité" d'Andy Wahrol !).

    Quant à l'intérieur des lieux (presque l'intégralité de la bible résumée en vitraux sublimes, à une époque où peu de gens savaient lire), je crois qu'il se passe de tout commentaire :


    Bref, courez à l'un de ces trois concerts, vous ne le regretterez sûrement pas !

    Et peut-être même que si vous arrivez suffisament tôt, vous pourrez bénéficier pour le même prix (pas sûr) du ticket groupé habituellement proposé lorsque vous visitez la Sainte Chapelle, qui vous permet normalement de découvrir en plus la Conciergie et les geôles de Marie-Antoinette (sur laquelle, d'ailleurs, Sofia Coppola sort un film en ce moment, le sujet ne m'inspire pas trop, mais si c'est elle, je garantis à 100%), et surtout l'extraordinaire salle gothique des chevaliers, la plus grande de Paris (de France ?), à voir absolument !

    Bon concert, donc !

    Libellés : , ,

    dimanche, mai 14, 2006

    CONCERT

    RHOOOOH, mais que c'était agréable, ce concert des "SEVEN B" !!!
    OK, ça aurait pu être ENCORE mieux (comme toujours, bien sûr, "le mieux est l'ennemi du bien", j'ai toujours pensé que c'était là un proverbe de fainéants et d'amateurs, lol !), mais c'était déjà de très bonne tenue, félicitations à toutes et à tous (mais oui, il y en avait quand même cinq, des garçons, moi y compris, si vous avez bien compté, sur vingt-six) !!!
    Grâce à ma soeur qui est hyper lève-tôt (genre cinq heures), et grâce aussi à moi qui suis hyper couche-tard (genre cinq heures, enfin, disons, pas tous les jours, mais c'est vrai qu'a la suite d'un bon concert, j'ai toujours énormément de mal à dormir), on a finalement bien réussi à se synchroniser pour vous offrir les meilleures photos du concert le plus vite possible (en dépit du fait que la direction du conservatoire ait jugé bon de censurer "sauvagement" la dernière partie du programme, où je donnais justement le lien vers ce site afin que vous puissiez très vite profiter des photos, des commentaires, ainsi que de certains extraits sonores, de sortes que seuls les élèves ou parents d'élèves figurant déjà dans ma liste d'adresses vont pouvoir en bénéficier) !
    Some "Highlights" : Valéna et Sarah dans le sublime MAGNIFICAT de Bach, que j'ai vraiment trouvé excellent :

    Valéna en pleine concentration avant l'attaque de son KOL NIDREI (bon, déjà, ce n'est pas vraiment une vilaine fille en soi, il faut bien le dire, mais en plus je trouve la photo d'autant plus belle que ce n'est pas moi qui l'ai prise) :

    Et puis, c'est un très bel instrument !
    Il faut bien l'admettre, de toute façon ; magnifique à voir, avec tous ces beaux bois précieux si bien travaillés, et encore plus magnifique à entendre, avec cette chaude voix de baryton qui n'appartient qu'à lui... Bref, j'adore le violoncelle, en résumé !

    Ceci dit, on n'était pas là non plus (complètement) pour rigoler, vu que pour mes petites élèves de F.M, ce concert servait accessoirement de second contrôle pour leurs résultats de fin d'année, et là, je me tâte : j'hésite entre 18/20 et 19/20, donc si vous avez des suggestions, n'hésitez pas à m'en faire part (parce que bon, c'était pas non plus super juste, la première partie du MAGNIFICAT, il faut être honnête...) :


    Regardez-moi ce choeur, quand même : toutes les femmes sont jolies, à cet âge-là, c'est agréable (il me semble qu'il y a tout un chapitre de MILLE PLATEAUX de Gilles Deleuze qui ne tourne qu'autour de ce sujet, le statut particulier des "jeunes filles en fleur", comme on dit)...

    Quant à l'orchestre, on ne peut bien sûr qu'en dire la même chose, avec néammoins une moyenne d'âge nettement plus basse... Mais bon, toutes des "bêtes" et des "tueuses", en résumé, ça a donc marché du feu de Dieu, au-delà même de ce que j'avais imaginé !

    (Imaginez ici par la seule force de la pensée deux clichés de l'orchestre, que j'ai hélas un peu été obligé d'auto-censurer pour des raisons qui frisent le sordide, je vous passe les détails)...

