À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • mercredi, novembre 30, 2005

    DE PLUS EN PLUS FORT !

    Tout le monde le sait, il y a sur ce Blog à boire et manger : un programme TV apparemment très suivi, de temps en temps de belles photos de montagnes également appréciées, quelques infos "musiques" ou "buffalos" qui rencontrent déjà moins d'unanimité, sans parler de "news" personnelles qui ne concernent quasiment que les parisiens, voire un cercle d'amis et de famille encore plus restreint...
    Alors pour tous les gens pressés ou paresseux qui ne s'intéresseraient qu'à mon petit commentaire bi-hedomadaire des films diffusés sur le petit écran, je viens de rajouter un lien direct vers celui-ci - et uniquement celui-ci ! -, c'est tout simplement le premier lien dans la colonne de droite, "Programme TV".
    En résumé, vous ouvrez mon Blog à l'adresse http://vincenttheone.blogspot.com/, vous faites légérement défiler l'écran, et en cliquant sur le tout premier lien, vous aurez accès directement à la dernière version publiée de ma chronique (ainsi qu'aux commentaires, qui s'afficheront même automatiquement sans la moindre démarche de votre part)...
    Trop cool, non ? (Mais vous ne savez pas ce que vous perdez en court-circuitant le reste du Blog, à vous de voir... Hé, hé !!!).
    D'autre part, je viens juste de rajouter un petit lien fort utile, juste en-dessous des "pubs", qui si vous ne l'avez pas déjà vous permettra de télécharger le logiciel gratuit "Firefox", le navigateur le plus puissant et le mieux pensé d'Internet (sauf si vous surfez à partir d'AOL, car leur technologie "Top Speed" exclusive couplée avec des serveurs géants permet des vitesses de navigation encore supérieures). Mais si vous faites partie des "pauvres" internautes pour qui les termes "MSN Explorer" et "Outlock" ont encore un sens - autrement dit les deux navigateurs probablement les plus mal conçus au monde - je n'aurais qu'un conseil à vous donner : l'essayer, c'est l'adopter !

    Libellés :

    dimanche, novembre 27, 2005

    ENCORE LYNCH !

    À l’heure qu’il est, je viens tout juste de recevoir le DVD de Lost Highway de David Lynch, l’un des films probablement les plus géniaux et les plus innovants de ces dernières années. Et ça attaque sans vous laisser le temps de souffler, dès le générique à cent à l'heure accompagné par le bien choisi titre de David Bowie : "I'm deranged" !


    Tout comme Fight Club, cet opus nous propose une magistrale réflexion et démonstration sur la schizophrénie, sinon que contrairement à David Fincher, David Lynch ne met jamais, comme on dit, les points sur les "i", et laisse le spectateur à la dérive, le rend, en quelque sorte, "schizophrène" lui-même à la vision de cette oeuvre magistrale... La sombre histoire d'un saxophoniste de jazz, Fred Madison, dont les soupçons paranoïaques finissent par le mener au coeur même de la folie, et nous avec :




    Photo sublime, bande son exceptionnelle (bien sûr supervisée par le maître lui-même, de sorte qu’en contrepartie, les V.F. sont presque toujours immondes !), acteurs impeccables : bref, que du bonheur (même s'il s'agit d'un film "difficile" à la première lecture) !!!

    Un must entre tous, pour situer le souci de perfection de "Monsieur" Lynch : le gros plan dans le jardin au beau milieu du film, juste après la "transformation" du personnage principal, où la bande son elle-même semble nous révéler exactement la dissociation mentale de l'individu, par l'usage d'une image stéréo bien plus spatialisée qu'à l'accoutumée. Hallucinant, non ?

    À noter la présence du trop rare Robert Loggia, engagé par Lynch en raison de "son immense capacité à se mettre en colère (sic)", comme le cinéaste l'avait expérimenté à ses dépends quelques années plus tôt lors d'un casting houleux :

    Bref, un film magique, envoûtant et dérangeant, avec comme toujours chez le maître son lot d'images fascinantes et sublimes :




    Et pour finir (ne boudons pas notre plaisir, même si ce détail serait mieux à sa place sur mon autre Blog SNEAKERS & BUFFALOS), un grand merci à l'habilleuse qui durant tout le film fait déambuler la superbe Patricia Arquette en non moins superbes plateformes, LOL !



