À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • FULL METAL JACKET
    À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • vendredi, avril 02, 2010

    PÂQUES

    Joyeuses Pâques à tout le monde !!!
    Pour une fois avec de sublimissimes morceaux pour piano que je n'arrête pas de jouer en ce moment, entre autre le trop géant Prélude, Aria & Final, et le célèbre Prélude, Choral & Fugue du trop malheusement méconnu César Franck (1822-1890), dont voici d'ores et déjà le tout premier mouvement (n'oubliez pas de bien régler le volume à droite de chaque vidéo) :


    Ainsi que la seconde partie...
    Celle du magnifique Choral (basé sur la bien connue marche d'harmonie entre quartes et secondes, présente entre autres dans le Canon de Pachelbel, énormément d'œuvres de J.S Bach, la IVème Symphonie de Beethoven, la toute première de Mahler, et - bien sûr, en guise de cloches - dans Parsifal de Richard Wagner) :


    J'aime beaucoup ces deux pianistes... Je ne les connais pas du tout, mais je joue quasiment ces deux œuvres de la même façon, avec les mêmes tempi, les mêmes nuances et les mêmes rubati, donc (pour une fois), je trouve ceci très cool !
    Ceci dit (malheureusement), César Frank a écrit extrêmement peu d'œuvres pour piano, et la grande majorité pour orgue, tout aussi difficiles, dont ce dernier Choral totalement hallucinant (hélas, il n'y en a que la première partie ici) :

    Petit problème pour les pianistes tels que nous : non seulement, César Franck avait des mains capables de se taper "facile" la douzième (do-sol), mais en prime, il écrivait toujours pour le piano comme s'il était sur son orgue, avec le pédalier en permanence disponible, lol ! D'où, très souvent, un paquet d'octaves, d'arpèges et de multiples voix à se taper rien qu'à la main gauche seule, et bon, c'est magnifique, mais "hard de chez hard", pour tout dire...
    Histoire de rester mystique jusqu'au bout, s'il y a quelque chose à absolument écouter durant la jounée de Pâques, c'est forcément celle-ci, les trop géantes Variations de J.S Bach sur le choral "Sei gegrüßet, Jesu gütig" ("Sois remercié, Jésus très bon", BWV 768) :

    Hallucinant, quoi... À tomber le cul par terre, tellement c'est énorme, quoi (surtout le double canon final, trompette + cornet, très exactement à partir de 3'50", soit plus de la moitié du morceau) !

    Le moment "pile-poil" où, en théorie, même si l'on ne croit pas forcément en Dieu, se produit presque toujours cet étrange phénomène (que je ressens de plus en plus souvent, sans doute vu ma mort à venir assez prochainement, comme tout le monde, du reste, l'un de ces quatre...) : juste après avoir fini de jouer toutes ces œuvres géantissimes, la seule chose que je me dis (genre, en regardant vers le plafond), et bien voilà, c'est celle-ci : "Hum... Bon, peut-être qu'il doit réellement exister POUR DE VRAI, finalement", lol !

    Joyeuses Pâques à tout le monde !!!

    P.S : Et comme déjà dit sur PARIS ARCHIS (juste après la vue du très joli Conservatoire Claude Debussy du XVIIème arrondissement), quitte à devoir me "réincarner", autant que ce soit si possible sous forme d'aigle royal, tant qu'à faire !

    Libellés : , , , , , , ,

    16 Comments:

    Anonymous Céline said...

    Merci pour cette découverte. Je ne connaissais pas César Franck. C'est absolument somptueux.

    samedi, 03 avril, 2010  
    Blogger Vincenttheone said...

    Et oui, "somptueux", voici le terme exact, rien à dire !
    L'intégrale de son oeuvre pour orgue tient dans un double CD ERATO plutôt bon marché, enregistré grâce à l'un des plus beaux orgues de Paris (Saint Eustache, 104 jeux) par l'excellent interprète André Marchal, en prime un aveugle...
    Quand on songe au fait que certains pianistes ont besoin de regarder leurs doigts pour déchiffrer, alors que ce type parvenait à jouer ces partitions extrêmement complexes "de mémoire", en gérant tout à la fois les quatre claviers, le pédalier, les trois pédales de volume typiques des orgues Cavaillé-Coll, plus la répartition des jeux, c'est relativement hallucinant, quelque part, lol !

    samedi, 03 avril, 2010  
    Blogger startine said...

    Merci pour ce début de journée un peu gris fumée et en même temps serein.

    dimanche, 04 avril, 2010  
    Blogger Vincenttheone said...