    Une vraie "rareté" à noter sur cette (ex)-photo : Audrey qui, pour la première fois de sa vie (et bien sûr "à l'insu de son plein gré") s'est bêtement laissée prendre en photo à droite d'Emmanuel, lol !

    Ai-je douté de moi, à un moment ? On pourrait le croire, au vu de ce cliché (non, je plaisante, c'est juste pour le plaisir d'en mettre une avec mes Buffalos chéries, LOOOOL) !!!

    Ça, c'est une chose. Et ça s'est très bien passé, donc, comme Droopy, je dirais plutôt : "You know what ? I'm happy !".

    Après, ça marche comme le rugby... Peu importe le résultat des courses, l'essentiel, c'est quand même la troisième mi-temps, quoi :



    Et quand cette troisième mi-temps s'effectue en présence de deux des plus belles femmes du monde, que dire, que dire ???

    Bon. Super soirée en résumé... j'ai bien fait de venir, finalement, LOL !

    Libellés : , ,

    WEB PARANO ?

    Je viens de voir coup sur coup deux émissions consacrées aux FAI et à leurs bugs proprement scandaleux (l'une sur LCI et l'autre sur le bien connu C dans l’Air, sur la Cinq), et j’en suis encore traumatisé (et comme bien sûr peu d’entre vous sont de vrais "Geeks" dignes de ce nom, à voir à l’article précédent G33K , il me faut encore une fois de plus – la dernière, j’espère, préciser ce terme de FAI, qualifiant, de façon assez facilement mémorisable, il me semble : "Fournisseur d’Accès Internet").
    Alors là, j’ai tout vu. Un mélange condensé de l’Apocalypse de Jean, du Château de Kafka et de Kabe (Le Mur) d’Abé Kôbo :

    - Des internautes connectés à une Free-Box de première génération, qui n’a (presque) jamais marché…
    - D’autres chez qui cela marche épisodiquement, mais de façon totalement imprévisible et aléatoire…
    - D’autres encore (chez un autre opérateur) qui dépensent plus de cent euros en Hot-Line sans jamais avoir de vraies réponses à leurs problèmes…
    - D’autres, enfin, qui malgré le "dégroupage Internet" prévu et le téléphone illimité promis, se retrouvent privés de l’un et de l’autre pendant plus de six mois !

    Le point commun entre tous ces cas de figures étant bien sûr que, sans le moindre scrupule, le FAI continue allégrement à débiter le compte du pauvre débiteur, impuissant devant la tyrannie des réseaux, à moins de se lancer dans de (très) coûteux et incertains procès. De ce fait, je me dis que j’ai quand même été vachement verni, sur ce coup (en n’ayant aucune connaissance au départ, en plus, donc en ayant pris le premier Pack qui me tombait sous le nez à la FNAC, présenté comme "le meilleur"…). Mais peut-être que ce n’est pas que du hasard, finalement…

    Depuis le début, j’ai donc toujours été sur AOL, portail américain qui arrive régulièrement en première ou seconde position des tests de SVM. Cela marchait très bien en bas débit, l’installation de l’ADSL 5 Mo a été quasiment instantanée, quand à l’AOL BOX… et bien, comme tout le monde, je crois, j’ai eu besoin d’un tout petit peu d’aide pour le paramétrage du nouveau modem, mais je dois dire à la vérité que malgré les 0,15 Euros par minute de leur Hot-Line, leur compétence est telle que tous les problèmes ont été résolus très rapidement et avec succès (alors que dans les émissions précédemment citées, j’ai entendu des gens se plaindre d’avoir laissé sonner le téléphone pendant 3 (trois !) heures avant d’avoir une réponse, qui en plus ne résolvait généralement pas leur problème, l’horreur !)...

    Jusqu'à maintenant, j'ai été épargné par ce genre de galères, alors touchons du bois !


    Bref, sans surprise. C’est la même chose que pour le cinéma : on est des nuls de chez nuls, mais avec un esprit tellement protectionniste et patriotique que l’on n’ose même pas se l’avouer… Tragique !