    J’ai reçu ce génial DVD via le fameux site que je ne saurais trop vous recommander, Musicandfilm.fr (normalement, ils font presque toujours leur pub en dernière page des canards TV, genre : trois DVD pour 15 Euros). La seule obligation étant d’acheter 6 CD ou DVD dans les deux ans qui suivent, à des prix, c’est important de le noter, généralement très inférieurs à ceux de la FNAC (les 3 DVD d’accueil étant déjà compris dans ce calcul), autant dire que c’est extrêmement peu contraignant, et très avantageux...

    Sans compter qu’au bout d’un certain nombre de DVD achetés, une dizaine, je crois, vous ne payez même plus les frais de port (gratuits), et bénéficiez en outre d’une réduction de 5% sur leurs tarifs (et probablement plus, par la suite).

    Donc, une seule adresse : Musicandfilm.fr !!!

    Libellés :

    MY FIRST DOLLAR !

    Après quatre jours d'installation de mes trois petites "pubs" en début de Blog (j'espère que ça ne vous dérange pas trop, après tout, c'est beaucoup moins pénible que les Pop-Ups des sites hébergés sous Yahoo, non ?) grâce au programme ADSENSE (by GOOGLE), j'ai tout de même réussi à gagner la somme mirifique de ONE dollar, ce qui va me permettre, si je calcule bien, d'augmenter la superficie de mon appartement de 0,0005 m2 - dans le dix-septième, attention !

    Dommage qu'il ne s'agisse que d'un "dollar" virtuel, sinon, j'aurais bien fait comme l'oncle Picsou, en l'enserrant sous une cloche de verre inviolable, LOL !


    Bon. Si vous aimez faire des recherches sous GOOGLE, soyez sympas de les faire à partir de mon Blog, afin qu'un jour ceci devienne enfin synonyme de cela (by Andy Warhol) :

    Afin que je puisse une bonne fois pour toutes m'arrêter de travailler, vivre de mes rentes et ne faire que ce qui me plaît, ce qui est bien sûr le souhait caché de tout un chacun, LOL !
    Cliquez, cliquez, cliquez... du mieux que vous pouvez !!!

    Libellés :

    samedi, novembre 26, 2005

    LE VIN DES ROCHERS

    Façon de parler... Mais comment concilier l'amour du bon vin avec celui de la haute montagne ?
    Les vins de Savoie ? Souvent décevants. Le Fendant du Valais ? Bien trop cher pour ce que c'est... Restent les très excellents vins de la Valtelline, au pied du massif de la Bernina, notamment le Grumello, l'Inferno et le réputé Sforzato (14,5° !!!), ainsi que les nombreuses déclinaisons du "Traminer" issu des Dolomites, hélas presque tous quasi introuvables en France.
    Autant de bonnes raisons pour signaler cette excellente bouteille en vente depuis peu chez NICOLAS (le caviste qu'on ne présente plus !), "FITZROY", un vin d'Argentine décliné en deux cépages rouges (Malbec ou Cabernet) et un blanc (Torrontes), autour de cinq Euros.


    Vous ne voyez pas le rapport ? Alors c'est que vous n'appartenez pas à la grande tribu "Montagne & Alpinisme". Car outre l'Everest, le Mont Blanc et le Cervin, s'il y a des parois mythiques dans le monde, ce sont bien celles du Fitzroy en Patagonie, longtemps réputées invincibles, et pour cause :


    Mamma mia, quelle beauté ! En tout cas, faute d'avoir le niveau suffisant pour les grimper (là, je ne vais pas crâner, ce n'est pas mon cas non plus !), vous savez désormais qu'au pied de ces sublimes aiguilles, la Bodegas FITZROY reste toujours prête à vous accueillir.

    Faute d'ivresse des cimes...

    P.S : Un petit coucou à Béatrice, qui si je ne m'abuse est née il y a à peine trente ans en ces lointaines contrées !

    Libellés : ,

    jeudi, novembre 24, 2005

    TROP FORT !!!