    Hohoho... Vu que c'est Pâques, je me lève très tard, et résultat : le ciel est déjà tout bleu, lol !

    dimanche, 04 avril, 2010  
    Blogger zewall said...

    humm ça fait du bien de venir ici de temps en temps !!
    et ce moment de musique , un moment de bonheur
    de ces petits moments qui font de beles journées
    merci Vincent

    dimanche, 04 avril, 2010  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci à toi, Miss Zewall (car c'est celle-ci, la "vraie" adresse, lol) !
    Tu as bien raison, ces extraits de musique sont trop géants, quoi...
    Sans compter un autre dont j'ai oublié de parler (mais que je me suis tapé aujourd'hui avec un immense plaisir), les fameuses Variations de Franz Liszt sur Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen ("Pleurer, se plaindre, souffrir & hésiter") de J.S Bach, dont le compositeur a fort heureusement livré une version pour piano (tardivement en 1875, soit à 64 ans) !
    J'adore trop ce genre de compositions mystiques...

    dimanche, 04 avril, 2010  
    Anonymous Anonyme said...

    OK OK !!!

    lundi, 05 avril, 2010  
    Anonymous Claire-4-7 said...

    Parce qu'il n'y a pas que le chocolat à Pâques, eh bien merci du fond de l'oeuf, je n'aurais pas choisi mieux pour étancher ma soif de musique...

    lundi, 05 avril, 2010  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci pour le merci !
    Appparemment, on dirait que ces quatres morceaux (avec en prime celui de Franz Liszt) plaisent à beaucoup de gens, alors tant mieux...

    lundi, 05 avril, 2010  
    Anonymous Elisa said...

    Cou cou Vincent,
    Merci pour tes voeux et ce partage merveilleux.
    Amitiés
    Elisa, Argentine
    P.S. Je suis revenue chez moi :)

    mardi, 06 avril, 2010  
    Blogger Vincenttheone said...

    Hohoho, quel compliment !
    Merci beaucoup...
    Dommage pour toi que les vacances soient déjà finies (mais on va sûrement voir beaucoup de photos de Mendoza prochainement chez toi, lol) !

    mardi, 06 avril, 2010  
    Anonymous Zoun said...

    César Franck, je ne connaissais pas non plus, on en apprend ici :)

    mercredi, 07 avril, 2010  
    Blogger Vincenttheone said...

    Hélas, oui, c'est vrai, il est plutôt moins connu que Debussy ou Ravel... Mais pour ma part, je le considère pratiquement comme l'un des meilleurs compositeurs Français du XIXème siècle !

    jeudi, 08 avril, 2010  
    Blogger Vincenttheone said...

    Entre autre avec ses trois derniers Chorals pour Orgue, d'une quinzaine de minutes chacun, écrits en 1890 (l'année de sa mort), et qui sont tous les trois monstrueusement géantissimes !!!

    jeudi, 08 avril, 2010  
    Anonymous Fabienne said...

    Hello Vincent,
    Merci pour tes voeux, même, merci pour tout, cette musique est très belle.
    En effet devant la beauté on ne peut que s'incliner, je ne savais pas que Franck était méconnu, mais en effet en y repensant je ne connais rien de spécifique de lui... C'est clair sa musique est magnifique, il est Belge naturalisé français, je ne savais pas non plus, je viens de rergarder sur internet et apparemment c'était un brillantissime pianiste. Par rapport aux mains des pianistes, y'en a qui sont vraiment plus avantagés que d'autres, déjà les hommes, et puis tous ceux et toutes celles qui ont des grandes mains, toutefois il y en a qui assurent avec des petites mains, mais c'est rageant car quand tu n'as pas des paluches, tu ne peux pas tout faire, ou faut trouver des trucs, pas évident. Je suis allée écouté récemment un trio russe, avec musique russe (au menu Rachmaninov,Thaïkovsky et Chostakovitch). Le pianiste, c'était Boris Berezovsky; quand tu le vois jouer, tu comprends qu'il est bourré de facilités; et un son divin, jamais de dureté dans son jeu, un délice, du très très beau piano pour moi.
    à bientôt

    dimanche, 11 avril, 2010  
    Blogger Vincenttheone said...

    Hohoho, quel énorme "comment", merci beaucoup !
    Il est vrai que César Franck est assez peu connu, et je me demande moi aussi toujours pourquoi, peut-être parce que sa musique et son style formel sont trop complexes ?
    Et pourtant, on écoute ou l'on joue ses oeuvres, et trois minutes après, tout juste si l'on ne croit pas instantanément en Dieu, comme avec J.S Bach ou Anton Bruckner...
    Bref, même si je suis assez peu chrétien (pour l'instant), j'adore ça !!!

    dimanche, 11 avril, 2010  

    Enregistrer un commentaire

    << Home