À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • FULL METAL JACKET
    À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • dimanche, décembre 24, 2006

    X-MAS !

    RHOOOOOOH, plus zen que moi, "tumeur", comme disait Desproges !
    Ayant complètement zappé le vrai repas de Noël du 24 (dont perso, je n'ai absolument rien à foutre, c'est comme ça), j'avais prévu, avec l'un de mes meilleurs amis et ma grande chérie Satomi, un repas grandissime en ce soir du 25 légérement "décalé", à base notamment de recettes de Guy Martin (le chef du "Grand Vefour") et d'agneau de pré salé avec ses poix gourmands, bref, on s'en léchait déjà les babines à l'avance, miam, miam...

    (Putain, vous avez vu la "classe" pour Noël, tout en rouge et les Buffalos dorées, des fois, je m'admire trop moi-même, c'est pas bon, ça...) :

    Bref ! Toujours est-il que le grand ami en question, ayant eu hélas la naïveté non seulement de croire au concept de "couple" en tant que tel, mais en outre au concept du genre : "je me la pête le 24 en bouffant des huîtres, du foie gras, de la dinde, dans l'espoir fou - seulement dans mes rêves - que je vais être frais et dispos dès le lendemain !", et bien sûr, comme prévu, c'était totalement râté sur ce coup.

    Du coup, je me retrouve moi tout seul avec la plus belle japonaise du monde - je ne vais pas me plaindre, non plus ! -, sinon qu'il a fallu que j'improvise de nouveau tout le repas, donc, ultime solution, je remets cette entrée sublime de Guy Martin en plat principal, dans l'espoir qu'en faisant quelques pas à l'extérieur, je vais pouvoir tomber sur quelque marchand d'huîtres, mais fort heureusement, tout se passe bien :

    C'est sûr, ça n'est pas mauvais (surtout avec un Chablis premier cru), non, ça le fait !

    D'autant que la fameuse terrine de Guy Martin (persillé de Beaufort aux artichauts), à force d'être râtée, corrigée et réinterpretée par mes soins (vu que ces grands enculés de soi-disants grands chefs - DSL, mais il n'y a pas d'autres mots - se débrouillent toujours pour NE PAS vous révéler LE truc important et facile pour réaliser la recette à 100%) réussit en fin de compte à tenir ses promesses, et c'est la classe, quoi :

    Bon. Ensuite, c'est la routine : fromages sublimissimes de chez Maître Dubois (le fournisseur officiel de l'Elysée) :

    Et qui c'est qui se faîche avec la vaisselle, je vous le demande ?

    Ma Naaaan, j'déconne, là.

    Super soirée, en résumé... Ceux qui auraient dû être là et n'ont pas été là vont (je pense) le regretter toute leur vie durant...

    Tant pis pour eux !

    Libellés : ,