    RHAAAA, TROP FORT, le Myself, je n’en reviens pas moi-même... J’ai presque mis deux jours à tout comprendre (alors qu’ils annoncent fièrement "installation facile" en quinze minutes, certainement pour des Q.I. à partir de 180, ou quelque chose comme ça, rien que pour s’inscrire, montrer patte blanche et enregistrer ses données bancaires, ça doit prendre pas loin d’une demi-heure, LOL !), mais j’ai enfin réussi à insérer et à modifier le code HTML nécessaire pour avoir accès au réseau ADSENSE, de sorte qu’en contrepartie du léger inconvénient d’avoir une pub ciblée en début de Blog, vous avez désormais la possibilité d’effectuer des recherches sous Google sans même avoir besoin de quitter ma page principale, la plus belle, comme chacun sait !

    Le léger problème que j’entrevois jusqu’à maintenant, c’est que leur fameux moteur d’analyse pour cibler les annonces ne se base guère sur le titre du Blog (c’était ce que j’espérais, afin que vous n’ayez guère qu’à subir une courte publicité concernant le cinéma, la montagne ou la musique), mais apparemment plutôt sur le contenu contextuel de la dernière page affichée, de sorte que dans mon dernier article sur la grève de la SNCF, les fameuses pubs "ciblées" concernaient des sites sur le droit du travail, les grilles de salaire, etc... Bref, ce n’était pas tout à fait ce à quoi je m’attendais, mais en même temps, tout cela est très jeune pour moi, et donc je m’octroie encore quelques semaines pour maîtriser les nombreuses fonctionnalités d’ADSENSE, et évaluer la pertinence – ou non – de la présence publicitaire sur ce Blog (beaucoup plus justifiée sur l’autre, en revanche (SNEAKERS & BUFFALOS), du fait de sa thématique unique) !

    TROP FORT également, le dernier Star Wars, Revenge of the Siths, on s’est regardé ça à fond les manettes avec un ami hier soir, c’est toujours aussi grand !



    Et pourtant, et pourtant... On reste malgré tout sur sa faim, frustré de ne pas avoir assisté à de véritables événements, mais plutôt à un brassage et recyclage (certes virtuose, mais moins imaginatif) des éléments des deux derniers Opus.

    Souvenez-vous de la "course de pods" de La Menace Fantôme, jamais, au grand jamais, on n’avait vu quoi que ce soit de ce genre au cinéma, on en sortait littéralement époustouflé, de même que la grande scène de l’arène (entre autres) dans l’Attaque des Clones ! Là, rien de vraiment nouveau, même si ça reste toujours de très haut niveau... mais après tout, le cahier des charges s’avérait particulièrement contraignant, et le fait de devoir raccorder parfaitement avec le tout premier Star Wars historique (le quatrième, en réalité, comme chacun sait) ne laissait sans doute guère de marge à Georges Lucas. Quoiqu’il en soit, si vous avez aimé ces illustrations, vous pourrez trouver environ 300 Wallpapers en HD (2,5 mégas la photo !) du même genre sur le site (légal ?) : WALLPAPERS STAR WARS.

    TROP FORT enfin, cette petite affichette que l’on vient de m’envoyer, histoire de finir sur une petite note légère :

    En espérant qu’ils ne soient pas tous comme ça, LOOOL !

    Libellés : ,

    mardi, novembre 22, 2005

    C'EST POSSIBLE !!!

    Vous me connaissez, je n'ai guère la fibre militante, et il est fort rare que je me mêle de "social" ou de politique sur ce Blog, d'autres font ça très bien, et c'est un sujet qui au demeurant me passionne très moyennement...
    Une fois n'est cependant pas coutume, je viens à l'instant de recevoir de mon amie Corine un texte qui, je le suppose, va en faire bondir plus d'un, et que je me sens absolument obligé de vous livrer tel quel :
    Pour bien comprendre la prochaine grève SNCF, restez calmes en lisant ce qui suit et respirez profondément :
    Recettes annuelles : 57 milliards de Frs.
    Budget annuel : 118,5 milliards de Frs.
    Subvention annuelle de l'état : 75 milliards de Frs soit la valeur d’un Crédit Lyonnais tous les deux ans avec nos impôts !
    Financement des retraites : 14 milliards (toujours avec nos impôts).
    Dette à financer : 232 milliards (SNCF+RFF, l'équivalent du CDR au Lyonnais).

    Situation d'un conducteur de TGV :
    Salaire : de 14.000 Frs net en début de carrière (2 smics) à 21.000Frs (32000Frs net conducteur TGV) en fin de carrière.

