À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mercredi, avril 12, 2006

    AUX FOURNEAUX !!!

    Bon, hier soir, j'ai reçu toute ma petite famille (héhé, toujours les vacances !), alors il ne fallait pas que je me loupe, vu que j'expérimentais deux nouvelles recettes de haut vol (et qu'avec ces roublards de "grands chefs", il y a toujours un truc qu'ils disent mal ou ne clarifient pas EXPRÈS dans leurs recettes, c'est quasiment systématique et flippant, GRHHHH) !
    Alors bon, me revoici dans ma cuisine de deux mètres carrés à essayer de réaliser des plats conçus pour une "brigade" de marmitons toute entière (cinq bonnes heures, tout de même !), et je peux vous assurer que ce n'était pas gagné d'avance, il a fallu quand même pas mal jongler, surtout que la liste de courses dépassait largement une page entière, lol !

    Vous prenez conscience du "souk", là, quand même (miam, miam, le vrai bouillon de poule à l'ancienne qui servira de base à la crème d'asperges) ?

    Le pire dans l'histoire, c'est la "pluche", comme on dit. Alors au début, c'est rigolo, surtout si l'on se passe un bon CD en même temps (la neuvième Symphonie de Bruckner, il y a pire, en l'occurence).

    Mais malgré tout, une heure et quelques longues minutes plus tard, c'est quand même gavant de chez gavant, quoi... Il faut bien l'admettre !

    Si vous voulez mon humble avis, voici une chose que le vingt et unième siècle devrait mettre un point d'honneur à compter à son actif : le pré-épluchage des légumes chez les marchands de primeurs (ou encore, comme le disait très logiquement mon ex-femme, les "légumeries").

    Non mais c'est vrai : vous achetez une dorade chez le poissonnier, et sans même vous compter un seul Euro de plus, il vous enlève les écailles, les abâts (foie, coeur, laitance, etc.), vous extrait les filets, etc... C'est géant ! Alors que le marchand de légumes, lui, vous vend sans la moindre vergogne les pommes de terre avec la peau, l'ail brut pas même haché en très fines parcelles, sans parler des champignons qui sont très loin de la fameuse duxelle (RHAAH, ça, c'est du vocabulaire n'est-ce pas? Pour n'importe quel autre légume, on dit un "émincé", une "brunoise", ou à la rigueur un "mirepoix". Mais pour les champignons, ben non, c'est une "duxelle", voilà, c'est comme ça... Pire que le vocabulaire des marins, lol) !

    Et donc, à partir d'aujourd'hui, je vous le dis franchement, je milite activement pour la vente de légumes "prêts à l'emploi" : des oignons très finement hachés, des courgettes sans leur peau, et bien évidemment des cèpes en duxelle, c'est un minimum !

    Enfin bon, le résultat était au rendez-vous, c'est l'essentiel, à commencer par cette crème d'asperges au Serano (recette de Émile Jung, un jeune chef alsacien) :

    2) Suivies de ces excellentes joues de boeuf au pinot noir, avec ses quenelles de purée, recette du bien connu Jean Crotet (attention, de la "vraie" purée écrasée avec une "vraie" fourchette, lol !) :

    3) Bien évidemment, les toujours fabuleux fromages de Maître Dubois, qui habite à vingt mètres de chez moi, et qui malgré des prix plutôt raisonnables, s'avère en fait le fournisseur officiel de l'Élysée (j'ai du bol, des fois, dans la vie) :

    4) Et pour finir, un très bon croustillant au chocolat de chez Picard (oui, je sais, c'est moins glorieux, mais c'était tout de même super bon... et puis je ne suis pas très doué pour les desserts, je préfère les fruits, en général) :

    Quand aux bouteilles : un Beaune de 2000 (Louis Latour) pas mal du tout, mais surtout un sublime Chablis Premier Cru 2003 (Vaillon) de chez Drouin, à tomber par terre, et qui ne peut aller qu'en s'améliorant (il m'en reste encore cinq, ça va) !

    Si ça vous tente, j'ai mis les deux recettes tout à fait en fin de blog, au lien RECETTES, à vous de voir !

    RHOOH, on se la coule douce, chez Vincenttheone (ben oui, tant qu'à faire, la vie est plutôt courte, autant se la jouer épicurienne, non ?). Comme le disait Oscar Wilde (en réponse à ses détracteurs, qui lui reprochaient son dandysme et ses goûts sophistiqués) : "Moi ? Mais j'ai des goûts très simples : je ne me contente que du meilleur" !

    Bonne philosophie.

    Libellés :

    2 Comments:

    Anonymous Anonyme said...

    L'econome de bonne qualité est un des premiers remedes à la pluche galère. Seconde possibilite, l'eplucheur à legume, ca existe, une sorte de machine a laver le linge avec quelques ustensiles sur le tambour genre broche à reluire et le tour est joué. Il te faudra juste un cuisine de 25/30 metre carré...

    jeudi, 20 avril, 2006  
    Blogger VincentTheOne said...

    Ben voilà... Je ne sais pas qui a écrit ce post, mais il (ou elle) a mis exactement le doigt dessus : 25 ou 30 m2 de cuisine (par rapport aux deux trois actuels), ça m'irait très bien !
    Merci de m'adresser le chèque correspondant (environ cent-mille euros, en arrondissant) !

    jeudi, 20 avril, 2006  

    Enregistrer un commentaire

    << Home