    Pour mon ordinateur, après la mauvaise foi de la FNAC à faire jouer la (très coûteuse) garantie étendue d'environ 300€, je me suis décidé à faire appel à DELL (américain), et pour l'instant, je ne regrette absolument rien... quand à AOL, cela frise la perfection absolue, tant au niveau logiciel qu'au niveau de la qualité de la Hot Line...
    En résumé : vous voulez faire de la peinture ou de la littérature, pensez français... Vous adorez la musique (surtout classique), pensez allemand ! Mais si vous adorez le net et ses innombrables possibiltés, à mon humble avis, c'est comme pour le cinéma : pensez U.S.A !!!
    Sans surprise : niveau multimédia, ce sont toujours les meilleurs !!!

    Libellés :

    vendredi, mai 12, 2006

    5000ème : LA TE-HON !!!!

    Ben oui, la TE-HON, sur ce coup... Permettez-moi de vous dire que, si j'en juge à l'aune des réactions "rachitiques" à ma proposition d'album photo commémoratif censé symboliser tous les bons moments que vous et moi avons passé sur ce Blog, il faut bien avouer que l'internaute de base se révèle vraiment nul de chez nul, dans l'ensemble, m'enfin, c'est quand même pas compliqué d'envoyer une photo, je crois (ou alors, vraiment, faut consulter, il me semble, c'est pas normal d'être lent de la souris à ce point-là...) !
    Quatre seules contributions sur 5000 visiteurs (et encore, l'une de dernière minute, en me montrant un peu insistant), ça frise le ridicule, quoi ! À se demander si c'est bien la peine de continuer ce programme TV qui me prend finalement pas mal de temps, bien qu'apparemment le plus consulté dans ce Blog, et qui n'a jamais le moindre commentaire de remerciement, ou même (j'aimerais encore mieux) la moindre opinion critique, analytique ou polémique... Et bien sûr, le jour où je vais arrêter de le faire parce que ça commence vraiment à me gaver d'investir de l'énergie à sens unique, alors là, tout le monde va me tomber sur le poil et remplir pour une fois la case COMMENTS en disant : "Ouais, ça va pas, pourquoi tu t'arrêtes, c'est trop nul, etc, etc !".
    Vous l'aurez bien cherché, en tous cas...
    M'enfin bon. Comme le disait Himmler visitant Auschwitz sous la pluie : "Ne boudons pas notre plaisir !" (Pierre Desproges), on va donc malgré tout fêter ça avec notre maigre pitance, tout d'abord avec quelques belles photos de la Cathédrale de Chartres (je sais, ce n'est pas trop en rapport avec MOVIES, MONTAGNES, MUSIQUES (& BUFFALOS !), mais d'une part, j'ai toujours été persuadé que les cathédrales avaient été bâties à l'imitation des montagnes, et d'autres part, qui dit cathédrale dit grandes orgues, et vu que c'est mon instrument préféré, on n'est finalement pas si loin du thème de ce Blog, en fait) :



    Puis quelques belles vues de la Dent Blanche, magnifiques, postées par une VB (N.B : "Violoncelliste Blogueuse", il n'y en a pas tant que ça, en fait), et vous pourrez du reste découvrir son site assez perso et (plutôt) très érudit et instructif sur le lien CADENCE ROMPUE, ou à l'adresse : http://cadencerompue.blogspirit.com/ :



    Cette dernière et très belle photo m'a d'ailleurs fait me souvenir d'une vue un peu similaire au milieu d'un champ de fleurs, où je crois bien ne jamais avoir été aussi heureux de toute ma ma vie. C'était une longue journée d'ascension sous un ciel magnifique, un peu dure, mais une fois atteint le col et advenu le moment du pique-nique, je suis tombé sur ce parterre de fleurs absolument hallucinant, d'une beauté renversante, où j'ai passé, dans une chaleur "décente" comme on ne peut la trouver qu'en montagne, probablement l'une des heures les plus jubilatoires de toute mon existence, avec la Bernina en toile de fond :

    Et pour en finir avec les montagnes, une très belle vue du Cervin que m'a envoyée ma chérie (RHOOH, vous ne croyez quand même pas que je vais vous dire qui c'est, lol !), avec un petit côté Friedrich très romantique, comme quoi le brouillard a du bon, parfois (et si vous savez où ils sont, vous pourrez même voir clairement les deux refuges de la Hörnli Hütte, en cliquant sur la photo pour l'agrandir un peu !) :

