À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • lundi, mars 16, 2009

    ANATOMIE

    Organique (ou organistique, plutôt)...
    Curieusement, alors que j'ai des rapports vraiment sporadiques avec la plupart des membres directs de ma famille (oncles, tantes, cousins, etc.), je reçois régulièrement des nouvelles d'un grand-cousin à moi, musicien, ténor et poète à ses heures, très loin de paraître ses 75 ans, n'était-ce cette écriture cursive en "pleins et déliés" typique de nos grands-parents :

    S'il était parisien, nous nous verrions sans doute beaucoup plus souvent, mais ce jeune homme de 75 ans habite relativement loin, à Murcia, tout à fait au sud de l'Espagne, hélas !

    Il se trouve que Murcia s'avère dotée d'une superbe cathédrale, l'un des sommets du baroque tardif espagnol :

    Pourvue d'un orgue Merklin-Schütze magnifique de 64 jeux, dont la restauration vient tout juste d'être effectuée par un facteur français, Jean Daldosso de Gimont (et c'était donc la raison de ce courrier, tout le monde sachant très bien que j'adore cet instrument) :

    "Belle bête", comme on dit ! Quatre claviers, récit expressif, pédalier, toutes les combinaisons possibles, bref, la grande classe (disons, entre 2 et 3 millions d'Euros, pour situer) :

    Avec, bien sûr, cette grande spécificité des grandes orgues espagnoles ou portugaises, ce que l'on appelle les "chamades", autrement dit des tuyaux d'anches très puissants placés à l'horizontale, comme autant d'impitoyables canons (bel exemple musical ici sur un orgue espagnol, attention, c'est très rauque et très nasillard, et donc, ça ne plaira pas forcément à tout le monde !) :

    Cette illustration, tout en bas de la photo, n'étant pas bien parlante, en voici deux autres de notre beau pays (car nous avons parfois importé le procédé), tout d'abord sur l'instrument d'Auxerre :

    Puis sur celui de Nantes, où ces chamades offrent vraiment l'aspect d'une batterie de missiles prêts à flinguer Ben Laden sans autre forme de procès :

    Pour en revenir à la restauration de l'orgue de Murcia, comme me le disait récemment un accordeur de piano d'une façon plutôt méprisante : "Bah, l'accord des orgues, ce n'est jamais autre chose que de la plomberie, finalement", lol !

    Et c'est vrai que, quelque part, c'est une opinion qui n'est pas complètement fausse (même mon collègue et ami Vincent Rigot, organiste de très grand talent titulaire du superbe instrument de Saint-Louis en l'Île, m'a déjà tenu le même genre de discours !) :

    Autrement dit, à part le maître d'oeuvre, le "facteur", il doit sûrement y avoir bon nombre d'ouvriers qui n'y connaissent pas grand-chose, et à qui il faut bien mettre les points sur les "I" (genre : "Attention, le Tuyau N°6-9, c'est pour la façade plate à côté de la grande tourelle !") :

    Il faut tout de même savoir que ces tuyaux de façade (tuyaux de "montre", ceux "donnés à voir"), composés de 70 à 90% d'étain, peuvent peser plusieurs centaines de kilos, et que leur mise en place, extrêmement délicate et périlleuse, ne saurait souffrir la moindre erreur, n'est-ce pas ?

    Histoire, cependant, de finir sur une note plus légère, sachez bien qu'un orgue est souvent aussi profond qu'il n'est large, et qu'à l'intérieur s'y dissimulent des milliers de tuyaux bien plus discrets que les fameuses "montres" (plus de 5000 dans le cas de Saint-Eustache, le plus grand de Paris !), qui parfois ne mesurent que quelques centimètres (très belle leçon de pédagogie à voir ici de la part de Pierre Bardon, sur le plus bel orgue baroque de France, celui de Saint-Maximin de Provence) :

    Mais si déjà, vous connaissez le prix d'un minuscule soliflore en étain, il est facile d'imaginer pourquoi la construction de telles orgues atteint des sommes aussi pharaoniques !

    En guise de conclusion, une "petite" poésie de mon "grand" cousin Roger, à vous de me dire si cela vous touche :

    Avant le jour

    Des brumes du matin, l'aube tarde à éclore,
    J’aime cette heure limpide et de virginité
    Où tout me parait neuf, d'une calme beauté,
    Quand la nuit de ses bras retient la jeune aurore.

    En cette renaissance et de complicité,
    Les franges des ténèbres s'unissent aux voiles d'or,
    L'immuable harmonie fait jaillir le décor
    Où tout dort et s'éveille dans l'immobilité.

    Dans l'accomplissement de ce monde éphémère,
    Un bruissement ailé s'ébroue dans la ramée
    De la troublante nuit, la vie s'est éveillée,
    Et l'on entend son cœur battre dans la lumière.

    Enjoy !

    Libellés : , , , ,

    7 Comments:

    Blogger startine said...

    Coucou Vincent,

    sympa ton post - hé oui, moi je laisse un comment au pauvre blogueur toujours inquieté de savoir si ses textes et photos ont intéressés les visiteurs !

    Ce beau soleil ne te donne pas envie d'aller voir ton cousin Roger pour jouer de l'orgue et goûter la meilleure paëlla d'Espagne, à ce qu'on dit ? C'est bientôt les vacances de Pâques, non ? :-))

    jeudi, 19 mars, 2009  
    Blogger startine said...

    Corrige mes fautes sur inquiet et intéressé ;-)

    jeudi, 19 mars, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Mais je ne peux pas faire ça (d'ailleurs, je ne crois pas que cela soit possible chez beaucoup d'hébergeurs, le fait de pouvoir rectifier les commentaires des autres internautes, et d'ailleurs, c'est heureux) !
    Quant à l'Espagne, il faudrait que j'y aille en plein hiver, tellement je suis sensible à la chaleur... Là, à Paris, ça me va très bien, en fait : 15° et grand ciel bleu, c'est parfait ! Du coup, à Pâques, je vais plutôt aller skier, je pense...

    jeudi, 19 mars, 2009  
    Blogger startine said...

    Si si, sur mon blog c'est possible de corriger les "fôtes" ou de supprimer un comment insultant… mais je n'en ai encore jamais eu ;-)


    Bon week end, sous le soleil !!

    vendredi, 20 mars, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    En fait, j'ai parlé un peu trop vite... Certes, sous Blogger, la seule fonction aisément disponible est la supression pure et simple d'un commentaire. Mais en rusant un peu (couper-coller), il est effectivement possible d'intervenir sur un commentaire, soit pour le corriger (ce que je n'ai jamais fait), soit pour le déplacer, ce qui m'est par contre arrivé plusieurs fois, quand par exemple les gens postent, par précipitation, leur commentaire sur le mauvais article... Mais du coup, on perd hélas toutes les références et tous les liens !

    vendredi, 20 mars, 2009  
    Anonymous Anonyme said...

    coucou moi aussi jai lu entièrement ton post et je dois dire que j'ai appris pas mal de chose. Je vais désormais briller en société avec tout cas ou comme je le dis plus vulgairement me la "péter en soirée".

    Et il y a des jolies photos!!!!!!!!!



    Sabine

    mardi, 24 mars, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci bien !
    Mais il y a aussi quelques jolis morceaux, en lien et en prime... Mais bon, il faut aimer ça, le timbre très agressif et très nasillard des "chamades", je connais beaucoup de personnes que ça rebute totalement a priori, quoi...
    Moi, j'adore, mais bon... Les goûts et les couleurs, hein, n'est-ce pas ?

    mardi, 24 mars, 2009  

    Enregistrer un commentaire

    << Home