    Plus :

    - prime de fin d'année,
    - prime de travail (restons calmes !),
    - prime de parcours,
    - prime de TGV,
    - prime de charbon (vous lisez bien),
    - gratification de vacances,
    - gratification annuelle d'exploitation,
    - indemnités pour heures supplémentaires,
    - allocations de déplacement (non imposable),
    - etc,etc.

    Horaires de travail : 25 heures par semaine (vive les 35 heures !)
    Pour un conducteur TGV de 40 ans, le salaire net annuel toutes primes et avantages confondus s'élève (d’après la Vie du Rail 2002) à 490.000 Frs (là, vous pleurez, normalement !)
    Retraite : à 50 ans (je ne sais pas pour vous, mais moi, j'en ai au moins jusqu'a 65 ans).
    Soins : gratuits (sur leur temps de travail) auprès d'un des 15900 établissements de soins agrées où ils sont couverts à .... 100 % !

    Autres privilèges :
    - Gratuité des transports pour les agents et leur famille
    - Comité d’Entreprise très généreux
    - Garantie de l’emploi à vie, etc, etc.

    ET ILS OSENT SE METTRE EN GREVE ET PRENDRE LES USAGERS (le mot "client" n’existe pas à la SNCF) EN OTAGE !!!

    Quelques dernières (pour la route, ou plutôt le rail !) : à la SNCF, pour les sédentaires qui n'avaient droit à aucune prime, ils ont trouvé le moyen de créer la "prime d'absence de prime" !!!
    La SNCF représente 1% des emplois de notre beau pays, ses salariés cumulent 20% des jours de grève effectués en France !!!

    Transmettez ces chiffres au maximum de personnes que vous connaissez et qui empruntent la SNCF régulièrement pour que l'on n’entende plus à la prochaîne grève un "usager" dire à la radio : "Ils ont sûrement de bonnes raisons pour faire grève... ".

    Merci pour tous les "clients".
    Voili, voilà... Comme on dit, ne tuez pas le messager ! Je ne fais que transmettre un texte qui m'apparaît particulièrement pertinent, et l'on aimerait d'ailleurs entendre plus souvent ces mêmes chiffres dans la bouche de nos grandes idôles du J.T., PPDA et consors...

    Pourquoi cela n'arrive-t-il jamais ? Curieux, n'est-ce pas ? La télévision n'est tout de même pas inféodée au gouvernement (LOL de chez LOL !) ?

    En tous cas, que ceci ne vous gâche pas la Sainte Cécile (voir ci-après) !

    Libellés :

    SANCTA CECILIA...

    Aujourd'hui, jour sacré entre tous, vous ne le savez sans doute pas tous, mais c’est vraiment pour de vrai la VRAIE fête de la musique, la Sainte Cécile, et ceci depuis pratiquement depuis deux mille ans (bien que la tradition ne remonte qu’au VIème siècle).
    Jeune fille de la plus haute noblesse ayant vécu entre le premier et le second siècle après Jésus Christ, Cécile fut contrainte d’épouser le noble romain Valerius, alors qu’elle avait fait vœu de virginité. Dans la chambre nuptiale, elle convertit toutefois le jeune homme au christianisme après l’appartion d’un ange, et le convainquit de recevoir le baptême avec son frère Tiburce. Cécile refusa ensuite de sacrifier aux dieux païens, et fut condamné à mourir étouffée dans une chaudière, mais un miracle se produisit : elle fut rafraîchie par une nuée venue du ciel. Elle fut alors promise à la décapitation, mais le bourreau, malgré trois coups fort violents, ne parvint pas à détacher la tête de son corps ; elle agonisa ainsi mutilée durant trois longs jours.

    Un magnifique tableau de Nicolas Poussin nous la représente dans toute sa splendeur :

    C’est seulement à partir de la fin du XVème siècle que Sainte Cécile devint effectivement la "patronne" des musiciens, à la suite d’un contresens fait à la fin du Moyen Âge sur une phrase du récit de sa passion : on a cru qu’elle se rendait au supplice en jouant de l’orgue, alors qu’au contraire, elle cherchait à ne pas entendre la musique qui accompagnait son martyre (lire, à ce sujet, le très excellent livre de Pascal Quignard : LA HAINE DE LA MUSIQUE, et notamment le chapitre dédié aux camps de concentration, où il relate des expériences curieusement similaires... Édifiant !).
    Quoiqu’il en soit, elle est à l’époque moderne la patronne de la musique sacrée, des musiciens, des chanteurs et des facteurs d’instruments (Toutes ces précisions viennent du passionnant livre LA BIBLE ET LES SAINTS, Guide Iconographique, aux éditions Flammarion).

