À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mardi, mars 28, 2006

    PUB (ÉHONTÉE)

    Si vous ne savez pas quoi faire le prochain vendredi soir à 19 heures (et mine de rien, pour nous autres "goys" et "shiksas", c'est souvent un épineux problème à résoudre), précipitez vous EN MASSE à la conférence donnée par notre excellent confrère et néammoins ami Olivier Pigot au conservatoire du XVIème, pendant qu'il tient encore debout (le conservatoire, pas Olivier, bien sûr) !

    Vous y apprendrez plein de choses inédites sur Haendel, entre autre qu'il détestait les perroquets, adorait la peinture flamande et n'avait absolument aucune opinion sur le Boléro de Ravel, toutes choses qui par ailleurs expliquent grandement sa musique, on en conviendra aisément.

    Personnellement, ce n'est pas un compositeur que je déteste, loin de là... mais à chaque fois que je l'entends prolonger une marche harmonique à l'identique bien au-delà de la troisième séquence, je ne peux jamais m'empêcher de penser à Bach et à son sens inné de la variation, qui le préserve en permanence de tels errements.

    Pour la petite histoire, le (beau) tableau qui illustre cette conférence a été exécuté par le peintre alors même que Haendel venait juste d'achever l'Alleluia de son oratorio "Mais si !" (je ne suis pas trop sûr de l'orthographe, là, sur ce coup...). Je ne sais pas si cela vous fait le même effet, mais j'ai carrément l'impression qu'on l'entend penser à haute voix : "Nom de D... Mais qu'est-ce que j'ai encore pondu là comme ânerie "!?

    Just kiding, of course... Bien sûr qu'il s'agit d'un merveilleux musicien, même s'il montre parfois certaines limites - ou devrait-on dire, plutôt, facilités - inconnues sous la plume du Kantor de Leipzig. Mais si justement vous ne le connaissez qu'au travers de l'Alleluia, c'est bien l'occasion rêvée pour en savoir plus et se cultiver GRA-TUI-TE-MENT (mais oui !).

    Viendez au Seizième !

    Libellés : ,