À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • FULL METAL JACKET
    À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • jeudi, décembre 07, 2006

    MAGNIFIQUE !

    Il y a des jours où la routine – l’odieuse routine, comme la stigmatisait sans cesse Alphonse Allais – semble tout noyer dans une grisaille pas forcément ennuyeuse, mais disons sans surprise ; et il y a des jours, plus rares (mais c’est bien sûr ce qui fait aussi leur prix), où plus rien ne se passe comme prévu, et avec un peu de chance, ces jours-ci sont des instants de pure magie qui illuminent non seulement la vie quotidienne, mais même la vie tout court, tout simplement.
    Je vous raconte :
    1) Tout d’abord, bien sûr, ce fameux concert des musiques traditionnelles d’Afghanistan, avec lequel j’avais déjà fait saliver pas mal dans gens dans mon article d'annonce, mais qui s’est révélé extraordinaire au-delà de toute mesure, avec trois musiciens d’une virtuosité, d’une musicalité et d’une humanité exceptionnelles. Tout ceux qui étaient présents ce soir ont eu la sensation d’assister à un extraordinaire voyage dans l'espace et dans le temps, transportés sur les hauteurs de Kaboul le temps d’une bonne heure et demie, et l’enthousiasme du public (parfois assez froid dans ce seizième arrondissement) était absolument à la hauteur !
    Mais faisons tout d’abord les présentations : à gauche de la scène, Maître Hemayoun Zafar au rebab (d’habitude, je n’aime pas trop utiliser ce mot un peu pompeux, mais la maîtrise absolue de ces trois musiciens le justifie à 300%) :

    Au centre, Maître Anwar Mohammad à l’harmouna (sorte de guide-chant proche de l’accordéon, le seul instrument non traditionnel du trio, introduit en Afghanistan il y a très longtemps par les missionnaires portugais), qui a en outre assuré avec brio presque toutes les parties vocales :

    Enfin, à droite, Maître Feraïdoun Miyahi aux tablas, absolument impressionnant de technique, de vélocité et d’inventivité dans son jeu (on ne saurait imaginer la centaine de sons différents capables d’être produits par ces deux seuls tambours) :

    Tout cela avec un mélange que j’adore (car cela peut aussi se produire – heureusement – dans notre tradition occidentale dite "savante"), 100% de concentration à son plus haut niveau, sans exclure une bonne dose de décontraction, de générosité, et même d’humour.
    Bref, un extraordinaire concert auquel je ne saurais trop vous recommander d’assister encore une fois, puisqu’il sera doublé le 12 & le 13 septembre à 21 heures au SATELLIT Café, 44, Rue de la Folie Méricourt, 75011, PARIS (sauf que là, il vous faudra débourser entre 8 & 10 €, en plus sans avoir de buffet, moralité : toujours écouter les conseils de Vincenttheone, LOL !). Car pendant ce temps-là, coincé dans l’un des exigus studios de répétition de notre cher petit conservatoire, le chef afghan passait son temps à nous mitonner avec les moyens du bord de fort bons petits plats à base de Keftas, d’aubergines & de riz basmati, qui ont vraiment été appréciés à leur juste valeur à la sortie du concert :

    Et toujours cette façon traditionnelle de remercier en mettant la main sur le cœur, je n’y peux rien, ça m’émeut à chaque fois (car il est rarissime que ça n’ait pas l’air sincère) :

    Un dernier petit mot pour souligner l’extraordinaire travail de lutherie avec ce détail du rebab (enfin non, j’ai aussi quelques petites notes purement musicales à rajouter, mais comme elles ne vont pas forcément intéresser les non-musiciens, je me contente de les mettre en lien ici) :

    2) Attention, ce n’est pas fini ! Car comme si cela ne suffisait pas comme émotions pour une seule soirée, voici que de façon tout à fait inattendue et un petit peu improvisée au dernier moment, j’ai également fait ce soir la connaissance POUR LA TOUTE PREMIÈRE FOIS DE TOUTE MA VIE (mais bon, y pas d’âge, hein ?) d’une personne préalablement connue sur Internet – et je nous vous parle pas là de sites de rencontres comme Meetic ou autres, mais tout simplement d’une collègue bloggeuse dont je vous avais fait l’éloge il y a très peu de temps, la fameuse Sat ! (Ccil, désolé, ce sont les hasards de la vie & de la géographie, c’est comme ça… ce qui ne veut pas dire que cela ne me ferait pas plaisir aussi, de te rencontrer un jour !).
    Alors, comment résumer l’expérience ? Et bien, c’est assez simple, en fait… Bien que nous connaissions plus au moins nos visages via nos sites (vu que ni elle ni moi ne cachons vraiment notre identité), nous avions deux petits "verrous" de sécurité : j’avais de mon côté annoncé que je serai en Buffalos – en hiver, pas vraiment un "scoop", même si c’est actuellement plutôt le printemps -, et face à ses craintes (injustifiées) face au public du seizième, je lui avait absolument déconseillé de changer quoi que ce soit à son look vestimentaire, et d’arriver vraiment "nature", comme elle aime à s’habiller d’habitude (et j’adore, d’ailleurs, soit dit juste comme ça en passant, et les Afghans – LOL ? – ont bien kiffé ses bottines militaires !).