    (Les images précédentes sont extraites des buffets d’orgue de Lille et de Auch) . D’après mes sources, un individu très douteux de la fin du vingtième siècle aurait tenté de se substituer à la VRAIE Sainte-Cécile, aux seules fins de créer une "fête de la musique" parrallèle :

    Si mes souvenirs sont bons, c’était autour de l’an de grâce mil neuf cent quatre-vingt et un, et comme c’était flatter dans le sens du poil les "djeuns" et les "amateurs" de tout genre, je continue de rester persuadé que les conservatoires et autres institutions se désavouent outre mesure en participant à cette mascarade de la gauche "caviar", au lieu de fêter la vraie Sainte de la musique, la seule, l’unique, la très vénérable Sainte Cécile.

    Je n'ai jamais participé à une seule "Fête de la musique", et je n'y participerai jamais... Pour la bonne raison que lorqu'on institue une "fête" de la musique, ou une "journée" de la femme, c'est le signe que la chose en question se trouve menacée, et quasiment sur le point de disparaître...

    Je n'ai pas raison, là, sur ce coup ???

    Bien sûr que si (comme d'habitude) !

    Libellés : , ,

    lundi, novembre 21, 2005

    C'EST PAS TROP TÔT !

    Enfin l'hiver, et ce petit 5° qu'on adore (mais oui, je sais, je dois être l'un des rares dans ce cas, mais j'ai parlé avec plusieurs autres verseaux et capricornes, et finalement, cela a sans doute grandement à voir avec la saison où l'on naît).
    Après tout, qu'est-ce que ça a de si incroyable ? En tant que nourrissons, nous sommes confrontés au froid glacial de janvier dès les premières semaines de notre vie, et on n'a pas le choix : ou on crève, ou on s'adapte... et ça devient pour nous une sorte de seconde nature !
    Alors évidemment, il y deux ans, j'ai quasiment réussi à rester en T-shirt non pas jusqu'au Spitzberg (faut pas pousser !), mais au moins jusqu'au Cap Nord de la Norvège, en voyant tous les autres passagers enmitouflés d'anoraks, d'écharpes, de gants, etc... Mais il y a bien sûr un prix à payer : au-dessus de 25°, je suis quasi mort, inerte, liquide, en quelque sorte. Autant dire que le Liban l'été dernier, c'était quand même super dur, quelque part, lol !!!
    Voici donc ma saison préférée revenue, et avec elle l'occasion de ressortir les fameuses BUFFALOS, ces si chaudes et si sublimes... bah, on ne peut pas dire "sneakers", ni "baskets", ni "tennis", ni quoi que ce soit, comme le soulignait une lectrice du FAZ (Frankfurter Allgemeine Zeitung), "Buffalos sind keine Schuhe, Buffalos sind eben Buffalos" (Les Buffalos, ce ne sont pas des chaussures. Les Buffalos, ce sont tout simplement... des Buffalos !).




    Et comme ce Blog s'intitule quand même MOVIES, MONTAGNES, MUSIQUES (& BUFFALOS !), et qu'on ne parle presque toujours que des trois premiers termes, voici au moins pour une fois l'occasion de mentionner le quatrième, c'est pourquoi j'en ai balancé quatre d'un seul coup (et encore, parmi les plus classiques, faut commencer doucement, LOL !)

    C'est ainsi que naissent les légendes...

    It's a cult, you know ?

    Libellés :

    samedi, novembre 19, 2005

    FOON

    D'habitude, je ne fais pas de pub pour des films que je n'ai pas encore vus, vous le savez... Mais là, j'ai une copine qui joue dedans, donc exceptionnellement :

    Sortie le 30 novembre dans de nombreuses salles, dont Gaumont Opéra, UGC Les Halles, etc...

    Toutes les infos sur ALLOCINÉ, bien sûr, mais aussi sur le site dédié : FOON !

    Libellés :

    mercredi, novembre 02, 2005

    ENFIN !

