À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mercredi, janvier 11, 2006

    COLÈRE !!!

    Je ne sais pas si vous avez remarqué, ces derniers temps, mais après l'Irlande, l'Italie et très récemment l'Espagne, certains Lobbyings tentent à tout prix de faire virer la "cuti" de notre beau pays de France concernant sa légendaire tolérance en matière de tabac, malgré l'échec cuisant de la proposition de loi récemment soumise à l'assemblée (ceci dit, on a eu "chaud", je crois, et c'est une question d'années, sinon de mois, pour que tous ces rabat-joie parviennent à leurs fins).

    Pour preuve les récents spots télévisés dus au C.N.C.T, le tristement célèbre Comité National Contre le Tabagisme, qui entreprend de fait en ce début d’année une campagne d’information particulièrement agressive et démagogique sur le thème :
    "Savez-vous... 1) ce qui est cent fois plus toxique que l’amiante dans les bâtiments ? (c'est totalement faux !) 2) ce qui augmente de 50 % le risque d’infarctus ? 3) à quel risque est exposé chaque jour un employé de bar-restaurant ?"
    ...trois spots distincts diffusés en alternance et en prime time du samedi 7 au dimanche 15 janvier 2006 (heureusement, une semaine s'oublie vite !), commentés en alternance par Yves Martinet, pneumologue, président du Comité national contre le tabagisme et Daniel Thomas, cardiologue, ancien président de la Fédération française de cardiologie, ainsi que le docteur Nathalie Wirth, médecin tabacologue au CHU de Nancy.

    Je n'ai que peu de choses à dire sur le sujet, mais je les dis :

    1) Déjà, rien qu'à voir leurs têtes, ces trois médecins ont l'air de s'éclater à tel point dans leur vie qu'à tout prendre, je préfère la mienne, même si celle-ci sera sans doute un peu plus courte que la leur à cause du tabac (mais elle sera très certainement plus rigolote !)
    2) Ensuite, ça veut dire quoi, cet argument débile : "À quel risque est exposé chaque jour un employé de bar-restaurant" ???
    Dans mon métier, je flirte jour après jour avec la tendinite ou l'arthrose, pourquoi ne pas interdire la pratique de la musique comme les Talibans, tant qu'on y est ? Et que dire des gens qui sont guides de haute montagne, ou qui travaillent sur des plateformes pétrolières ? Seraient-ils assez stupides pour ne pas savoir qu'à un contre vingt, ils risquent une mort atroce, fracassés sur un rocher ou carbonisés lors d'une explosion ?
    On fait un métier, on en assume les risques, quels qu'ils soient... Et si on ne supporte pas la fumée, et bien on fait autre chose que garçon de café, c'est aussi simple que ça... Non, vous ne croyez pas ?

    3) Quant à la "convivialité", et bien... si jamais cette loi passe, ce sera bien sûr un mot à définitivement rayer du vocabulaire, puisque seuls les non-fumeurs auront le droit d'aller dans les cafés, les restaurants, les discothèques, etc. Ça risque d'être assez "chiant", a priori... mais bon. Si ça les amuse... En tout cas, c'est par essence à l'opposé de l'étymologie même du mot ("convivere"), autrement dit : vivre ensemble (et sous-entendu avec des goûts différents, ce que l'on a toujours réussi à faire jusqu'ici).
    4) Et pour finir, le plus grave dans tout ça (je trouve), ce sont les fondements mêmes de la soi-disant démocratie dans laquelle nous sommes censés vivre qui sont pour ainsi dire sapés à la base (la "démocratie", c'est comme Dieu, finalement : on en entend toujours parler, mais on ne la voit jamais) !
    Car avec quoi cette gentille C.N.C.T finance-t-elle ces coûteuses campagnes publicitaires, sinon avec le "racket" étatique consistant à vendre à près de cinq Euros des paquets en réalité d'une valeur de 20 centimes ?
    Et pourquoi le groupe adverse – celui des "méchants", celui des "vilains fumeurs" – n'a-t-il lui droit à aucun de ces coûteux spots ? Ne serait-ce que pour souligner le rôle anti stress du tabac, stress que ces mêmes médecins stigmatisent de plus en plus comme facteur primal de déclenchement des cancers ?
    Est-ce que c'est cela, la démocratie ? Dans l'idée, ça ne serait pas plutôt une sorte de débat impartial entre groupes défendant des intérêts divergents ? Non ?
    Bon, j'ai dû rêver ("I had a Dream..."), je crois, là...

    Et dernière question, non des moindres : pourquoi, jusqu'à très récemment, le Lobby viticole a-t-il toujours réussi à persuader l'assemblée que la moindre taxation serait meurtrière pour l'agriculture, alors que l'on sait que le vin, bien plus que le tabac, reste le principal responsable de toutes les admissions en gastrologie, entérologie, oncologie, psychiatrie & neurologie (de sorte qu'actuellement, pour le prix d'un paquet "nocif" de tabac, on peut au moins acheter deux bouteilles de "bon" vin, voire quatre de vin de table, si l'on n'est pas trop regardant sur la qualité) ?

    Dieu merci, il ne me reste pas si longtemps à vivre, tout au plus une petite cinquantaine d'années (notez mon optimisme !)... Mais ayant connu ce que j'ai connu, je n'aimerai guère me retrouver ayant vingt ans dans ce monde horrifique, sans espoir (ou presque), cerné par un carcan de lois qui ne va pas aller en s'améliorant.

    Souvenirs, souvenirs : quand j'avais seize ans (en 1975), non seulement on pouvait fumer absolument partout – au lycée, en classe, au cinéma, dans le train, dans l'avion -, mais en outre le paquet de Gauloises ne coûtait qu'un franc soixante-dix, soit 0,25 Euros, LOL !!!

    "Quoi que puisse dire Aristote et toute la Philosophie, il n'est rien d'égal au tabac : c'est la passion des honnêtes gens, et qui vit sans tabac n'est pas digne de vivre. Non seulement il réjouit et purge les cerveaux humains, mais encore il instruit les âmes à la vertu, et l'on apprend avec lui à devenir honnête homme. Ne voyez-vous pas bien, dès qu'on en prend, de quelle manière obligeante on en use avec tout le monde, et comme on est ravi d'en donner à droit et à gauche, partout où l'on se trouve ? On n'attend pas même qu'on en demande, et l'on court au-devant du souhait des gens : tant il est vrai que le tabac inspire des sentiments d'honneur et de vertu à tous ceux qui en prennent."
    (Molière, DOM JUAN, Acte 1, Scène 1, 1665).
    O Tempora, O mores !!!

    Libellés :