À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • lundi, novembre 21, 2005

    C'EST PAS TROP TÔT !

    Enfin l'hiver, et ce petit 5° qu'on adore (mais oui, je sais, je dois être l'un des rares dans ce cas, mais j'ai parlé avec plusieurs autres verseaux et capricornes, et finalement, cela a sans doute grandement à voir avec la saison où l'on naît).
    Après tout, qu'est-ce que ça a de si incroyable ? En tant que nourrissons, nous sommes confrontés au froid glacial de janvier dès les premières semaines de notre vie, et on n'a pas le choix : ou on crève, ou on s'adapte... et ça devient pour nous une sorte de seconde nature !
    Alors évidemment, il y deux ans, j'ai quasiment réussi à rester en T-shirt non pas jusqu'au Spitzberg (faut pas pousser !), mais au moins jusqu'au Cap Nord de la Norvège, en voyant tous les autres passagers enmitouflés d'anoraks, d'écharpes, de gants, etc... Mais il y a bien sûr un prix à payer : au-dessus de 25°, je suis quasi mort, inerte, liquide, en quelque sorte. Autant dire que le Liban l'été dernier, c'était quand même super dur, quelque part, lol !!!
    Voici donc ma saison préférée revenue, et avec elle l'occasion de ressortir les fameuses BUFFALOS, ces si chaudes et si sublimes... bah, on ne peut pas dire "sneakers", ni "baskets", ni "tennis", ni quoi que ce soit, comme le soulignait une lectrice du FAZ (Frankfurter Allgemeine Zeitung), "Buffalos sind keine Schuhe, Buffalos sind eben Buffalos" (Les Buffalos, ce ne sont pas des chaussures. Les Buffalos, ce sont tout simplement... des Buffalos !).




    Et comme ce Blog s'intitule quand même MOVIES, MONTAGNES, MUSIQUES (& BUFFALOS !), et qu'on ne parle presque toujours que des trois premiers termes, voici au moins pour une fois l'occasion de mentionner le quatrième, c'est pourquoi j'en ai balancé quatre d'un seul coup (et encore, parmi les plus classiques, faut commencer doucement, LOL !)

    C'est ainsi que naissent les légendes...

    It's a cult, you know ?

    Libellés :