    Donc, petit tableau : à 19h25, le vioque quelque peu décrépi en Buffalos (that’s me) fume sa dernière clope devant le conservatoire, lorsque débarque, l’air visiblement pressée, une jolie "punkette" de la moitié de mon âge, et curieusement, on s’est instantanément reconnus (je ne sais plus qui en premier, je dirais plutôt elle, mais je n’en suis même plus sûr, maintenant)…

    D’habitude, je suis quelqu’un qui ne m’angoisse pas pour grand-chose, mais là, j’avoue, j’étais – disons à 30% – un tout petit peu anxieux (normal, lorsqu’on expérimente quelque chose pour la première fois de sa vie, non ?). Et bien on s’est vus, on s’est reconnus, on s’est fait la bise, et alors là, curieusement, toute l’appréhension a disparu en un éclair, j’avais l’impression qu’on était de vieux potes (enfin bon, j'exagère, c’est surtout moi qui suis vieux, dans l’histoire, pas elle !), bref, c’était simple, cool, facile, sans histoire, agréable, détendu, etc…

    Pour les gens qui croient dur comme fer à l’astrologie (la réelle, pas celle des journaux), c’est vrai qu’on n’a pas non plus pris des risques énormes : une bélier ascendant lion avec un verseau ascendant balance, ceux qui connaissent me comprendront !
    Ce qui était super cool, c’est qu’elle a vraiment eu l’air de prendre son pied à ce concert (il faut dire qu’honnêtement, il faudrait être de marbre pour ne pas craquer devant ces musiciens de génie), donc du coup, je n’ai même pas eu à me culpabiliser en me disant : "merde, si ça se trouve, je l’ai invitée à un truc qui va l'emmerder, trop con !"… Et en prime, elle a aussi sympathisé avec ma grande amie Charlotte, qui doit figurer quatre ou cinq Posts plus loin sur ce BLOG, souvenez-vous…
    Bref ! Des journées et des soirées comme ça, on en redemande, en résumé… Un grand merci à Jocelyne Dubois, Mathilde Creixams et Laure Warnery pour nous avoir offert ce pur moment de bonheur absolu, et bien sûr un immense merci au trio Mohammad Zafar, trois "vrais" êtres humains doublés d’absolus professionnels, la très grande classe, en résumé !
    Allez, un dernier pour la route (genre Privat Joke, ne cherchez pas à comprendre, seuls les internautes drogués comme moi y parviendront peut-être) : Ccil, regarde bien, Sat et moi, on a quand même eu une pensée émue pour toi, ma belle :

    Héhé… Chacun son tour !

    Si vous avez raté cet évènement exceptionnel (le concert, veux-je dire), tout n'est pas perdu. Vous pouvez encore saisir votre chance les 12 & 13 décembre au Satellit Café, 44, rue de la Folie Méricourt, 75011, à 21h (01-47-00-48-87, entrée : 8/10 €), ainsi que le 15 décembre au Djam Café, 3, rue Beaurepaire, 75010 à 20h30 (01-42-45-11-70, participation libre, et vente toute la journée d'artisanat afghan). Il y a également quelques concerts prévus à Rouen et à Tours, toutes les infos sur le site de l'association Darah-Afghanistan.

    By the Way : le nouveau Programme TV pour les prochains quinze jours est d'ores et déjà disponible !

    Libellés : , , ,

    4 Comments:

    Anonymous Sat said...

    AHAHAH! Eh ben tu t'es lâché sur ce post!
    Quel pavé!
    C'est vrai que ce concert était purement génial. Comme tu dis, comment rester de glace devant ces virtuoses qui ne manquaient ni de gentillesse, ni de générosité.

    Pour ce qui est de notre rencontre, c'était vraiment très cool! Fallait pas avoir la moindre once d'appréhension lol
    Elle est bonne celle-là!

    En tout cas, moi, le 15 j'y serai!

    ++

    vendredi, 08 décembre, 2006  
    Anonymous ccil said...

    on pense à moi! je suis touchée ^^
    moi jpropose un concert punk pour la prochaine fois, voir si tu t'y sens bien à l'aise huhuhu

    vendredi, 08 décembre, 2006  
    Anonymous Unter said...

    Haaaa, sur la dernière image vous êtes complètement PORNOS, c’est honteux ! Des gens responsables comme vous, allons…
    C’est vrai que là, t’as écrit un bouquin, tout y est : des découvertes, de l’émotion, de la musique, des rencontres & des wads à Ccil.
    J’apprécie.

    mardi, 12 décembre, 2006  
    Blogger Vincenttheone said...

    Responsables ? Et puis quoi encore ?
    C'est limite insultant, là, je trouve...

    NAN, j'déconne. Mais bon.
    J'ai peut-être écrit un bouquin, mais t'as pas lu l'article de Sat sur le concert de TOOL, elle en a fait au moins autant !

    mardi, 12 décembre, 2006  

    Enregistrer un commentaire

    << Home