À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : L'HÔPITAL (TER)
  • L'HÔPITAL (BIS)
  • L'HÔPITAL

  • À admirer sur "Sneakers & Buffalo" :
  • NEW : BOYS & GIRLS, LOL !
  • BUFFALO 2410-57 (#2)

  • samedi, juin 25, 2005

    LES RATS !

    Résumé des faits :
    Quelque part durant le mois de janvier, ces fameux parents d’élèves (dont les innombrables enfants sont, bien sûr, tous des génies, cela tombe sous le sens !) m'ont demandé d’accompagner leur aîné violoncelliste pour un concours, ce que je ne pouvais hélas pas faire, vu que c’était précisément le jour de mon concert avec Emmanuel.
    Corollaire 1 : Je leur propose donc ma meilleure élève de l’École Normale de Musique, rentrée tout de même première sur 33 en classe d’accompagnement au CNR, qu’en outre j’ai déjà branchée sur plusieurs coups (genre : mariages, enterrements, concours, etc.), à chaque fois à la plus grande satisfaction des parties concernées…
    Corollaire 2 : La pauvre petite se rend donc sur les lieux avec une bonne heure de déplacement (puisque, bien sûr, ces gens-là ne se "déplacent" pas, eux !), accompagne le soi-disant "génie" en question, puis s’en retourne chez elle sans être payée (de nouveau, une bonne heure de déplacement), néanmoins avec l’assurance que la mère me fera passer une "enveloppe" pour elle… (rien que ça, c’est déjà hallucinant, il faut dire. Vous vous imaginez aller chez un médecin, et lui proposer la même chose, non mais on rêve, là, ou quoi ???)…
    Corollaire 3 : Étant donné que l'élève en question a demandé ce que je lui avais suggéré (50 Euros, certes, c’est sans doute beaucoup pour une (encore) étudiante, mais d’une part, il ne faut pas oublier l’immense temps perdu dans les transports, d’autre part le fait qu’un simple plombier avec un CAP de 3 ans ne se gêne pas pour facturer, lui aussi, la même somme de 50 Euros rien que pour le seul déplacement, y compris s’il habite la porte à côté de chez vous, XD, adoncques, ça me semblait un minimum tout à fait acceptable), et bien… (accrochez-vous à votre fauteuil, là), ils ont tout simplement décidé de ne pas la payer DU TOUT !
    De la part des parents (mais là, vous allez rire – ou plutôt pleurer à chaudes larmes, je crois !) :
    Lemme 1 : "Mais de toute façon (je cite), cette fille ne joue pas bien du piano" (ce qui, j’estime, est non seulement une insulte personnelle à ma propre faculté de jugement, mais en outre une insulte à l’encontre de tous les jurys du CNR qui l’ont admise entre toutes, et de surcroît une insulte à Mr André G****, son professeur de piano, de renommée internationale, tout de même, qui la considère comme l’une de ses meilleures élèves).
    Lemme 2 : (je cite) "Bon, d’accord, elle est au CNR, mais mon génie de fils est au CNR lui aussi (tiens, là, d'un coup, les jurys qui l'ont admis ne sont plus une bande d'abrutis incultes, PTDR), et joue également du piano, je ne vois donc pas pourquoi demander autant ?"
    Réponse facile : d’une part, son fils n’a que onze ans, donc tout à fait incapable de donner des cours vu son inexpérience, et d’autre part, contrairement à ce que pense sa mère, qui – sic ! – vient d’une "famille de musiciens", comme si ça voulait dire quelque chose, son fils (désolé de le dire, mais c’est vrai !) joue du piano d’une façon absolument lamentable et consternante (pour tout dire, j’en avais honte pour lui, la dernière fois qu’il a accompagné – façon de parler – son frère et sa sœur en public).
    Lemme 3 : Il devrait y avoir, tout de même, des limites à l’esclavagisme et au mépris, et même des lois pour punir ce genre de comportement (et Dieu sait pourtant que je suis contre la multiplication des lois en tout sens, surtout depuis ces derniers temps).
    Lemme 4 (le pire de tous, celui que je n’admettrai JAMAIS) : "Ah oui, mais vous comprenez, même Mlle MACHIN qui est Professeur au CNSMDP ne prend que 40 Euros, alors bon, que l’une de vos élèves réclame 50 Euros, c’est inadmissible !".
    Mon avis personnel là-dessus : s’il y a des abruti(e)s qui ont décidé une fois pour toutes de se dévaluer à ce point, et de ruiner toute la profession au passage, et bien, c’est leur problème ! Un plombier ou un électricien prend MINIMUM 40 Euros de l’heure (plus les fameux 50 Euros de déplacement, bien sûr), non seulement ça ne présuppose aucun don préalable, mais en plus, les études sont torchées en deux ou trois ans, alors bon… Quand bien même on dirait 50 Euros, je trouve qu’avec nos dix ans d’études minimum, ce serait encore quasiment "cadeau", quoi (et d’ailleurs, la plupart de mes collègues de l’ENM sont déjà presque tous à 100 Euros de l’heure, sinon plus, je suis vraiment trop con, des fois) !
    Bref ! En résumé, il y a des rats partout (mais ne vous y trompez pas, même dans le XVIème arrondissement, comme chacun sait le quartier le plus miséreux de Paris) !