    Mais oui, enfin l'hiver, ma saison préférée (je suis verseau, ne l'oublions pas) !
    Et puis ça sert à quoi d'avoir une superbe collection d'une vingtaine de Buffalos, si on ne peut jamais les porter pour cause de chaleur "abracadabrantesques" durant ces deux mois d'octobre et de novembre réunis, hein ???


    Voici enfin revenu le temps des concerts vestimentairement "innovants", comme vous pourrez le constater dans l'article suivant !

    Et ce n'est pas trop tôt !!!

    Libellés : ,

    TROIS TÉNORS

    Vous en avez marre des concerts classiques qui se suivent et se ressemblent ? Vous aimeriez bien entendre aussi un peu de Jazz ou de Music-Hall ? Les sempiternels costumes trois pièces vous dépriment tout autant que moi ? Alors ce concert est fait pour vous !
    On fait ce petit concert super sympa tous les ans depuis cinq ou six ans, et ça marche du feu de Dieu à chaque fois. Il y a toujours deux ou trois ténors, un baryton, une contralto, un pianiste pas trop mal (hé hé, c'est moi, LOL !), plus un acteur imitateur excellent, et toujours quelques surprises de dernière minute...


    Juste pour donner une idée de l'ambiance (et encore, ça, c'était en 2002, une année plutôt sobre, LOL !) :



    Ça se passe toujours dans la jolie salle du Conservatoire du IXème, 17, Rue de Rochechouart, et c'est le vendredi 18 Novembre à 19h précises (entrée gratuite).

    Venez nombreux, vous ne le regretterez pas !

    (En plus, je viens d'avoir le Grand Rabbin de Paris au téléphone, qui m'a confirmé qu'à l'occasion d'un tel événement, il autorisait à titre exceptionnel ses ouailles à retarder Shabat de quelques heures, sous réserve de l'avancer légérement la semaine suivante... Mazeltof !).

    Et dans la foulée, si vous ne savez pas quoi faire le dimanche suivant, une autre bonne occasion de se divertir avec un concert "hors cadre classique" autour de l'Italie et du Japon (donc il y aura forcément des extraits de Madame Butterfly), avec Yoshié Hurth, Barbara Pigott et mon excellent collègue pianiste Olivier Pigott, c'est à la librairie "L'île lettrée", 89, boulevard de Magenta, 75010, à 17 heures :


    Bon, c'est vrai, c'est dix euros, d'accord... Mais il y a le verre de l'amitié, et c'est ce que vous auriez de toute façon dépensé en prenant deux ou trois apéros dans un bistrot du quartier. Donc, n'hésitez pas !

    Libellés :

    ILLUMINATION

    J'y ai mis du temps, mais j'ai enfin compris pourquoi mes amis "cordes" plus jeunes que moi se montraient quelque peu réticents à l'introduction d'un léger côté "DISCO" ou "HIP-HOP" dans le cadre du concert "classique", alors que moi qui suis un "vieux" de chez "vieux", je milite farouchement pour cette tendance, à savoir, jouer la musique classique en se sentant très à l'aise vestimentairement, autrement dit très "Fashion Victim", etc, etc...
    Je pense qu'ils ont dû tomber sur certaines images circulant sur Internet, assez traumatisantes à vrai dire, la preuve :





    Du coup, quand ils me voient débarquer en Buffalos, ce qui est environ à 100% le cas en hiver (si tant est qu'on ait un hiver cet année...), ils repensent à ces photos, ils flippent, et se disent: "Bon, finalement, gardons la vieille habitude du costume trois pièces !".

    Bon. C'est très con comme attitude, mais vu sous cet angle, ça peut se défendre, éventuellement...

    En même temps, ce ne sont que des cordes, pas des Premiers Prix d'Accompagnement du CNSM. Donc si il y en a un qui doit dicter sa loi ici, devinez qui, n'est-ce pas ?

    Pretty obvious !!!

    Libellés : ,

    NEC PLURIBUS IMPAR

    Comme j’ai tendance à faire ma petite chronique TV essentiellement autour du cinéma, j’avais omis de mentionner ce qui s’annonce samedi 5 comme une soirée absolument captivante sur ARTE autour du Grand Siècle et de Louis XIV ("à nul autre comparable", bien sûr, comme l’indique sa devise inscrite en titre de cet article).

