À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • vendredi, juin 10, 2005

    GAG RATP !

    Et du vrai réel, garanti !
    Aujourd'hui, pour une fois que je ne vais pas au conservatoire à pied (50 minutes, tout de même), j'arrive devant le panneau d'information du bus 22, et là, je crois rêver : je ne sais pas si c'est très lisible (photo téléphone portable, DSL), mais le prochain bus est tout de même annoncé à 90 minutes !!!

    Bon, heureusement, c'était juste un "bug" d'affichage... vu que le bus en question est en réalité arrivé dans la minute suivante. Mais par contre, j'avais tout préparé, billet de 5 €, et même la monnaie pour le ticket à 1,60 € (pas donné, je trouve, cela fait tout de même plus de dix de nos anciens francs !), alors petit extrait de dialogue surréaliste (c'est moi qui commence) :

    - Bonjour, Monsieur (mais oui, je suis poli, des fois). Je voudrais un ticket, s'il vous plaît...

    - Ah, désolé, mais regardez : je n'en ai plus !

    - Et alors ? Ce n'est pas de ma faute, tout de même... Est-ce que ça veut dire que je peux voyager gratos ?

    - Alors ça, Monsieur, c'est à vos risques et périls... Prenez vos responsabilités !

    Hallucinant, non ? Le conducteur n'a pas de ticket à m'offrir (alors que j'ai de quoi le payer), et c'est tout juste si ça ne va pas être de ma faute, lol !

    Ceci dit, je suis quand même un mec plutôt gentil, car si je vous cite les paroles d'une autre voyageuse, c'était plutôt (texto) : "Non mais, vous n'êtes même pas foutu de faire votre caisse le matin, et en plus, vous osez le reprocher aux clients ? Allez vous faire foutre, nom de Dieu" !

    Texto (promis, je n'exagère pas) !

    Bon. Allez, pour me faire pardonner, une petite photo de notre tour fétiche complètement relookée :

    Pas mal... J'ai bien aimé, en tout cas !

    Libellés : ,