À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • vendredi, août 12, 2005

    NOSTALGIE #2 (KYOTO)

    En 869, une terrible épidémie de peste s'abattit sur le Japon. L'empereur Seiwa se rendit alors prier au temple de Gion (Gion-Shôja, qui est d'ailleur le premier mot du Heiké Monogatari !) et organisa une procession de palanquins (matsuri) en plein centre de Kyoto, suite à quoi l'épidémie disparut bel et bien du Japon. Depuis ce jour, tout le mois de juillet est consacré à ces festivités, qui trouvent leur aboutissement dans le fameux Yamaboko Junkô, la grande parade des chars (Yama & Hoko), lors du célèbre Gion-Matsuri.
    J'ai eu la chance, en 86, de me trouver là hic et nunc, et il faut dire qu'à part le monde (digne du 14 Juillet sur les Champs !), ça valait quand même vraiment le détour.
    Déjà la veille, pratiquement toute la ville est dans la rue, pour admirer les multiples décorations de lampions ou les danses traditionnelles :

    Quant au jour-même, c'est une parade de chars immenses tous plus beaux les uns que les autres, avec de magnifiques tapisseries importées par les riches marchands de Kyoto à l'époque Edo :



    Ces chars sont tellement lourds et monumentaux que le vrai calvaire commence quand il s'agit de leur faire prendre un virage. Là, ils s'y mettent au moins à vingt, certains pour aider au moyen de grands bambous, d'autre pour balancer de grands seaux d'eaux pour lubrifier - car n'oublions pas que Kyoto en juillet, c'est dix fois pire que Beyrouth : 34° en moyenne, pour 90° d'humidité !



    Et comme d'habitude, c'est toujours les jeunes qu'en foutent pas une, LOL !!!



    M'enfin bon... c'est la vie, c'est comme ça ! Ils seront ensuite tellement pressés comme des citrons jusqu'à leur retraite qu'ils auraient bien tort de ne pas en profiter, les pauvres...

    Libellés : ,