À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • dimanche, février 05, 2006

    NEW DVD !

    Bon. J'ai beau ne pas être tout à fait à la pointe de l'actualité, je ne suis quand même pas trop en retard pour vous conseiller deux DVD absolument géniaux, qui personnellement m'ont totalement "scotché"...
    1) À commencer par MILLION DOLLAR BABY, l'ultime Opus de notre grand Clint, un film véritablement magnifique avec les plus grands acteurs du monde, à commencer par Clint lui-même (qui a pris un sacré coup de vieux, certes, mais à 76 ans, quoi de plus normal, finalement...), la superbe Hillary Swank qui s'était déjà imposée avec brio dans le génial INSOMNIA de Christopher Nolan, avec Al Pacino, et bien sûr le grandiose Morgan Freeman, avec son air d'être toujours revenu de tout...
    Un film magnifique et terrible, qui parle de volonté, d'espoir, d'amour, mais comme personne n'en parle jamais. Bref, c'est d'une beauté absolue, et ça vaut très largement les 15 ou 20€ que j'ai pu le payer (je ne me souviens plus, en fait)...
    En plus, je déteste le monde de la boxe, donc pour que ça ait pu m'accrocher, c'est que ça parle en fait de tout autre chose.
    Entre autre d'un vieillard coupé de sa fille, qui se voit d'un coup interpellé par une boxeuse beaucoup plus jeune que lui, qui ne souhaite que lui comme entraîneur :

    "I don't train girls" , c'est au début sa réplique favorite. Mais finalement, Clint finit par céder à l'attraction, et finalement, certaines des scènes des plus drôles de ce film (qui ne l'est pas du tout) résident dans ces moments, où Clint tente de se la jouer gros "macho" méchant de base, et devient tout d'un coup "liquide" face à la candeur et la gentillesse de son élève...

    Le trio d'acteurs est absolument parfait, et notamment Morgan Freeman qui, de même que dans SEVEN, semble ici traîner toute la tristesse et le désabusement du monde :

    La fin n'est pas vraiment ce qu'on appelle une "Happy End", mais encore une fois, trop en dévoiler serait absolument criminel...

    En tout cas, tout comme pour SUR LA ROUTE DE MADISON ou TITANIC, prévoyez un certain nombre de mouchoirs, c'est assez prudent...

    2) L'autre DVD qui vient d'être réédité, et qui est sans aucun doute ce que l'on peut appeler LE chef-d'oeuvre absolu du film noir, EN QUATRIÈME VITESSE (en anglais: KISS ME DEADLY) de Robert Aldrich (1955), un film tellement célèbre et mythique que la plupart des grands réalisateurs passent leur temps à le citer, directement ou indirectement.

    Par exemple, ce plan totalement halluciné du générique :

    ...repris par Lynch pour l'ouverture de LOST HIGHWAY :

    Le fameux plan de l'ouverture de la mystérieuse boîte :

    ...cité avec complaisance dans PULP FICTION de Tarentino (et également à la vingt-deuxième minute - pour être précis - de PAYCHECK de John Woo, sauf que je ne l'ai pas en DVD, donc adieu la copie d'écran) :

    Le personnage truculent du garagiste grec Nick ("Vavavoum !"), repris encore une fois par Lynch dans LOST HIGHWAY :


    Et pour finir, l'image finale de la maison sur piloti en feu, encore l'un des grands moments de LOST HYGHWAY qui tire son origine de KISS ME DEADLY :


    Bref... Un chef d'oeuvre absolu des années 50, ne loupez jamais ce film si vous avez l'occasion de le voir programmé (vraisemblablement, ce sera sur ARTE, un de ces jours, et on espère en V.O, car la V.F s'avère totalement lamentable, comme pour la plupart des films de cette époque)...

    Libellés :