À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mercredi, octobre 04, 2006

    AFFLIGEANT...

    Bon. D'habitude, j'évite de parler politique sur ce Blog plutôt dédié aux belles choses de la vie, mais là, vous allez comprendre qu'il m'était difficile de faire autrement...
    On entend souvent dire que "le ridicule tue", mais ça ne doit sans doute pas être vrai pour tout le monde. En tout cas, s'il y en a un qui doit être sacrément immunisé, c'est bien ce bon DSK :

    Monsieur lance en effet sa campagne en musique, et attention, pas n'importe quelle musique, genre Bach, Brahms ou Mozart, mais comme bien précisé sur le Blog de DSK (assez pourri, d'ailleurs), de la musique réalisée par deux "artistes" de Sarcelles (Wouahh, comment qu'il est chébrant, le DSK ! Non seulement des "artistes", mais en plus de Sarcelles, alors là, chapeau !) :

    L'un des deux doit être également poète à ses heures, car là aussi, c'est quand même autre chose que du Racine (comme d'ailleurs précisé sur le site, sans rire, "par ici le bouillon de culture !") :

    Strauss Kahn y va gagner,

    La gauche elle va passer,

    La droite est mal barrée,

    Et Chichi est fatigué (sic !).

    Quand à la musique (au lien TOUT LE MONDE À GAUCHE !, si vous avez 4,18 mégas à flinguer sur votre HD), il s'agit d'une véritable prouesse difficile à surpasser : trois bonnes minutes avec deux seuls accords, autant dire qu'on sort de ce matraquage débilitant avec une seule idée en tête, voter pour n'importe quoi, mais pas ça ! C'est d'ailleurs tellement risible qu'il en existe déjà une parodie, "Chirac y va gagner !" (chantée par Bernadette "herself"), à écouter sur le Blog assez fouillis de Karl Zéro.

    Il y a déjà bien longtemps que les campagnes présidentielles s'assimilent de plus en plus à des campagnes publicitaires pour la lessive qui lave encore plus blanc que blanc, mais alors là, les bras - ou plutôt les oreilles - m'en tombent. Il ne manque plus que les clips de Ségolène et du petit Nicolas, et le tableau sera complet, avec une France divisée non par un débat politique qui n'existe plus depuis belle lurette, mais par de pures préférences musicales ("Oh, ben moi, j'vais voter pour lui. T'as vu comment qu'y déchire, son Zouk, là ?").

    Affligeant, consternant, et même répugnant, quelque part... Tout ce que cela fait regretter, c'est le temps où Frédéric le Grand s'entourait d'un Bach (voire de plusieurs), et où Louis XIV magnifiait la grandeur de son royaume en engageant Louis Marchand et François Couperin à la chapelle royale.

    Et ensuite ? Est-ce que c'est comme pour Zizou ? Est-ce qu'on va avoir droit au "remix" : "Strauss Kahn s'est fait taper, la gauche elle est niquée" ?

    Moi-t-aussi, je peux faire de la poésie, LOOOOL !!!

    (Et comme ce soir, je suis en super-forme - vu que je viens à peine de comprendre comment installer des vidéos sur mon Blog, autant vous en faire profiter tout de suite, n'est-ce pas ? -, je vous laisse deux petits clips de "vraie" musique, à titre de comparaison).


    Libellés :

    5 Comments:

    Anonymous Anonyme said...

    En politique, comme dans la vie tout est permis pour s'assurer les "faveurs" de l'électorat, surtout en période de campagne (ou plutôt pré-campagne).
    Depuis toujours, la pub, le spot, la photo, la musique de campagne est quelque chose de très prisé et calculé.
    Ici ce n'est pas de la musique mais plutôt une tentative de coup populiste. (Il serait domage pour nous autres musiciens de ne pas faire la distinction!)

    L'amalgame est dangereux monsieur le professeur!

    Peut-être que dans notre monde d'artistes la politique intéresse peu. Mais la France est aujourd'hui à l'aube d'un tournant d'importance.
    Avec l'élargissement du marché commun, la crise du chômage qui ne fait que semblant d'arriver à une ébauche de solution et les conflis d'intéret dégyusés en guerre de religion qui ne cessent de grandir à travers le monde; Avec les idées extremistes qui fleurissent un peu partout en Europe.
    Nous autres citoyens n'avons plus le droit à l'erreure.
    Alors! On ne badine peut-être pas avec l'art, mais ne badinons pas avec la politique!

    dimanche, 08 octobre, 2006  
    Blogger Vincenttheone said...

    "La France est aujourd'hui à l'aube d'un tournant d'importance" ; j'essaye vainement de me remémorer combien de dizaine de fois j'ai entendu cette phrase, et pourtant, j'ai l'impression de vivre toujours dans le même monde où rien ne change jamais vraiment, depuis De Gaulle, le premier dont je me souvienne vaguement...
    Comme disait Satie : "Quand j'étais jeune, on me disait toujours : vous verrez, quand vous aurez 50 ans, vous verrez ! Et bien, j'ai cinquante ans, et je n'ai rien vu. Rien".

    En tout cas, bravo pour le "nous n'avons plus le droite à l'erreure". Je suis bien d'accorde avec toite !

    lundi, 09 octobre, 2006  
    Anonymous Anonyme said...

    Tout fait d'accord pour regarder en arrière et constater ensemble que malgré tout les choses on changé.
    Je suis de la génération du président Miterrand (eh oui) et même depuis la fin des années 80 la société française en a vu des changements!
    Au niveau des études par exemple, en une vingtaine d'année la France a totalement zappé l'exeption française pour calquer le modèle anglosaxon.
    Il y a eu aussi l'euro!(monnaie unique des états unis d'europe) et Schengen!!

    Alors que ceux qui ne reconnaissent pas les changements restent dans leur prison dorée!!

    mercredi, 11 octobre, 2006  
    Blogger Vincenttheone said...

    Ah, l'Euro... Je suis sûr que tout le monde en Europe a adoré ce changement, LOOOOL !!!

    mercredi, 11 octobre, 2006  
    Blogger Vincenttheone said...

    Surtout les jeunes, qui doivent désormais compter avec plus de trente ans d'endettement pour se payer un appart', contre une quinzaine avant le passage à l'Euro... Mouaip, ça, je suis sûr que c'est un vrai progrès populaire !

    jeudi, 12 octobre, 2006  

    Enregistrer un commentaire

    << Home