    La pauvre, elle n'a eu que du mauvais temps là-bas, alors que les statistiques de Zermatt en été frisent normalement les 28 jours de soleil par mois ! Afin que vous soyez donc bien convaincus qu'il s'agit là de l'une des plus belles montagnes d'Europe (en concurrence serrée, cependant, avec les "Tre Cime di Lavaredo", ou "Drei Zinnen", dans les Dolomites), je vous livre ma propre version, certes moins poétique, mais tout de même ("Ne boudons pas notre plaisir !", cf. plus haut) :

    N'oublions pas cependant que dans MOVIES, MONTAGNES, MUSIQUES (& BUFFALOS !), il y a bien sûr aussi "musiques", avec ce scoop imprévu :

    Mine de rien, dans quelques trios de Haydn, j'arriverais presque à jouer (au pif) certains premiers mouvements, qui se résument en gros à : Do, Sol, Ré, Ré-Ré-Ré-Ré Sol, Do, Sol, etc... LOOOOL !!!

    Et n'oublions pas non plus, bien sûr, les Buffalos, avec deux belles contributions de Mael (on ne peut plus compter que sur les jeunes, moi je vous le dis !) :


    Pour les amateurs (AAAARGH, j'aimerais trop les avoir, celles-ci, trop belles...), à découvrir sur LE BLOG MAEL-F (encore que je doute que la moyenne d'âge de mes vieillards de lecteurs ne leur autorise de tels débordements, lol) !

    En tous cas, un grand merci aux quatre contributeurs (-trices) qui ont réussi à détourner UNE minute de leur temps si précieux pour éviter à ce Blog un fiasco total, j'espère que ça se passera mieux pour la dix-millième (mais je suis assez pessimiste, sur ce coup...). Je crois qu'à part s'envoyer leurs petits courriers persos comme du temps de la poste (vous vous rappelez, ces bouts de papier sur lesquels il fallait écrire une adresse "à la main" et coller un truc préalablement léché, beurk !), la plupart des gens n'ont toujours pas compris l'énorme potentiel d'échange et de circulation d'idées que représente Internet, et c'est bien dommage...

    Bah, faut être philosophe, tout le monde n'a pas non plus la chance d'être verseau, avec dix ans d'avance sur son temps ! On en reparlera dans dix ans, donc (mais d'ici là, il y aura plein de nouveaux trucs que même à cinquante ans passés, je maîtriserai toujours beaucoup mieux que vous, n'ayez aucun doute à ce sujet, LOOOOL) !

    Bon, allez, je vais faire ma "diva" pour conclure. Comme le disait Louis Jouvet à l'un des ses détracteurs croisé par hasard lors d'une soirée mondaine, alors même que ce dernier cherchait à tout prix à éviter la confrontation (il faut imaginer la voix de Jouvet, là, c'est mieux) : "Cher ami, serrez-moi la main... Le génie n'est pas contagieux, vous le savez bien, du reste" !

    LOL ! Comment que je me la pète, là...

    Libellés : , , ,

    mardi, mai 09, 2006

    LE CONCERT QUI TUE

    Mais oui, ça se rapproche : plus que quelques heures avant le tant attendu concert des SEVEN "B" !
    Alors j'explique : ce n'est pas un "boys band", mais simplement une suite de coïncidences et de hasards (un peu aidés, certes) qui ont conduit à ce programme réunissant sept compositeurs dont le nom commence par un "B" : Bach, Bruckner, Brahms, Bruch, Bloch, Barber et Björk (bien que je doive quand même préciser que la petite Islandaise ne sera pas là en personne, sinon on va avoir une queue jusqu'à la Seine, lol) !

    Remember 2005 (VIA CRUCIS, de Liszt) :

    Grande nouveauté cette année : en plus du choeur, j'ai réussi à motiver une petite quinzaine de cordes ("the best of the best of the best, Sir !"), ça devrait donc sonner plutôt très bien, on va dire...

    Ce sera le vendredi 12 mai à 19h30 (heure fort confortable, puisque le concert durant à peine une heure, cela permettra de dîner tranquillement par la suite), à l'auditorium du conservatoire Francis Poulenc, 11, rue Jean de la Fontaine, 75016, à cinquante mètres de Radio France. Vous trouverez le programme officiel et complet en cliquant sur le lien direct, PROGRAMME 7B.

    Ah oui, j'oubliais : c'est gratuit. Par contre, il est fortement conseillé de réserver sa place en appelant le 01-55-74-70-40 !

    Viendez au seizième !!!

    Libellés : , ,