    Ce qui me fait le plus marrer (entre guillemets) :

    1) C’est que d’une part la famille concernée, n’étant même pas en ADSL au XXIème siècle (Rhooh, et par choix, en plus !!!), ne va jamais tomber sur cet article…
    2) Que d’autre part (quand bien même ça arriverait), ils auraient tellement honte, a posteriori, de leur propre comportement, que j’ose espérer qu’ils n’auraient pas la moindre chose à y rajouter… (En plus, bien que tout le monde se reconnaîtra aisément, je n’ai à dessein cité personne nominativement, histoire d’être inattaquable judiciairement, je ne suis pas QUE con, non plus)…
    3) Et tertio, juste petite pique à l’intention de la mère, qui est apparemment traductrice : ça lui ferait quoi, comme effet, de passer une heure à traduire un texte, de passer une autre heure en déplacement pour le remettre à son destinataire, et que le destinataire lui dise : "Ah, ben non, désolé, c’est nul, votre traduction… Je ne vous paye pas, point final ! ". Sans rire ?
    J'aimerais bien savoir, là, sur ce coup...

    DES RATS, je vous le dis (et je ne fais en cela que citer le grand biologiste Henri Laborit, là) ! L’espèce humaine, à 95% : des rats, rien que des rats ("dégoûté, là, je suis !", comme dirais Master Yoda)…
    C'est tout juste si l'on n'en revient pas à l'époque de Haydn et du Comte Estherazy (mais l'a-t-on jamais vraiment quittée ?), où dans la liste des "communs", les musiciens arrivaient tout à fait en dernier, juste avant le décompte des chiens (authentique) !
    Merci donc à Marie M***, Mme H****, et d’autres (rares) parents d’élèves, qui savent non seulement apprécier les efforts faits EN PLUS (car il y en a, mine de rien), mais aussi à l'occasion renvoyer l’ascenseur !
    C’est seulement grâce à vous que l’on arrive à supporter ce métier, où malheureusement la plupart des parents se comportent souvent comme suscité (enfin bon, j'exagère, car là, c’est quand même de l’extrême, dans le genre, du jamais vu de toute ma vie, à ce niveau de mépris, de mesquinerie et de radinerie) !

    Et j'espère bien ne plus jamais le réexpérimenter !!!

    Libellés : , ,

    7 Comments:

    Blogger Julia said...

