À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • lundi, octobre 31, 2005

    QUELLE DĖMOCRATIE ?

    Alerte rouge ! En zappant brièvement sur l’émission de l’imbuvable Faugiel, je suis tombé par hasard sur une confrontation assez orageuse entre un professeur de médecine d’une part, de l’autre le représentant des buralistes de France. Selon toute vraisemblance, une loi va être proposée à l’assemblée d’ici quelques jours afin de proposer, comme c’est déjà le cas en Irlande et en Italie, l’interdiction TOTALE de fumer dans les lieux publics (ce qui inclut bien sûr bars, restaurants, discothèques, etc.).



    Bon. Qu’on interdise le tabac dans les avions, passe encore ; après tout, la cabine est étroite et confinée, même si finalement, la ventilation était autrefois si efficace qu’honnêtement, l’odeur de tabac restait à peine perceptible.
    Qu’on interdise le tabac dans les trains, c’est déjà plus discutable. Certes, traverser le wagon fumeur n'a jamais été une partie de plaisir, c’est vrai, à tel point que même un grand fumeur comme moi réservait toujours une place en "non fumeur". Mais quel acte fasciste (je pèse mes mots) que de décider unilatéralement de supprimer cet unique wagon, sans la moindre concertation !




    Si cela gênait tant de gens que cela de le traverser (y compris moi, cela va vous surprendre...), il n’y avait qu’à le reléguer en queue de train, et seuls les "volontaires" s’y seraient rendus, où est le problème ? Au lieu de ça, la SNCF va dépenser 40 millions d’Euros pour "nettoyer" les anciens wagons fumeurs, comme si la dette de l’état n’était pas déjà suffisamment monstrueuse... bref, on marche sur la tête, quand même, toujours en essayant d’imiter en tous points les Américains tellement décriés par ailleurs, mais auxquels la faculté de médecine emboîte aussitôt le pas dès qu’il s’agit de fantasmer la société la plus aseptisée possible, une société bien sûr sans tabac ni alcool, et pourquoi pas, à long terme, sans galanterie (désormais nommée "harcèlement"), sans ironie (désormais qualifiée d’"attaque" envers une minorité ou l’autre), et en fin de compte sans relation sexuelle (comme montré assez maladroitement, mais avec pertinence, dans DEMOLITION MAN, avec notre bon vieux Sylvester).



    Alors la vraie question, finalement, c’est : qu’est-ce que c’est que cette soi-disant "démocratie", censée représenter le gouvernement "par" et "pour" le peuple ? Tous les cinq ou six ans, on sollicite notre avis par Referendum sur des questions dont non seulement tout le monde se contrefout (le quinquennat, la constitution européenne), mais dont les textes illisibles - y compris par des juristes de haut niveau -, ont nécessité l’envoi massif de brochures à toute la population française, là encore pour des sommes hallucinantes chiffrables en millions d’euros !

    On se moque toujours beaucoup des Suisses, n’empêche que ce peuple qui a créé la première démocratie du monde (en concurrence serrée avec l’Islande) autour de l’an 600 gouverne essentiellement par (vrais) referendums sur des questions qui concernent vraiment les gens, alors on peut rêver, et se prendre à imaginer quels auraient pu être les derniers referendums (ou plutôt referenda, soyons puristes !) si la France était vraiment un pays démocratique :

    1) Smicards à 1000 Euros par mois et à deux paquets de cigarettes par jour, êtes vous d’accord pour que l’augmentation du prix du tabac finisse par représenter le tiers de votre budget mensuel ?
    2) Smicards à 1000 Euros par mois et à deux paquets de cigarettes par jour, êtes vous d’accord pour que la diminution subséquente de votre budget nourriture vous amène à manger ce qu’il a de moins cher en guise de compensation, c’est à dire n’importe quoi, au risque de carences alimentaires et vitaminiques qui, en fin de compte, finiront par revenir aussi cher à la Sécurité Sociale ?
    3) Fumeurs ou non-fumeurs, êtes vous pour ou contre l’interdiction totale de fumer dans les lieux publics (sachant qu’actuellement il y a plus de non-fumeurs que de fumeurs, le referendum semblerait donc tout à fait approprié, mais hélas ça ne vient pas à l’esprit de nos dirigeants...).
    4) Que pensez-vous d’une taxe sur le vin, étant donné qu’une grande partie des malades en neurologie, gastrologie, oncologie, etc. n’y sont qu’en raison de leur consommation excessive d’alcool.



    Sur ce dernier point, la réponse est très simple : il y a en France un énorme lobbying du vin, qui représente un pourcentage très conséquent de l’agriculture, il n’y a en revanche aucun lobbying du tabac, à peine planté dans certaines zones du Périgord, mais sans véritable enjeu économique... A tel point que l'an dernier, une proposition de loi visant à introduire une taxe de un ou deux centimes par bouteille a été accueillie par un "tollé" si démonstratif de la part des viticulteurs qu'elle a immédiatement été enterrée, la comparaison avec l'augmentation du tabac (qui en l'espace d'un an est passé de 2,50 à presque 5 Euros) est vite faite !!!

    Voici ce que l’on verrait dans un monde parfait et équilibré. Sur les bons steacks de Charral : Attention, manger trop de viande peut provoquer l’anévrisme ou l’infarctus... Sur les bouteilles de Château Latour : Attention, le Bordeaux peut vous tuer !... Et pourquoi pas sur les chocolats :
    Attention, ces chocolats peuvent augmenter votre masse graisseuse et nuire à votre santé !

    Très franchement, je plains les enfants que je n’ai pas : ils vont devoir affronter un monde extrêmement dur, baillonés par un carcan hallucinant de lois, et pris à la gorge par une situation économique ingérable (quelle famille peut aujourd’hui habiter à Paris, à moins d’un million d’Euros pour un appartement ?).

    Donc, quelle démocratie ?

    Il n'y a pas de démocratie en France, c’est mon avis et je le partage, LOL !!!

    Libellés :