    Début des hostilités à 20h40 avec "Si Versailles m’était conté"», un documentaire sur la multitude de métiers d’art hautement spécialisés (doreurs, sculpteurs, vernisseurs, etc.), qui survivent heureusement grâce à l’entretien constant que réclame une splendeur de cette envergure, et seraient sans doute tombés dans un tragique oubli sans le besoin permanent de restauration ici ou là.


    Ensuite, à 21h35, "Marc Antoine Charpentier, un automne musical à Versailles", autre documentaire gratifié de trois étoiles dans mon journal TV, une bonne occasion de redécouvrir les beautés de cette musique rare et raffinée, qui semble aujourd’hui encore souffrir de l’ostracisme dans laquelle le (fourbe) Lully l’a maintenue durant toute son existence, sans doute par peur d’un rival trop doué (à noter que la technique a depuis également servi à Saint-Saëns comme à Boulez, avec un égal bonheur, hélas !).



    Et ça continue encore le lendemain dimanche sur la même chaîne à 20h50, avec tout d'abord une "docu-fiction" sur Marie-Antoinette (ça, ça m'intéresse déjà beaucoup moins comme période...), suivi à 22h25 d'un documentaire de Denis Podalydès sur "Versailles, les jardins du pouvoir", qui ne devrait pas être mal, vu que Denis Podalydès n'est pas seulement un réalisteur confirmé, mais également un Versaillais depuis sa plus tendre enfance (sans compter que la conception des jardins, remarquablement riche en symboles de toutes sortes, s'avère quasiment mythologique, et nécessite à coup sûr un décryptage pour y voir plus clair), pour finir à 23h20 avec La Prise du Pouvoir par Louis XIV, film de Roberto Rossellini que je n'ai personnellement jamais vu, mais qui étant donné le réalisateur ne sera sûrement pas décevant.
    En illustration, le "Salon de Vénus", à mes yeux la plus belle pièce du château, l’équilibre idéal entre la rigueur architecturale et le raffinement de l’ornementation (comme chez Bach), qui peut parfois sembler quelque peu exagérée dans d’autres pièces des "Grands Appartements" (mais n’oublions pas que ces pièces d’apparat servaient majoritairement pour les réceptions nocturnes, et qu’il faut imaginer toutes ces enluminures éclairées seulement à la lumière des chandelles).

    Sur un sujet très proche, je vous conseille d’ailleurs un excellent livre de Junichirô Tanizaki, In'ei Raisan (Éloge de l’Ombre), qui place lui aussi en relation les coutumes de l’ancien Japon (maquillage très blanc, laques rouges, paravents dorés à l’or fin, etc.) avec l’éclairage à la bougie.

    Et si vous n’avez pas l’occasion de vous rendre à Versailles ou à Vaux le Vicomte (le château de Fouquet, prototype de Versailles), qui organisent à certaines saisons des soirées entièrement illuminées aux chandelles, louez au moins le fascinant Barry Lindon de Stanley Kubrick, le seul film historique au monde tourné sans le moindre apport de lumière électrique.

    Une pure splendeur !

    Libellés : ,

    mardi, novembre 01, 2005

    HOURRA !

    D'après ce que je viens de voir au journal de TF1, le fameux projet de loi contre lequel je m'énervais il y a quelques jours (N.B, sur l'interdiction totale de fumer dans les lieux publics) n'a apparemment absolument aucune chance d'être adopté !
    C'est plutôt rassurant quant à la permanence d'un certain "esprit" français, fait de tolérance, de dialogue et de convivialité... et ça ne veux pas dire que je méprise les non-fumeurs, bien au contraire, mais il y a toujours moyen de s'arranger à l'amiable sans avoir encore besoin de lois supplémentaires "à l'américaine".
    Ou encore pire, à la japonaise, puisque toujours d'après ce même journal de TF1 (ben oui, désolé, moi j'aime bien PPD, c'est quand même un autre charisme que ses concurrents !), il est désormais interdit de fumer dans les rues à Tôkyô !!!
    Quel monde de fous, quand même, on hallucine, des fois...