    Consternant de connerie u_u
    La femme a une "famille de musiciens", elle devrait savoir comme le milieu est difficile u_u


    Quelle belle bande de cons!

    mercredi, 28 février, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Oh mais non, bien au contraire... C'est certainement une famille où l'on a toujours pratiqué de la musique, mais (à tous les coups) en dehors d'une "vraie" activité respectable...
    Alors bien sûr, ces gens-là (comme disait Brel, et là, en plus, ça convient parfaitement) sont bien mieux placés que moi, le "gueux" obligé de faire ça pour (sur)vivre, pour savoir ce qui est "musical" ou ce qui ne l'est pas, c'est certain...

    mercredi, 28 février, 2007  
    Anonymous Anonyme said...

    Hallucinant, comme histoire, ça !

    mercredi, 28 février, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    N'est-ce pas ?
    Et pourtant, c'est vrai de chez vrai (pour vous dire, j'ai même "édulcoré" certains détails pour que ça reste réaliste, genre la mère qui me sort : "Ah mais non, elle ne joue pas bien, s'il y en a un qui pourrait donner des cours à l'autre, ça serait plutôt mon fils !") !
    C'est clair : à part le phrasé, le sens du toucher, et savoir mettre la pédale, il maîtrise parfaitement l'instrument (à ce compte-là, je me mets au violon, et dans deux mois, je suis Yehudi Menuhin, LOL) !!!
    Je rêve, je rêve, je rêve...
    (Sans rire, j'ai beau l'écrire en toutes lettres pour me défouler, j'ai encore du mal à croire que ceci se soit passé VRAIMENT POUR DE VRAI) !

    mercredi, 28 février, 2007  
    Anonymous Olivier said...

    Première remarque : il vaut (peut-être) mieux être le laquais d'un prince sympa (Nicolas Esterhazy l'était, lui) que soumis aux humeurs de "ces gens là".
    2ème remarque : même quand on a affaire à des réactions plus "normales" je veux dire dans la moyenne, l'importance du travail nécessaire à notre formation n'est pas prise en compte peut-être parce que la durée des études n'est pas "officialisée" : un CA = bac + 4 donc sans rapport avec le temps réel d'apprentissage, maturation etc.
    3ème remarque : le rapport des français avec la culture est très étrange, le génie est encensé mais comme il est "à part" cela ne peut être assimilé à un métier comme un autre d'où le curieux mélange d'admiration et de mépris par rapport à la figure de l'artiste dans certains milieux : si un enfant veut être artiste c'est une calamité pour les parents qui par ailleurs se piquent d'avoir des enfants musiciens, qui lisent, vont aux musées etc.

    vendredi, 02 mars, 2007  
    Anonymous Unter said...

    C’est pareil dans tous les domaines, euh, artistiques. J’ai mis un bout de temps avant de piger qu’il fallait bien être pointu sur les contrats. Bon, là y a pas eu de contrat, c’est juste une question de bon sens.
    & dans tous les domaines, y a les mecs « moins chers » qui nivellent la profession par le bas, comme on dit en politique. Faut se méfier de ces gens, si le prix est si bas, ça cache quelque chose. Pour le même morceau de viande, qui ne réfléchirait pas avant de prendre directement le moins cher ?
    Autre constat rigolo dans ces professions : t’as jamais eu droit (dans ta jeunesse, peut-être, passkeu maintenant ton âge avancé devrait te crédibiliser j’imagine*) à des gens qui pensent que « ah mais c’est plus un plaisir qu’un métier, pourquoi vous seriez payé pour ? »
    J’ai envie que tout le monde dans ce pays se rende compte qu’un métier, ça NE DOIT PAS être un calvaire ou une contrainte. Ceux qui se tassent dans des bureaux sont dans l’erreur.
    Poil au biniou.

    * Oui, je sais : ton « âge avancé », il m’enfile à sec, pas la peine d’être grossier :o)

    lundi, 05 mars, 2007  
    Anonymous Anonyme said...

    peut étre que la misére du monde commence avec ce genre d'individu.au moins tu sait maintenant que ça existe.

    mercredi, 07 janvier, 2009  

    Enregistrer un commentaire

    << Home