    Libellés :

    LA TERRE VUE DU CIEL

    Et non, je ne veux pas parler du magnifique livre de Yann Arthus Bertrand, qui pourtant le mériterait vraiment, et dont presque toutes les sublimes images se retrouvent d'ailleurs dans une magnifique définition sur son site LA TERRE VUE DU CIEL, hautement à recommander, mais bien plutôt d'un logiciel absolument "décoiffant" dû à mon hébergeur (BLOGGER n'étant qu'une des nombreuses ramifications de GOOGLE), le bientôt célèbrissime GOOGLE EARTH.
    Bon. Ceux qui l'ont déjà "savent", alors je n'insiste pas... Pour les (pauvres) autres, il vous suffit de vous rendre en urgence sur GOOGLE, de taper "GOOGLE EARTH" et de télécharger le fichier (très exactement 21,5 MO, ce qui n'est pas la mort), et après avoir lancé le programme tout en laissant active la connexion internet, vous allez voir ce que vous allez voir !
    Si vous ne connaissiez que GOOGLE MAPS (déjà pas mal, certes, et ne nécessitant pas d'installation), c'est comme si vous passiez des oeufs de lumps au vrai caviar, ou encore du "vin des rochers" au Château Latour, pour tenter un raccourci éloquent...
    Petit résumé, donc : Vincentheone (I, Me & Myself) est bien au chaud dans sa petite maison du Nord-ouest de Paris :

    Mais au bout d'un moment, il s'ennuie un peu, et décide de rendre visite à son pote dans le XIIIème arrondissement :

    Hélas, il n'est pas là, alors Vincenttheone pousse jusqu'aux limites de Paris et de la campagne pour aller voir sa petite soeur :

    Hélas, elle n'est pas là non plus. Lors donc, Vincenttheone, dans un sursaut désespéré, tente une dernière visite au Conservatoire du XVIème (bien que ce soit la Toussaint), afin de voir s'il n'y aurait pas Valéna, Bérengère, Hélène... enfin bref, quelques élèves qu'il aime bien, mais non. Personne !

    En désespoir de cause, il prend donc son "jet" privé pour aller retrouver son ami gardien de refuge dans les Alpes :

    Mais là encore, c'est bien trop tard, le refuge est déjà fermé ! Ultime recours : se rendre de l'autre côté de la frontière, dans le pays "magique" où les cigarettes ne sont encore qu'à 3 Euros, chez son ami Angelo, probablement l'une des plus belles baraques du Lac de Côme (non, désolé Mesdemoiselles, je ne connais pas l'adresse de la villa de Georges Clooney sur ce même lac, sorry...) :

    Ce faisant, il repense à des moments privilégiés de sa vie passée, comme par exemple cet été à Beyrouth :

    Ou encore, comme il y a vingt ans (déjà !), où il faisait l'ascension du Fuji par la face Sud-est, la plus longue, mais la plus tranquille :


    Le seul problême ici, c'est que tous les exemples que je vous montre, déjà assez hallucinants en soi, ne donnent absolument aucune idée de la "dynamique" de GOOGLE EARTH.

    1) Primo, lorsque vous vous déplacez d'un endroit à un autre, ce n'est même pas comme si vous étiez en avion, c'est carrément comme si vous étiez dans une sorte de fusée (encore à inventer), c'est trop génial !

    2) Secundo, vous pouvez zoomer à volonté sur n'importe quelle zone, un compteur en bas à droite de l'écran vous indique à quelle distance vous vous situez de la terre (ceci étant, tous les endroits du monde ne sont pas (encore) cartographiés avec la même définition, le Spitzberg ou la Réunion étant beaucoup moins flatteurs, par exemple, que Paris ou Manhattan !)

    3) Tertio, et ça, c'est le bonus absolu : certaines zones, majoritairement américaines, bien sûr, ont carrément été cartographiés en 3D, de sorte que si vous sélectionnez par exempe Colorado River, ou Grand Canyon, vous avez carrément l'impression d'arriver en hélico sur le site... Géant !!!

    Bref, et pour résumer : un "must" de l'internet, qui aurait certainement reçu la palme d'or du festival de Cannes si celui-ci comportait une catégorie "logiciels" !

    Mauvaise nouvelle pour les "fans" de Mac Intosh : Google Earth n'existe pour l'instant qu'en version Windows (ils y travaillent, paraît-il) ! Mais vous pouvez toujours vous consoler avec une bonne partie de rigolade en tapant "Google Earth" sous Google, puis sur "traduire cette page" : vous y trouverez des perles aussi désopilantes que : "Mouche de l'espace à votre voisinage", traduction bien sûr très fidèle de "Fly from space to your neighborhood", LOOOL !!!

    Libellés : ,